Les émissions de téléréalité doivent indiquer une classification et, lorsqu’elles comportent du langage grossier, elles doivent être diffusées, avec les mises en garde requises, dans la plage des heures tardives, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 9 février 2012 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (« CCNR ») rendait publique aujourd’hui sa décision concernant la diffusion de La Série Montréal-Québec sur les ondes de TVA.

Il s’agit d’une série de 4 émissions de téléréalité portant sur la rivalité historique entre les équipes de hockey de Montréal et de Québec. L’épisode diffusé le 16 janvier 2011, à 19h30 n’indiquait aucune classification, ne comportait aucune mise en garde et le langage utilisé par les joueurs et par les entraîneurs, déçus de leurs performances ou de celles de leur équipe, était émaillé de jurons.

Le CCNR note que les émissions de téléréalité ne sont pas exemptées et qu’elles doivent être encodées conformément aux dispositions de l’article 4 du Code de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (l’« ACR ») portant sur la violence. Dans le cas présent, la classification 13+ aurait été appropriée. De plus, comme l’émission était truffée de langage grossier, sa diffusion aurait dû s’accompagner des mises en garde appropriées tel qu’exigé par l’article 11 du Code de déontologie de l’ACR.

Bien que la diffusion de matchs de hockey soit un divertissement de type « familial » et quoique l’utilisation de langage grossier et de jurons soit d’usage courant dans les arénas et les vestiaires de joueurs, le CCNR est d’avis que ce type de langage peut encore choquer certains téléspectateurs, surtout si des enfants sont à l’écoute, et que cette émission aurait dû être diffusée, dans sa version originale, durant la plage des heures tardives, soit de 21h à 6h, en application de l’article 10a) du Code de déontologie de l’ACR.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller à l’administration des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge de l’administration de sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Près de 750 stations de radio, services de radio par  satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante à travers le Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.