Un terme dérogatoire fondé sur l’ethnie est inacceptable, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 18 juillet 2012 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant l’emploi d’un terme fondé sur la race dans l’émission de radio américaine Tom Kent diffusée à l’antenne de CFXL-FM (XL 103 FM, Calgary). Le CCNR a conclu que la diffusion du terme « chinaman » [traduction approximative : chinetoque] a violé le Code sur la représentation équitable de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

L’émission Tom Kent présente de la musique et des segments parlés. Dans l’épisode du 10 février 2012, M. Kent s’est entretenu avec une auditrice au sujet d’un homme qui aspirait à établir un record mondial en sautant en parachute depuis la stratosphère. Son interlocutrice a fait le commentaire suivant : [traduction] « quand il s’écrasera sur terre, [les gens] diront “Bien, ce n’était certainement pas Superman” ». M. Kent a alors répondu [traduction] « Ils diront que c’est le célèbre “chinaman”, Sum Dum Guy » [onomatopée en anglais imitant le chinois et dont la traduction est Un Idiot Quelconque].

Une auditrice s’est plainte que le mot anglais « chinaman » est raciste, offensant et inacceptable de nos jours. Pour sa part, la station de radio a expliqué que l’émission est diffusée en provenance des États-Unis, mais a convenu que ce mot n’a pas de place sur les ondes canadiennes et a assuré la plaignante qu’elle ferait davantage attention à l’avenir. Les stations canadiennes sont responsables de toute la programmation qu’elles diffusent, peu importe sa provenance.

Le Comité régional des Prairies du CCNR a étudié la plainte à la lumière des articles concernant les droits de la personne du Code de déontologie de l’ACR et du Code de l’ACR sur la représentation équitable qui interdisent les commentaires abusifs ou indûment discriminatoires quant à la race ou l’origine ethnique ou nationale. Il l’a également examinée sous l’angle de l’alinéa 9 b) concernant le langage et la terminologie du Code sur la représentation équitable, selon lequel les radiodiffuseurs sont tenus d’éviter le langage dérogatoire pour désigner des individus ou des groupes en évoquant la race, ou l’origine nationale ou ethnique. Le Comité a conclu que la séquence n’a pas violé les articles concernant les droits de la personne parce que M. Kent n’a pas, en réalité, fait des commentaires négatifs à l’endroit des Chinois. Par contre, la séquence a violé l’article concernant le langage et la terminologie parce que le mot « chinaman » est devenu, au fil du temps, un terme péjoratif.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller à l’administration des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge de l’administration de sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Près de 750 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante à travers le Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.