La disposition sur les concours d’un code de radiodiffusion a été enfreinte en raison de la relocalisation du 9 disparu, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 8 juillet 2009 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant le concours du 9 disparu (Missing 9) que CKIX-FM (99.1 Hits FM de St. John’s à Terre-Neuve) a tenu à l’automne de 2008. Le CCNR a conclu qu’étant donné que le 9, c.-à-d. un objet physique constituant le chiffre 9, à été déménagé quelque temps après que le concours fut lancé, il s’agissait d’un concours inéquitable aux termes de l’article 12 du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

Dans le cadre du concours du 9 disparu, les auditeurs devaient déterminer, selon les indices donnés sur les ondes en septembre et octobre 2008, où se situait le chiffre 9 qui avait été caché dans la région de St. John’s. Des auditeurs se sont plaints que le concours était inéquitable parce que certains des indices étaient vagues ou trompeurs et parce que le 9 a été trouvé, en fin de compte, dans une camionnette qui n’est arrivée à la dernière cachette que le jour auquel le 9 fut découvert.

La station 99.1 Hits FM a expliqué que des circonstances inattendues l’ont obligée de déménager le 9 à un moment donné pendant le concours. À l’origine, le 9 était caché dans un local d’entreposage d’une installation d’entreposage libre-service, sans que les responsables de cette installation en soient au courant. Lorsque cette entreprise a affiché une pancarte « Défense d’entrer », la station s’est vue devant la tâche difficile, voire impossible, de relocaliser le 9 tout en assurant la validité des indices précédents. Elle a donc décidé de placer le 9 dans une camionnette qui était alors stationnée juste à l’extérieur du portail de cette installation d’entreposage.

Le Comité régional de l’Atlantique du CCNR a examiné la plainte à la lumière de l’article 12 du Code de déontologie de l’ACR, lequel exige que les radiodiffuseurs s’assurent d’exécuter leurs concours de façon équitable et légitime. Le Comité a noté que la tenue de ce genre de concours chasse au trésor ne posait aucun problème et qu’il était raisonnable de s’attendre que les indices soient vagues et aptes à être interprétés de diverses manières. Mais en ce qui concerne l’exécution du concours, le Comité a conclu que le fait de déplacer le 9 a rendu le concours inéquitable et allait, par conséquent, à l’encontre de l’article 12. Il a expliqué son raisonnement comme suit :

 

Premièrement, le Comité estime qu’il était mal inspiré, quoique bien intentionné, de la part de la station de décider de cacher le 9 dans un local d’entreposage fermé à clef d’une installation d’appartenance privée, comme CKIX-FM l’a elle-même appris à ses dépens, quand cette entreprise a installé sa pancarte « Défense d’entrer ».  […]

[…]  La station a alors été obligée de modifier son plan en vitesse et elle a déménagé le 9 du local à l’intérieur de l’installation à un endroit à l’extérieur du portail fermé à clef. Bien entendu, cette décision était inéquitable envers ceux et celles qui avaient déjà peiné sur les indices. L’iniquité de la situation fut davantage exacerbée par le fait que le 9 n’est arrivé à sa dernière cachette, où il n’avait jamais été situé auparavant, que le matin du 6 octobre. En effet, le public n’a pas généralement eu accès au 9 dans cet endroit jusqu’à ce que la camionnette arrive sur les lieux, ce qui signifie que même si les auditeurs avaient fait bien attention aux indices, ils n’ont pas eu l’occasion de gagner ce concours d’un mois avant ce moment-là.

Les radiodiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, la représentation équitable, la présentation de violence à la télévision et l’indépendance journalistique, et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle, et des codes visant les services de télévision payante, ainsi que du code concernant la déontologie journalistique qui fut élaboré par l’ACDIRT – Association des journalistes électroniques en 1970. Plus de 725 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.