L’identification erronée de vidéoclips dans des émissions d’information constitue une violation des codes, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 28 janvier 2009 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publiques aujourd’hui deux décisions ( 1 , 2 ) concernant l’identification erronée d’un vidéoclip diffusé dans des émissions d’information. Dans l’épisode de son émission d’affaires publiques, Mike Duffy Live, du 24 mars 2008, CTV Newsnet a laissé l’impression que c’était la police chinoise qui réprimait les manifestants tibétains dans le vidéoclip montré, alors que c’était en effet la police népalaise. Lorsqu’il a présenté essentiellement la même question dans un reportage de nouvelles qu’il a diffusé le 29 mars, le réseau Global Ontario (CIII-TV) a en fait désigné le vidéoclip « Tibet » plutôt que « Népal ». Dans les deux cas, le CCNR a jugé qu’il y avait eu violation des dispositions sur l’exactitude du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) et du Code de déontologie (journalistique) de l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT – l’Association de journalistes électroniques). Étant donné, toutefois, que Global Ontario a diffusé une correction à son reportage, il n’a pas été tenu d’annoncer la décision du CCNR.

Les antécédents de la Chine relatifs aux droits de la personne ont suscité beaucoup de discussion publique dans la période menant à la tenue des Jeux Olympiques d’été de 2008 à Beijing, surtout en ce qui concerne la façon dont la Chine traite le Tibet et le peuple de cette région. L’ambassadeur de la Chine au Canada, M. Lu Shumin, a paru à l’épisode du 24 mars de l’émission Mike Duffy Live pour discuter de cette controverse. Pendant l’entrevue, Newsnet a montré un vidéoclip de manifestants portant des bandeaux sur lesquels était inscrit [traduction] « Le Tibet Libre » que la police traînait et poussait pour les faire monter dans un camion. Bien qu’on n’ait pas identifié le lieu de la manifestation, le contexte laissait la nette impression que c’était la police chinoise qu’on voyait dans le vidéoclip.

Un vidéoclip semblable a été présenté le 29 mars dans le cadre de l’émission News Final de Global Ontario. Dans ce cas-là, la rubrique identifiait le lieu où se passait le contenu du clip comme étant le Tibet. Un téléspectateur s’est plaint des deux diffusions et a indiqué que le clip montrait en effet des scènes du Népal et la police népalaise.

La diffusion faite par CTV Newsnet a été examinée par le Comité national des services spécialisés du CCNR, tandis que celle de Global Ontario a été examinée par le Comité régional de l’Ontario. Les deux comités ont trouvé qu’il y avait eu violation de l’article 5 (Nouvelles) du Code de déontologie de l’ACR et de l’article 1 (Exactitude) du Code de déontologie (journalistique) de l’ACDIRT. Les comités ont déclaré ce qui suit : « L’exactitude était essentielle. On n’a pas veillé à ce que ce soit le cas. Par conséquent, […] l’auditoire canadien a été mal servi […] » parce que « [l]a juxtaposition exacte des éléments visuels et des mots dans le contexte télévisuel est un élément clé de la communication des nouvelles […]. »

Dans le cas de Global Ontario, le CCNR n’a pas exigé que la station annonce la décision qu’il a rendue – contrairement à son processus habituel – parce que Global Ontario avait diffusé une correction à son reportage deux jours après avoir présenté l’émission à l’origine.

Les radiodiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, la représentation équitable, la présentation de violence à la télévision et l’indépendance journalistique, et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle, ainsi que du code concernant la déontologie journalistique qui fut élaboré par l’ACDIRT – Association des journalistes électroniques. Plus de 720 stations de radio, de services de radio par satellite, de stations de télévision et de services de télévision spécialisée, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.