problem

Ottawa, le 28 octobre 1996 — Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a inauguré aujourd'hui son site Web.

Se rendant à l'adresse http://www.ccnr.ca (ou http://www.cbsc.ca pour les anglophones), le visiteur peut consulter les quatre codes administrés par le CCNR, soit le Code de déontologie, le Code concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision et le Code d'application volontaire concernant la violence à la télévision, établis par l'ACR, et le Code d'éthique arrêté à l'intention des journalistes par l'ACDIRT. Il y trouvera aussi le texte intégral des principales décisions rendues par le Conseil depuis 1993, son rapport annuel le plus récent et une liste de sites Web connexes, au Canada et à l'étranger. Une section spéciale y traite de la violence dans les médias et des mesures prises à ce sujet au Canada. Des renvois guident en outre l'utilisateur vers les lois, telle la Loi sur la radiodiffusion, et les documents du CRTC qui sont pertinents.

Enfin, le site offre à l'utilisateur la possibilité de déposer une plainte auprès du CCNR même et de lui communiquer ses observations. Il suffit pour ce faire de se reporter à la section «Plainte».

«Le Conseil s'est efforcé de simplifier la procédure d'instruction des plaintes, de mettre ses décisions à la portée des médias et du public et de devenir accessible à tous les Canadiens,» a dit le président national du CCNR, M. Ron Cohen, à propos du site. «En établissant ce site, nous procurons aujourd'hui un autre moyen de nous atteindre aux 6,5 millions de nos concitoyens qui sont branchés sur Internet. Nous invitons tous les Canadiens à nous y rendre visite et à nous faire part de leurs observations. Bien entendu, il demeure possible de nous rejoindre par la poste, par téléphone ou par télécopieur.»

Dorénavant, toute décision du CCNR sera affichée au site le jour même de sa parution. Les médias pourront prendre connaissance du communiqué afférent, en se reportant à la section «Quoi de neuf?» Le site permet également d'avoir accès aux sites Web des stations qui adhèrent au CCNR.

Organisme d'autoréglemenation de la radiotélévision privée établi en 1990, le CCNR compte aujourd'hui quelques 400 adhérents parmi les stations de radio et de télévision du Canada.

– 30 –

Ottawa, le 9 octobre 1996 — Le Conseil régional du Québec du Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a fait connaître aujourd'hui sa décision concernant une farce « Newfie» retransmise sur les ondes de CKTF-FM de Gatineau.

Un auditeur de CKTF s'est plaint que l'animateur d'une émission d'après-midi a répété sur les ondes, le 28 février 1994, une farce au sujet de deux Terre-Neuviens séjournant dans un centre de ski de la région de Gatineau. Les deux visiteurs y étaient traités de «trous de cul» et, de l'avis de l'auditeur, des «propos aussi racistes» contribuaient à renforcer «un stéréotype péjoratif au sujet des Terre-Neuviens, en les présentant comme stupides». L'auditeur estimait ces propos d'autant plus offensants qu'ils avaient été tenus en français, une langue que la plupart des Terre-Neuviens ne parlent pas.

Donnant suite à la plainte, le directeur général de CKTF a présenté ses excuses à l'auditeur, lui précisant que l'animateur avait été réprimandé et qu'on lui avait rappelé la politique de programmation de la station. Il croyait que ces mesures aideraient à éviter qu'un tel incident ne se reproduise. Toutefois, sa réponse n'a pas satisfait l'auditeur, qui a communiqué avec le CCNR pour lui demander de porter l'affaire devant le Conseil régional du Québec. Après avoir examiné la plainte, ce dernier a jugé que les propos tenus allaient à l'encontre du Code de déontologie du secteur, selon lequel les radiotélédiffuseurs doivent veiller à ce que leur programmation ne renferme pas de matériel ni de commentaires discriminatoires ayant trait à l'origine ethnique. Le Conseil affirme dans sa décision (copie ci-jointe): «La description des “ Newfies” comme des “trous de cul” est manifestement inadmissible. Qu'il ait été fait sérieusement ou en farce, l'emploi de cette expression à l'égard de ce groupe ou de tout autre groupe distinct, que ce soit par sa race, ses origines ethniques ou nationales ou autrement, est dénigrant, offensant et discriminatoire et contrevient à l'article 2 du Code de déontologie de l'ACR.»

Le Conseil régional du Québec du CCNR se compose de représentants du public et du secteur de la radiotélévision. Dans le cas rapporté ici, MM. Jocelyn Deschênes, Yvon Chouinard et Luc Harvey représentaient les radiotélédiffuseurs et MM. Pierre Audet et Ron Cohen étaient les porte-parole du public.

Le CCNR a été institué en 1990 à titre de mécanisme d'autoréglementation de la radiotélévision privée. Il a pour mission de veiller au respect des codes adoptés par le secteur à l'égard des méthodes journalistiques, de la représentation des sexes, de la violence à la télévision et de la déontologie de la radiotélévision par les quelque 400 stations de radio et de télévision qui y adhèrent, d'un bout à l'autre du pays.

– 30 –

Ottawa, le 4 octobre 1996 — Suivant la demande du Groupe d'action sur la violence à la télévision (GAVT), le CRTC a annoncé aujourd'hui le report de la mise en oeuvre du système de classification d'émissions et de la puce antiviolence, afin d'assurer la mise en place du système le plus efficace possible. Selon la décision énoncée dans l'Avis public CRTC 1996-36, la version préliminaire du système de classification doit être déposé au CRTC au plus tard le 31 décembre, aux fins d'expérimentation par le public en janvier et février 1997. Après adaptation à la lumière des recommandations issues de ces essais, le système sera présenté au CRTC, en version finale, au plus tard le 30 avril 1997. Le CRTC fera ses propres observations au cours des trente jours qui suivront, pour qu'on puisse effectuer le codage des émissions à temps pour la saison d'automne 1997.

Le CRTC a annoncé simultanément que toutes les entreprises de distribution de radiodiffusion (câblodistributeurs et services par satellite y compris) seront tenues, par condition de licence, d'observer le Code d'application volontaire concernant la violence à la télévision établi par l'ACR, à compter du renouvellement de leur licence.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.