Une entrevue faite sur un ton agressif est acceptable, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 3 février 2012 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant une entrevue diffusée par le réseau Sun News dans le cadre de son émission d’affaires publiques Canada Live. Le 1er juin 2011, l’animatrice de cette émission, Krista Erickson, a interviewé Margie Gillis, une artiste canadienne de la danse interprétative, au sujet du financement public des arts. Le CCNR a reçu de nombreuses plaintes de la part de gens qui étaient d’avis que Mme Erickson n’avait pas traité Mme Gillis de façon convenable pendant cette entrevue. Le CCNR n’a conclu à aucune violation du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

Cette entrevue s’insérait dans la série sur les subventions publiques accordées aux arts que le réseau Sun News présentait à l’époque. Mme Erickson a affiché à l’écran les montants des subventions gouvernementales remises à Margie Gillis et à sa fondation de danse depuis 1998, et lui a demandé pourquoi sa fondation avait besoin de ces deniers publics et pourquoi elle estimait que le Canada n’est pas une [traduction] « société compatissante », alors que son art avait bénéficié de tant d’argent de la part de cette société. Leurs deux voix se chevauchaient par moments, mais Mme Gillis s’est quand même vue accorder le temps de répondre aux questions et d’affirmer son point de vue sur la valeur de l’art pour la société.

Le CCNR a reçu le nombre record de 6 676 plaintes au sujet de cette émission de la part de gens qui étaient d’avis qu’on avait traité Mme Gillis de manière injuste. Le Comité national des services spécialisés du CCNR a étudié les plaintes à la lumière des dispositions en matière de présentation juste et équilibrée du Code de déontologie de l’ACR. Il a conclu qu’il n’y avait pas eu manquement au Code parce que Mme Erickson était libre d’adopter une attitude agressive et d’afficher ses préjugés personnels. L’animatrice a accordé suffisamment de temps à Margie Gillis pendant cette entrevue de 21 minutes pour faire valoir sa position, ce qu’elle a réussi à faire avec clarté face aux questions pointues que lui posait Mme Erickson. Avant la pause publicitaire, Mme Erickson a demandé à Mme Gillis si elle voulait bien continuer la discussion en ondes, et cette dernière a accepté. Malgré son caractère parfois houleux, le débat était adéquatement équilibré.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller à l’administration des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge de l’administration de sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Près de 750 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante à travers le Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.