La vulgarité d’une comédie n’enfreint aucun des codes de la radiodiffusion

Ottawa, le 16 juin 2016 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) publie aujourd’hui sa décision concernant un épisode de Workaholics diffusé sur Much. Une scène de cette comédie montrait un chien en train de lécher le derrière d’un homme. Le CCNR a conclu à l’absence de toute infraction aux codes puisque l’émission a été diffusée, comme il se doit, après 21 h et qu’elle s’accompagnait de mises en garde à l’auditoire avec un classement de 14 ans et plus.

Workaholics, une série comique américaine, suit les déambulations de trois jeunes gens qui vivent, travaillent et s’éclatent ensemble. Much en a diffusé un épisode intitulé « Dorm Daze » le 25 décembre 2015 à 21 h, heure de l’Est. Dans une scène entre autres, quatre officiers de la Garde côtière américaine font lécher le derrière d’un des protagonistes par leur chien en guise de vengeance pour ses commentaires grossiers envers leur profession.

Une personne de l’Alberta a porté plainte, en invoquant la « bestialité » et la « cruauté animale » à propos de cette scène et parce que l’émission avait été diffusée à 19 h, heure des Rocheuses.

Le comité décideur anglophone du CCNR a examiné la plainte à la lumière du Code de déontologie et du Code concernant la violence de l’Association canadienne des radiodiffuseurs. Le comité n’a décelé aucune violation. Il a déterminé que la scène ne pouvait pas être interprétée comme endossant, encourageant ou glorifiant la violence contre les animaux, car elle s’inscrivait dans le déroulement d’une intrigue comique. Il a aussi noté qu’en dépit du fait que Much ait diffusé l’émission à une heure appropriée, soit 21 h, heure de l’Est, lorsqu’un service spécialisé dispose d’un signal unique, ses émissions sont captées plus tôt dans les fuseaux horaires à l’ouest de l’Ontario. Or, les codes sont clairs à ce sujet : leurs directives s’appliquent au fuseau horaire d’où provient le signal. Pour finir, le comité a conclu que Much avait fourni les mises en garde appropriées et que le classement de 14 + était acceptable, bien que l’avalanche constante d’allusions à caractère sexuel ait rapproché l’émission d’une cote de 18 +.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller au respect des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge d’administrer sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Quelque 800 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante dans l’ensemble du Canada participent au Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites web des membres et d’autres sites web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site web à . Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente du CCNR, Mme Andrée Noël, anoel@ccnr.ca, ou avec le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab, jmacnab@ccnr.ca ou par téléphone au 613-233-4607.