Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision déclare que les émissions n’étaient pas sexistes, mais sexuellement explicites

Ottawa, 30 janvier 2018 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) publie aujourd’hui sa décision concernant plusieurs émissions de la tribune téléphonique Doc Mailloux et Josey diffusée par les stations CJMF-FM (FM 93, Québec) et CKOB-FM (106,9fm, Mauricie). Le CCNR conclut que les commentaires sur les hommes et les femmes ne violaient aucun des codes de l’industrie, mais que les deux stations n’auraient pas dû permettre la diffusion de dialogues aussi explicites et d’un langage aussi vulgaire en plein jour.

Doc Mailloux et Josey est une émission-débat animée par le psychiatre Pierre Mailloux et Josey Arsenault. Ceux-ci discutent avec leurs interlocuteurs au téléphone d’enjeux sociaux et de relations interpersonnelles. Lors des émissions mises en cause, il a été question d’une étude sur les agressions sexuelles effectuée auprès d’un échantillon de jeunes gens, d’un discours controversé livré par une artiste au gala de l’ADISQ et de la satisfaction sexuelle chez les femmes. Une auditrice a porté plainte contre le docteur Mailloux en alléguant, à propos des deux premières émissions, que ses commentaires sur les femmes étaient sexistes, tandis que, dans le cas de la troisième, un auditeur s’en prenait aux descriptions qualifiées de sexuellement explicites.

Le comité décideur francophone du CCNR a examiné les plaintes à la lumière des dispositions du Code de déontologie, du Code sur la représentation équitable et du Code concernant la violence de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR). Le comité conclut que le docteur Mailloux n’a ni justifié le viol ni fait de commentaires indûment discriminatoires sur les femmes et les hommes; en vertu des codes, ses commentaires constituaient l’expression légitime de ses opinions sur des questions politiques ou sociales et se sont limités à des sous-groupes des deux genres qui défendent des points de vue ou manifestent des comportements particuliers. Le comité a néanmoins été d’avis que les émissions comportaient des dialogues sexuellement explicites et du langage vulgaire qui n’ont pas leur place à la radio aux heures d’écoute de la radio durant le jour, et enfreignaient de ce fait l’article 9 du Code de déontologie de l’ACR.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller au respect des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge d’administrer cinq codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Quelque 800 stations de radio, services de radio par satellite, services de télévision traditionnels et facultatifs dans l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, et d’autres renseignements pertinents sont affichés sur son site web à . Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente du CCNR, Mme Sylvie Courtemanche, scourtemanche@ccnr.ca ou par téléphone 613-233-4607.