Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision statue que du contenu à l’intention d’un auditoire adulte a enfreint les dispositions concernant l’horaire et les mises en garde

Ottawa, le 15 octobre 2003 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd'hui sa décision concernant la diffusion, par Canal D, de deux émissions de Juste pour rire, à savoir Comicographies : François Morency et un épisode du Festival Juste pour rire qui comprend un monologue comique par Maxim Martin. Ces émissions ont été diffusées les 15 et 29 septembre 2002 respectivement de 12 h à 13 h. Un plaignant a exprimé sa préoccupation quant au contenu à caractère sexuel destiné aux adultes qui a été diffusé pendant l'heure du midi.

Comicographies est un documentaire humoristique relatant la biographie du comique François Morency et mettant en vedette des clips de ses numéros, dont certains contiennent soit un élément à caractère sexuel, soit du langage offensant. Dans une de ces scènes, le monologue comique de M. Morency contient des réflexions comme « Ça m'écœure moi […] avoir un pénis dans bouche. » L'autre émission en cause était un épisode du Festival Juste pour rire pendant lequel M. Martin a raconté des blagues ayant un aspect sexuel, comme l'introduction de « le sperme sans gras pour la cochonne qui fait attention à elle » et des références à la nouvelle qui faisait les manchettes aux État-Unis et qui donnait lieu à beaucoup de discussion à l'époque concernant « cigare dans le vagin » . Dans la correspondance qu'il a adressée au plaignant, le télédiffuseur s'est dit d'accord qu'étant donné que les deux émissions contiennent des références à la sexualité qui risquent de ne pas convenir à tous les spectateurs, toutes les présentations futures de ces épisodes s'accompagneront de mises en garde à l'auditoire.

Le Comité régional du Québec a examiné la plainte à la lumière des alinéas 10 a) et 11 b) du Code de déontologie de l'ACR, lesquels stipulent que la programmation à l'intention d'un auditoire adulte doit être diffusée entre 21 h et 6 h et s'accompagner de mises en garde à l'auditoire lorsqu'elle traite d'un sujet adulte. Le Comité a fait une distinction entre les deux épisodes et a déclaré que

 

les références à caractère sexuel dans l'épisode biographique sur le comique François Morency […] étaient souvent brèves, voilées et légères. Il s'agissait aussi de moyens comiques, comme les doubles sens. Elles étaient ni graphiques, ni explicites et ne constituaient pas de la programmation exclusivement à l'intention d'un auditoire adulte. C'est dire qu'on pouvait présenter cet épisode dans le créneau horaire auquel il a été diffusé, soit midi. Ce n'était cependant pas le cas du numéro de Maxim Martin, un numéro qui, de l'avis du Comité, était plus long, plus grossier et plus graphique sur les sujets, entre autres, de la fellation, et de la masturbation à l'aide d'un gros cigare d'une stagiaire par le président des États-Unis. Ce genre de contenu convient seulement aux auditoires adultes et ne doit pas être diffusé avant le début de la plage des heures tardives, soit 21 h.

Le Comité en est également venu à la conclusion que Canal D avait enfreint l'alinéa 11 b) pour avoir omis de diffuser des mises en garde à l'auditoire dans le cas des deux émissions, mais il a souligné « l'initiative du radiodiffuseur de reconnaître son devoir de corriger cette omission pour les diffusions futures de ces épisodes ».

Les radiotélédiffuseurs privés canadiens ont arrêté des codes qui constituent les normes du secteur concernant l'emploi de stéréotypes sexuels, la présentation de violence et le traitement de questions à valeur morale, tels les droits de l'homme, sur les ondes, et ils s'attendent que leurs collègues les respectent. Ils se sont aussi dotés d'un organisme d'autoréglementation, le CCNR, qu'ils ont mandaté de veiller à l'administration de ces codes de responsabilité professionnelle. Le Conseil a par la suite été chargé de veiller également au respect du code de déontologie journalistique adopté par l'Association canadienne des directeurs de l'information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 500 stations de radio et de télévision et services spécialisés, d'un bout à l'autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.