Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision déclare que les mises en garde sont obligatoires lorsqu’une émission renferme du langage grossier

Ottawa, le 21 octobre 2015 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) publie aujourd’hui deux décisions (1,2) qui traitent de la diffusion d’expressions grossières. Dans la première, le CCNR conclut que les jurons de faible intensité sont acceptables avant 21 h, à condition qu’il y ait des mises en garde à l’auditoire. Dans la seconde, le CCNR déclare que le juron anglais fuck ne convient qu’aux émissions présentées après 21 h, qui doivent comporter aussi des mises en garde.

La première décision concerne Timber Kings, une émission de téléréalité diffusée à 19 h sur HGTV, mettant en vedette une entreprise de construction spécialisée en bâtiments de bois rond sur mesure. L’épisode du 8 janvier 2015 renfermait plusieurs instances du mot shit et la phrase this thing’s a bitch comme moyens d’exprimer la frustration face à une complication du métier. Un Comité du CCNR conclut qu’un tel langage s’avère acceptable en début de soirée, mais que HGTV aurait dû présenter des mises en garde à l’auditoire. À défaut de quoi, HGTV a enfreint l’article 11 du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

La seconde décision concerne la diffusion de Premier League Poker sur Sportsnet Ontario le 9 février 2015 à 16 h. Dans la séquence d’introduction où l’on assistait à l’entrée des joueurs, l’un d’eux s’est exclamé « go fuck yourself ». Il s’est servi plusieurs fois par la suite du mot fuck pour marquer sa surprise devant l’évolution de la partie. Le Comité conclut que le mot fuck n’est admissible que dans les émissions présentées après 21 h, et qu’il entraîne l’obligation d’insérer des mises en garde à l’auditoire. Sportsnet Ontario a donc enfreint les articles 10 et 11 du Code de déontologie de l’ACR. Le comité note néanmoins que Sportsnet a spontanément retiré l’émission de son horaire en attendant de mettre au point une politique qui assurera que ce genre de langage grossier soit diffusé dans les circonstances appropriées.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller au respect des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge d’administrer sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Quelque 900 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante dans l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.