Du contenu sexuellement explicite diffusé dans le cadre du Brother Jake Show à l’antenne de CFMI-FM enfreint le Code de déontologie, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Canadian Broadcast Standards Council
Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 23 avril 2002 — Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd'hui sa décision concernant des épisodes de l'émission matinale, Brother Jake Morning Show, diffusés à l'antenne de CFMI-FM (Rock 101 de Vancouver) en février et mai 2001. Il s'agit d'une émission matinale usuelle dans laquelle on présente les nouvelles, l'état de la circulation routière, la météo et des chansons. Les animateurs y discutent des actualités et des sujets d'intérêt. Ces sujets, ainsi que certains des sketches comiques enregistrés, sont parfois de nature sexuelle. Même si le Comité régional de la Colombie-Britannique du CCNR a trouvé que certains éléments de l'émission sont simplement de mauvais goût, ce qui n'enfreint pas par conséquent les codes visant les radiotélédiffuseurs, il a statué que certains des sketches et des conversations étaient trop sexuellement explicites pour être diffusées à un moment de la journée où l'on peut s'attendre que les enfants sont à l'écoute.

Le Comité de la C.-B. a examiné divers épisodes du Brother Jake Morning Show à la lumière du Code de déontologie de l'Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR). Il a décidé que les discussions des animateurs et les sketches comiques sur des sujets comme la flatulence et les fonctions du corps, ainsi que ceux contenant des insinuations sexuelles, étaient de mauvais goût sans pour autant enfreindre le Code. Il a également trouvé que des sketches raillant les groupes identifiables, diffusés dans le cadre des émissions qu'il a examinées, ne violaient pas les dispositions sur les droits de la personne du Code de déontologie de l'ACR parce qu'ils ne constituaient pas des commentaires abusivement ou indûment discriminatoires. De plus, aucune des discussions à caractère sexuel n'exploitaient ni les femmes, ni les hommes.

Il a toutefois statué que les segments à contenu sexuellement explicite enfreignent la clause 6(3) du Code de déontologie de l'ACR. Cette disposition stipule que les radiotélédiffuseurs sont tenus de « présenter […] des points de vue, des commentaires ou des textes éditoriaux » d'une manière appropriée. Le Comité a conclu en particulier qu'une conversation pendant laquelle un des animateurs a raconté son contact sexuel avec une femme sur un établi, était trop explicite pour les moments de la journée où les enfants peuvent être à l'écoute. Le Comité a également fait remarquer que

non seulement les enfants auraient-ils pu être à l'écoute lorsqu'on a fait ces commentaires, mais ils avaient en effet été invités à se mettre à l'écoute et à participer au segment des blagues pour enfants. Ce segment invite les enfants à téléphoner à la station pour raconter une blague sur les ondes. […] À l'occasion de l'émission du 9 février [2001], ce segment précédait, de seulement sept minutes, la discussion mentionnée plus haut au sujet de l'aventure sur l'établi. Ce genre de contenu est inapproprié aux moments de la journée où l'on peut s'attendre que les enfants sont à l'écoute et l'est à plus forte raison lorsque les animateurs savent très bien que les enfants sont effectivement à l'écoute.

Les radiotélédiffuseurs privés canadiens ont arrêté des codes qui constituent les normes du secteur concernant l'emploi de stéréotypes sexuels, la présentation de violence et le traitement de questions à valeur morale, tels les droits de l'homme, sur les ondes, et ils s'attendent que leurs collègues les respectent. Ils se sont aussi dotés d'un organisme d'autoréglementation, le CCNR, qu'ils ont mandaté de veiller à l'administration de ces codes de responsabilité professionnelle. Le Conseil a par la suite été chargé de veiller également au respect du code de déontologie journalistique adopté par l'Association canadienne des directeurs de l'information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 500 stations de radio et de télévision et services spécialisés, d'un bout à l'autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.