Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision trouve qu’un message promotionnel pour un film d’horreur est trop violent pour être diffusé avant 21 h

Ottawa, le 8 juin 2005 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant un message faisant la publicité du film d’horreur Seed of Chucky. Ce message publicitaire fut diffusé à l’antenne de Global Television Ontario (CIII-TV) le 14 novembre 2004 à 17 h 39 pendant un épisode de The Simpsons. Le Comité régional de l’Ontario du CCNR en est venu à la conclusion que le message publicitaire renferme des scènes de violence qui sont destinées exclusivement à un auditoire adulte et qu’il n’aurait pas dû être diffusé avant le début de la plage des heures tardives, à savoir 21 h. 

Le message publicitaire dont il est question faisait la promotion du film le plus récent de la série Chucky dont le sujet est une poupée sinistre qui devient vivante et qui se livre à une furie de meurtre. Le message publicitaire s’ouvre sur une scène du Père Noël qui marche dans la neige et de musique de Noël et s’accompagne d’une voix hors champ qui dit « Pendant cette saison des fêtes … il dresse une  liste … il s’assure de bien la vérifier … et si vous êtes méchant … vous allez vous faire trancher. » (traduction) On voyait ensuite une série de scènes effrayantes tirées du film, y compris un gros plan des yeux rouges et malveillants de Chucky, des gens qui crient et un couperet ensanglanté qui transperce un mur. 

Un téléspectateur s’est plaint au CCNR qu’il était inapproprié de diffuser cette annonce dans le cadre d’une émission de fin d’après-midi qui s’adresse aux familles. Il a mentionné tout particulièrement le fait qu’on se sert du Père Noël dans le message, chose qui perturberait les enfants. Le Comité régional de l’Ontario du CCNR a étudié la plainte à la lumière du paragraphe 3.3 du Code d’application volontaire concernant la violence à la télévision de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR), lequel stipule que « Les publicités de nature violente à l’intention d’auditoires adultes, telles les séquences-annonces de films présentées dans les salles de cinéma, ne doivent pas être diffusées avant 21 h. » Le Comité en est venu à la conclusion que cette publicité contenait effectivement des scènes à l’intention uniquement des adultes et qu’il y avait eu manquement au Code de l’ACR concernant la violence. Le Comité a fait les commentaires suivants : 

Tous les éléments relevés dans une décision [antérieure] du CCNR sont présents dans le message promotionnel pour Seed of Chucky, notamment « la peur, le suspense, les scènes sanglantes et le caractère explicite. » Notons, cependant, que pour ce qui est du caractère explicite, on ne voit pas le couteau ou le couperet pénétrer les victimes, mais les créateurs de cette annonce ont fait un usage adroit d’une série de clips très courts pour réussir à communiquer l’idée que cela c’était produit ou était sur le point de se produire. De plus, les mots « Vous allez vous faire trancher » renforcent le message visuel de l’annonce. Le Comité estime que ce message publicitaire était destiné à un auditoire adulte et que par conséquent sa présentation aurait dû se limiter à la période de diffusion après 21 h. Bien que le Comité soit conscient du fait que The Simpsons n’est pas une émission pour enfants, il s’agit d’une série qui est facilement à la disposition des familles et, par conséquent, le choix du moment de diffusion de ce message promotionnel, à savoir dans le cadre de cette émission, enfreint le paragraphe 3.3 du Code de l’ACR sur la violence.

Les radiotélédiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, l’emploi de stéréotypes sexuels et la présentation de violence à la télévision et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont aussi dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle. Le Conseil a par la suite été chargé de veiller également au respect du code d’éthique journalistique adopté en 1970 par l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 550 stations de radio et de télévision et services spécialisés, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.