CFEL-FM re 100 % Normandeau (cyclists)

FRENCH-LANGUAGE PANEL
CBSC Decision 16/17-2906+
2018 CBSC 7
April 4, 2018
S. Courtemanche (Chair), C. Crépin, V. Dubois, M. Lorrain, C. Scott, C. Simard
 THE FACTS

100 % Normandeau is a talk show hosted, at the time, by Nathalie Normandeau and Marc-André Lord.  It is broadcast on CFEL-FM (BLVD 102,1, Quebec City) (“BLVD”) from 2:00 to 6:00 pm.  On March 27, 2017, another BLVD host at the time, André Arthur, appeared on the program as a commentator with Normandeau and Lord to discuss current events.  At one point, around 4:30 pm, they had the following conversation:

[translation]

Arthur:                  For me, the definition of an idiot is someone who rides their bicycle in winter.

Normandeau:    Tsk. There are, there are bikes you can buy now, the fat bike, have you heard of this?

[…]

Arthur:                  Yes, yes, the fat bike, with the big, fat tires.

Normandeau:    Yes, yes.

Arthur:  But that’s funny.  But that’s not what you see on the roads, with the twenty-year beards, with the ten-year beards there.  That’s not what you see there.

Lord:      It’s really road bikes that you see.

[…]

Arthur:  That is the definition of an idiot.  Today, someone on a bike, hit them, relieve them, do something.

Normandeau:    But it’s clear that it’s not very safe.  Thank you, André Arthur.

On March 28, Normandeau and Arthur returned to the subject.

[translation]

Arthur:  At one point we talked about bikes with the big tires, well, as it happens, and I was trying to explain that someone who goes for a ride on a summer bike in the winter, is someone who has no business doing that.  I tried to make my point, I tried to, and, like, well, it’s not really my week, I had what I call I brain fart.  I don’t know if it’s ever happened to you, to screw up, like, to have your words float away on you like a balloon and then say to yourself, “My god, —

Normandeau:    Oops! [laughing]

Arthur:  – I didn’t just say that, did I?” [Normandeau continues laughing] So yesterday –

Normandeau:    Oh it’s happened, André.

Arthur:  – I was talking about those people who bike in the winter and said, “But do something, hit them, do something.”.  Never, never did I think that that could be interpreted as being an invitation to kill cyclists, so.

Normandeau:    Really.

Arthur:  But it, obviously, there are people who choose to think that, and uh, everyone who felt threatened, belittled by that.  What I was trying to do, in my head, before having a brain fart, I was trying to say, I always try to, I am always worried I’m going to hit them.

Normandeau:    Okay. Yes, yes, yes.

[…]

Arthur:  So, unfortunately, I wasn’t at the top of my game.  I had a brain fart and I said something that was in itself, taken literally, was absolutely unacceptable.  And I’m sorry, and probably, to the ears of people who are used to, uh, my language and the way I express myself which is sometimes colourful, well, they understood that Arthur didn’t mean that I should go out and kill a cyclist today.  Good.  But it was interpreted that way in some quarters of the Net where, uh, they push certain conspiracies –

Normandeau:    Oh yes!

Arthur:  – against certain types of radio.

Normandeau:    Well, yes.

Arthur:  My choice of words was not appropriate, it was unacceptable.  It was a brain fart.  In my head I was thinking about my dread, my fear of hitting them when I’m in my car, in a heavy vehicle.  And it just came out “hit” and I, and, I, there’s only one thing I can do and that’s to apologize.  It was an amateur’s mistake, but I made it.

(A more complete transcription is in Appendix A, in French only.)

The CBSC received 1 112 complaints about this broadcast.  Complainants felt that André Arthur’s remarks demonstrated indifference towards the lives of cyclists and that his suggestion to hit them fostered hatred against them and unequivocally incited listeners to commit violent acts against cyclists.

In its response, CFEL-FM acknowledged that [translation] “Arthur’s statement could be understood as a call to ‘hit’ cyclists who were riding in the storm that was occurring” and that “such a sentiment is unacceptable and should not have been broadcast on the airwaves; BLVD 102,1 recognizes that from the outset”.  The broadcaster also pointed out that the opinions expressed by the hosts do not necessarily reflect those of the station.

CFEL-FM explained that it [translation] “does not tolerate any form of incitation of violence or hate on its airwaves, against anyone.  We immediately met with Arthur following this incident.  He himself agreed that a similar situation should not recur”, he apologized the next day and “insisted that he never intended to invite anyone to kill cyclists who ride on the road”.  The broadcaster added that [translation] “the retraction of his words was sincere and he was very clear that he had no ill intention and that he was sorry that he had failed to express the idea that he had actually sought to communicate.”

Four complainants sent letters indicating their dissatisfaction with CFEL-FM’s response.  CFEL-FM provided supplementary information to the CBSC on February 16, 2018, emphasizing that Arthur had “quickly realized the impact of his words, recognized his blunder, and explained to us that his bumbling was the result of his awkward attempt to express his dread at hitting a cyclist with a heavy vehicle in poor weather conditions, and that he hoped to encourage winter cyclists to be more conscious of the stress that their choice can cause.”  That is why the host readily apologized on air the next day.  Furthermore, the broadcaster informed the CBSC that this host is no longer on the station as of January 29, 2018.  (The full text of all correspondence is in Appendix B, in French only.)

THE DECISION

The French-Language Panel examined the complaints under Clause 9(a) (Radio Broadcasting) of the Canadian Association of Broadcasters’ (CAB) Code of Ethics, which reads as follows:

Recognizing that radio is a local medium and, consequently, reflective of local community standards, programming broadcast on a local radio station shall take into consideration the generally recognized access to programming content available in the market, the demographic composition of the station’s audience, and the station’s format.  Within this context, particular care shall be taken by radio broadcasters to ensure that programming on their stations does not contain:

a) Gratuitous violence in any form, or otherwise sanction, promote or glamorize violence.

The Panel Adjudicators read all of the correspondence and listened to the broadcast in question.  The Panel concludes that CFEL-FM breached Clause 9(a) in its broadcast of André Arthur’s comments during 100 % Normandeau.

The questions put to the Panel were:

Did Arthur’s comment sanction, promote or glamorize violence, contrary to Clause 9(a) of the CAB Code of Ethics?

If the commentary did breach Clause 9(a) of the CAB Code of Ethics, does the station have to announce the CBSC’s decision on air?

The Adjudicating Panel examined Arthur’s remarks and consider that they constitute aggressive comments which have the effect of sanctioning violent acts against cyclists who ride on the road.  When the host stated on March 27 that his “definition of an idiot is someone who rides their bicycle in winter” and he followed that characterization with the statement “Today, someone on a bike, hit them, relieve them, do something”, the Panel cannot do otherwise than conclude that the remarks sanctioned violence against cyclists on the road.

In the past, the CBSC has dealt with similar cases, including one case where a host made aggressive comments about cyclists.[1]  In some of those decisions, the CBSC found no code violation and in others the Panels found that the comments incited violence.  The key elements to retain from those decisions are:

  • Did the remarks constitute merely reckless language or language in poor taste, or were they a real incitation of or call to violence that promoted, encouraged or recommended a violent act?
  • Can one conclude that the remarks were sarcastic?
  • Can one conclude that the remarks were legitimate political commentary?
  • In any particular case, was there counterpoint that served to mitigate any appearance of a call to violence?

The Panel fully understands the host’s provocative style, but considers that, in the circumstances and especially during the first discussion on the subject, he did not offer any counterpoint to his statement.  Given the gravity of his remarks, it is clear that his comments crossed the line established under the code and that it was essential to instantly temper the discussion.

The Panel readily notes the host’s efforts on March 28 to clarify his remarks about cyclists.  Moreover, the Panel does not doubt the host’s sincerity.  His apology was genuine and clearly indicated that his remarks were unacceptable.  Arthur explained his slip, indicating that he has a fear of hitting cyclists when he is [translation] “in [his] car, in a heavy vehicle.”

The CBSC has frequently dealt with the subject of the obligation to announce a decision following an infraction.[2]  The CBSC encourages broadcasters to take the initiative to recognize when unacceptable comments have been broadcast and to offer apologies, as was done in this instance.  When full, genuine apologies are made, the CBSC does not require the broadcaster to air the decision announcement.

Since the broadcaster took the initiative the following day to ensure that the host provided a clarification and that the apology was full and sincere, the Panel is of the view that it is not necessary in the case for the station to broadcast the decision announcement.

Broadcaster Responsiveness

In all CBSC decisions, the Panels assess the broadcaster’s response to the complainant.  The broadcaster need not agree with the complainant’s position, but it must respond in a courteous, thoughtful and thorough manner.  In this case, CFEL-FM, given its response and the supplementary information it provided, satisfied its obligation to be responsive to the complaints. The broadcaster fulfilled its obligations of responsiveness and nothing further is required in this regard in this instance

This decision is a public document upon its release by the Canadian Broadcast Standards Council.

[1] CHOI-FM re Le show du matin (cyclists) (CBSC Decision 14/15-0563+, July 15, 2015); CIWW-AM re the Geoff Franklin Show (CBSC Decision 92/93-0181, October 26, 1993); CIQC-AM re Galganov in the Morning (CBSC Decision 97/98-0473, August 14, 1998); CKAC re an episode of the Gilles Proulx Show (CBSC Decision 98/99-1108, February 21, 2000); CFRB-AM re an episode of the Michael Coren Show (CBSC Decision 06/07-1428, April 14, 2008); CKAC-AM re a segment on Bonsoir les sportifs (CBSC Decision 06/07-0441, April 7, 2008); CFNY-FM re the Dean Blundell Show (Remembrance Day Protest) (CBSC Decision 12/13-0454, July 17, 2013); CKMF-FM re Énergie le matin (controversial Tweet) (CBSC Decision 16/17-0498, November 28, 2017).

[2] CKRS-AM re comments made on Champagne pour tout le monde (CBSC Decision 06/07-0904, August 20, 2008); Sun News Network re The Source (Edmonton Artists’ Housing) (CBSC Decision 10/11-2102 & -2124, March 28, 2012); CJAB-FM re comments made on 94.5 Le Matin (CBSC Decision 11/12-1392, September 6, 2012); Sun News Network re The Source (Theft Ring) (CBSC Decision 12/13-0069+, September 9, 2013); Sun News Network re The Source (Idle No More) (CBSC Decision 12/13-0985, October 23, 2013); RDS re 5 à 7 (Laprise branché) (CBSC Decision 11/12-0649, July 24, 2012).


Appendix A

100% Normandeau est une émission-causerie animée à l’époque par Nathalie Normandeau et Marc-André Lord. Elle est diffusée à l’antenne de CFEL-FM (BLVD 102,1, ville de Québec) de 14 h à 18 h. Le 27 mars 2017, un autre animateur de BLVD, André Arthur, s’est joint à titre de chroniqueur à Normandeau et Lord. Ils ont discuté d’actualité. À un moment donné, vers 16 h 30, ils ont eu la conversation suivante :

Arthur :                Moi, ma définition d’un idiot c’est quelqu’un qui fait du bicycle en hiver.

Normandeau :  Tsk. Il y a, il y a des vélos qui se vendent, le fat bike, vous connaissez?

Arthur :                 Le, le flat ô oui –

Normandeau :  Le fat bike, le gros –

Lord :                    Le fat bike.

Arthur :                 Oui, oui, le fat bike, le gros pneu large.

Normandeau :  Oui, oui.

Arthur : Mais ça c’est drôle. Mais c’est pas ça que tu vois sur la rue là, avec une barbe de vingt, avec une barbe de dix ans là. Pas ça que tu vois là.

Lord :    C’est quasiment des vélos de route qu’on voit là.

Arthur : Oui, c’est des vélos de route –

Lord :    Avec les tires, euh [????] de large.

Arthur : Ça c’est la définition d’un idiot. Aujourd’hui quelqu’un en bicycle là, frappez-le, soulagez-le, faites quelque chose.

Normandeau :  Mais c’est sûr c’est pas très prudent. Merci André Arthur. Allez soulager votre euh, votre gros rhume.

Le 28 mars, Mme Normandeau et M. Arthur sont revenus au sujet :

Arthur : J’ai quand même une mise au point à faire sur quelque chose qui –

Normandeau :  Oui, oui.

Arthur : – est arrivé à peu près à ce moment-ci, hier.

Normandeau :  Oui.

Arthur : On a eu une discussion plus qu’animée sur toutes sortes de sujets, y compris, sur l’étrange décision de ceux qui font dans la neige du vélo.

Normandeau :  Oui. Là ça me revient.

Arthur : On a parlé à un moment donné des vélos avec des grosses roues, bon, advienne que pourra, pis moi j’essayais d’expliquer que quelqu’un qui se promène avec un vélo d’été en hiver, c’est quelqu’un qui a pas d’affaire là. J’essayais de faire mon point, j’essayais de me, et, comme, ben c’est pas vraiment ma semaine, j’ai eu ce que moi j’appellerais comme une crampe au cerveau. Je sais pas si ça vous est déjà arrivé de faire une gaffe, c’est-à-dire de dire de quoi pis vous voyez vos paroles monter [Normandeau rit] vers le plafond comme un ballon en disant « Dieu –

Normandeau :  Oops! [toujours en riant].

Arthur : – j’ai pas dit ça là, moi là ». [Normandeau rit toujours] Alors hier –

Normandeau :  Ô c’est déjà arrivé, André.

Arthur : – je parlais de ces gens qui font du vélo en hiver et je disais « Mais faites quelque chose, frappez-les, faites quelque chose ». Jamais, jamais j’ai pensé que ça pouvait être interprété comme étant une invitation à tuer les, les cyclistes, bon.

Normandeau :  Franchement.

Arthur : Mais ce, évidemment il y a des gens qui choisissent de penser ça, et euh, tous ceux qui se sont sentis menacés, dépréciés par ça. Ce que j’essayais de faire, dans ma tête, avant d’avoir une crampe au cerveau j’essayais de dire, j’essaie toujours de, j’ai toujours peur de les frapper.

Normandeau :  Okay. Oui, oui, oui.

Arthur : C’est ce qu’il y avait dans ma tête à ce moment-là.

Normandeau :  Oui, oui, oui. [?]

Arthur : Pis, malheureusement, j’ai pas été à la hauteur. J’ai eu une crampe au cerveau et j’ai dit quelque chose qui est en soi, au pied de la lettre, absolument inacceptable. Et je m’en excuse, et probablement que, aux oreilles de ceux qui sont habitués, euh, à mon langage pis à ma façon de m’exprimer qui est des fois colorée, ben ils ont compris qu’Arthur il voulait pas dire il faut que j’aille tuer un cycliste aujourd’hui. Bon. Mais ça été interprété comme ça sur certains endroits du Net où, euh, on fait des cabales très poussées –

Normandeau :  Ben oui!

Arthur : – sur certaines formes de radio.

Normandeau :  Ben oui.

Arthur : Mon choix de mots était pas inapproprié, il était inacceptable. C’était une crampe au cerveau. Je pensais dans ma tête à ma hantise, ma peur de les frapper quand je roule en auto, avec un véhicule lourd. Et, ça a sorti « frapper » et j’en, et, je, il ne me reste qu’une chose à faire c’est de m’en excuser. C’est une erreur d’amateur, mais je l’ai faite.

Normandeau :  Ben, c’est fait, André. Le parallèle qui me vient en tête c’est quelqu’un qui se promène, euh, avec ses pneus d’été, euh.

Appendix B

Les plaintes

Le CCNR a reçu 1 112 plaintes contre cette diffusion. Quatre d’entre eux ont envoyé des notes d’insatisfaction quant à la réponse de CFEL-FM. Ces quatre plaintes sont reproduites ci-dessous et sont représentatives de l’ensemble des plaintes.

Dossier 1617-2906

Le CCNR a reçu la plainte suivante le 28 mars 2017 :

Nom de la station :         BLVD

Nom de l’émission :       100 % Normandeau

Date :                                    2017/03/27

Heure :                                 16h30

Préoccupation :                16h30 : AA- « Moi ma définition d’un idiot, c’est quelqu’un qui fait du bicycle en hiver (…) Aujourd’hui, quelqu’un en bicycle, frappez-les, soulagez-le, faites quelque chose. »

Dossier 1617-3245

Le CCNR a reçu cette plainte le 29 mars :

Nom de la station :         Boul 102.1

Nom de l’émission :       André Arthur

Date :                                    2017/03/27

Heure :                                 16:30

Préoccupation :                l’émission 100 % Normandeau

Il est toutefois impératif de dénoncer cette incitation à la violence, car si alimenter les tensions entre les usagers de la route est imprudent, inciter des auditeurs à commettre des actes violents devrait être considéré comme criminel.

Dossier 1617-3273

Le CCNR a reçu cette plainte le 28 mars :

Nom de la station :         BLVD 102,1

Nom de l’émission :       André Arthur / Nathalie Normandeau

Date :                                    2017-03-27

Heure :                                 16h30

Préoccupation :                Propos haineux et incitation à la violence envers les cyclistes. Ce qui a été dit par AA : « Moi ma définition d’un idiot, c’est quelqu’un qui fait du bicycle en hiver (…) Aujourd’hui, quelqu’un en bicycle, frappez-les, soulagez-le, faites quelque chose. »

Sans compter que la radio-poubelle est une habituée des menaces de violence envers les cyclistes. Le 13 décembre 2016, Denis Gravel les traite « d’égoïstes », le 3 novembre Pierre Mailloux propose de les « ramasser solide » en voiture, le 8 mars, Gravel fantasme d’en frapper un. Et que dire de la fameuse campagne d’intimidation Honk a cyclist.

Dossier 1617-3524

Le CCNR a reçu cette plainte le 1er avril :

Nom de la station :         BLVD

Nom de l’émission :       André Arthur

Date :                                    2017-03-27

Heure :                                 12:00

Préoccupation :                Frapper un cycliste??? Sans blague!?!?

Je suis un cycliste de route et montagne, j’ai une auto.

Si vous ne faites rien avec cela, soit vous êtes complices, soit vous prouvez votre incompétence et votre impertinence.

La réponse du radiodiffuseur

CFEL-FM a envoyé ses réponses le 28 juillet. Le radiodiffuseur a répondu plus ou moins de la même façon à tout le monde :

Madame, Monsieur,

Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (« CCNR ») nous a transmis votre plainte concernant des propos qui ont été tenus sur les ondes de BLVD 102,1 par M. André Arthur, commentateur à l’émission 100 % Normandeau, le 27 mars dernier.

La phrase énoncée par M. Arthur peut s’entendre comme un appel à « frapper » les cyclistes qui circulaient dans la tempête qui avait cours. Une telle expression est inacceptable et n’a pas lieu d’être prononcée sur les ondes radiophoniques; BLVD 102,1 tient à le reconnaître d’emblée. En radio d’opinion, il est convenu que les opinions des animateurs sont les leurs et ne représentent pas nécessairement celles du diffuseur. Cela dit, Leclerc Communication ne tolère aucune forme d’incitation à la violence ou à la haine sur ses ondes, et ce, contre quiconque. Nous avons immédiatement rencontré M. Arthur à la suite de cet incident. Il a lui-même convenu qu’une telle situation ne devait pas se reproduire.

M. Arthur a réalisé l’impact de ses paroles et convenu de sa gaffe. Il nous a expliqué que son bafouillage était le résultat de sa tentative maladroite d’exprimer sa hantise de frapper un cycliste avec un véhicule lourd dans des conditions de mauvais temps et son souhait d’interpeller les cyclistes hivernaux pour qu’ils prennent conscience du stress que leur choix lui cause. Nous ne doutons pas de sa sincérité.

C’est d’ailleurs sans aucune hésitation qu’il a présenté ses excuses dès le lendemain, 28 mars, à l’émission 100 % Normandeau, et insisté que jamais il n’a voulu inviter quiconque à tuer les cyclistes qui circulaient sur la route. Il a reconnu qu’il a dit quelque chose qui, « en soi, pris au pied de la lettre, est totalement inacceptable » et s’en est excusé auprès de quiconque ait pu être offensé par ses paroles. Il a aussi reconnu que son « choix de mots n’était pas (seulement) inapproprié, mais inacceptable » et qu’il n’a pas été à la hauteur, au moment de prononcer ces paroles. La rétractation de ses propos était sincère et très claire à l’effet qu’il n’avait pas de mauvaise intention et qu’il était désolé d’avoir échoué à exprimer la pensée qu’il souhaitait réellement communiquer.

Cet incident malheureux nous a rappelé notre rôle et notre impact dans la communauté et raffermi notre désir d’offrir une radio de qualité. Nous avons saisi l’occasion pour sensibiliser les animateurs de la station à l’importance de faire preuve de prudence et de modération dans leurs propos.

Nous désirons vous remercier de l’intérêt que vous portez à notre station et à sa programmation. Nous prenons très au sérieux vos préoccupations et travaillons très fort à l’amélioration continue de nos émissions et de notre programmation.

N’hésitez pas à communiquer avec nous pour toute autre question ou commentaire.

Nous vous remercions de votre considération et vous prions de recevoir nos meilleures salutations.

Correspondance afférente

Dossier 1617-2906

Le 28 juillet, le plaignant a répondu au radiodiffuseur avec copie au CCNR :

Madame, j’ai entendu les paroles de M. Arthur, les mots comme les paroles témoignaient de toute évidence de son indifférence face à la vie des cyclistes et son invitation à les frapper étaient sans équivoque.

Votre conclusion est décevante et erronée.

Dossier 1617-3245

Le 28 juillet, le plaignant a répondu au radiodiffuseur avec copie au CCNR :

Bonjour,

Des excuses faites par une station de radio qui sème sur la haine…

André Arthur a incité les conducteurs de voitures à frapper des cyclistes… Ce n’est pas rien. Frapper des cyclistes!

De la radio de très base gamme qui incite à la haine.

Les propriétaires de cette station de radio devraient aller directement en prison rien de moins.

Andrée Arthur et les actionnaires de cette entreprise, qui sème la haine, doivent être heureux, il y a eu plusieurs cyclistes de tuer sur nos routes du Québec comme à tous les étés.

Dossier 1617-3273

Le 28 juillet, la plaignante a envoyé le message suivant :

Bonjour,

J’ai bien reçu et bien lu. Et je reste sans voie [sic].

Beaucoup de mots pour en arriver à quoi au juste?

On me résume l’incident, on me rappelle les excuses « sincères », on me précise qu’on a tapé sur les doigts des fautifs et…. ?

On sait tout ça, on les a entendues ces excuses insipides. C’est bien pour ça qu’on a continué à s’insurger et à se plaindre.

On ne veut plus entendre ni des propos haineux envers les cyclistes pas plus qu’on ne veut entendre de plates excuses par la suite.

Si on s’est plaint en mars, ce n’est pas pour recevoir une lettre nous résumant ce pourquoi on s’est plaint SIX MOIS plus tard. C’est un non-sens!

En espérant que cette insipide tentative de noyer le poisson aura une suite autre.

Dossier 1617-3524

Le 4 août, le plaignant a répondu au radiodiffuseur avec copie au CCNR :

Bonjour,

Je ne vise pas directement votre personne, mais vous êtes l’intermédiaire… désolé.

Je n’en reviens tout simplement pas. Le bashing anti-cycliste est bel et bien toléré… Il n’est nulle part mention de réprimande ou sanction à l’égard du Bouffon Arthur, on dirait qu’il n’a même pas eu une tape sur les doigts. Il en dit plus que ce qu’il avait le droit, mais on connaît le fond de sa pensée et il est là le problème, il a encouragé le bashing. Beaucoup de cyclistes avaient remarqué des comportements haineux sur les routes, j’espère ne pas vous surprendre, le mal était déjà fait.

Pour laisser encore un micro à ce déchet humain, ça laisse entrevoir la moralité douteuse de votre employeur. Il rapporte plus en publicité que les frais d’avocat. La radio est une business, je sais, mais de là à accepter que de tels propos soient dits en onde me répugne. Si tous les clients retiraient leur pub des postes de radio où il y a des tatas comme Arthur, il n’y aurait plus de pub… c’est rendu à la mode de basher les cyclistes.

Ce qui est sûr, si un jour je prends un autobus et que c’est le gros colon à Arthur qui conduit, je vais lui souhaiter que ce ne soit pas pour faire Québec/Baie-Comeau : il va trouver la route longue en ta*******. Moi aussi je n’ai pas la langue dans ma poche, l’ennui c’est que je suis habitué de régler ça face à face sur des chantiers de construction alors ce n’est pas un vieux [sic] obèse qui va me stresser.

S’il en avait fait du vélo dans sa vie, il comprendrait 2-3 affaires… mais ça n’excuse pas que des cyclistes ont un comportement répréhensible au sens de la loi. Si on y va au prorata cycliste/automobiliste au niveau des infractions par quantité d’utilisateur, les cyclistes ont une meilleure note, sûre et certaine. J’ai encore vu des photos d’un enfant s’étant fait frapper par un épais qui textait. Pas entendu rien à ce sujet, ah oui, je l’emmerde votre poste de radio.

On vit à une drôle d’époque.

Le CCNR fournit au radiodiffuseur une dernière opportunité d’ajouter au dossier lorsqu’il établit la date de la réunion du comité décideur. CFEL-FM a envoyé la lettre suivante le 16 février 2018 :

Bonjour,

En vue de l’audition du 21 février prochain, nous tenons à vous informer des éléments suivants :

  • Les plaintes concernent des propos tenus par M. André Arthur dans le cadre de l’émission 100% Normandeau, le 27 mars 2018 [sic, 2017];
  • Arthur a très rapidement réalisé l’impact de ses paroles et a convenu de sa gaffe et nous a expliqué que son bafouillage était le résultat de sa tentative maladroite d’exprimer sa hantise de frapper un cycliste avec un véhicule lourd dans des conditions de mauvais temps et qu’il souhaitait en fait interpeller les cyclistes hivernaux pour qu’ils prennent conscience du stress que leur choix pouvait causer. Nous n’avons pas douté de sa sincérité;
  • Dès le lendemain, 28 mars, M. Arthur a sans hésitation présenté ses excuses dans le cadre de la même émission et a insisté sur le fait que jamais il n’avait voulu inviter quiconque à tuer les cyclistes qui circulaient sur la route. Il a reconnu avoir dit quelque chose qui, « en soi, pris au pied de la lettre, est totalement inacceptable » et s’en est excusé auprès de quiconque aurait pu être offensé. Il a également reconnu que son « choix de mots n’était pas (seulement) inapproprié, mais inacceptable ». La rétractation de ses propos était sincère et très claire à l’effet qu’il n’avait pas de mauvaise intention et qu’il était désolé d’avoir échoué à exprimer la pensée qu’il souhaitait réellement communiquer.
  • Nous devons également vous informer que depuis le lundi 29 janvier, nous avons mis fin au contrat nous liant à M. Arthur. Ce dernier n’est donc plus sur les ondes de BLVD 102,1 depuis cette date.

Nous demeurons à votre disposition pour toute autre question.