La diffusion de la version française de Showgirls aurait dû s’accompagner davantage de mises en garde à l’auditoire, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 29 janvier 2003 — Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd'hui sa décision concernant la télédiffusion du long métrage Les Girls de Las Vegas (la version française de Showgirls) à l'antenne du service de télévision québécois TQS. Le Comité régional du Québec du CCNR a statué que ce film au sujet de l'industrie de la danse érotique n'exploite pas les femmes et ne fait pas non plus la promotion de la violence contre elles, mais qu'étant donné son contenu à caractère sexuel, il incombait à TQS de diffuser des mises en garde à l'auditoire pendant la première heure de la diffusion du film. TQS a manqué à son devoir de respecter cette exigence.

Le film raconte l'histoire d'une jeune femme qui souhaite devenir danseuse érotique à Las Vegas. Comme on pourrait s'y attendre, le film renferme de nombreuses scènes de seins nus, ainsi que deux longues scènes d'actes sexuels. À un autre point dans le déroulement de l'intrigue, on fait allusion au viol d'une femme. On la voit, désorientée et montrant des signes physiques de l'agression, sortant d'une chambre à coucher. Le CCNR a reçu une plainte d'un téléspectateur qui était préoccupé par le contenu de nature sexuelle de ce film.

Le Comité régional du Québec a examiné la plainte à la lumière du Code concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision de l'Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR). Il en est venu à la conclusion que le film n'exploite pas les femmes puisque « le sujet du film consiste en un aspect de l'industrie du sexe et de l'érotisme qui n'enfreint pas la loi. Il faut s'attendre à ce que le contenu du film reflète cet aspect. » Le Comité a également noté que l'allusion au viol n'était ni gratuite, ni glorifiée et qu'elle était « pertinente du point de vue du développement du caractère du protagoniste principal. » Ce genre de contenu ne pose pas de problème lorsqu'il est diffusé après le début de la plage des heures tardives, soit 21 h, et c'est effectivement ce que TQS a fait.

Cependant, le Comité a déterminé que TQS a commis une infraction pour avoir manqué à son devoir de diffuser des mises en garde à l'auditoire convenables pendant le film. Le Code de l'ACR concernant la violence exige que la programmation renfermant des scènes qui s'adressent à un auditoire adulte s'accompagne d'une mise en garde à l'auditoire au début de l'émission et après chaque pause publicitaire pendant la première heure. TQS a effectivement diffusé une mise en garde appropriée, en format audio et vidéo, au début du film. Une deuxième mise en garde, cette fois-ci en format vidéo seulement qui a défilé au bas de l'écran, a paru pendant la première heure. Le Comité a jugé qu'il y avait eu violation du Code à cause, d'une part, du nombre insuffisant de mises en garde, et d'autre part, parce que la deuxième mise en garde a été présentée uniquement en format vidéo.

Les radiotélédiffuseurs privés canadiens ont arrêté des codes qui constituent les normes du secteur concernant l'emploi de stéréotypes sexuels, la présentation de violence et le traitement de questions à valeur morale, tels les droits de l'homme, sur les ondes, et ils s'attendent que leurs collègues les respectent. Ils se sont aussi dotés d'un organisme d'autoréglementation, le CCNR, qu'ils ont mandaté de veiller à l'administration de ces codes de responsabilité professionnelle. Le Conseil a par la suite été chargé de veiller également au respect du code de déontologie journalistique adopté par l'Association canadienne des directeurs de l'information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 530 stations de radio et de télévision et services spécialisés, d'un bout à l'autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.