n message promotionnel renfermant des scènes de sexualité ne convient pas d’être diffusé avant 21 h, peu importe le fuseau horaire, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 18 décembre 2002 — Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd'hui sa décision concernant un message promotionnel diffusé à l'antenne de Space:TheImaginationStation. Le Comité national du CCNR des services spécialisés a trouvé que ce message renfermait des scènes de sexualité destinées exclusivement aux auditoires adultes et qu'il ne convenait pas, par conséquent, de le diffuser avant le début de la plage des heures tardives, soit 9 h, dans un endroit quelconque du pays.

Le service de télévision spécialisée, Space, a diffusé un message faisant la promotion d'un service de télévision numérique spécialisée affilié, qui s'appelle «Drive-In Classics». Le message de promotion renfermait, entre autres, des vidéoclips du film Vixen réalisé par Russ Meyer en 1968. Ces vidéoclips montrent de l'activité sexuelle entre la protagoniste de l'histoire et diverses personnes, et font également allusion à l'inceste. Ce message promotionnel a été diffusé vers 23h05, HNE, mais la plainte à été présentée par un téléspectateur qui l'a vu à 20h05, HNP.

Le Comité national des services spécialisés a étudié la plainte à la lumière du paragraphe 3.2 du Code de l'ACR sur la violence, qui stipule que le matériel promotionnel renfermant des scènes à l'intention d'auditoires adultes ne doit pas être diffusé avant 21h. Le Comité a noté que même si les dispositions du Code stipulent que l'horaire de la programmation est évalué selon le fuseau horaire d'où provient le signal, cette exception ne s'applique pas au matériel promotionnel ou aux messages publicitaires. Le Comité était d'accord avec le plaignant pour dire que le contenu de ce message promotionnel en particulier était de toute évidence destiné aux adultes, et qu'il n'aurait pas dû être diffusé avant 21h dans un quelconque des fuseaux horaires. Le Comité a déclaré :

À part toute autre considération, étant donné la nature des brefs messages du genre, ils ne bénéficient pas, et ne peuvent d'ailleurs pas bénéficier, des moyens de protection informationnels qui sont offerts par les icônes de classification et les mises en garde à l'auditoire. Il se doit, par conséquent, que les télédiffuseurs […] s'assurent que les messages promotionnels et publicitaires respectent les exigences des codes visant les radiotélédiffuseurs privés en ce qui concerne la plage des heures tardives, et ce en fonction de l'heure à laquelle ils passeront dans tous les fuseaux horaires du pays, indépendamment de l'heure à laquelle ils sont diffusés dans le fuseau horaire d'origine.

Les radiotélédiffuseurs privés canadiens ont arrêté des codes qui constituent les normes du secteur concernant l'emploi de stéréotypes sexuels, la présentation de violence et le traitement de questions à valeur morale, tels les droits de l'homme, sur les ondes, et ils s'attendent que leurs collègues les respectent. Ils se sont aussi dotés d'un organisme d'autoréglementation, le CCNR, qu'ils ont mandaté de veiller à l'administration de ces codes de responsabilité professionnelle. Le Conseil a par la suite été chargé de veiller également au respect du code de déontologie journalistique adopté par l'Association canadienne des directeurs de l'information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 520 stations de radio et de télévision et services spécialisés, d'un bout à l'autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.