Une discussion sur l’abattage sélectif des chats n’a pas posé de problème, mais des commentaires négatifs à l’endroit des femmes sont inacceptables, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 18 janvier 2012 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publiques aujourd’hui deux décisions concernant l’émission Dean Blundell Show diffusée à l’antenne de CFNY-FM (102.1 The Edge, Toronto). Le CCNR a conclu qu’une discussion sur l’abattage sélectif des chats n’a pas violé les codes sur la radiodiffusion, tandis qu’une conversation sur un ton moqueur au sujet des femmes constituait une violation.

Des chansons, des nouvelles et des plaisanteries entre M. Blundell et ses coanimateurs sont au programme dans cette émission matinale. Dans un épisode, M. Blundell a expliqué qu’il a grandi sur une ferme en Saskatchewan et devait parfois aider à faire l’abattage sélectif des chats pour contrôler leur nombre. Il a raconté les méthodes employées pour tuer les chats et a dit en blaguant qu’il n’avait [traduction] « pas manqué une seule frappe » lorsqu’il les frappait avec une bêche. Une auditrice s’inquiétait que cette conversation a traité la violence contre les animaux à la légère. La majorité du Comité régional de l’Ontario du CCNR a conclu que la conversation concernait des pratiques rurales et n’a aucunement endossé ou encouragé la violence. Il a donc jugé qu’il n’y a eu manquement ni à l’alinéa 9 a) du Code de déontologie de l’ACR ni à l’article 9.1 du Code de l’ACR concernant la violence. Cependant, deux membres du Comité ont exprimé une opinion dissidente.

Dans un autre épisode, les animateurs ont parlé des femmes. Ils ont ri de leur collègue (une femme) pour avoir dit que les hommes et les femmes ont les mêmes droits d’égalité et ont fait des blagues en disant que les femmes devraient se fermer la bouche et faire des tâches ménagères. Ils ont ensuite présenté un scénario dans lequel les femmes vont en guerre et ont dit qu’elles pourraient simuler des blessures pendant leur menstruation et se livreraient à des activités lesbiennes. Ils ont en outre utilisé les termes [traductions] « tranchées » et « trous de tirailleurs » comme euphémismes pour les parties génitales des femmes. Le Comité de l’Ontario a conclu que cette présentation des femmes était indûment discriminatoire, négative, stéréotypée et dénigrante, ce qui va à l’encontre des articles 2, 3, 4 et 7 du Code de l’ACR sur la représentation équitable et de l’article 2 du Code de déontologie de l’ACR.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller à l’administration des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge de l’administration de sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Près de 760 stations de radio, services de radio par  satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante à travers le Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.