Un message promotionnel trompeur enfreint le code de la radiodiffusion

Un message promotionnel trompeur enfreint le code de la radiodiffusion,
déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 16 juillet 2008 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant un message promotionnel style étiquette diffusé à l’antenne de CILQ-FM (Q107 de Toronto) au début de 2007. Ce message annonçait que lorsque vous êtes à l’écoute de Q107, [traduction] « Vous n’êtes jamais plus qu’à deux minutes du meilleur rock classique. » Cependant, il y avait des moments dans la journée auxquels il s’écoulait sensiblement plus que deux minutes entre les chansons. Le Comité régional de l’Ontario du CCNR a conclu que ce message était trompeur et allait à l’encontre de l’article 12 du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

Un auditeur s’est plaint au CCNR que Q107 n’a pas respecté la promesse énoncée dans le message promotionnel, à savoir « Vous n’êtes jamais plus qu’à deux minutes du meilleur rock classique. » Il a fourni, en exemple, un bloc de temps pour une journée en particulier qui démontrait qu’il y avait parfois bien plus que deux minutes entre les chansons, tout particulièrement pendant l’émission matinale. La station Q107 a expliqué qu’étant donné que l’expression « qu’à deux minutes » ne s’appliquait pas à son émission matinale, elle ne diffusait pas ce message promotionnel pendant cette période. Pour sa part, le plaignant a avancé que l’emploi du mot « jamais » laissait entendre que ce serait le cas pendant toute la journée.

Le Comité régional de l’Ontario a examiné la plainte à la lumière de l’article 12 du Code de déontologie de l’ACR, lequel exige qu’il « faut plus particulièrement prendre soin [que les promotions] ne soient pas trompeu[ses] […] [et que] les promesses faites doivent être tel[les] qu’[elles] sont représenté[e]s. » Le Comité n’était pas d’accord avec l’interprétation que le plaignant a donnée aux mots « qu’à deux minutes », mais a néanmoins conclu que le message promotionnel a enfreint le Code.  Le Comité a fait les observations suivantes :

Après tout, les deux minutes peuvent s’écouler dans un sens ou l’autre. C’est dire qu’on pourrait quand même légitimement être à quatre minutes et toujours être à deux minutes une fois qu’une chanson est terminée, moment auquel l’expiration de ces deux minutes-là laisserait deux minutes avant le début de la prochaine chanson. […] Le radiodiffuseur s’est cependant créé un problème plus large puisqu’il n’a pas qualifié ou limité d’autres mots utilisés dans le message promotionnel. Il semble au Comité que le radiodiffuseur ait appâté à dessein les auditeurs en leur promettant de la musique fréquente en disant et en réitérant jamais, sans exclure le bloc de temps considérable entre 5 h et 9 h.

Le Comité a également pris note que la station a modifié le message promotionnel après avoir reçu la plainte.

Les radiodiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, la représentation équitable, la présentation de violence à la télévision et l’indépendance journalistique, et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle, ainsi que du code concernant la déontologie journalistique qui fut élaboré par l’ACDIRT – Association des journalistes électroniques. Plus de 685 stations de radio, de services de radio par satellite, de stations de télévision et de services de télévision spécialisée, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.