Selon le Conseil canadien des normes de la radiotélévision une discussion sur les relations raciales et les émeutes en Angleterre ne contrevient pas aux Codes

Ottawa, le 20 juin 2012 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant des commentaires faits pendant l’émission de Brian Lilley, ByLine, présentée par Sun News Network. Le CCNR a conclu qu’une discussion sur le rôle qu’a pu jouer l’origine raciale pendant les émeutes qui ont éclaté en Angleterre en 2011 n’a pas violé le Code de déontologie ou le Code sur la représentation équitable de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

L’épisode de cette émission d’affaires publiques dont il est ici question a été diffusé une première fois le 9 août 2011, puis rediffusé le 13 août. M. Lilley et son commentateur invité Michael Coren ont parlé des émeutes qui avaient lieu à Londres et aux environs. M. Coren a soutenu que ces émeutes n’étaient pas attribuables à la pauvreté comme le prétendaient certains émeutiers, mais plutôt à la [traduction] « culture des “gangs” » dans des quartiers où la population est à prédominance noire. Quand M. Lilley a interrogé M. Coren au sujet du fait que les émeutiers utilisaient des appareils mobiles numériques pour communiquer entre eux, ce dernier a répondu [traduction] « Ça n’est pas une question de Blackberry. C’est à propos de casseurs noirs. » [« black thugs » en anglais]

Plusieurs téléspectateurs se sont plaints au CCNR à propos du commentaire sur les « casseurs noirs » fait par M. Coren et de son opinion générale quant à la source des émeutes, soit la [traduction] « culture noire ». Pour sa part, Sun News a soutenu que M. Coren a simplement exprimé son opinion sur une question politique controversée.

Le Comité national des services spécialisés du CCNR a étudié les plaintes à la lumière de plusieurs dispositions du Code de déontologie de l’ACR et du Code de l’ACR sur la représentation équitable. La majorité du Comité a conclu que la discussion portait sur des enjeux politiques et sociaux. Elle ne constituait ni des commentaires abusifs ou indûment discriminatoires à l’endroit des noirs en général, ni une représentation indûment négative de ce groupe. Par conséquent, aucune disposition des codes n’a été violée. Un des membres du Comité a exprimé une opinion dissidente parce que, selon elle, M. Coren s’était montré injuste envers la communauté noire en lui faisant porter tout le blâme pour les émeutes.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller à l’administration des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge de l’administration de sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Près de 750 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante à travers le Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.