Des stéréotypes négatifs fondés sur l’ethnie enfreignent le Code sur la représentation équitable, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 24 novembre 2010 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant des commentaires faits dans la séquence « The Last Word » (Le dernier mot) de l’émission Derringer in the Morning diffusée à l’antenne de Q107 de Toronto (CILQ-FM). Le CCNR a conclu que les animateurs ont indûment attribué des stéréotypes à un groupe ethnique lorsqu’ils ont fait référence à des Gitans qui se livrent à des activités illégales.

« The Last Word » est une séquence de l’émission matinale de Q107 pendant laquelle les animateurs discutent des nouvelles du monde du divertissement. Dans l’émission en question, ils ont mentionné que la chanteuse d’œuvres populaires Madonna était accompagnée d’une troupe de Gitans roumains pendant sa tournée et que, lors d’un de ses concerts, elle a dénoncé la discrimination dont fait l’objet ce groupe ethnique. Les animateurs de l’émission Derringer in the Morning ont dit en blaguant que Madonna [traductions] « n’a rien dit au sujet des vagabonds et des voleurs » et « qu’il s’adonne qu’ils font des à-côtés; ils se livrent à bien des activités illégales. Tu sais, la plupart d’entre eux ne fait pas du neuf à cinq. » Réagissant à ce dernier point, la coanimatrice a répondu [traduction] « Vraiment? Ils ne volent pas des bébés et ne se font pas remettre quelques pièces dans le creux de la main? »

Un auditeur s’est plaint au CCNR au sujet de ces commentaires et a fait valoir qu’ils [traduction] « appuyaient les stéréotypes et croyances racistes de certains » au sujet des Gitans roumains. La station a répondu que la discussion n’était pas raciste dans son ensemble parce que les animateurs ont également dit que les Gitans sont un peuple « fascinant » et que la majorité des gens ne comprend pas leur histoire.

Le Comité régional de l’Ontario du CCNR a étudié la plainte à la lumière des dispositions concernant les Droits de la personne du Code de déontologie et du Code sur la représentation équitable de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR), ainsi que des articles sur les stéréotypes et la représentation négative de ce deuxième code. Le Comité a conclu que les commentaires n’étaient pas « abusifs ou indûment discriminatoires » en vertu des articles sur les Droits de la personne. Il cependant jugé qu’il s’agissait de commentaires indûment stéréotypés et d’une représentation indûment négative d’un groupe en raison de son origine ethnique, contrairement aux dispositions pertinentes du Code de l’ACR sur la représentation équitable. Le Comité a expliqué sa conclusion comme suit :

Bien [qu’un seul] commentaire [négatif] aurait peut-être pu sortir indemne s’il s’agissait de la seule mention du genre, quelques secondes plus tard [les animateurs ont fait d’autres déclarations semblables]. […] [L]a réalité est que les Gitans sont un véritable groupe, une véritable ethnie et que les commentaires les qualifiant de vagabonds, de voleurs, de hors-la-loi dans une mesure quelconque, de voleurs de bébés et ainsi de suite, sont des stéréotypes et sont nettement indûment négatifs. De tels commentaires, surtout lorsqu’on entend ricaner par derrière, pose un danger : ils risquent de désensibiliser le public envers les victimes d’agression verbale. L’article sur les stéréotypes existe précisément pour éviter ce genre de conséquence sociale.

Les radiodiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, la représentation équitable, la présentation de violence à la télévision et l’indépendance journalistique, et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle, et des codes visant les services de télévision payante, ainsi que du code concernant la déontologie journalistique qui fut élaboré par l’ACDIRT – Association des journalistes électroniques – en 1970. Plus de 750 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.