Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision déclare que des commentaires sur une bagarre survenue le jour du Souvenir étaient une incitation à la violence

Ottawa, le 17 juillet 2013 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) publie aujourd’hui sa décision concernant une conversation échangée sur le Dean Blundell Show de CFNY-FM (102.1 The Edge, Toronto). Cette conversation concernait une bagarre ayant opposé spectateurs et manifestants pendant une cérémonie du Souvenir. Les animateurs de l’émission ont félicité un jeune homme pour avoir administré une raclée à un manifestant. Le CCNR a conclu que leurs propos faisaient l’éloge de la violence, ce qu’interdit le Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

L’émission a été diffusée le 13 novembre 2012. Lors de la cérémonie du Souvenir l’avant-veille à Toronto, certaines personnes avaient manifesté leur opposition à la présence militaire canadienne en Afghanistan. Dean Blundell et ses deux collègues se sont entretenus avec un spectateur qui s’en était pris physiquement à l’un des manifestants. Les animateurs n’ont pas caché qu’ils approuvaient son comportement avec des commentaires comme « ça lui a cloué le bec », « bien bon pour lui », « ça fait plaisir à entendre », « merci d’avoir fait ça ». Ils lui ont aussi demandé en termes crus si sa petite amie lui avait montré à quel point elle était fière de lui. Il y avait des femmes parmi les manifestants, que les animateurs ont traitées de « chiennes » (bitches) et de « pitounes » (skanks), en déplorant qu’il n’y ait pas eu aux alentours des filles costaudes pour leur clouer aussi le bec.

Un auditeur a déposé une plainte. CFNY-FM a répondu que les animateurs s’étaient contentés de discuter de l’incident avec l’un des participants et que Monsieur Blundell avait dit qu’il ne suggérait pas qu’on se mette à taper sur les manifestants. Le Comité régional de l’Ontario du CCNR n’a pas estimé que ces circonstances atténuaient les autres commentaires qui à leur avis endossaient, encourageaient et glorifiaient la violence, ce qu’interdit précisément l’alinéa 9(a) du Code de déontologie de l’ACR.

En revanche, le Comité n’a pas trouvé d’infraction au code dans l’utilisation de termes comme bitches et skanks pour décrire les manifestantes de sexe féminin et prick (con) pour décrire un manifestant mâle parce que ces mots, qui ne sont pas considérés comme indûment grossiers ou injurieux, sont acceptables à la radio à n’importe quelle heure du jour et qu’on ne pouvait attacher un nom aux personnes visées. Le Comité a aussi conclu qu’il n’y avait pas eu de propos discriminatoires quant à l’origine nationale ou ethnique, parce qu’aucun groupe n’avait été mentionné comme tel.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller au respect des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge d’administrer sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Quelque 760 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante dans l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.