La recommandation d’une station de radio d’user de violence dans le hockey viole le Code, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 12 août 2008 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant des commentaires faits dans le cadre d’un épisode de l’émission Bonsoir les sportifs diffusée à l’antenne de CKAC-AM de Montréal. L’animateur Ron Fournier a suggéré que les Canadiens de Montréal usent de violence contre les équipes opposantes. Le CCNR a conclu que l’émission a violé le Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) puisqu’elle a encouragé la violence contrairement à l’alinéa 9(a).

Pendant cette émission de causerie consacrée aux sports, l’animateur Ron Fournier s’est entretenu avec son coanimateur au sujet de la piètre réaction des Canadiens de Montréal suite à l’obstruction causée à leur gardien de but dans un match qui avait eu lieu tout récemment. M. Fournier a suggéré que lors des premières deux occasions où il y a obstruction du gardien de but, l’équipe touchée devrait s’adresser à l’arbitre, mais qu’à la troisième occasion « tu lui casses ton bâton en arrière du cou. […] Tu le cross-check en arrière de la tête […], puis il se retrouve face dans la baie vitrée ou face dans la glace! » Il a répété cette suggestion malgré le fait que son coanimateur lui a rappelé que des jeunes écoutent l’émission.

Le CCNR a été saisi d’une plainte de la part d’un auditeur qui se préoccupait du message que cette émission communiquait aux jeunes sur l’utilisation de moyens de violence dans les matchs de hockey. La station a avancé l’argument selon lequel M. Fournier n’avait pas eu l’intention d’inciter les auditeurs à la violence et qu’il a fait ses commentaires dans le contexte d’un match de hockey professionnel en particulier.

Le Comité régional du Québec a examiné la plainte à la lumière de l’alinéa 9(a) du Code de déontologie de l’ACR, lequel interdit d’endosser ou d’encourager la violence à la radio. Il a conclu que l’émission a enfreint cette disposition du Code parce que les propos de M. Fournier « ont non seulement “avalisé”, “favorisé”, “approuvé” et “soutenu” des gestes violents du genre, mais […] ont recommandé de telles mesures pour protéger un gardien de but. »

Les radiodiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, la représentation équitable, la présentation de violence à la télévision et l’indépendance journalistique, et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle, ainsi que du code concernant la déontologie journalistique qui fut élaboré par l’ACDIRT – Association des journalistes électroniques. Plus de 685 stations de radio, de services de radio par satellite, de stations de télévision et de services de télévision spécialisée, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.