L’humour qui sexualise les enfants est inacceptable, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 27 octobre 2011 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant un épisode de l’émission The Conventioneers diffusé à l’antenne de BITE TV. Cette émission suit deux animateurs lorsqu’ils se rendent à divers congrès et foires commerciales. Ils interviewent les gens qui y travaillent et qui y assistent et font des commentaires comiques sur ce qu’ils voient à ces occasions. Dans un épisode, ils ont interviewé des enfants à l’occasion d’une foire sur le décor pour les Fêtes, puis à l’étape de la postproduction ils ont doublé le véritable dialogue qui avait eu lieu de sorte à le remplacer par des commentaires à caractère sexuel. Le CCNR a conclu que cet épisode n’a pas respecté l’interdiction de sexualiser les enfants qui est stipulée dans le Code sur la représentation équitable de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

Dans l’épisode spécial de Noël, un des animateurs de The Conventioneers s’est habillé en Père Noël et a interviewé des enfants et des adultes qui assistaient à la foire des réceptions et du décor pour les Fêtes. À l’étape de la postproduction, les entretiens qui avaient en fait eu lieu entre l’animateur et les personnes interviewées ont été remplacés par des commentaires à caractère sexuel censément dans le but de produire un effet comique. Par exemple, on a entendu l’animateur dire à une petite fille [traduction] « Petite “cunt” [conne], que veux-tu pour Noël? » et ensuite « Tu veux rentrer un pénis dans ton vagin? » Il a également traité un petit garçon de « petit “fuck” » et a dit à un autre groupe d’enfants, « ne bougez pas, ou nous allons vous violer dans le cul. » D’autres commentaires semblables qui avaient été doublés figuraient dans l’émission, ainsi que des commentaires doublés à caractère sexuel dans les conversations avec des adultes. L’émission, accompagnée d’une seule mise en garde à l’auditoire au début, a été diffusée à 16 h HNE.

Un téléspectateur s’est plaint du contenu de l’émission. La station a indiqué qu’elle avait retiré cet épisode de sa grille horaire après avoir reçu la plainte. Le Comité national des services spécialisés n’a eu aucune hésitation à juger que l’émission a enfreint l’alinéa 8 b) du Code de l’ACR sur la représentation équitable : « [les commentaires] dérogent individuellement et collectivement à l’alinéa 8 b) du Code de l’ACR sur la représentation équitable. Rappelons également qu’il n’y aurait pas d’avantage à présenter la sexualisation des enfants plus tard dans la journée. La proscription s’applique à toute la journée et à toute la nuit de radiodiffusion. »

Le Comité était également d’avis qu’étant donné la présence du « mot f » et du mot « cunt » en anglais, ainsi que de certains des autres commentaires à caractère sexuel, l’émission n’aurait dû passer qu’après 21 h (et avant 6 h), et qu’elle aurait dû contenir une mise en garde à l’auditoire après chaque pause commerciale, que ces mises en garde auraient dû donner davantage de détails concernant la nature spécifique du contenu et qu’on aurait dû afficher l’icône de classification 14+.

Les radiodiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, la représentation équitable, la présentation de violence à la télévision et l’indépendance journalistique, et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle, et des codes visant les services de télévision payante, ainsi que du code concernant la déontologie journalistique qui fut élaboré par l’ACDIRT – Association des journalistes électroniques – en 1970. Presque 760 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.