Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision déclare que les images de manifestants brandissant des dildos exigeaient une mise en garde

Ottawa, 19 octobre 2016 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) publie aujourd’hui sa décision concernant l’émission CTRL diffusée à MusiquePlus le 11 novembre 2015. Une téléspectatrice s’est plainte du fait que l’émission, diffusée à 13 h, renfermait des scènes inappropriées pour les jeunes téléspectateurs. Le CCNR a conclu qu’il y aurait dû y avoir des mises en garde, mais que le contenu n’en faisait pas du matériel réservé à l’écoute en soirée.

CTRL est animé par trois jeunes animateurs qui présentent des séquences tirées d’Internet et les commentent sur un ton humoristique. La séquence à l’origine de la plainte montrait un rassemblement quelconque où tous les manifestants brandissent un dildo, l’agitent dans les airs ou se les lancent par la tête, et un passage dans lequel une femme fait mine d’en sucer un. On a entendu deux fois l’expression fuck. MusiquePlus avait classé l’émission 13+, mais n’avait pas produit de mise en garde. La plaignante a déploré que ses enfants aient été exposés à ce contenu de nature sexuelle, d’autant plus que son câblodistributeur avait classé l’émission 8+.

Le comité décideur francophone du CCNR a étudié la plainte à la lumière des dispositions pertinentes du Code de déontologie et du Code concernant la violence de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) portant sur la mise à l’horaire, les mises en garde et la classification. Le comité a conclu, puisque l’émission ne montrait pas d’actes sexuels explicites, qu’il n’était pas interdit de la diffuser à 13 h, mais qu’il y aurait dû y avoir des mises en garde. Il a également établi que le mot fuck n’a pas une connotation aussi grossière en français qu’en anglais. Enfin, il a convenu que 13+ était la classification appropriée, mais que MusiquePlus aurait dû afficher l’icône pendant au moins 15 secondes comme l’exige le Code de l’ACR concernant la violence, immédiatement au début de l’émission et non pas 32 secondes plus tard. Le comité a noté en passant que ce genre d’émission n’est pas exempté de la classification. Il n’avait aucune explication à fournir à propos de l’erreur de classification commise par le câblodistributeur, puisque la compétence du CCNR ne s’étend qu’aux radiotélédiffuseurs.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller au respect des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge d’administrer sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Quelque 800 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante dans l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites web des membres et d’autres sites web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site web à . Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, anoel@ccnr.ca, ou avec le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab, jmacnab@ccnr.ca ou par téléphone au 613-233-4607.