CKOB-FM re Doc Mailloux et Josey

FRENCH-LANGUAGE PANEL
CBSC Decision 17/18-0266
2017 CBSC 12
June 20, 2018
S. Courtemanche (Chair), M. Galipeau, P. Gratton, M. Ille, É. Latour, T. Porrello, C. Simard

THE FACTS

Doc Mailloux et Josey is an open-line talk show hosted by Josey Arsenault and psychiatrist Pierre “Doc” Mailloux.  The hosts and callers discuss interpersonal relationships and social issues.  The program is broadcast Monday to Friday from 9:30 to 11:00 am.  It is broadcast on the Cogeco radio network, including on CKOB-FM (106,9fm, Mauricie).

In the broadcast of October 12, 2017, the question of the day was [translation] “How did you react when you found out you had been cheated on?”

CKOB-FM broadcast the following warning at the beginning of the program. This warning was not, however, repeated coming out of commercial breaks:

[translation]

The following program is intended for mature audiences.  Doc Mailloux and Josey Arsenault on the Cogeco network.  You’re listening to Doc Mailloux et Josey.  With Doc and Josey Arsenault.

The hosts and callers discussed infidelity.  A caller named Sylvain, aged 63 years, recounted the story of his break-up with his girlfriend that had occurred when he was 25 or 26 years old. He claimed that the news that she had cheated on him had not affected him at all; he simply made his girlfriend feel unwelcome and she had left.  At the end of this call, Doc Mailloux and Josey had the following exchange:

[translation]

Doc:     That’s, that’s the problem with p-, you know, people of a certain age who call us, who ramble on about a story that happened 40 years ago.  They don’t remember.  You know, he –

[…]

Josey:     I think that Sylvain, he has a little bit of a proud side.  He wanted to show he had the upper hand and he said that it didn’t bother him, so we know that if it didn’t bother him and if she was as beautiful as that, he would’ve looked at her and gotten over it.

Doc:     So. You know, it’s lying to oneself. Sylvain is part of a generation that lies to themselves cheerfully, daily, copiously, abundantly.

Josey:     I wouldn’t generalize, Doc, because you’re part of that generation too.

Doc:     Yes!

Josey:  And you’re not like that.  You are not like that.

Doc:     Yes.

Josey:     And there are other people who are not like that either.  We’re going to be careful here.

Doc:     In my generation, they lie to themselves as much as they breathe.

Josey:  But it’s not everyone.

Doc:     No.

The next caller, Claude, said he was 75 years old.  After describing the situation of his cousin, he made the comment that today’s young people engage in threesomes or foursomes.  Josey and Doc Mailloux responded:

[translation]

Josey:     So he’s saying look at the generations.  But yes, the new generation is doing it in threes and fours and they all do that. Come on, Claude!  Come on, you can’t generalize like that!

Doc:     Hey, why do you think we don’t want too many of these little old people on air?

Josey:     Doc. You yourself were generalizing about your own generation earlier!

Doc:     Yes.

Josey:     So.

Doc:     That, that makes no sense.

Josey:     That’s it.  You have to have a more objective view.  We’ll try to do that.

Doc:     We’ll try to evolve.

The next caller, Natasha, described her sexual dissatisfaction during her first marriage and there was a discussion about premature ejaculation and the use of sex toys to pleasure oneself.  Later in the program, Doc Mailloux and Josey talked to caller Vanessa who was a stripper.  She shared her observations about couples who go to strip clubs together.  Doc Mailloux then asked her some questions about her own sexuality.  The woman stated that she masturbates three or four times a day and the conversation continued as follows:

[translation]

Doc:     So your sexual satisfaction comes from masturbation.  Earlier we, uh, you heard Natasha who told us that she mainly uses a telephone shower to masturbate.  You, what is your preferred masturbation method?

Vanessa:     I have, uh, I have two toys.  I have a, a penis, uh.

Doc:     Yes?

Vanessa:     And then I have, uh, a little gizmo for, uh, women use it for the clitoris, but I use it for the anus.

Doc:     Okay.

Vanessa:     And I have a little bunny, uh, I have a little bunny that they sell at Planète X, it’s marvellous [laughs].

Doc:     Oh, that, I don’t know that one.  Josey, are you familiar with –

Josey:  With Planète X?  Of course.

Doc:     No, no, but little bunny, what do you mean by l—?

Vanessa:     A little bunny with ears –

Josey:  To stimulate the clitoris, you mean?

Vanessa:     Yes, it goes on the clitoris.  And you can even bring it in the bath, in the shower, and you can’t drown it.

Doc:     Ah! Okay, I understand.

Josey:     A bunny with many lives.

Doc:     Excellent, Vanessa.  Thank you very much for your participation.

[…]

Josey:     No, female masturbation, you should be more familiar with it especially with your 38 years of experience –

Doc:     Yes.

Josey:     And all the confidences you’ve heard.  That surprises me.

Doc:     Josey?

Josey:     Yes?

Doc:     Her preferred method, this thing about the little bunny, that I didn’t know.

Josey:    [laughs] There are little beavers too.  Do you know the little beavers?

Doc:     Well, on a vibrator, yes.

Josey:     Okay.

Doc:     But –

Josey:     There are also little ducks.  There are –

Doc:     By themselves?  Without a, without a –

Josey:     [laughs] I’m teasing you.  Yes, but they exist for real.  There are all sorts of things.  Maybe sometime we’ll do a show on it if you are this interested.

The complete transcription of the broadcast is in Appendix A, available in French only.

The CBSC received a complaint on October 13, 2017 about this episode. The complainant felt that Doc Mailloux had made [translation] “disparaging, derogatory, offensive” and “discriminatory” comments about old people.  He also complained about the comments of a sexual nature.

The station responded to the complainant on November 21.  It noted that Doc Mailloux [translation] “fully has the right to give his point of view” concerning different groups and that co-host Josey’s comments served to balance those of Doc Mailloux.  With respect to the sexual discussion, CKOB argued that [translation] “the exchanges occurred within a mature, intelligent and respectful discussion.  There was no denigration and no detailed description of sexual acts.”  The broadcaster also noted that it [translation] “had considerably reduced themes relating to sexuality in order to avoid any indiscretions.”

The complainant was not satisfied with the response and submitted his Ruling Request on December 7.  He did not accept the broadcaster’s arguments, especially with respect to the sexual comments because he emphasized that it was Doc Mailloux who asked the sexual questions of his callers and previous CBSC decisions have found violations of the codes in similar circumstances.  (The full text of all correspondence is in Appendix B, in French only.)

THE DECISION

The French-Language Panel examined the complaint under the following code provisions:

CAB Code of Ethics, Clause 2 – Human Rights

Recognizing that every person has the right to full and equal recognition and to enjoy certain fundamental rights and freedoms, broadcasters shall ensure that their programming contains no abusive or unduly discriminatory material or comment which is based on matters of race, national or ethnic origin, colour, religion, age, sex, sexual orientation, marital status or physical or mental disability.

CAB Code of Ethics, Clause 9 – Radio Broadcasting

Recognizing that radio is a local medium and, consequently, reflective of local community standards, programming broadcast on a local radio station shall take into consideration the generally recognized access to programming content available in the market, the demographic composition of the station’s audience, and the station’s format.  Within this context, particular care shall be taken by radio broadcasters to ensure that programming on their stations does not contain:

[…]

(b) Unduly sexually explicit material;

CAB Equitable Portrayal Code, Clause 2 – Human Rights

Recognizing that every person has the right to the full enjoyment of certain fundamental rights and freedoms, broadcasters shall ensure that their programming contains no abusive or unduly discriminatory material or comment which is based on matters of race, national or ethnic origin, colour, religion, age, gender, sexual orientation, marital status or physical or mental disability.

CAB Equitable Portrayal Code, Clause 4 – Stereotyping

Recognizing that stereotyping is a form of generalization that is frequently simplistic, belittling, hurtful or prejudicial, while being unreflective of the complexity of the group being stereotyped, broadcasters shall ensure that their programming contains no unduly negative stereotypical material or comment which is based on matters of race, national or ethnic origin, colour, religion, age, gender, sexual orientation, marital status or physical or mental disability.

CAB Equitable Portrayal Code, Clause 7 – Degrading Material

Broadcasters shall avoid the airing of degrading material, whether reflected in words, sounds, images or by other means, which is based on race, national or ethnic origin, colour, religion, age, gender, sexual orientation, marital status or physical or mental disability.

The Panel Adjudicators read all of the correspondence and listened to the broadcast in question.  The Panel concludes that CKOB-FM did not breach any of the aforementioned clauses.

The questions put to the Panel were:

  1. Did the broadcast contain abusive or unduly discriminatory comments on the basis of age, contrary to Clause 2 of the CAB Code of Ethics and CAB Equitable Portrayal Code?
  2. Did the broadcast contain unduly negative stereotypes on the basis of age, contrary to Clause 4 of the CAB Equitable Portrayal Code?
  3. Did the broadcast contain degrading material on the basis of age, contrary to Clause 7 of the CAB Equitable Portrayal Code?
  4. Did this episode contain unduly sexually explicit content?

Discrimination against Old People

With respect to the questions about Doc Mailloux’s comments about age, the CBSC has explained that a breach of the aforementioned code provisions will occur if:

In this case, the Panel is of the view that some of Doc Mailloux’s comments constituted generalizations about the elderly, but these remarks did not reach the level of “abusive” or “unduly discriminatory”.  Moreover, on each occasion, co-host Josey offered counterbalance. Not only did she offer counterbalance, but she succeeded in persuading Doc Mailloux to identify as part of the group in question.  Consequently, Doc Mailloux’s remarks about age did not breach the code provisions in question.

Sexual Discussions

The complainant also raised the issue of sexual content and suggested that some of the comments made during this episode were too sexually explicit for broadcast at 9:30 am.

The CBSC has frequently had to determine whether comments were “sexually explicit”.  The CBSC considers the following elements:

Indeed, the CBSC has explained that, in order for the content to be explicit enough to violate Clause 9(b) of the CAB Code of Ethics, the content must go beyond the “mere mention of sexual acts, either by using actual terms or synonymous popular expressions”.  Rather, the content must be a “detailed description of those acts”[3].

In the present case, the Panel is of the view that, in this episode, the sexual comments made by Doc Mailloux or the callers did not reach the level of “sexually explicit”.  Indeed, the sexual comments or descriptions did not entail a “detailed description of those acts”.  In the absence of such descriptions, the sexual comments in this episode did not breach the code provision in question.

Finally, the Panel notes that CKOB-FM aired a warning at the beginning of the broadcast.  In radio, it is not mandatory to present advisories.  The Panel finds, however, that the broadcast of an advisory is useful and constitutes a commendable practice because it serves the interest of listeners by warning them of potentially problematic content.

Broadcaster Responsiveness

In all CBSC decisions, the Panels assess the broadcaster’s response to the complainant.  The broadcaster need not agree with the complainant’s position, but it must respond in a courteous, thoughtful and thorough manner.  In this case, CKOB-FM, in its response, met its obligation to respond adequately to the complaint.  The broadcaster fulfilled its obligations of responsiveness and nothing further is required in this regard in this instance.

This decision is a public document upon its release by the Canadian Broadcast Standards Council.

[1] CKAC-AM re an episode of Doc Mailloux (Money) (CBSC Decision 05/06-1379, December 11, 2006); CKAC-AM re an episode of Doc Mailloux (Financial Difficulties) (CBSC Decision 05/06-1405, December 11, 2006); CKAC-AM re an episode of Doc Mailloux (Childless by Choice) (CBSC Decision 05/06-1671, December 11, 2006); CKAC-AM re Doc Mailloux (six episodes) (CBSC Decision 06/07-0168 & -0266, August 23, 2007); Sun News Network re The Source (Theft Ring) (CBSC Decision 12/13-0069+, September 9, 2013); CHOG-AM re the Shelley Klinck Show (CBSC Decision 95/96-0063, April 30, 1996); CFGO-AM re a Jim Rome Commentary (CBSC Decision 98/99-0093, June 17, 1999); CFUN-AM re The Pia Shandel Show (Native Land Claims) (CBSC Decision 98/99-0147, October 14, 1999); V re an episode of Dumont (CBSC Decision 11/12-0434, March 28, 2012); Sun News Network re ByLine (England riots) (CBSC Decision 10/11-2338 & -2339, June 20, 2012); CFRB-AM re Beyond the Mic with Mike Bullard (CBSC Decision 11/12-0919, August 15, 2012).

[2] CJMF-FM & CKOB-FM re Doc Mailloux et Josey (CBSC Decision 16/17-0491 & -1305, January 30, 2018); CKVX-FM re comments made on the Pepper and Crash Show (CBSC Decision 02/03-0237, July 22, 2003); CHOI-FM re Le monde parallèle de Jeff Filion (Sexual Comments) (CBSC Decision 03/04-0018, April 22, 2004); CKAC-AM re an episode of Doc Mailloux (Adolescent Sexuality) (CBSC Decision 05/06-1104, June 30, 2006); CKAC-AM re an episode of Doc Mailloux (Money) (CBSC Decision 05/06-1379, December 11, 2006); CKAC-AM re an episode of Doc Mailloux (Childless by Choice) (CBSC Decision 05/06-1671, December 11, 2006); CKAC-AM re Doc Mailloux (six episodes) (CBSC Decision 06/07-0168 & -0266, August 23, 2007); CIHT-FM re a “Josie & The City” segment on The Morning Hot Tub (CBSC Decision 08/09-1628, June 25, 2009); CFNY-FM re a “Wha’ Happened?” segment on the Dean Blundell Show (CBSC Decision 08/09-1238, September 23, 2009).

[3] CHOI-FM re Dupont le midi (relationship status) (CBSC Decision 10/11-1694, March 14, 2012).

ANNEXE A

Doc Mailloux et Josey est une tribune téléphonique animée par Josey Arsenault et le psychiatre Pierre « Doc » Mailloux. Les animateurs et les interlocuteurs discutent de relations interpersonnelles et de questions sociales. L’émission est diffusée de 9 h 30 à 11 h, du lundi au vendredi. Elle est diffusée sur le réseau de radio Cogeco, notamment la station CKOB-FM (106,9fm, Mauricie). Dans l’émission du 12 octobre 2017, la question du jour a été « Comment est-ce que vous avez réagi lorsque vous avez su que vous étiez cocu? ».

CKOB-FM a diffusé l’avertissement suivant au début de l’émission. Cet avertissement n’a cependant pas été répété à la fin des pauses publicitaires :

Cette émission s’adresse à un public averti. Doc Mailloux et Josey Arsenault au réseau Cogeco. Vous écoutez Doc Mailloux et Josey. Avec le Doc et Josey Arsenault.

Ce qui suit est la transcription de l’épisode :

Josey :     Bonjour et bienvenue dans l’émission du Doc Mailloux et Josey. Doc Mailloux, bon matin.

Doc :    Josey. Madame Arsenault.

Josey :    Mm hm.

Doc :    Salutations.

Josey :    Doc Mailloux?

Doc :    Oui?

Josey :    Nous sommes dans notre téléroman qui se poursuit.

Doc :    Ah oui.

Josey :    Hier dans l’émission, nous avions notre question : la fois où j’ai été cave. En fait c’était pas une question, mais on voulait que les gens complètent la phrase. Et nous avons eu une auditrice qui nous a écrit pour nous dire que la fois où elle a été cave, c’est que, lorsqu’elle a écrit une lettre de bêtises à la maîtresse de son conjoint. Elle a dit : Sur le coup, ça m’a vraiment fait du bien, et par la suite j’étais très honteuse.

Doc :    Oui.

Josey :    Et là on s’est mis à discuter de ça et on s’est dit il faudrait faire un sujet juste là-dessus. Parce que ça existe. Je vais vous faire entendre un extrait très intéressant, Doc Mailloux, que j’ai trouvé sur le net. C’est vraiment, euh, intéressant. Et parce qu’aujourd’hui on va parler de relations extraconjugales, la question de base : À qui la faute? Quand il y a relation extraconjugale, nous permettez-vous aujourd’hui là qu’on s’enfarge pas dans les mots et qu’on parle d’infidélité? Ça vous dérange-tu?

Doc :    Non, relation extraconjugale.

Josey :    En tout cas, moi j’utilise « infidélité » aussi parce que quand il y a un pacte –

Doc :    Parce qu’il y a un jugement de valeur.

Josey :    — entre les deux. Parce que tu changes le pacte, tu es infidèle à ta promesse.

Doc :    OK quand il y a un pacte, OK.

Josey :    En tout cas, ça existe là.

Doc :    J’espère que c’est pas un pacte de suicide-là.

Josey :    Bin voyons. Non, mais il y en a qui se disent, à l’Église, ou encore entre eux, « Je te dis que je serai fidèle. » En tous cas. Il y a des conversations dans le couple qui se font comme ça là. En cours de route, c’est drôle, ça change par exemple.

Doc :    Oui.

Josey :    Sauf qu’on oublie de la dire à l’autre. Mais en tout cas. Et l’autre le découvre pis c’est là que ça crée des problèmes quelquefois. Mais les problèmes qu’on veut discuter aujourd’hui, c’est, on s’adresse aux cocus là. À qui en avez-vous voulu? Ou en voulez-vous encore? À vous-même? À votre conjoint ou conjointe? À l’amant ou la maîtresse? Comment avez-vous réagi?

Doc :    Oh, ça je commence à aimer ça comme questionnement.

Josey :    Est-ce que vous avez enguirlandé l’amant ou la maitresse? Êtes-vous allé jusque-là? Pis ça peut être l’inverse aussi là. Il y en a que c’est le contraire. C’est la maitresse qui enguirlande la conjointe officielle ou le conjoint.

Doc :    Oui.

Josey :    Avant d’aller plus loin –

Doc :    Et il y a même des instincts, oui, oui attends, excuse.

Josey :    C’est parce que je voulais qu’on écoute l’extrait. J’ai hâte de vous le faire entendre.

Doc :    Oui oui, allons-y, allons-y. Puis on reviendra sur les extraits.

Josey :    Bin, j’ai trouvé ça sur YouTube quand je faisais des recherches sur les relations extraconjugales et tout ça.

Doc :    Oui.

Josey :    Et je suis tombée sur une maitresse qui s’adresse aux femmes mariées.

Extrait :    Il faut nous laisser respirer aussi, c’est [courment?]. Toujours, vous êtes toujours à pleurnicher. Elle a volé mon mari, elle a volé mon mari. On vole pas le mari de quelqu’un. Vos maris là, il faut les mettre en laisse comme des chiens, comme ça ils ne vont pas bouger. C’est pas parce que ton mari a une maitresse qu’il faut aller pleurnicher, faire du bruit comme ça pour rien. Nous aussi on veut profiter, nous aussi on veut vivre, non? Hein? Il faut savoir partager, vous êtes des égoïstes. Vous êtes vraiment des égoïstes, vous les, les, les femmes mariées là. Quand ton mari a les moyens et il va aider une maitresse, c’est pas mauvais. Même la Bible, la Bible, Dieu nous recommande de nous aimer les uns les autres.

Josey :    [rit] J’ai tellement trouvé ça drôle. Elle est pas peureuse en tout cas [rit]. En tout cas, c’est une petite perle que j’ai trouvée sur Internet.

Doc :    Sais-tu qu’est-ce que j’ai écrit tout à l’heure? Je m’adresse aux conjoints. Vous avez le droit de pas aimer le sexe. Vous avez pas le droit d’emprisonner votre conjoint. Ça vous regarde, vous êtes pas obligés la sexualité. Ceux qui vivent ensemble-là, il y a aucune obligation de sexualité. La sexualité c’est un geste volontaire.

Josey :     Bin oui, sinon ce serait une agression.

Doc :    Sinon c’est une agression. C’est une voie de fait. Mais, du même souffle, vous n’avez pas le droit d’emprisonner le conjoint et c’est exactement ce qu’on vient d’entendre. Votre conjoint c’est pas un chien. Pis votre conjoint c’est pas pitou qu’on tient en laisse.

Josey :    Mais Doc, ça là-dessus là, il y a sûrement des gens qui, qui doivent s’en douter un peu là. Quand t’as plus de relations sexuelles avec ton conjoint, sur une bonne période de temps là, pis que ça semble pas vouloir repartir, ou il me semble tu dois te dire il va aller voir ailleurs, c’est quand même rien. Tu peux pas être surpris du fait. Là je vais me faire ramasser par plein de monde en disant ça, je le sais, mais.

Doc :    Un chien n’est pas supposé aller pisser chez le voisin. Beaucoup de relations conjugales sont sous un mode extrêmement primitif. Et c’est pas drôle en 2017, je vais vous dire. C’est honteux. L’auditrice qui a écrit une lettre de, une lettre de bêtises à la maitresse.

Josey :    Oui. Oui.

Doc :    — de son conjoint, elle a eu honte. Avec raison. Et là ce qui serait intéressant aujourd’hui, appelez-nous. Appelez-nous. Peu importe ce que vous avez fait, on va vous écouter, et essayer de comprendre pourquoi vous avez agi comme ça. Et là on va aller plus loin. Ça va beaucoup plus loin que ça là. Fréquemment, chez les hommes, ça ne se limite pas à des lettres et à des coups de téléphone.

Josey :    Non c’est la violence souvent, c’est physique.

Doc :    Ça va jusqu’à des menaces de tuer le rival. Et j’en ai vu dans ma pratique, rien qu’en masse.

Josey :    Ça se peut-tu Doc que les hommes s’en prennent plus à sa conjointe, que la femme s’en prend à son conjoint?

Doc :    Oh, pfff.

Josey :    Parce qu’il me semble que les histoires qu’on entend là, qu’il a tué la femme parce qu’elle avait un amant, il a pas accepté qu’elle a une relation. On en voit souvent ça dans les faits divers. Alors dit que l’inverse, à part là vous allez me sortir la vieille histoire qu’une femme a coupé le pénis de son conjoint là parce qu’il avait été infidèle là.

Doc :    Ouin.

Josey :    Mais ça, on s’entend que ça a marqué l’imaginaire. Mais à part de ça, je pense que les femmes s’en prennent plus à la maitresse qu’à leur conjoint. Je pense que c’est différent au niveau des genres.

Doc :    J’ai pas de –

Josey :    En tout cas, on va l’entendre dans l’émission.

Doc :    C’est un, oui, c’est un méchant méli-mélo.

Josey :    Oui.

Doc :    Et les hommes, au lieu de déplorer, si la conjointe décide d’avoir une relation extraconjugale avec un autre homme, mais comment expliquer ce comportement instinctif, primaire, à peine sorti de l’âge des cavernes, de vouloir battrele, l’homme, l’amant, de, de, de sa conjointe, de lui sacrer une volée et de le tuer.

Josey :    Ça peut aller jusque là –

Doc :    On est en 2017.

Josey :    Ouin, ouin, ouin.

Doc :    C’est fréquent. Les idées homicidaires, les idées de tuer. L’homme qui approche sa conjointe. C’est fréquent.

Josey :    C’est pas juste québécois là. C’est pas juste au Québec que c’est comme ça.

Doc :    Ailleurs je le sais pas, mais chez nous c’est fréquent.

Josey :    On va aller à la pause. Au retour d’ailleurs, on va sortir les chiffres de notre sondage maison sur la sexualité des Québécois, sur les habitudes de sexualité des Québécois. Et, euh, on avait posé la question à nos auditeurs « avez-vous déjà été infidèle? Êtes-vous actuellement infidèle là à votre partenaire? » Pis on avait des chiffres très concrets. Alors on, on va les ramener, sont très d’actualité.

Doc :    Ouais.

Josey :    Le sondage s’est fait l’année passée. Alors on va à la pause. On va vous redévoiler ces chiffres-là, vous les rafraîchir et en plus on aimerait vraiment vous entendre. C’est sûr que c’est, c’est pas le fun de parler de, de, de, de nos mauvais comportements peut-être, mais on peut grandir par contre pis ça peut aider d’autres personnes aussi.

Doc :    On n’a pas le choix. On n’a pas le choix, c’est un gros pourcentage d’adultes qui ont pas de maudit bon sens dans l’intimité.

Josey :    Oui. Alors vous êtes-vous déjà défoulé sur l’amant ou la maitresse de votre conjoint ou en avez-vous déjà été la victime?

– pause

Josey :    Comment avez-vous réagi, lorsque vous avez su que vous étiez cocu? C’est ça la question. Est-ce que vous vous êtes requestionné, remis en question vous-même, ou votre conjoint, ou, ou encore? C’est ça qui nous intéresse aujourd’hui. Est-ce que vous êtes défoulé sur l’amant ou la maitresse? C’est ça la, la question, pis je sais que c’est pas évident de nous téléphoner pour en parler. Vous devez pas être fier de ça. Mais on va pouvoir, mais il y en a qui pensent qui ont raison de le faire encore, soit dit en passant.

Doc :    Coup de téléphone, lettre acerbe —

Josey :    Ça existe.

Doc :    Et des deux côtés, hein? Il y a des nouvelles partenaires, d’un homme marié qui vit en, marié dans le sens de, que, qu’il a une conjointe, qui vont appeler ou écrire à la légitime et l’enguirlander.

Josey :    Exact.

Doc :    L’abimer de bêtises.

Josey :    Moi je trouve ça la pire affaire. Tu y donnes du pouvoir en plus en faisant ça. Tu t’abaisses, tu te rabaisses en faisant ça. Je suis peut-être trop orgueilleuse, remarquez bien là, mais,euh, il me semble tu ne te mets pas sur un piédestal quand tu fais ça là.

Doc :    Il y a beaucoup de comportements vils qui entourent la sexualité.

Josey :    On a parlé aussi tantôt aussi –

Doc :    Oui.

Josey :    — des comportements masculins qui peuvent être plus physiques, plus, euh, violents.

Doc :    Violent.

Josey :    Il y a un auditeur qui nous a rappelé l’ex-conjointe de Tiger Woods qui l’a attaqué à coups de bâtons de golf.

Doc :    Oui, oui.

Josey :    Faque ça peut réagir fortement aussi chez les femmes.

Doc :    Oui, oui. Mais c’est, c’est moins dangereux, ça mène –

Josey :    Grafigner la voiture de la maitresse, des petites choses comme ça.

Doc :    Tout ça, oui.

Josey :    Et je veux rappeler les chiffres qu’on a parce qu’on a fait un grand sondage, vous en souvenez?

Doc :    Oui.

Josey :    Sur la sexualité des Québécois où on avait eu presque 4000 répondants. Faque c’est un sondage qui était très large. On avait vraiment une bonne base de gens-là.

Doc :    Oui.

Josey :    Et, « avez-vous déjà été infidèle? » C’est cinquante point trois pour cent Oui chez les hommes, et 50 pour cent Oui chez les femmes. Faque on peut dire que un humain sur deux a déjà été infidèle.

Doc :    Oui.

Josey :    Ensuite, « est-ce que vous avez déjà été infidèle à votre partenaire actuel? » Vingt pour cent des gens ont répondu Oui. Vingt-quatre pour cent chez les hommes, et 16 pour cent chez les femmes. Donc, ça touche pas mal de monde.

Doc :    Oui.

Josey :    Une personne sur 5. Un homme sur 5, on peut dire comme ça qui, euh, —

Doc :    Il y avait eu, il y a 10 ans, Josey, pour ceux qui croient que les chiffres peuvent être exagérés, attachez vos tuques. Une étude similaire avait été faite en Italie qui avait révélé que chez les hommes, 66 pour cent avaient avoué avoir eu une relation extraconjugale dans leur vie. Mais chez les femmes, ça tombait à moins de 45 pour cent. Bon. On ne critique pas. C’est, ce sont des sondages. Partout dans le monde c’est mal vu qu’une femme soit ardente sexuellement. Autant en Italie que –

Josey :    En Europe je pense que la mentalité est différente là-dessus. En France particulièrement c’était quasiment bien vu là pour les hommes d’un certain rang d’avoir une maitresse.

Doc :    Oui. Et pour les femmes? Non.

Josey :    Non. Exact. C’est vrai.

Doc :    Alors, à 50 pour cent, on est, on est très conservateur. Nos chiffres sont probablement valables. Et comparables.

Josey :    Ouin. Doc, on va aller au téléphone. On va parler avec Sylvain de Québec. Bonjour, Sylvain.

Sylvain :    Bonjour à vous deux.

Doc :    Oui, Sylvain?

Sylvain :    Bon, ʼcoudonc, ça commence comme ça. Un bon petit souper avec une bouteille de vin, pis c’est ci, pis c’est ça. Elle dit il faut que je te parle. Je lui dis vas-y. Elle dit je t’ai trompé. Faque je la prends par la main pis je lui dis il y a juste une personne ici qui peut me tromper pis c’est moi. Tut’es trompé, pis that’s it. [Doc rit]

Josey :    Et ensuite?

Sylvain :    Ensuite, deux semaines après je lui ai fait sentir qu’elle était plus la bienvenue, faque elle est partie.

Josey :    Pis vous, est-ce que vous êtes remis en question là-dedans?

Sylvain :    Pantoute.

Doc :    Bon qu’est-ce qu’elle vous a raconté de son histoire, « je t’ai trompé »?

Sylvain :    Oh c’était un party de Noël organisé par sa compagnie, pis il a un condo au Mont Saint-Anne et elle a dit l’alcool pis le petit joint, pis c’est ci, pis c’est ça, pis, bon, ʼcoudonc, je suis allé coucher avec et c’est ci pis c’est ça. [inaudible] J’ai dit ʼcoudonc j’ai rien contre ça, mais c’est comme je vous ai dit, je lui ai fait sentir qu’elle était pas la bienvenue.

Doc :    OK, quel âge vous aviez?

Sylvain :    Oh, je devais avoir à peu près 25, 26 ans.

Doc :    Et là vous avez quel âge?

Sylvain :    Soixante et trois.

Doc :    Vous avez 63 ans. Et c’était une femme de votre âge. Sans enfant? Avec enfant ou sans?

Sylvain :    Sans enfant. On était tous les deux célibataires.

Doc :    Bon. Est-ce que vous pourriez nous dire ce que ça vous a fait? Parce que là, sur le moment vous avez très bien réagi. Comportement très digne. Deux semaines après, vous lui avez signifié la porte. Comment vous vous êtes senti? Racontez-nous ça.

Sylvain :    Bin, je vais vous dire, Doc, ça m’a rien fait. J’ai eu un petit peu de chagrin sur le coup, parce qu’elle était vraiment belle. Mais après ça, ç’a duré peut-être 10 minutes et j’ai dit c’est fini, c’est fini.

Doc :    Expliquez-vous. Pourquoi deux semaines après vous la congédiez, vous la répudiez?

Sylvain :    Bin, je l’avais déjà, comme on dit, congédiée quand elle me l’a annoncé, mais je voulais que ce soit elle qui parte, de elle-même, qui parte.

Doc :    Oui, oui. Sylvain, pourquoi l’avez-vous répudié, si ça vous a rien fait? Vous êtes un peu menteur face, face à vous-même?

Sylvain :    Quand je suis avec une personne, je suis avec une personne, pas avec deux personnes, pis je regarde pas à droite pis à gauche.

Doc :    Bin oui, mais vous avez dit, vous avez dit que ça vous a rien fait. Pis vous la sacrez dehors deux semaines après. Pis en plus vous l’avez écœurée pour qu’elle s’en aille. Ça fait pas un peu primitif, ça? Fait pas un peu ostrogoth?

Sylvain :    Bin, laisse-moi parler là. C’est pas vraiment que je l’ai, euh, chicané. C’est que je lui ai fait sentir, tsé, je portais plus attention à elle autrement dit.

Doc :    Oui, oui. On a très bien compris. Mais vous avez, vous nous avez menti en pleine face en nous disant que ça vous a rien fait.

Sylvain :    Sur le coup ça m’a absolument rien fait.

Josey :    Et ensuite?

Sylvain :    Bin, ensuite j’ai dit la vie continue, j’ai dit, ʼgarde, c’est fini qui finit là.

Josey :    OK. Merci, Sylvain.

Doc :    Ça fait trop longtemps, mon Sylvain.

Josey :    Merci.

Doc :    C’est, c’est le problème avec les p-, tsé, les personnes d’un certain âge qui nous appellent, pis qui nous radotent une histoire qui s’est passée il y a 40 ans. Ils s’en rappellent pas. Tsé, là il vient –

Josey :    Mais quand c’est marquant là, on s’en souvient quand même. Mais je pense que –

Doc :    Oui, oui, mais lui –

Josey :    Je pense que Sylvain, il a un petit côté orgueilleux. Il a voulu faire son fin, il a dit que ça lui a pas dérangé, alors qu’on sait que si ça l’avait pas dérangé et si elle était si belle que ça, il l’aurait regardée et il aurait passé par-dessus.

Doc :    Bon. Tsé, c’est le mensonge à soi-même. Sylvain est d’une génération qui se ment allègrement, quotidiennement, copieusement, abondamment.

Josey :    Je ne généraliserais pas, Doc, parce que vous en faites partie de cette génération-là

Doc :    Oui!

Josey :    Pis vous êtes pas comme ça. Vous êtes pas comme ça.

Doc :    Oui.

Josey :    Faque, il y a d’autres personnes qui ne sont pas comme ça non plus. On va faire attention là.

Doc :    Dans ma génération, ça se ment à eux-mêmes comme ça respire.

Josey :    Maisce n’est pas tout le monde.

Doc :    Non.

Josey :    Ce n’est pas tout le monde. On va parler –

Doc :    Commun, commun, fréquent, dans ma génération.

Josey :    Claude nous appelle de Trois-Rivières. Bonjour, Claude.

Claude :    Bon matin, vous deux.

Doc :    Claude.

Claude :    Moi je vais vous conter une anecdote. C’est pas moi qui est concerné.

Doc :    Qui est arrivé, qui est arrivé il y a combien de temps là? Il y a 40 ans?

Claude :    Non, non, non. Pas –

Doc :    Eille, l’âge d’or bercez-vous à matin-là [Josey et Claude rient]. Essayez de nous laisser tranquilles un peu là.

Claude :    Eille, Doc, ça paraît-tu au téléphone que je fais partie de l’âge d’or? [Josey rit]

Doc :    Vous avez quel âge, Claude?

Claude :    Soixante et quinze. Bon, mais c’est pas ça l’histoire. Mon cousin qui –

Doc :    Êtes-vous sérieux ou c’est une blague? [Josey rit] Êtes-vous sérieux?

Claude :    Je suis sérieux. Désespoir, vous m’avez traité de petit vieux. Pas grave, mais je vais le prendre.

Josey :    OK, mais votre histoire est-tu contemporaine, Claude?

Claude :    Ouin, ouin, ouin, ça fait à peu près une quinzaine d’années.

Doc :    OK, c’est, c’est mieux. C’est mieux. On progresse.

Josey :    On se rapproche [rit].

Claude :    Je vais vous conter ça. J’ai un de mes cousins, qui vient d’un petit bout de [?].

Doc :    Oui.

Claude :    Il est chez nous, il [?] avec sa femme parce qu’il venait de recommencer à sortir, il, il a eu des problèmes avec sa femme. Pis ils sont chez nous pis on s’en va au restaurant pis elle commence à nous conter que [??] ils sont en couple encore, mais elle a trompé son mari. Faque là, moi, mais là, elle dit il est viré fou, pis elle dit il se promenait dans, dans dans’ ville avec le [?] 12 –

Doc :    Bon. Merci de le dire.

Josey :    Oui.

Claude :    Non, non –

Doc :    Merci de me le dire. J’ai eu ça souvent comme confidence dans mon bureau.

Claude :    Ouin, ouin. Là, là, moi là, je réagis comme vous. Je dis voyons-donc. Je dis ça a pas de bon sens –

Doc :    Et c’est toujours un 12, hein? Je sais pas pourquoi, tous ceux qui ont fait ça, c’est un 12.

Claude :    Ça fait que là il dit, il dit, « chus enragé » pis tout ça. Je lui dis « calme toé, voyons. Regarde c’est des affaires qui arrivent dans vie ». J’ai dit, si à un moment donné tu, tu, tu restes plus avec, t’arrêtes, tu cours pas après le gars, pis le suis, pis tout ça. J’ai dit réserve-toé, pis [?] pis toute.Ouais, mais il dit « c’était mon meilleur chum ». Il dit « on avait un avion ensemble ». On allait à la chasse ensemble. Patati patata. Il dit, « Tabarnak je l’aurais tué ». [Doc rit] Tsé? Là ma femme, elle me regarde pis ma belle-sœur, sa femme lui dit « bin, ouin, c’est un beau raisonnement ». Mais, tsé, sur le coup là, il y a des fois il y a des circonstances que, tsé, un gars trompe sa femme, sa femme trompe son mari, ça peut passer, mais quand tu te fais tromper deux fois sur le même coup là, tsé? Quand c’est ton meilleur chum, ils font de l’avion ensemble, ils ont un avion ensemble, ils vont à chasse ensemble, là il s’aperçoit à un moment donné que –

Doc :    Claude, la générosité, ça existe pas? [Josey rit]

Claude :    [rit] Si j’essayais de lui faire la morale qui est tout comme –

Doc :    Mon meilleur ami qui s’intéresse à ma partenaire, c’est un honneur, c’est un hommage.

Josey :    Mais s’intéresser c’est une chose, pis dormir dans le même lit en dessous des draps, avoue là, c’est une autre affaire.

Doc :    Ça ça me regarde pas.

Claude :    C’est ça.

Doc :    Non, non. Claude, vous, vous êtes d’une autre époque. On va essayer d’évoluer un peu, hein?

Josey :    OK, vous pensez, dans la nouvelle génération ils acceptent ça, les jeunes hommes que leurs meilleurs amis couchent avec leur blonde?

Doc :    J’ai l’impression, j’ai l’impression que il y a, il y a une certaine ouverture –

Josey :    Non, je pense pas moi.

Doc :    Et il y a moins de, de couraillage avec le 12 dans le coffre pour aller tirer le gars.

Josey :    Oh, OK, ça ça se peut.

Claude :    Oui, asteure, ils font des trips à trois pis à quatre.

Josey :    Eille, Claude, vous généralisez.

Doc :    Bon! Merci, Claude!

Josey :    Premièrement.

Claude :    Merci, bonjour!

Josey :    Merci.

Doc :    Merci. Bye.

Josey :    Pis il dit regarde en génération. Bin oui, la nouvelle génération, ils baisent à trois pis à quatre pis ils font tout ça. Voyons, Claude! Voyons, il faut arrêter de généraliser comme ça!

Doc :    Eille, pourquoi tu penses que les petits vieux on en veut pas trop en ondes?

Josey :    Doc. Vous-même vous généralisiez sur votre propre génération tantôt!

Doc :    Oui.

Josey :    Bon.

Doc :    Ça, ç’a pas de bon sens.

Josey :    C’est ça. Faut avoir un regard là plus objectif. On va essayer de faire ça.

Doc :    On va essayer d’évoluer.

Josey :    Bon.

Doc :    Et ils sont pas –

Josey :    Mais je pense pas, Doc, que les jeunes d’aujourd’hui acceptent plus ça que leur meilleur ami parte avec leur blonde. Je crois pas à ça pantoute. Mais je pense que ça passe encore moins bien une femme qui trompe son conjoint qu’un homme qui trompe sa conjointe. Je pense qu’il n’y a pas l’égalité des hommes et des femmes ici là dans ce sujet-là. Les femmes sont perçues comme des ci, des ça, pis les hommes comme des machos.

Doc :    Comme des ci, comme des ça.

Josey :    Tse? C’est ça. On va parler avec Natasha de Québec, bonjour.

Natasha :    Oui, bonjour!

Doc :    Natasha, est-ce qu’on progresse un peu en termes de groupe d’âge? [Josey rit] Quel âge avez-vous?

Natasha :    J’en ai 35.

Doc :    Bon merci. Oh vous me faites plaisir. On vous écoute.

Natasha :    En fait, tout est une perception de voir les choses. Euh, je vous dirais que j’ai pas écouté les deux autres avant moi –

Doc :    Oh oui, vous avez rien manqué.

Josey :    [rit] Vous êtes donc bin. [Natasha rit] Allez-y Natasha!

Natasha :    [??] pénaliser [?]. Euh, en fait, tout est une perception de voir les choses. En 1998 j’ai vécu le premier vrai grand amour. Il est beau, il est fort. Et non. Il m’a niaisé, il m’a trompé. La jalousie a embarqué et ça fait mal.

Josey :    De votre part la jalousie, Natasha?

Natasha :    Oui, beaucoup. En plus c’était moi qui étais follement amoureuse de lui.

Josey :    Pis qu’est-ce que ça vous a fait, comment vous avez réagi?

Natasha :    En fait, j’ai pas réagi vraiment, je me suis juste repliée sur moi-même. Alors j’ai juste encaissé le coup.

Josey :    Pis vous l’avez gardé auprès de vous?

Natasha :    Non du tout, du tout, du tout.

Josey :    OK.

Natasha :    Lui, il est parti, il m’a juste niaisé. Un épisode pour apprendre dans le fond comment niaiser une femme.

Josey :    OK.

Natasha :    Et toute ma vie dans le fond mes parents ont toujours été ensemble. Il y a jamais eu de, les chicanes de famille, on a jamais eu conscience de ça. Alors je ne savais pas c’était quoi l’amour. Mes parents, ça a toujours été le vrai grand amour. Un peu en grandissant avec le temps, oui j’ai eu plusieurs petites amourettes, mais rien de grave. Euh, avec le temps, bon, oui, je me suis fait un conjoint. Je suis resté longtemps avec lui. Mais je n’étais plus bien dans notre relation. Il était manipulateur, menteur, narcissique. C’était tout le temps moi qui étais coupable. Tout le temps moi qui fais pas correct dans la maison. C’est moi qui s’occupais des enfants matin, midi, soir. Il travaillait, la maison était propre, il revenait de travailler, le souper était sur la table. (inaudible) parce que j’avais pas eu le temps dans la journée avec les enfants finalement, bin là c’était pas correct. J’étais poche c’est ça.

Josey :    Faque vous l’avez trompé?

Natasha :          Je l’ai pas trompé sur le coup, euh, mais petit à petit, je me suis aperçue que les autres hommes m’intéressaient. Oh, il est cute lui. Oh! Je les voyais. Mais pourquoi que je vois les autres hommes quand avant je ne les voyais pas?

Doc :    Oui, c’est très bien présenté ça, Natasha.

Natasha :    Pourquoi? Parce que je n’étais plus bien dans notre relation. Je n’étais plus équilibrée. Avec le temps je me suis aperçue.

Doc :    Ouais.

Natasha :    Alors, il fallait que je reprenne du temps pour moi.

Doc :    Oui.

Natasha :    C’est pas facile parce qu’avec la, la, la société d’aujourd’hui, on n’a plus le temps. On est tellement encastré –

Doc :    Natasha, Natasha.

Natasha :    Pardon?

Doc :    Laissez faire la société. Vous étiez bien partie là, continuez. Alors votre cheminement à vous, laissez faire la société.

Natasha :    [???]

Doc :    Alors vous étiez avec un homme dénigrant.

Natasha :    Oui.

Doc :    Ç’a pris combien d’années avant que vous commenciez à vous intéresser à d’autres hommes?

Natasha :    [pause] Quatre ou cinq ans. J’ai été dix ans de temps avec lui.

Doc :    OK, dix ans de vie commune. Après quatre, cinq ans de dénigrement, ça commençait à faire.

Natasha :    Oui, ç’a été –

Doc :    Est-ce qu’il était, quel genre de partenaire il était votre conjoint? Quel genre de partenaire sexuel?

Natasha :    Euhhh, je [????]. Fait que, cinq secondes au lit. Bin, dans le fond j’étais un sac à vidanges. C’est [?]. J’étais [?].

Doc :    Bon.

Natasha :    [??].

Doc :    C’est ça. Alors il n’avait aucune considération pour votre sexualité.

Natasha :    Non, c’est ça. Bin, pour ma sexualité ça me dérangeait moins parce que, bon, j’étais capable de me satisfaire, donc ça ne me dérangeait pas.

Doc :    OK. Ah vous utilisiez le pommeau de douche?

Natasha :    Oui, oui, bin, les jouets, les choses comme ça.

Doc :    C’est bon de, c’est bon de le dire. Il y a beaucoup de femmes qui se font plaisir, qui s’excitent sexuellement et elles se déclenchent de très bons orgasmes avec les douches téléphones là. Excellent, Natasha!

Josey :    Merci, Natasha, merci beaucoup. On va aller à la pause.

Doc :    Oui.

Josey :    D’ailleurs, là-dessus là, sur ce que Natasha vient de dire, insatisfaction, euh, sexuelle, dénigrement, mais sur l’insatisfaction sexuelle, on en a des courriels. Des femmes qui ont une libido très forte, qui sont avec des conjoints éjaculateurs précoces.

Doc :    Ah bon.

Josey :    Et qui décident d’aller voir ailleurs.

Doc :    Ah bon.

Josey :    Parce que non seulement on parle d’éjaculateur précoce, mais on parle de non-intérêt envers la femme. Donc, ça peut être une cause, euh, assez importante. Pis des éjaculateurs précoces, c’est quoi, un homme sur trois?

Doc :    Dépendamment des groupes d’âge.

Josey :    Exact. Par 20 ans là.

Doc :    Quatre-vingts pour cent des hommes de 20 ans et moins n’ont à peu près aucun contrôle sur leur première éjaculation. Une demi-heure, trois quarts d’heure après, bin le contrôle est meilleur. À 40 ans, il y a quand même au-delà de 40 pour cent d’hommes qui ont encore aucun contrôle sur leur éjaculation. Entre 20 et 40 ans.

Josey :    Ouin.

Doc :    Faque ça c’est pas –

Josey :    On va aller à la pause, Doc, et au retour, nous avons Isabelle de Québec.

Doc :    Oui.

Josey :    On veut entendre vos histoires, mais vraiment là comment vous avez réagi quand vous avez su, on va le dire carré, quand vous avez été cocu, vous avez appris que vous étiez cocu. La façon de l’apprendre ça doit être quelque chose aussi. Tsé, si tu arrives à’ maison et tu le pognes dans le lit, sur le fait, ça doit être un petit peu plus émotif. Ça doit changer peut-être quelquefois la façon de réagir. Je sais pas. Je, je l’ai pas vécu, mais ça doit pas être le fun. On va aller à la pause, on va entendre vos histoires.

– pause

Josey :    Aujourd’hui dans la maison, « dans la maison »? Dans l’émission, on se sent comme à la maison. Euh, nous abordons le thème des relations extraconjugales et juste là-dessus là on pourrait faire des des, des, on va pren-, on pourrait prendre des angles différents pendant un mois de temps, je pense.

Doc :    Oui.

Josey :    Hein, les relations extraconjugales là, ça touche vraiment les gens. Et aujourd’hui –

Doc :    Bin là.

Josey :    Bin oui, ça touche des gens.

Doc :    D’après, d’après notre étude c’est un sur deux.

Josey :    Bin oui, exact.

Doc :    Un adulte sur deux.

Josey :    Exact.

Doc :    Homme et femme.

Josey :    Oui.

Doc :    Maintenant, maintenant, c’est que nos statistiques se rejoignent. Donc les femmes ont moins peur de dévoiler, de répondre à des sondages.

Josey :    Oui. Mais je pense qu’elles sont encore, euh, très mal perçues.

Doc :    Ouin.

Josey :    Tsé, admettons que t’apprends là que telle femme, tel gars, sa femme l’a trompé. Oh pauvre petit, pis tu parles d’une femme qui a fait ça. Pis dans un autre souper, tu apprends que lui il a des maitresses. Ça réagit pas pareil.

Doc :    C’est vrai qu’il y a un double standard. Effectivement.

Josey :    Vraiment. Et je, OK, on va parler avec Isabelle là.

Doc :    Allo.

Josey :    Je vais juste lui demander de patienter deux secondes.

Doc :    Oui.

Josey :    Bin, une minute. Parce que c’est une maitresse qui nous a écrit.

Doc :    Oui.

Josey :    Pis là juste là, vous allez voir là il y a des femmes qui vont grimacer quand elles vont entendre la première phrase. « À qui la faute? Selon moi, tout dépend de la situation, mais c’est souvent une faute partagée. Je suis la maitresse d’un homme marié avec de jeunes enfants. Nous nous voyons à temps partiel depuis presque le début de la relation entre mon amant et sa conjointe actuelle. Au fil des années, une bonne confiance s’est installée entre nous et il s’est confié à moi sur ses raisons. Dans son cas, ce qui le pousse à aller voir ailleurs, c’est leur incompatibilité sexuelle et le fait qu’il ait de la difficulté à se sentir masculin et viril à ses côtés. Madame se limiterait au missionnaire le dimanche après le souper chez ses parents, lui aimerait explorer un peu plus et beaucoup plus souvent. Madame est aussi une germaine. Appli de localisation pour savoir où il est en tout temps. La paye de monsieur dans le compte conjoint. Madame qui suit les achats de monsieur sur Accès D et qui ne se gêne pas pour l’appeler et lui donner de la merde lorsqu’elle juge ses dépenses non justifiées. Exemple, un café Starbucks. J’ai été témoin de toutes sortes de choses. Mon amant est-il une pauvre victime pour autant? Non. Pour des raisons qui lui appartiennent et qui ne me regardent pas, il n’a jamais voulu aborder les points qui le dérangeaient chez elle, et dans leur relation, et qui le poussent à aller voir ailleurs de peur de la frustrer encore plus et avoir encore plus de mesures disciplinaires. » Mais le gars c’est un tapis en passant là. Elle est peut-être germaine, mais lui qui se laisse faire tout ça, il est pas mieux bin bin là.

Doc :    Oui, il y a des jeunes enfants.

Josey :    On va aller à Québec, parler avec Isabelle. Bonjour Isabelle.

Isabelle :    Bonjour! Comment ça va?

Doc :    Bonjour Isabelle. On vous écoute.

Isabelle :    Bonjour, Doc. Euh, moi j’ai écrit en fait à Josey hier quand vous aviez votre sujet pour, euh, dire que je, mon, mon ex-mari, qui n’est donc plus mon mari, avait une maitresse folle. La maitresse en question, euh, à partir du moment où il a décidé que lui il ne voulait plus être avec elle, mais revenir dans son mariage, a commencé à faire de l’intimidation auprès de moi, elle appelait en disant à d’autres personnes que je connaissais qu’elle avait un couteau quand elle me voyait. Euh, alors j’ai porté plainte là.

Josey :    Eille, c’est incroyable.

Doc :    Et qu’est-il arrivé?

Isabelle :    Bin, finalement on ne pouvait rien faire parce qu’elle n’avait pas fait de menaces directes envers moi. Ce sont des paroles qui ont été traitées un peu paroles en l’air par la police. Donc à partir du moment où il y avait comme rien à faire, je l’ai confrontée. J’ai trouvé son numéro de téléphone, je lui ai dit que c’était pas de ma faute finalement, la relation avec mon ex-mari n’avait pas fonctionné avec elle. Que c’était des affaires qui nous appartenaient, qu’on avait décidé de se donner une deuxième chance. Puis, bin je lui ai dit à partir du moment où je sais maintenant où tu habites, je sais exactement qui tu es, les menaces de part et d’autre ça nous avancera nulle part.

Doc :    Et?

Isabelle :    Bin, ç’a arrêté.

Doc :    Bon. C’est bon.

Josey :    Faque le fait qu’elle soit confrontée directement, ça l’a arrêté.

Doc :    C’est bon, vous êtes courageuse Isabelle.

Isabelle :    Tsé –

Doc :    Vous l’avez affrontée en voulant dire calme toi le pompon, sinon tu vas être dans le trouble.

Isabelle :    Bin moi ça me servait à rien. Je commençais à avoir peur, pis oui, je voulais pas [?] ça pis de toute façon la police pouvait rien faire à ce moment-là, donc, euh, euh, j’ai, j’ai ralenti les choses pis ça, ça m’a aidé à, à, à poursuivre en fait. J’ai poursuivi pendant, euh, quelques mois avec mon ex-mari, mais finalement ça ne pouvait pas fonctionner avec lui. C’était [?].

Doc :    Isabelle.

Isabelle :    Oui?

Doc :    Votre ex-mari, il a eu une maitresse. Avez-vous idée –

Isabelle :    Deux.

Doc :    Il a eu des maitresses ou il a eu des relations extraconjugales. Bon, avez-vous idée du pourquoi?

Isabelle :    En fait il ne m’a jamais, il m’a toujours dit que c’était pas parce qu’il avait pas d’amour pour moi. C’était sans aucun doute pas parce que j’étais pas impliquée dans mon, euh, mariage. Pour lui il était simplement tombé amoureux de quelqu’un d’autre et c’était plus fort avec quelqu’un d’autre qu’avec moi.

Doc :    Vous savez, vous avez mentionné le mot, le péché mortel, « dans monmariage ». Isabelle, on est en 2017. Avez-vous réalisé le discours que vous tenez?

Isabelle :    Oui, tout à fait –

Doc :    « Il était pas » —

Isabelle :    Et c’est pour ça –

Doc :    « Il était pas » –

Isabelle :    C’est pour ça que je ne suis plus mariée maintenant.

Doc :    Non, non, attendez un peu. « Il était pas impliquée dans monmariage ». Pfff.

Josey :    Ça, vous revenez souvent là-dessus. Il aurait fallu Isabelle que vous disiez dans « notre » mariage.

Doc :    Non, non, non. C’est, non.

Josey :    Dans « notre » couple.

Doc :    Qu’est-ce qui se passait entre vous deux? Qu’est-ce qui se passait de votre part, et de sa part à lui entre vous deux? Laissez-faire le mariage là. Dans votre relation avec cet homme-là, est-ce qu’il y avait des problèmes?

Isabelle :    Sans aucun doute, mais qui ne m’avait jamais été pointé par la personne avec qui je partageais ma vie. Évidemment quand on partage sa vie avec quelqu’un –

Doc :    Oui oui, mais comme quoi. Isabelle, vous êtes articulée. Allez, ralentissez. Plus quelqu’un est intelligent et articulé, plus il doit ralentir s’il veut réfléchir.

Josey :    Vous voulez avoir du concret, qu’est-ce qui allait mal dans le couple.

Doc :    Vous, de votre part à vous, après, avec recul, après réflexion, est-ce que vous aviez une participation quelconque dans la problématique entre vous et votre ex-mari?

Isabelle :    Je pense que la réponse à votre question c’est que nous n’avions pas la même vision de notre implication ensemble dans le couple que nous formions.

Doc :    Isabelle, je pense qu’il a bien fait de vous laisser.

Josey :    Doc Mailloux!

Doc :    Vous, vous comprenez pas. Vous êtes, vous êtes vraiment fermée.

Isabelle :    Non, mais attention, Doc, ce n’est pas lui qui m’a laissée. C’est moi finalement qui est partie.

Doc :    Vous avez bien fait. Vous avez bien fait de le soulager.

Josey :    De le soulager, voyons!

Doc :    Parce que vous avez, ʼgardez, pour des raisons que j’ignore, vous n’êtes pas capable de vous regarder suffisamment. Vous introduisez une entité imaginaire qui est le couple, le mariage, au lieu de vous regarder vous, et de vous évaluer à votre juste valeur dans une problématique. C’est un conseil que je vous donne, qui, qui est gratuit et vous en ferez ce que vous voudrez.

Isabelle :    Merci, Doc, c’est généreux de votre part.

Doc :    Bye.

Josey :    Merci, Isabelle. Doc, ça se peut-tu, j’ai, j’ai une question.

Doc :    « Pas la même vision du couple ». Eille, écoute, là, là ça mène nulle part. Isabelle a avantage à se regarder telle comme elle est.

Josey :    Mm hm. Mais, mais –

Doc :    Oui.

Josey :    Je veux vous poser la question pis elle peut sembler naïve là, pis c’est correct. Mais ça se peut-tu que le gars, que ça se peut un gars qui soit juste volage.

Doc :    Oui, oui.

Josey :    Pis qu’il ait du bon sexe à la maison, pis que la femme, la, la conjointe, c’est une bonne conjointe –

Doc :    Oui.

Josey :    — avec des bonnes qualités. Pis le gars c’est un volage. C’est, c’est, —

Doc :    Oui.

Josey :    Ça se peut-tu que c’est pas nécessairement le problème de la cocue si le gars il va ailleurs?

Doc :    Oui. Mais comment se fait-elle qu’elle ait choisi cet énergumène volage? Ça nous dit quoi d’elle?

Josey :    Et vous pensez qu’on voit ça? Que c’est écrit dans la face quand on le rencontre?

Doc :    Non, c’est pas ça que je dis.

Josey :    Ah, mais ça prend du temps pour le découvrir.

Doc :    Attends un peu. Tu m’as entendu dire, « maintenant, avec le temps, le recul, et la réflexion », je l’ai dit. Avec le recul, et la réflexion, il est à l’avantage d’Isabelle de revenir sur « Quelle était ma participation? Est-ce que j’ai fait un mauvais choix? Est-ce que c’est de l’aveuglement volontaire? Est-ce que c’est la journée du mariage qui a primé sur le candidat? Est-ce qu’on m’a mis des éléments dans la tête, tronqués? » Exemple, la vision du couple. Si on avait eu du temps, on aurait pu lui demander, « c’est quoi votre vision du couple et vous avez pris ça où? »

Josey :    Ça là, le mariage, hein? Ça là, je suis d‘accord avec vous. Ça chus d’accord sur ce point-là que, comment vous dites ça, c’est un sac qu’on peut mettre tout dedans?

Doc :    Un fourre-tout.

Josey :    Un fourre-tout, exact. C’est un peu fourre-tout ça, hein, le, le, la, la vision ensemble, notre implication ensemble?

Doc :    Le couple, ça existe pas. C’est une, c’est une entité créée de toute pièce qui est vide.

Josey :    Mais c’est féminin ça, je pense aussi. C’est les fe-, les filles, les femmes on pense souvent comme ça. Pis moi-même là, en passant –

Doc :    Et, ça sert à quoi? Ça sert, mesdames, à ne pas se regarder tel que nous avons été. Isabelle, si vous ne regardez pas votre participation à l’échec de cette relation-là, vous êtes condamnée, inconsciemment, à le répéter. C’est un conseil gracieux que je vous donne.

Josey :    Et la participation étant peut-être juste seulement d’avoir juste mal choisi le partenaire là.

Doc :    Alors, pourquoi le mauvais choix? Le gars était un maudit hypocrite, pis il a enfariné la, Isabelle. Ou, elle a eu le cerveau lessivé, par deux joyeux morons qui a fait en sorte qu’elle s’aveugle inconsciemment lorsque vient le temps de choisir un partenaire pour l’intimité. Alors il y a différentes hypothèses ici.

Josey :    On va aller à la pause –

Doc :    C’est tellement répandu là au Québec.

Josey :    Mais ça se peut-tu qu’il y en a des femmes qui se disent, ou même des hommes là, mettons, il y en a qui ont des réputations là. De volages. On s’entend-tu là-dessus? Il y en a qui sont, sont réputés. On les connaît là. Mais il y a certaines femmes qui doivent se dire, « oh avec moi ce sera pas pareil ».

Doc :    Parce que, oui, on continue.

Josey :    Non, mais parce qu’elles pensent qu’elles sont, euh, hots au lit, qu’elles sont plus belles que les autres, qu’elles vont être plus impliquées auprès de lui. Tsé, il y en a peut-être qui surévaluent là peut-être?

Doc :    Ou bien, complexe d’infériorité. Tentative désespérée de se, de se valoriser. Écrasé en bas âge par le géniteur. … Réflexion.

Josey :    Toutes ces raisons sont intéressantes.

Doc :    Toutes ces raisons sont possibles, et plausibles.

Josey :    On va à la pause, au retour, nous allons penser [sic] avec une danseuse qui, euh, voit plusieurs couples et qui a des histoires à nous raconter. On va parler avec Vanessa.

– pause

Josey :    Alors aujourd’hui on parle de relations extraconjugales. Vous êtes-vous déjà défoulé sur l’amant ou la maitresse de votre conjoint? Avec le recul, le regrettez-vous? Trouvez-vous que c’était vraiment une bonne façon de régler la relation de couple? On aimerait ça vous entendre là-dessus.

Doc :    Oui.

Josey :    Comment vous avez réagi quand vous avez appris que vous étiez cocu? On a Vanessa de Québec qui est avec nous, bonjour.

Vanessa :    Bonjour, ça va bien?

Doc :    Oui Vanessa, on vous écoute.

Vanessa :    Euh, bin vous pensiez, que les, vous disiez que les couples, vous pensez qu’ils étaient ouverts ou en tout cas ce que j’ai entendu des dernières conversations, euh, qu’on est en 2017, mais, euh, dans, dans le bar, euh, dans les bars que, en tout cas, que plusieurs de mes compagnes de travail ont fait, on en a des couples qui viennent, puis ils, ils semblent ouverts.

Josey :Vous, vous parlez des bars, des clubs de danseurs et de danseuses?

Vanessa :    Oui, de danseuses.

Josey :    Oui.

Vanessa :    Parce qu’on a des couples qui viennent dans, dans des bars de danseuses puis tu t’assoies avec eux, tu jases et ils veulent aller en arrière, mais quand tu arrives en arrière dans une cabine, euh, euh, on est, la, la, la manière de faire les choses c’est que le monsieur doit s’asseoir et puis tu vas danser avec la dame parce que si on faisait le contraire, euh, on a un problème. On a un problème. C’est déjà arrivé des chicanes, des tirages de cheveux.

Josey :    Hein?

Vanessa :    Ou elle joue la comédie et le lendemain le, l’homme va revenir et va dire j’en ai mangé toute une. Ça a été toute une histoire. Euh, euh, on n’aurait pas dû procéder comme ça. Ça revient là, tsé? On a un rebound.

Josey :    Faque en fait, la conjointe, elle accompagne son conjoint pour le guetter.

Vanessa :    Je pense que oui. Je pense que oui.

Doc :    Écoutez. C’est dans quelle proportion? D’après vous là, quelle proportion d’hommes qui vont aux danseuses qui sont accompagnés par leur conjointe? Sur une salle, il y a, il y a, disons qu’il y a 100 personnes dans la salle, il y a combien d’hommes qui sont accompagnés d’une conjointe?

Vanessa :    Bon bin samedi soir, euh, passé il y a peut-être une vingtaine de couples.

Doc :    Sur, sur –

Vanessa :    Quand même pas mal –

Doc :    Sur, oui, sur un total de combien de?

Vanessa :    Bin c’est 100, 125 à peu près. Moi je trouve que les, les couples sont un peu plus ouverts là.

Doc :    Attendez un peu. C’est nouveau ça, cette affaire-là? Vous avez quel âge Vanessa?

Vanessa :    [rit] Oh my god, j’ai quarante ans.

Doc:     Vous avez, bin, lâchez-moi le, le, le, le « my god ». Vous avez quarante ans, vous avez de l’expérience?

Vanessa :    Oui.

Doc :    Et est-ce que –

Josey :    Je vais faire un commentaire que les gars doivent se dire, vous devez vraiment avoir l’air belle pour être danseuse à quarante ans. Je veux pas faire de l’âgisme, mais vous devez vraiment être belle.

Vanessa :    Quand même bien, quand même bien, je m’accepte, en tout cas, euh.

Doc :    Oui, oui.

Vanessa :    Mais ce que je veux dire aux dames là qui pognent les nerfs –

Doc :    Non, attendez, attendez un peu, attendez un peu là avant de passer vos messages là [Vanessa rit], il y a des choses importantes. Là vous dites que samedi soir il y avait une vingtaine d’hommes qui étaient avec leurs conjointes sur un total d’une centaine. Donc c’est 20 pour cent. Il y a 20 ans, il y en avait combien d’hommes qui venaient avec une conjointe?

Vanessa :    Ah mon Dieu.

Doc :    Laissez faire Dieu, cibole.

Vanessa :    [rit] Non, je ne sais pas parce que je dansais pas à cette époque-là.

Doc :    Vous avez commencé à danser à quel âge?

Vanessa :    Ah, ça fait, euh, ça fait deux ans. Ça se fait deux ans.

Josey :    Oh oui, c’est une nouvelle carrière sur le tard!

Vanessa :    Ouais c’est une nouvelle carrière. Admettons que c’est money, money talks.

Doc :    Mm hm. Oui, en français vous aviez besoin d’argent.

Vanessa :    L’argent parle. C’est, c’est, c’est une question d’argent, puis c’est de valorisation aussi. Je me sens bien, je me sens belle, j’ai pris un peu plus de confiance pis il y a l’argent qui, c’est, c’est –

Doc :    On parle de combien, on parle de combien par semaine, Vanessa?

Vanessa :    Oh mon Dieu [rit].

Doc :    Oui, oui, oui.

Vanessa :    Je sais je vais le lâcher Dieu. Euh, deux mille.

Doc :    Deux mille par semaine? Clair?

Vanessa :    À peu près.

Doc :    En argent?

Vanessa :    Oui.

Josey :    Vous devez définitivement être très belle.

Doc :    Oui. Et, euh, votre histoire de, de God, pis de Dieu, ça vient d’où ça? Ça m’intéresse, cette affaire-là.

Vanessa :    Oh c’est ma mère ça, ma mère.

Doc :    Ahh.

Vanessa :    Oui, ça, c’est ma mère, ma grand-mère. Ce sont des –

Doc :    Alors votre mère et votre grand-mère étaient des mangeuses de balustre? [Vanessa rit] Qu’est-ce qu’il y a de drôle?

Vanessa :    Eille, probablement.

Josey :    Mais moi c’est le contraire. Je vous trouve pas drôle parce que dans cette génération-là c’était comme ça pis là vous venez toutes les traiter de mangeuses de balustre.

Doc :    Oh oui, oui. Ça mangeait de la balustre au coton. C’était quoi les problèmes qu’avait votre mère? Elle mangeait de la balustre, mais elle avait des problèmes aussi. Comme quoi?

Josey :    Parce qu’elle disait « mon dieu », c’est ça?

Doc :    Oui, oui.

Vanessa :    Ma mère était soumise.

Doc :    Bon.

Vanessa :    Maman c’était une soumise.

Doc :    Jusqu’où est-elle allée dans sa soumission?

Vanessa :    Oh, ces femmes qui aiment trop là, à faire n’importe quoi.

Doc :    Vanessa, donnez-nous quelques exemples concrets de soumission excessive.

Vanessa :    Oh, mon dieu, jusqu’à être cocue, jusqu’à être cocue. Trouver des condoms dans l’auto, usagés, puis, euh, faire comme si de rien n’était.

Josey :    Mm.

Doc :    Et vous, ça vous a affectée comment, le comportement de soumission de votre mère?

Vanessa :    Ça m’a affectée dans le sens qu’aujourd’hui, euh, je veux pas dire que je suis germaine là, parce que, euh, … je trouve le mot, euh, mais, oui, j’ai un certain contrôle de la situation.

Doc :    Oui?

Vanessa :    Ce qui fait que je n’embarque pas dans des relations, euh, des relations intimes, ou ça va être un gros fake là.

Doc :    Oui. Parlez-nous de votre sexualité.

Vanessa :    Ma sexualité, euh, bin c’est sûr qu’en étant dans un bar de danseuse c’est très excitant. Alors c’est masturbation, euh, trois fois, quatre fois par jour.

Doc :    Vous vous masturbez trois, quatre fois par jour?

Vanessa :    Oui. T’es avec des hommes, euh, t’es avec des hommes qui sentent bons, sont beaux.

Doc :    Non, non. Je vous juge pas, je voulais savoir. Alors vous vous masturbez au, au bar, ou chez vous?

Vanessa :    Non, chez moi.

Doc :    OK.

Josey :    Pis avez-vous des relations avec, euh, des hommes, ou des femmes?

Vanessa :    Je, non, au bar jamais, non. Avec des clients, non.

Josey :    Non, mais dans votre vie privée là?

Vanessa :    Ah, non. Non.

Doc :    Fait que votre satisfaction sexuelle vient de la masturbation. Tout à l’heure on, euh, vous avez entendu Natasha qui nous dit qu’elle utilise principalement la douche téléphone pour se masturber. Vous, quel est votre moyen préféré de masturbation?

Vanessa :    J’ai, euh, j’ai deux jouets. J’ai un, un pénis, euh.

Doc :    Oui?

Vanessa :    Et puis, euh, avec une petite bidule pour, euh, les femmes l’utilisent pour le clitoris, moi je l’utilise pour l’anus.

Doc :    OK.

Vanessa :    Pis j’ai un petit lapin, euh, j’ai un petit lapin, qu’ils vendent ça là chez Planète X, c’est merveilleux [rit].

Doc :    Oh, ça, je connais pas ça. Josey es-tu familière –

Josey :    Avec Planète X? Mais oui.

Doc :    Non, non, mais petit lapin, qu’est-ce que vous voulez dire par le p—?

Vanessa :    Un petit lapin avec des oreilles –

Josey :Pour stimuler le clitoris, c’est ça?

Vanessa :    Oui, ça va juste sur le clitoris. Et puis tu peux même l’amener dans le bain, dans la douche, pis tu peux même pas le noyer.

Doc :    Ah! OK, j’ai compris.

Josey:  Un lapin qui a plusieurs vies.

Doc :    Excellent, Vanessa. Merci beaucoup de votre collaboration.

Josey :    Vanessa, merci de nous avoir parlé.

Vanessa :    OK, bye bye.

Josey :    C’est drôle, vous avez dévié du sujet pis ça a pas dérangé le Doc pantoute. Pantoute, pantoute. On va aller à la pause. Au retour on va revenir dans notre sujet. On va parler de –

Doc :    On s’instruit.

Josey :– cocu comme, euh, oui.

Doc :    On s’instruit.

Josey :    Comment, pour voir si vous savez pas ça. On va aller –

Doc :    Non, non.

Josey :    Non, la masturbation féminine ça vous dit rien là avec vos trente-huit ans d’expérience –

Doc :    Oui.

Josey :    Pis toutes les confidences que vous avez reçues. Ça m’étonne.

Doc :    Josey?

Josey :    Oui?

Doc :    Son moyen préféré, l’histoire du petit lapin, je connaissais pas.

Josey :    [rit] Il y a des petits castors aussi. Connaissez-vous ça les petits castors?

Doc :    Bin sur un vibrateur, oui.

Josey :    OK.

Doc :    Mais –

Josey :    Il y a des petits canards aussi. Il y a des –

Doc :    Isolés là? Sans un, sans un –

Josey :    [rit] Je vous taquine là. Oui, mais ça existe pour vrai là. Il y a toutes sortes de choses. On fera une émission là-dessus peut-être à un moment donné si vous aimez ça de même.

Doc :    Oui, oui.

Josey :    On va aller à la pause, Doc. Au retour, notre sujet. On parle de relations extraconjugales. Comment avez-vous réagi lorsque vous avez su que vous étiez cocu?

– pause

Josey : Aujourd’hui dans l’émission nous parlons de relations extraconjugales. Comment vous avez réagi lorsque vous avez su que vous étiez cocu? On a un courriel, Doc, que j’aimerais vous lire.

Doc :    Oui.

Josey :    Euh, c’est Stéphanie. Elle dit : « J’étais en couple depuis presque un an avec lui. Nous avions 20 ans. » En passant, là elle en a 23.

Doc :    Oui.

Josey :    « Il m’a trompé avec une fille de 18 ans, très belle. Quand je l’ai appris de la part de mon cousin, parce qu’il était ami avec elle, ça m’a démolie. Je n’ai plus été fonctionnelle durant un gros deux semaines, au point de ne plus être capable de sortir de la maison. Depuis ce temps, j’ai 23 ans aujourd’hui, j’ai de gros problèmes avec mon apparence physique. Je me trouve laide. J’ai développé un trouble alimentaire. Notre relation était toxique, donc je ne lui en veux plus, car c’était pour notre mieux. Cela m’a fait ouvrir les yeux sur mon comportement. J’ai fait une grosse introspection. Je comprends pourquoi il a fui le temps d’une soirée. Je le brimais. Je voulais qu’il soit comme je voulais et non comme il était. Il avait ses torts, mais je prends ma part de responsabilité dans cet événement. »

Doc :    Bon. Merci, Stéphanie. Ça vous honore. Humilité. Quelle belle preuve démonstration d’humilité. Quelle était ma part dans l’événement?

Josey :    Ouin, ouin. Moi j’aime beaucoup la phrase, ça aussi je pense que c’est féminin là : « je voulais qu’il soit comme je voulais et non comme il était ».

Doc :    Oui.

Josey :    Ça arrive souvent, ça.

Doc :    C’est incrusté dans notre culture canadienne-française, malheureusement. Ailleurs, je le sais pas. Mais ça c’est trop incrusté dans notre nation et on se doit de sortir ça parce que c’est régressif, répressif, aliénant, nuisible, malsain. Utilisez les adjectifs que vous voudrez.

Josey :    Ouin, ouin. Ouin, ouin. Mais moi j’aimerais développer quelque chose avec vous.

Doc :    Oui?

Josey :    Qu’est-ce qui fait qu’une, euh, une jeune fille comme ça pouvait aller jusqu’à développer un trouble alimentaire? J’ai lu d’autres courriels où ç’a amené une dépression. C’est, c’est, c’est quoi ce, ce sentiment là de se sentir moins que rien à ce point-là là?

Doc :    C’est qu’elle est en train de vivre les conséquences d’une répression trop forte en bas âge. Fort probablement. Mon hypothèse explicative c’est que ç’a pas grand-chose à voir avec le partenaire. C’était tout là. Pourquoi brimait-elle à ce point son partenaire? On peut débuter là et remonter. Alors elle est dans une démarche d’introspection. Bravo, Stéphanie. Vous, vous avez ouvert la porte, contrairement à, euh, des individus qui nous ont appelés plus tôt. Vous êtes ouverte. Vous êtes ouverte sur votre passé, et votre passé n’est pas rempli, euh, d’événements sains. Il y a beaucoup de malsain probablement, et là c’est en train, ça l’a éclaté.

Josey :    Mais là, c’est –

Doc :    C’est mieux que c’est –

Josey :    C’est-tu quelquefois aussi de revivre l’abandon? Ça c’est, c’est de se sentir, je sais pas –

Doc :    Josey –

Josey :    On dirait qu’il y a le combat –

Doc :    Tu viens de le dire.

Josey :    Il me choisit. Il –

Doc :    Tu viens de le dire. Revivre l’abandon. Josey. Revivre, quel abandon?

Josey :    C’est ça. De la part, manque d’attention de, peut-être d’un parent, mais sûrement d’un parent. Surement de la mère.

Doc :    Pas de la maitresse d’école, pis pas du laitier. Bon. Alors elle est en train de revivre, ou l’événement qui s’est passé permet à des éléments refoulés profondément de remonter à la surface. Alors, si elle est en démarche d’introspection, probablement qu’elle se fait aider. Bravo. On est sur la bonne voie.

Josey :    On a une autre femme qui vient de nous écrire.

Doc :    Oui?

Josey :    Elle dit : « J’ai 44 ans. Moi, mon fi-, mon histoire date d’il y a une semaine. Je suis encore trop émotive pour vous appeler, mais ce sujet me touche profondément ».

Doc :    Oui.

Josey :    « Je suis actuellement dans une zone de brouillard. Je ne sais pas trop quoi faire à part prendre le temps d’assimiler l’événement. La maitresse de mon conjoint m’a informée avec preuve que j’étais cocue ».

Doc :    Oui?

Josey :    « Et même devant le fait accompli, il a nié et juré que ce n’était pas vrai et pour finalement avouer quelques jours plus tard. Lorsque j’ai réussi à le faire parler et qu’il a avoué, j’ai figé. Aucune réaction. Je ne pouvais pas imaginer qu’il avait menti et qu’il avait fait ça. Donc, depuis une semaine, je suis dans cette espèce de brouillard. Je ne peux pas répondre aujourd’hui en toute honnêteté si je pourrais envisager ou non de reprendre cette relation sans me faire plus de mal. »

Doc :    Bon. Elle a, elle l’a tripoté, parce qu’elle voulait qu’il mente. Pourquoi a-t-elle tant insisté? Et est-elle autant démolie parce qu’il a menti? Est-ce que dans son cas il y aurait pas une revivance d’un puissant mensonge refoulé depuis la petite enfance? Elle pourrait peut-être se demander est-ce qu’il est possible que quelqu’un m’ait déjà menti dans la vie et que je n’attendais que de le coincer pour revivre ce que j’avais déjà vécu avec un adulte signifiant?

Josey :    Puis, mais en même temps, moi, je, je, à, à, ʼgardez, à ma connaissance, à maconnaissance, j’ai pas été cocue. Peut-être que c’est arrivé pis je le sais pas, pis écrivez-moi pas pour me le dire si vous le savez, ça m’intéresse pas. Mais moi je pense que c’est ça, Doc, que je trouverais, euh, le, le mensonge sur le long terme. Tsé, admettons là, t’as un conjoint là, pis que, moi j’ai déjà entendu des histoires là, des, des maitresses de 17 ans.

Doc :    Mais oui.

Josey :    Ça commence, c’est une vie là.

Doc :    Oui, oui.

Josey :    Pis là, ça va dire que pendant, pis ça personnellement j’ai un petit peu de misère à croire que tu peux pas t’en douter là. Je pense qu’il y a de l’aveuglement volontaire là dans les 17 ans, à moins qu’il soit vraiment bonpour tout camoufler ça. Ça doit prendre un agenda aussi pour tout structurer. Mais en tout cas, bon. Mais, moi je pense c’est ça que je trouverais dur. Le, toute la menterie qui se cache.

Doc :    Josey, est-ce qu’on pourrait commencer à entrevoir la possibilité de bigamie, pour certains hommes et certaines femmes qui le désirent? Parce que là, une maitresse 17 ans, c’est pas, c’est plus une maitresse, OK? C’est minimalement une amante et une conjointe. Alors il y a des hommes qui ont deux conjointes, pis il y a des femmes qui ont deux conjoints. Et pourquoi pas? Alors, qui a décidé, quel être obtus et limité a décidé que la monogamie c’était pour tout le monde mur à mur? Qui a décidé ça?

Josey :    Je comprends, je comprends –

Doc :    Ça vient d’où, ça?

Josey :    Je comprends votre point, mais –

Doc :    Là tu parles carrément de bigamie.

Josey :    Oui, mais, parce que ça existe là.

Doc :    En quoi ça me dérange moé qu’un tel ait deux conjointes, pis qu’une telle ait deux conjoints? C’est pas de mes affaires!

Josey :    Oui, mais la conjointe qui sait pas –

Doc :    De quoi je me mêle?

Josey :    Revenons [??].

Doc :    Mais si on était plus ouvert –

Josey :    La conjointe qui le sait pas là.

Doc :    Oui.

Josey :    Elle doit-tu se sentir tarte en tabarouette de ça, pendant 5 ans de temps il l’a trompée pis quand il disait qu’il allait à tel congrès, il allait voir la maitresse, pis quand il disait qu’il allait à telle place. Câline, moi, je me sentirais tarte.

Doc :    Si on était moins hypocrite et contrôlant, comme société matriarcale, qu’on admettait la bigamie, il n’y en aurait pas de problème.

Josey :    Oui, mais on est pas là.

Doc :    Ceux –

Josey :    Faque vu qu’on est pas là, comment on gère ça?

Doc :    Ceux qui sont d’accord. Oui, oui, mais on est pas là, mais faut y venir.

Josey :    Bin, Doc, on va tout être morts tous les deux si un jour ça arrive là.

Doc :    Non, non. Non, non, non, non, non. Non, non, on va y venir. Écoute. La bigamie, la, la monogamie pour tout le monde mur à mur là, oublie ça. C’est, écoute –

Josey :    Il y a une personne sur deux le fait en, en hypocrite là. On l’a vu, les [?] là.

Doc :    Ah!

Josey :    En hypocrite ça se fait, mais au grand jour on n’est vraiment pas rendu là.

Doc :    Bon, alors –

Josey :    Il y en a un qui l’a fait pis qui a sorti un livre.

Doc :    Écoute. On va, on va revenir au temps des Innus de la Côte-Nord, où il y avait, la bigamie était acceptée avant l’invasion des, des, des, des robes noires, des religieux.

Josey :On a juste à aller en Afrique là. Il y en a de la polygamie, Doc. Pis c’est pas simple là. Ç’a d’autres problèmes. Ça attire d’autres problèmes.

Doc :    Bon. Alors, à partir du moment où il y a un adulte sur deux qui a des relations extraconjugales, on pourrait-tu laisser le monde tranquille avec votre monogamie mur à mur pour tout le monde? C’est un système de [?ist] archaïque ça. C’est niaiseux. C’est carrément ne pas tenir compte de la nature humaine. Il y a des hommes et des femmes qui sont mieux dans, avec un couple de, de, de conjoints. Ça les regarde. En quoi ça me dérange?

Josey :    Mais –

Doc :    En rien!

Josey :    Tant que la personne accepte ça.

Doc :    Mais oui.

Josey :    Tant que la partenaire accepte ça. Mais bonjour le défi d’en trouver deux qui veulent vivre comme ça.

Doc :    Ohhh, tu serais, ça, sur ce point-là je ne suis pas d’accord avec égard.

Josey :    Vous pensez que ce serait facile? Admettons que, Alex là, il décide que lui il veut être bigame. Il va s’en aller, il va cruiser la prochaine fille qu’il va rencontrer pis va dire, « bon, moi je suis intéressé à toi, mais sache que je veux avoir une autre conjointe ». Vous pensez que c’est facile ça?

Doc :    C’est peut-être beaucoup plus facile que d’en avoir une officiellement, et d’en avoir une de façon cachée.

Josey :    On ne le saura jamais. Mais on peut, euh, —

Doc :    Alors –

Josey :    — tenter de l’imaginer.

Doc :    Accepter et respecter la bigamie. 2017, il faudrait que ça commence à paraitre qu’on est un peu civilisé et que chacun se mêle de ses affaires.

Josey :    On pourrait, euh, –

Doc :    Alors les maitresses d’école là, vous commencez à étirer le pompon de beaucoup de monde.

Josey :    OK, là c’est rendu la faute des maitresses d’école?

Doc :    Oh oui, oui. Les maitresses d’école, elles en mènent large au Québec.

Josey :    OK, c’est eux autres qui amènent ça, la bigamie, pis, euh, —

Doc :    Non, non. Non, la mono—

Josey :    Pas la bigamie, mais la monogamie.

Doc :    La monogamie obligatoire pour tout le monde mur à mur, c’est les maitresses d’école pis les hommes en robe.

Josey :    OK, on va aller à la pause.

Doc :    Les prêtres –

Josey :    C’est, on avait compris.

Doc :    Oup.

Josey :    On va aller à la pause, pis au retour, d’ailleurs, dans notre petit calepin de sujets futurs on pourrait l’inscrire celui-là là. Bigamie, vous en pensez quoi? Ça pourrait être très intéressant –

Doc :    Mais oui.

Josey :    — d’avoir abordé le sujet de front. Faque on inscrit ça dans notre calepin.

Doc :    Écoute, c’est, c’est officieux. Mais qu’est-ce que, pourquoi se cacher d’une réalité qui ne fait pas de tort à personne?

Josey :    Mais –

Doc :    Explique-moi ça, toi.

Josey :    Bin, quand tout le monde est au courant pis tout le monde est d’accord, il y en a pas de problème.

Doc :    Sais-tu pourquoi il y a tant de réactions de femmes légitimes lorsqu’elles apprennent que le, leurs conjoints ont une maitresse? C’est la désapprobation sociale par tout le, le groupe de femmes autour d’elles, qui vont faire des pieds et des mains pour qu’elle le laisse, le salaud.

Josey :    Ça, je suis d’accord avec vous.

Doc :    Bon!

Josey :    Je suis certaine qu’il y a des femmes qui ont congédié leur conjoint suite à la pression sociale alors qu’elles auraient aimé passer par-dessus, ça, je suis certaine.

Doc :    Pis elle, et alors qu’elles étaient très bien dans la relation avec un homme bigame!

Josey :    Ça –

Doc :    Elles, elles en profitent parce que lorsqu’un homme est bigame, c’est rare qu’il va prendre, qu’il va avoir deux partenaires pour la satisfaction des mêmes besoins. Lorsqu’une femme est bigame, elle n’aura pas deux hommes semblables qui vont satisfaire les mêmes besoins.

Josey :    On s’entend-tu sur quelque chose?

Doc :    L’être humain est pas stupide.

Josey :    On s’entend-tu sur quelque chose?

Doc :    Allons-y.

Josey :    Que dans un couple, je m’en allais dire qui ont la même vision du couple, j’irai pas là.

Doc :    Oui.

Josey :    Dans un couple, qui ont des, des atomes crochus, qui ont une belle complicité, un beau respect, et une sexualité compatible, que les risques de relations extraconjugales sont moindres?

Doc :    Définitivement. Définitivement.

Josey :    Faque, dans le fond le but c’est pas de mettre la, la, de, de devenir bigame, de, de rendre ça officiel là, qu’il faudrait travailler, il faudrait plus, je sais pas, faire attention à nos enfants, leur donner une vie équilibrée dans l’enfance pour qu’ils puissent choisir des bons partenaires qui leur conviennent?

Doc :    Bon. Ça ceci étant dit. C’est vrai. Je suis d’accord avec toi. Maintenant, les êtres humains c’est un groupe très divers, qui est pas homogène du tout. Avec des différences énormes. Il y a des individus aux personnalités complexes qui n’ont à peu près aucune chance de retrouver en un partenaire une satisfaction raisonnable de besoins. Après tout ce que t’as dit là. Alors il y a des individus équilibrés qui vont avoir besoin de plus d’une relation à cause de leur complexité et de leur intériorité. Ça existe aussi.

Josey :    Ouin.

Doc :    Les Innus de la Côte-Nord l’avaient compris qu’il y avait des hommes qui avaient deux femmes, et avaient des femmes qui avaient deux hommes. Pour leurs raisons à eux.

Josey :    Chez les Innus, il y avait, les femmes pouvaient avoir deux hommes?

Doc :    Bin oui.

Josey :    Câline, c’est juste dans les petites tribus qu’on voit ça. C’était pas en Amazonie aussi qu’il y avait des femmes qui étaient, qui avaient plusieurs amants, pis qui avaient, tsé, en Afrique les polygames là c’est des hommes, plusieurs femmes. Je pense c’est un petit tribu d’Amazonie que c’était les femmes qui avaient plusieurs hommes.

Doc :    Bin oui, il y a plusieurs choses que, il y a plusieurs modalités relationnelles qui existent.

Josey :    Ça, j’aimerais mieux ça [rit].

Doc :    Chez nos primitifs.

Josey :    On, on va aller à la pause, Doc. On reprend ça [??].

Doc :    Et on les a traité de, de, de, de barbares, de, de sauvages en, en imposant à tout le monde, mur à mur, la monogamie. Mais êtes-vous tombés sur la tête? C’est ne pas respecter la diversité minimale chez les êtres humains.

Josey :    Là on doit respecter notre horloge. Alors, on va à la pause. Et au retour on souhaite vous parler. C’est le temps de réserver votre circuit téléphonique, c’est le dernier bloc de l’émission sur le sujet.

– pause

Josey :    Hmmmm, je suis en train de lire un courriel.

Doc :    Oui?

Josey :    Je va le lire tel quel. OK, euh, s’il y a des enfants à l’écoute, je vous avertis d’avance, c’est vulgaire. Euh « La question pour moi n’est pas comment j’ai réagi, mais comment je vais réagir dans peu de temps. Une petite salope, reconnue par beaucoup, tourne autour de mon conjoint. Lui trop stupide pour la repousser, lui fait la jasette et rit avec elle. Elle a fait séparer beaucoup de couples par pur vice. S’il est trop cave pour me respecter, pourquoi je n’inviterais pas mademoiselle danser. Je ne vais sûrement pas les laisser gâcher ma vie, les encourager. Respect pour respect. J’espère que vous allez lire ce message. Un jour une petite vache va pogner son mur. »

Doc :    Sans commentaires, on sait pas trop.

Josey :    Mais il y a de la frustration claire, en tout cas. Il y a ….

Doc :    Il y a de la rivalité de femelles. Maintenant, est-ce que c’est une rivalité légitime, est-ce qu’il y a de quoi sous ça? Il y a du mépris. Est-ce que, est-ce que le mépris est justifié?

Josey :    Encore là –

Doc :    On l’entend souvent. Alors, euh, ce discours-là, je l’ai souvent entendu dans ma vie. Elle n’est pas la première à tenir pareil langage. Pis c’est modéré là, « vache » et « salope » là. Ça,

c’est –

Josey :    Vous vous attendiez à pire que ça là?

Doc :    Oh, je m’attendais, j’ai entendu nettement pire dans mon bureau pis dans ma vie sociale.

Josey :    Mais on revient-tu là-dessus? D’où ça vient ça? C’est, il y a, il y a pas une femme, ou un homme là, qui est content d’apprendre qu’il est cocu. Ça, je pense que c’est assez, on peut le dire c’est assez universel, à moins que ça fasse leur affaire. Bon. C’est sûr que tout est possible.

Doc :    Ah.

Josey :    C’est sûr que –

Doc :    À moins que –

Josey :    Je le réfléchis en même temps que je le dis là.

Doc :    Oui.

Josey :    Mais en général, c’est pas le fun d’apprendre ça là. Mais la façon dont ça sort, la façon, pis là il s’est rien passé encore pis elle est déjà frustrée là. Il y a, ça se peut-tu qu’il y ait de la jalousie, qu’il y a une petite estime de soi?

Doc :    On sait pas. Aucune idée. Beaucoup de choses. Il y a plusieurs raisons. Moi il y a sept, huit hypothèses là que je sente à sa réaction.

Josey :    On a mis –

Doc :    Pis, écoute, faudrait avoir quel groupe d’âge et le propos qu’elle tient sur son conjoint est intéressant.

Josey :    Ouin.

Doc :    Alors elle le traite de cave.

Josey :    « Stupide ».

Doc :    Elle le traite de cave par écrit en communiquant avec nous. As-tu idée de la façon qu’elle le considère au quotidien? Est-ce qu’il est possible que cette femme-là soit en partie l’artisane du malheur dont elle nous prévient?

Josey :    À réfléchir. Tantôt je disais –

Doc :    Et culturellement elle est sanctionnée, hein? Il y a beaucoup d’auditrices là qui vont être tout à fait d’accord avec les propos. Eille, ça prend-tu une vache pour tourner autour de son conjoint? Hein? Elle va être sanctionnée. C’est pour ça que tout à l’heure j’ai émis l’hypothèse de la bigamie officialisée au Canada et respectée.

Josey :    On va revenir là-dessus, c’est complexe comme sujet.

Doc :    On va, on va y revenir. Oui.

Josey :    C’est complexe. Moi j’imagine les enfants là-dedans. Comment tu gères ça? Comment, c’est, c’est un modèle qui doit être compliqué aussi là. Mais on y reviendra. On fera un sujet là-dessus au complet. Euh, tantôt je disais que ça pouvait quasiment pas –

Doc :    Le mod-, le modèle actuel est un désastre.

Josey :    Oui.

Doc :    Je vois des, des bébés en garde partagée à l’heure actuelle là. Je vois des atrocités, des enfants déchirés.

Josey :    Faqu’il va y en avoir deux fois plus, Doc, parce que le gars qui a deux femmes, lui il va faire des enfants aux deux.

Doc :    Non, non.

Josey :    Parce que s’il en faire un à une, l’autre va dire « mais bin moi aussi j’en veux. Pourquoi tu y en fais à elle pis tu m’en fais pas à moi? »

Doc :    Non, non. C’est le cas actuellement là. Avec toutes sortes de modalités de contact qui n’ont pas de bon sens.

Josey :    Écoutez-moi trois minutes, même pas là, OK?

Doc :    Oui. OK.

Josey :    Parce que je trouvais ça intéressant, le courriel, parce que tantôt –

Doc :    Oui.

Josey :    Euh, j’ai dit que ça se pouvait quasiment pas que tu te rendes pas compte après 17 ans là que tu as été cocu ou –

Doc :    Ouin.

Josey :    Et on a une auditrice, elle dit : « Bonjour Josey, je t’informe, oui, cela se peut qu’une femme ne le sache pas qu’elle est trompée. J’étais trop naïve. » Écoutez bin ça là. « Le père de mes enfants m’a trompé avec mon propre frère. Je l’ai su cinq ans après mon divorce. Ma mère ne m’a pas informée. » Ça doit être assez dur de, tu, tu penses pas à ça. Mettons là qu’il s’en va au golf avec, euh, le beau-frère, qu’il s’en va à la chasse avec le beau-frère. Tu dois pas te douter là. Ça, je comprends, un cas comme ça que tu te doutes pas.

Doc :    Bon. Dans, ça c’est une histoire à part, et il y a une blessure à la féminité. Parce qu’elle a eu des enfants avec lui. Elle a cru qu’elle était objet de désir, qu’elle était convoitée sexuellement, alors qu’elle ne l’était pas du tout. Alors dans le cas des homosexuels qui épousent des femmes, ou qui font vie commune avec une femme et font des enfants avec elle, il y a une duperie très particulière qui consiste à lui faire croire qu’elle est objet de désir, qu’elle est attirante sexuellement, alors qu’elle ne l’est pas du tout.

Josey :    : il y a l’aspect familial aussi là. Avec son frère.

Doc :    Non, non.

Josey :    Non?

Doc :    C’est, c’est beaucoup plus la, ce que j’ai vu moi dans ma pratique, est c’est une blessure immense à la féminité. Il y a une dimension très particulière à cette histoire-là.

Josey :    Oui. Ouin, ouin. On a une auditrice, elle dit –

Doc :    [??], Hein?

Josey :    « Bonjour vous deux. Moi, mariée, j’ai été la maitresse d’un homme marié pendant 25 ans ».

Doc :    Oui?

Josey :    « Ici et là sur cette période, aucun des partenaires n’a jamais été au courant. Cinq ans passés, mon conjoint est décédé. Maintenant ça fait quatre ans que moi et mon amant faisons vie commune. Nous avons une vie très heureuse. » Ça, c’était une forme de, de bigamie comme vous dites là, mais cachée. Eille, une relation de 25 ans.

Doc :    Bin oui.

Josey :    Elle a trompé 25 ans de temps son mari, pis son, son amant a trompé 25 ans de temps sa conjointe là?

Doc :    Il y en a, il y en a beaucoup.

Josey :    Vingt-cinq ans!

Doc :    Ils ont le droit d’exister.

Josey :    Mais oui.

Doc :    Ils ont le droit d’être heureux –

Josey :    J’ai pas dit qu’il faut les punir!

Doc :    Ils ont le droit d’être respectés.

Josey :    Mais c’est spécial là d’apprendre ça, que t’étais trompé pendant 25 ans de temps! Oh!

Doc :    T’as pas été trompée. C’est que ton partenaire était bigame. T’as pas été trompée. Ça, c’est un jugement de valeur.

Josey :    Non, mais les enfants là sont éduqués, j’imagine. T’as des enfants.

Doc :    Mais oui.

Josey :    Il faut se quitter là, mais j’aurais aimé ça –

Doc :    Ils auraient des problèmes.

Josey :    — lui parler avec l’auditrice moi.

Doc :    Les enfants, il n’a pas été un moins bon père.

Josey :    Pourquoi quitte pas le, le, ton mari? Là, je vous dis courage. Bon, il reste 5 secondes à l’émission.

Doc :    Ils ont le droit d’être heureux –

Josey :    Mais oui.

Doc :    D’exister –

Josey :    Mais oui.

Doc :    Et d’être respectés.

Josey :    Alors sur ces bonnes paroles, à demain tout le monde.

ANNEXE B

La plainte

Le 13 octobre 2017, le CCNR a reçu la plainte suivante :

Ci-joint document transmis à M. [P. M.], producteur délégué 106,9 FM COGECO.

Le 13 octobre 2017

Cogeco Media

Objet :    PROPOS MÉPRISANTS ET DISCRIMINATOIRES ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES.

Lorsque j’ai fait ma plainte au CCNR (1617-1305) le 21 février 2017, les motifs évoqués concernaient des propos méprisants, dénigrants, offensants ou à caractères de sexualité explicite tenus en ondes dans les émissions de la station 106,9 FM COGECO (émissions Que la Mauricie se lève et Doc Mailloux et Josey), propos considérés à l’encontre des normes du CCNR.

Depuis, j’ai noté une quantité innombrable de cas où les mêmes types de propos ont été tenus ou tolérés par certains mêmes animateurs.

Si je prends la peine de vous écrire, aujourd’hui, c’est pour vous témoigner mon PROFOND dégoût quant à des propos MÉPRISANTS, DÉNIGRANTS et DISCRIMINATOIRES tenus, cette fois directement envers une tranche précise D’AUDITEURS de COGECO FM, une partie de ceux qui sont votre raison d’être. À la teneur des propos tenus par Doc Mailloux, il est à prévoir que des personnes âgées se priveront d’appeler en ondes ou seront possiblement éliminées de leur droit de parole lors de la sélection au tri des auditeurs voulant se prononcer en ondes.

Je réfère aux PERSONNES ÂGÉES et je vous résume les propos tenus par le Doc Mailloux et un auditeur Sylvain , à l’émission Doc Mailloux et Josey, du 12 octobre 2017 (à partir de la 18eminute approx.)…

Doc, à Josey :    C’est le problème avec les p’tits…les personnes d’un certain âge qui nous appellent, qui nous radotent une histoire qui s’est passé il y a 40 ans…ils ne s’en rappellent pas.

Doc :    Sylvain est d’une génération qui se mentent allègrement, quotidiennement, copieusement, abondamment….dans ma génération, ça se ment à eux-mêmes comme ça respire… Commun, commun, fréquent dans ma génération.

Doc :    (avec Claude) Eille, l’âge d’or, bercez-vous à matin. Essayez de nous laisser tranquille un peu là…

Doc :    Eille pourquoi tu penses que les p’tits vieux, on n’en veut pas trop en ondes… Ça pas de bon sens… on va essayer d’évoluer.

Doc (avec Natasha)…Est-ce qu’on progresse un peu en termes de groupe d’âge?…Natasha : …masturbation 3 fois , 4 fois par jour….

Doc :    …. (parlant d’une auditrice plus tôt) ..elle utilise principalement la douche téléphone pour se masturber….vous quel est votre moyen préféré pour votre masturbation?

Vanessa :    J’ai deux jouets, j’ai un pénis puis un petit bidule pour …les femmes l’utilisent pour le clitoris, mois je l’utilise pour l’anus. Puis j’ai un petit lapin…ça va juste sur le clitoris…

À cet égard, les animateurs sont conscients du fait que des enfants peuvent être à l’écoute de l’émission Doc Mailloux et Josey si on considère la remarque de Josey à la 85eminute :

Josey :    (lisant un courriel d’une auditrice)… si il y a des enfants à l’écoute , je vous avertis d’avance que c’est assez vulgaire…

Il est à noter que ce genre de propos n’est pas anecdotique et a été repris à maintes reprises depuis la date de ma plainte, 3 février 2017. Et j’en reviens toujours à la même question. Comment peut réagir un enfant qui à cette heure de diffusion entend que le …petit lapin va juste sur le clitoris, tu peux l’amener dans le bain – ou que le petit bidule s’utilise sur l’anus?

Le CCNR attache de l’importance sur la réceptivité du diffuseur aux préoccupations du plaignant. En ce qui me concerne, je considère que le diffuseur n’a pas pris suffisamment de moyens pour enrayer les fréquents dérapages au niveau des propos méprisants, dénigrants, offensants, à caractères de sexualité explicite tenus dans les 2 émissions Que la Mauricie se lève et Doc Mailloux et Josey, nonobstant des ajustements trop mitigés entrepris par le diffuseur. J’écoute régulièrement la station 98,5 FM de COGECO et en aucune occasion je n’ai trouvé matière à reproche quels que soient les animateurs en ondes. La tolérance de COGECO envers les manques flagrants aux normes du CCNR par la station 106,9 FM n’est pas fidèle à l’image de qualité que promeut COGECO.

Le CCNR a accusé réception de la plainte et a demandé au plaignant de fournir l’heure de diffusion de l’émission. Le plaignant a réécrit le 27 octobre :

Il s’agit de l’émission Doc Mailloux et Josey diffusée le 12 octobre 2017 à compter de 9H30 jusqu’à 11H00.

Espérant cette information à votre satisfaction.

La réponse du radiodiffuseur

CKOB-FM a envoyé une réponse datée du 21 novembre, mais envoyée le 22 novembre :

Monsieur,

Nous avons bien reçu votre plainte par l’entremise du CCNR. Nous vous remercions d’avoir pris le temps de signaler vos préoccupations, car il nous importe d’offrir un service de qualité dans le respect de nos auditeurs et des normes applicables au sein de notre industrie.

Votre plainte touche l’émission du 12 octobre de Doc Mailloux et Josey.

Dans un premier temps, vous affirmez que Pierre Mailloux, l’animateur, tient des propos méprisants, dénigrants et discriminatoires à l’égard des personnes âgées. Vous référez à l’appel de Sylvain.

J’ai procédé attentivement à l’écoute de cette émission. Sylvain affirme qu’il a 63 ans et l’événement qu’il raconte s’est produit 40 ans plus tôt. Pierre Mailloux le note. Vous relevez ensuite le commentaire de Pierre Mailloux : « Sylvain est d’une génération qui se mentent allègrement, quotidiennement, copieusement, abondamment … Dans ma génération, ça se ment à eux-mêmes comme ça respire…commun, commun…. Fréquent dans ma génération. »

D’abord, comme animateur d’opinion, il a tout à fait le droit de donner son point de vue. Il le fait aussi avec les jeunes adultes, les adolescents, les parents et ainsi de suite. C’est l’essence même de l’émission qui repose sur ses 38 ans de pratique. J’aurais également aimé que vous souleviez les propos de l’animatrice Josey Arsenault, dans ce même segment qui vient justement balancer les commentaires de Pierre Mailloux : « Je ne généraliserai pas, Doc, parce que vous en faites partie de cette génération-là et vous n’êtes pas comme ça. Et y’a d’autres personnes qui ne sont pas comme ça, non plus. Alors, on va faire attention! »

Vous soulignez, plus tard, l’intervention de Vanessa et des propos sexuellement explicites. L’animatrice juge bon de livrer un avertissement à l’auditoire. Les échanges se sont faits à l’intérieur d’une discussion mature, intelligente et respectueuse. Il n’y a aucun dénigrement et aucune description détaillée d’actes sexuels. Les mots utilisés : masturbation, clitoris ou pénis ne sont pas, non plus, interdits. Cela dit, je peux comprendre votre inconfort. Nos animateurs sont régulièrement sensibilisés sur ces questions, d’où la mise au point de l’animatrice Josey Arsenault.

Dans les derniers mois, nous avons réduit considérablement les thématiques sur la sexualité pour éviter les débordements. Cependant, dans le cadre d’une émission portant sur les rapports humains, nous ne pourrons jamais totalement exclure le sujet. Il s’agit donc de le faire avec doigté et respect. C’est ce que nous nous efforçons de faire.

Soyez assuré que nous souhaitons proposer à notre auditoire une programmation de qualité qui véhicule des valeurs comme la rigueur et le respect.

N’hésitez surtout pas à m’écrire personnellement si vous avez d’autres commentaires relativement à notre programmation.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Correspondance afférente

Le plaignant a déposé sa demande de décision le 7 décembre :

J’ai pris connaissance de la réponse du diffuseur datée du 21 novembre 2017, à mon retour de vacances.

Dans sa réponse, [le producteur délégué]mentionne avoir écouté attentivement l’émission en question du 12 octobre 2017. Concernant les propos tenus à l’égard des personnes âgées, [le producteur délégué]ignore complètement le passage le plus significatif de ma plainte soit celui où le Doc Mailloux mentionne clairement…… « Eille, l’âge d’or, bercez-vous à matin. Essayez de nous laisser tranquille un peu là………puis………Eille pourquoi tu penses que les p’tits vieux, on n’en veut pas trop en ondes. Ça pas de bon sens, on va essayer d’évoluer. »

Contrairement à ce que prétend [le producteur délégué], ces propos ne sont pas qu’un point de vue de la part de l’animateur, mais sont une prise de position réfléchie, un message clair à la classe des personnes âgées et l’intervention de la coanimatrice, Josey Arsenault est, en fait, un aveu, une reconnaissance que de tels propos sont inacceptables.

Concernant la tenue de propos de sexualité explicite, encore là, [le producteur délégué]ignore, dans sa réponse, mes commentaires quant aux propos tenus entre le Doc Mailloux et Vanessa. Je rappelle que c’est le Doc même qui invite l’auditrice à parler de sa sexualité ….Doc : Vous, quel est votre moyen préféré pour votre masturbation?  Puis Vanessa : J’ai deux jouets, j’ai un pénis puis un petit bidule pour…les femmes l’utilisent pour le clitoris, moi je l’utilise pour l’anus. Puis j’ai un petit lapin…ça va juste sur le clitoris.

Il a déjà été admis, dans le passé, par le CCNR que des enfants peuvent être à l’écoute de cette émission à l’heure de sa diffusion. Aussi on est en droit de se demander comment peut réagir un enfant en entendant, en interprétant, ou en questionnant sur un jouet qui s’utilise sur l’anus ou un petit lapin qui va sur le clitoris. Ça dépasse de loin juste l’utilisation des mots masturbation, clitoris ou pénis pris hors du contexte en question.

Dans son dernier paragraphe, [le producteur délégué]mentionne que le diffuseur a réduit considérablement les thématiques sur la sexualité. Toutefois il faut noter que des avis à l’effet que cette émission s’adresse à un public averti sont toujours présents en début ou en cours d’émission. C’est, à sa face même, un aveu que ce genre d’émission ne s’adresse pas à un public de jeunes enfants ce qui irait à l’encontre des normes du CCNR.

Quant aux débordements que le diffuseur prétend vouloir réduire, il est également à noter qu’une très grande part des propos à caractère de sexualité, souvent explicite, surviennent suite à l’invitation spécifique du Doc Mailloux, tel que mentionné ci-avant dans son échange avec l’auditrice Vanessa.

Malheureusement le diffuseur n’a pas répondu à mes préoccupations ni mes constatations de manière objective, acceptable. De plus sa réceptivité est sérieusement mise en doute si on considère la récidive par le Doc de propos méprisants, dénigrants et discriminatoires envers le groupe des personnes âgées, cela même après ma plainte du 12 octobre au diffuseur.

À titre d’exemple, lors de l’émission du 17 octobre 2017 de Doc Mailloux et Josey à la 63eminute, le Doc en rajoute en échange avec l’auditrice Lyne.

Doc :    Vous avez quel âge Lyne?

Lyne :    59 ans

Doc :    Bye, bye , allez réfléchir . OK, bye yé trop tard, allez bye. 59 ans , c’est trop tard, cé pas contemporain y a des limites là. T’sé, le club d’âge d’or là.

Josey :    Doc, Doc, Doc, recommencez pas là-dessus, on les accepte toutes, nous autres on les prend toutes ceux là …59 ans cé pas si vieux que ça, on s’entend-tu?

Compte tenu du manque de bonne foi dans la réponse du diffuseur et surtout de son incapacité à respecter et faire respecter les normes de du CCNR, je demande à ce dernier de rendre une décision sur ma plainte dans le dossier CCNR 20.1718-0266.1.

Vous remerciant de votre attention.