Une dramatique policière doit s’inscrire à l’horaire après 21 h et s’accompagner de la cote de classification 18+, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 21 avril 2010 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant un épisode d’une émission américaine de dramatique policière Criminal Minds qui a été diffusé sur les ondes de CTV le 18 mars 2009 à 19 h. Le CCNR a conclu que la diffusion de l’émission aurait dû se faire après l’heure critique, soit 21 h, et s’accompagner de la cote de classification 18+.

Criminal Minds est une dramatique policière qui suit un groupe d’enquêteurs du FBI, lesquels développent le profil psychologique de tueurs en série dans le but d’aider à élucider des crimes. Dans un épisode intitulé « Omnivore », on présente les efforts déployés par le groupe pour appréhender un tueur connu sous le nom de Boston Reaper. Plusieurs scènes des crimes violents commis par le Reaper sont présentées dans l’épisode, dont frapper un homme au visage avec une pince-monseigneur, égorger une femme, poignarder un autre homme et tirer une balle dans le front d’une autre femme, une fusillade dans un autobus urbain et aussi le Reaper qui se tranche les veines des poignets et en boit le sang dans une tentative de s’évader de prison. CTV a classifié l’épisode 14+ et l’a diffusé à 19 h.

Un téléspectateur au Manitoba s’est plaint que 19 h était trop tôt pour présenter cet épisode. Le réseau CTV a expliqué qu’il avait diffusé des mises en garde à l’auditoire pendant l’émission et l’avait accompagnée d’une cote de classification. Le Comité national de la télévision générale du CCNR a étudié la plainte à la lumière du Code de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) concernant la violence, dontl’article 3 stipule que les scènes destinées exclusivement à un auditoire adulte ne peuvent être diffusées qu’après 21 h. Le Comité a conclu que les scènes dans cet épisode de Criminal Minds étaient destinées aux adultes. Il a déclaré ce qui suit :

La violence est suffisamment fréquente. En fait, on assiste à un total de douze meurtres individuels, dont quatre de personnes individuelles qui sont soit dans le siège du conducteur, soit dans celui du passager de leur propre voiture, sept de personnes à bord d’un autobus et un hors de l’écran dont la victime est un agent de police. Les meurtres sont présentés dans tous leurs détails, et dans le cas de ceux qui ne sont pas montrés directement, les conséquences sanglantes et effroyables sont montrées de manière explicite. Une peur palpable se dégage des personnes sur le point de perdre la vie et le téléspectateur sur le point de voir ces exécutions vit un suspense à court terme qui suscite la terreur. Le Comité conclut que toute diffusion de cet épisode de Criminal Minds avant l’heure critique enfreint les dispositions sur la mise à l’horaire du Code de l’ACR concernant la violence.

Le Comité a noté que « l’exception » à la règle de l’heure critique en ce qui concerne la substitution simultanée ne s’appliquait pas dans ce cas-ci, car cet épisode n’a pas été substitué simultanément dans ce marché à cette occasion. Le Comité a également conclu que la cote de classification 14+ était trop basse et que la violence « fréquente, explicite, détaillée et sanglante » de cet épisode nécessitait la classification 18+.

Les radiodiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, la représentation équitable, la présentation de violence à la télévision et l’indépendance journalistique, et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle, et des codes visant les services de télévision payante, ainsi que du code concernant la déontologie journalistique qui fut élaboré par l’ACDIRT – Association des journalistes électroniques en 1970. Plus de 735 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.