Une émission religieuse ne contenait aucun commentaire abusif et aucune violence, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 26 mars 2010 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant l’émission religieuse Jack Van Impe Presents, laquelle est diffusée à l’antenne de Global Manitoba (CKND-TV). Un téléspectateur s’est plaint que les prédictions de la fin du monde faites par les animateurs de cette émission ont encouragé la haine et la peur. Il a également avancé que cette émission devrait s’accompagner d’une mise en garde à l’auditoire avertissant les parents du contenu à caractère violent et trompeur. Après avoir examiné deux épisodes de l’émission, le CCNR a jugé qu’ils n’ont enfreint aucun des codes de radiodiffusion qu’il administre.

Jack Van Impe Presents est une émission américaine animée par Jack Van Impe et son épouse Rexella. En général, l’émission se compose des éléments suivants : Rexella lit les manchettes de la semaine en mettant l’accent sur les reportages de conflits mondiaux et d’action militaire, et ensuite Jack cite ce qu’il estime être des passages de la Bible qui décrivent et prédisent ces événements mondiaux. Le Comité régional des Prairies du CCNR a examiné les deux épisodes indiqués par le téléspectateur plaignant. Dans ces épisodes, Rexella a énuméré, par exemple, des reportages de nouvelles sur des attaques au missile en Syrie et au Liban. Jack a enchaîné en citant plusieurs passages bibliques qui mentionnent des conflits dans ces régions du monde et a également souligné qu’il est prédit dans la Bible que toutes ces guerres sont un signe que Jésus reviendra. Ils ont noté un article de journal dans lequel il était rapporté que le président Obama des États-Unis a déclaré [traduction] « Nous ne nous mettrons jamais en guerre avec l’Islam. » Jack a répondu en disant [traduction] « Je ne suis pas d’accord puisque nous sommes déjà en guerre avec l’Islam. Nous leur livrons bataille en Iraq, en Afghanistan. Peut-être bientôt au Pakistan. Et, peut-être en Iran d’ici bientôt. » Il a ensuite parlé de commentaires faits par le président Ahmadinejad de l’Iran.

Le téléspectateur dont il est question s’est plaint au CCNR du message de haine, de peur et de catastrophisme que communique constamment M. Van Impe et a signalé plus précisément la mention faite par ce dernier de la guerre avec l’Islam. Le plaignant a également fait remarquer que cette émission est diffusée le dimanche matin et a dit qu’étant donné que les prédictions de violence et de la fin du monde faites par M. Van Impe risquent de perturber les enfants, elle devrait s’accompagner d’une mise en garde à l’auditoire.

Le Comité des Prairies a étudié la plainte à la lumière des dispositions pertinentes de trois codes de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR), notamment le Code de déontologie, le Code sur la représentation équitable et le Code concernant la violence. Il n’a constaté aucune violation d’un quelconque de ces codes, et a noté que bien que l’émission contienne des discussions sur des conflits mondiaux, elle ne renferme aucune violence comme telle et il est donc nettement évident qu’elle n’a pas enfreint le Code de l’ACR concernant la violence et qu’il n’est pas nécessaire qu’elle présente des mises en garde à l’auditoire ou qu’elle soit diffusée uniquement tard en soirée. Le Comité a déclaré ce qui suit :

 

[L]es renvois bibliques à un éventail de cataclysmes, entre autres la tribulation, les catastrophes, les guerres horrifiques, la guerre atomique (ou nucléaire), la fin du monde, le nouvel ordre mondial, le terrorisme, faire sauter les synagogues et la cyber-guerre, lesquels peuvent susciter la peur chez certains, ne constituent pas, au sens du Code, de la violence.

Le Comité a dit ce qui suit au sujet des allégations du plaignant concernant des commentaires haineux à l’endroit d’autres groupes :

 

[N]ombreux sont les adeptes d’une religion qui sont convaincus que leur façon est la meilleure, sinon la seule façon. Ils peuvent même se montrer criards au sujet de leur propre religion, mais ce droit ne les autorise pas à attaquer d’autres religions sur les ondes pour établir le bien-fondé de leurs arguments. Le Comité conclut que ce principe s’applique à tous égards dans ce cas-ci. Les propos dans les deux épisodes sont loin de déroger à l’interdiction, dans la disposition sur les droits de la personne, de diffuser des commentaires abusifs ou indûment discriminatoires. Étant donné sa conclusion concernant l’absence d’attaques contre une autre religion, le Comité ne juge pas non plus qu’il y ait eu violation de l’article 8 du Code de déontologie de l’ACR. […] Le Comité ne prend aucune position sur la base factuelle des croyances chrétiennes ou de celles fondées sur d’autres religions. […] Ceux et celles qui pratiquent une religion ont le droit de croire en certaines choses et de faire du prosélytisme, même sur les ondes. […]

[…]

[…] Que la remarque de Jack Van Impe pendant l’épisode du 31 mai selon laquelle [traduction] « nous sommes déjà en guerre avec l’Islam » […] soit ou non une caractérisation précise ou exacte de l’ordre mondial récent et/ou actuel, cela ne la rend pas discriminatoire et encore moins indûment discriminatoire. Il n’y a aucun manquement à l’article 2 à cet égard. Le Comité ne conclut pas non plus que les observations faites le 31 mai constituent une attaque contre l’Islam, au sens de l’article 8. Et, la remarque de M. Van Impe selon laquelle « nous » livrons bataille à l’Islam, c.-à-d. les pays islamiques comme l’Iraq, l’Afghanistan, le Pakistan et d’autres nations musulmanes dont il est question dans ce même monologue, ne revient pas non plus à une attaque contre l’Islam en tant que religion. Même si cette caractérisation est inexacte du point de vue de l’histoire (et le Comité n’exprime aucune opinion sur ce point), le Conseil ne trouve aucune attaque contextuelle contre l’Islam ou ses pratiquants qui constituerait une violation de l’article 8.

Le Comité n’était pas d’accord avec l’affirmation du plaignant selon laquelle l’émission Jack Van Impe Presents devrait être classifiée 14+, et a précisé qu’il s’agit d’une émission d’information exempte de classification. Le Comité a également fait remarquer qu’aucune norme codifiée n’empêche M. Van Impe de vendre ses livres et DVD pendant l’émission, fait dont le plaignant s’est également plaint.

Les radiodiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, la représentation équitable, la présentation de violence à la télévision et l’indépendance journalistique, et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle, et des codes visant les services de télévision payante, ainsi que du code concernant la déontologie journalistique qui fut élaboré par l’ACDIRT – Association des journalistes électroniques en 1970. Plus de 735 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.