Space concernant Star Trek : Discovery (“Choose Your Pain”)

COMITÉ DÉCIDEUR ANGLOPHONE
Décision CCNR 17/18-0391
2018 CCNR 9
18 avril 2018
S. Courtemanche (présidente), C. Bell, V. Dubois, K. Hesketh, S. Sammut

LES FAITS

Star Trek: Discovery est une série de science-fiction qui se déroule une dizaine d’années avant la série télévisée originale Star Trek. Elle suit l’équipage du vaisseau spatial USS Discovery au cours de la guerre qui oppose la Fédération aux Klingons.

La station Space a diffusé l’épisode « Choose Your Pain » (Choisissez votre douleur) le 15 octobre 2017 à 20 h. Il s’accompagnait de la mise en garde suivante, en format sonore et visuel, diffusée en début d’émission et au retour de chaque pause publicitaire :

[traduction]

L’émission qui suit traite d’un sujet délicat et renferme des scènes de violence et du langage grossier. Il s’adresse à un public averti.

Il n’y avait pas d’icône de classification.

Dans une scène en particulier, trois membres d’équipage sont en train de regarder un écran holographique pour tâcher de comprendre comment l’ADN d’une créature qu’ils ont capturée interagit avec leur « moteur sporique activé par déplacement » (le DASH) qui permet au vaisseau de se téléporter sur de grandes distances n’importe où dans l’univers.

À l’instant où la connexion scientifique leur apparaît, la cadette Sylvia Tilly s’emballe et s’écrie : [traduction] « Hé les gars, c’est fucking cool! » Le lieutenant Paul Stamets se tourne vers elle, le regard vide. Tilly reprend son sérieux pour dire: « Je suis désolée ». Stamets lui répond, un sourire en coin: « Non, cadette, c’est vraiment fucking cool! »

L’épisode renferme aussi de nombreuses scènes de violence. Au début de l’épisode, le capitaine du vaisseau, Gabriel Lorca, se dirige vers le vaisseau principal à bord d’une navette de transport après une rencontre avec ses supérieurs. Un groupe de Klingons (extraterrestres humanoïdes ennemis de la Fédération) attaque la navette. Lorca et le pilote affrontent les Klingons, avec beaucoup de coups de poing et tentatives de strangulation. Un Klingon tue le pilote en lui arrachant le cœur de la poitrine. Lorca est capturé par les Klingons.

On retrouve Lorca à bord d’un vaisseau carcéral aux côtés de deux autres prisonniers. Un groupe de Klingons fait irruption dans la cellule et s’adresse à l’un d’eux en disant: « Choisissez votre douleur! » L’homme pointe un de ses compagnons du doigt et les Klingons s’abattent sur ce prisonnier, le giflent, le projettent dans tous les sens, le frappent à coups de pied et le traînent au sol jusqu’à ce que sa figure soit en sang et qu’il perde apparemment conscience.

Plus tard, Lorca est enfermé dans une pièce pour être torturé par une Klingonne haut placée. Il est ligoté à une chaise, la figure enserrée par un appareil en métal. La Klingonne lui lance des menaces et lui assène une claque sur la bouche qui le fait saigner. Elle installe un dispositif métallique pour tenir ses paupières grand ouvertes et les inonde d’un faisceau lumineux. Lorca hurle de douleur parce qu’il souffre d’une affection aux yeux qui le rend hypersensible à la lumière.

Vers la fin de l’épisode, il y a encore une longue séquence de combat à bord du vaisseau carcéral des Klingons. Ces derniers s’en prennent brutalement au lieutenant Ash Tyler, compagnon de cellule de Lorca, lui administrent une volée de coups de poing à la figure et le projettent contre des barreaux de métal. Tyler feint de perdre connaissance, de manière à surprendre ses geôliers klingons avec l’aide de Lorca. Tous deux se ruent sur les Klingons, en tuent un en lui tordant le cou et un autre en l’étranglant. Ils réussissent à s’emparer des pistolets au laser des Klingons et à s’évader de leur cellule.

Dans le couloir, Lorca et Tyler sont encerclés par d’autres Klingons, qu’ils évaporent avec leurs pistolets au laser. Ils éliminent encore d’autres Klingons à mesure qu’ils progressent à bord du vaisseau. Survient la dirigeante klingonne. Tyler se précipite sur elle en lançant des cris et des coups de poing. Ils se battent et Tyler la précipite au sol en la frappant sans relâche au visage. Après d’autres échanges de coups, la femme rebondit sur ses pieds et fait face à Lorca, qui la vise avec son pistolet au laser et atteint une moitié de son visage. Elle hurle et s’écroule tandis qu’une partie de son visage fume et crépite. (Une description plus détaillée des scènes pertinentes se trouve à l’annexe A, en anglais seulement.)

Le CCNR a reçu une plainte concernant cet épisode, envoyée par courriel le 29 octobre. Le plaignant se dit depuis toujours fervent amateur de Star Trek, [traduction] « surtout pour son intégrité dans la propreté du récit et du langage comme de la bonne science-fiction apte à divertir toute la famille ». Il déplore l’apparition du mot fucking dans l’épisode du 15 octobre, et suggère que le contexte dans lequel il est utilisé « ne devrait PAS être permis un samedi soir aux heures de grande écoute sans un avertissement qui soit un peu meilleur que la mention générique normale à la reprise de chaque segment après une pause publicitaire » et il demande depuis quand les règles ont changé. Il fournira, le 5 novembre, des précisions concernant sa plainte, soit le nom de la station sur laquelle il a regardé l’épisode et l’heure de la diffusion.

Space a répondu au plaignant le 17 novembre. Le télédiffuseur assure avoir [traduction] « mis en place un processus rigoureux selon lequel toutes les émissions dont le contenu présente le moindre risque sont visionnées avant leur diffusion. Après évaluation du contenu, nous réfléchissons aux mises en garde à l’auditoire, à la classification du GAVT et au moment de sa diffusion afin que les téléspectateurs puissent faire des choix éclairés quant au caractère approprié de l’émission pour eux-mêmes et leur famille. »

Après avoir visionné l’épisode avant de le diffuser, Space convient que l’apparition du mot fuck [traduction] « avait de quoi surprendre puisque la feuille de route de la série et des franchises, pendant 51 ans, est toujours demeurée raisonnablement propre pour ce qui est du contenu ». Le télédiffuseur ajoute que « la franchise Star Trek jouit d’un cercle d’admirateurs extrêmement loyal et fervent, si bien qu’en tenant compte de la façon dont le langage grossier était utilisé, nous avons décidé de diffuser l’épisode sans le couper ou le censurer afin de livrer le contenu auquel peut s’attendre l’auditoire de Space ».

Space fait remarquer que la scène dans laquelle intervient ce langage injurieux porte sur deux personnages extrêmement emballés par les découvertes scientifiques qu’ils viennent de faire et que le terme n’est pas utilisé de manière particulièrement explicite ou pour blesser quelqu’un.

Space estime que la classification 14+ de l’épisode basée sur le système du GAVT était juste puisque cette cote [traduction] « prévient les auditeurs qu’il pourrait y avoir des “thèmes adultes” et “l’utilisation de jurons fréquente ou de forte intensité” ».

Le télédiffuseur conclut comme suit : [traduction] « Nous savons que le langage grossier ne devrait pas être diffusé avant 21 h, mais nous hésitions à intervenir dans une émission emblématique qui fait l’objet d’un culte, compte tenu surtout de la façon dont ce langage grossier était utilisé ». Space termine en s’excusant auprès du téléspectateur de l’avoir offensé.

Le plaignant a déposé sa demande de décision le 17 novembre, en disant que la réponse de Space était « inacceptable » puisque le télédiffuseur était au courant de ce juron avant de diffuser l’épisode et n’a fait aucun effort de modifier sa mise en garde afin de prévenir les téléspectateurs du « langage extrême » qui n’avait jamais été entendu auparavant dans une série ou un film de Star Trek. (La correspondance complète figure dans l’annexe B, en anglais seulement.)

LA DÉCISION

Le comité décideur anglophone a étudié la plainte à la lumière des dispositions suivantes du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) et du Code de l’ACR concernant la violence :

Code de déontologie de l’ACR, article 10 – Télédiffusion (Mise à l’horaire)

a) Les émissions à l’intention des auditoires adultes ayant du contenu sexuellement explicite ou comportant du langage grossier ou injurieux ne devront pas être diffusées avant le début de la plage des heures tardives de la soirée, plage comprise entre 21 h 00 et 6 h 00. Les télédiffuseurs consulteront les dispositions du Code de l’ACR concernant la violence qui se rapportent à l’horaire des émissions comportant des scènes de violence.

Code de l’ACR concernant la violence, article 3.0 – Horaire des émissions

3.1          Programmation

3.1.1       Les émissions comportant des scènes violentes et destinées à un auditoire adulte ne doivent pas être diffusées avant le début de la plage des heures tardives de la soirée, plage comprise entre 21 h et 6 h.

Code de l’ACR concernant la violence, article 4.0 – Classification

Protocoles sur l’usage des icônes

Fréquence

L’icône de classification doit rester affichée pendant les 15 à 16 premières secondes de l’émission.

Les membres du comité décideur ont lu toute la correspondance afférente et ont visionné un enregistrement de l’émission en cause. Le comité conclut que Space a enfreint l’article 10(a) du Code de déontologie de l’ACR et les articles 3.1.1 et 4.0 du Code de l’ACR concernant la violence.

Les questions auxquelles avait à répondre le comité décideur :

Est-ce que Space a enfreint l’article 10 du Code de déontologie de l’ACR en diffusant le mot fucking (deux fois) avant 21 h?

Cet épisode de Star Trek renferme-t-il des scènes de violence destinées à un auditoire adulte et, par conséquent, aurait-il dû être diffusé après 21 h conformément aux dispositions du Code de l’ACR concernant la violence sur l’horaire des émissions?

Space a-t-il enfreint le Code de l’ACR concernant la violence en omettant d’inclure une icône de classification?

Langage grossier et violence destinés exclusivement à un auditoire adulte

Le CCNR a toujours maintenu que la diffusion non censurée du mot fuck et de ses variantes n’était pas acceptable avant la période critique de 21 h[1]. Les seules exceptions ont porté sur des événements diffusés en direct et des émissions de langue française. Ni l’une ni l’autre circonstance ne s’applique ici. Le CCNR a aussi déclaré que la popularité ou les louanges de la critique n’ont aucun poids dans son évaluation d’une émission[2].

Le comité estime que l’utilisation d’un langage grossier dans cet épisode était inappropriée. Puisque Space avait visionné l’épisode en question avant de le diffuser et décidé de le diffuser à 20 h, il aurait dû éliminer le langage grossier en masquant par un bip le mot fucking en vue de se conformer au Code de déontologie de l’ACR. Le comité comprend que Space ait voulu diffuser cet épisode [traduction] « sans le couper ou le censurer afin de livrer le contenu auquel s’attendait l’auditoire de Space ». Cet objectif aurait pu être atteint en mettant l’émission à l’horaire après 21 h. Par conséquent, le comité conclut que la diffusion du mot fucking à deux reprises au cours de cet épisode de Star Trek: Discovery constitue une violation de l’article 10 du Code de déontologie de l’ACR.

Lorsqu’il est appelé à évaluer une émission, le CCNR la visionne d’un bout à l’autre pour s’assurer qu’elle se conforme aux codes applicables. Même si le plaignant n’y faisait pas allusion, le comité a examiné l’épisode en vue de déterminer s’il ne renfermait pas des scènes de violence « destinées exclusivement à un auditoire adulte ». Le Code de l’ACR concernant la violence comporte des dispositions sur l’horaire qui exigent de diffuser un contenu de cette nature uniquement après 21 h (et avant 6 h).

Le CCNR, dans des décisions antérieures, a eu à déterminer ce qui constitue une scène de violence « destinée exclusivement à un auditoire adulte » et doit donc être diffusé uniquement après 21 h. Chaque émission est évaluée au cas par cas et, même s’il n’existe pas une formule strictement mathématique, le CCNR a expliqué qu’il tiendrait compte de critères comme la fréquence, le suspense, la présence de sang, le caractère explicite, la violence implicite plutôt qu’explicite et la thématique de l’émission.

Comme il est noté plus haut, la série Star Trek: Discovery est la plus récente production de la franchise Star Trek. Cet épisode offre une version beaucoup plus sombre et plus intense avec une thématique globale plus tendue et plus explicite que les séries Star Trek du passé. L’intensité de la série s’étend aux scènes de violence que renferme l’émission. Dans cet épisode en particulier, il y a plusieurs scènes de violence et d’effusion de sang réelles et explicites.

Le CCNR a récemment examiné une émission de science-fiction en vue de déterminer si le niveau de violence d’un de ses épisodes en particulier allait à l’encontre des dispositions sur l’horaire dans le Code de l’ACR concernant la violence[3]. Cet épisode renfermait diverses scènes de violence, dont l’une montrait un homme mortellement poignardé avec un tuyau en métal qui lui perçait l’abdomen, plusieurs autres où des gens se faisaient battre, et une autre encore dans laquelle on assassine un homme en lui assénant des coups répétitifs à la tête avec une boule de métal, suivie d’un gros plan de sa face ensanglantée. La majorité des membres décideurs ont conclu qu’en raison du nombre important et de la nature explicite de ces scènes, l’épisode s’adressait exclusivement à un auditoire adulte et aurait dû être diffusée près 21 h.

Dans une autre décision impliquant une télésérie de science-fiction, le CCNR a expliqué que la disposition du Code de l’ACR concernant la violence sur l’horaire avait pour but de concilier la liberté d’expression avec la volonté de protéger les enfants en établissant une heure critique après laquelle une émission destinée aux adultes peut être vue à l’écran[4].

De plus, la nature fantastique d’une série télévisée n’élimine pas la nécessité de respecter les exigences d’horaire du Code de l’ACR concernant la violence. Tant que le télédiffuseur respectera cette disposition, il n’y aura pas d’infraction au code[5].

Concernant les scènes de violence dans des émissions fantastiques, comme lorsque des personnages se font trancher la gorge, ou étrangler au moyen d’un cintre, ou qu’un individu destiné à être brûlé finit par se faire tuer d’une balle dans la tête, le CCNR a expliqué qu’il se posait les questions suivantes pour déterminer si la violence « était destinée exclusivement à un auditoire adulte »[6]:

  • Les scènes de violence sont-elles pertinentes au déroulement de l’intrigue?
  • Sont-elles gratuites quant à leur rapport à l’émission?
  • Sont-elles graphiques et explicites?
  • Quand les scènes de violence dans une émission fantastique représentent de la violence sans conséquence, peut-on raisonnablement s’attendre à ce que les enfants dans l’auditoire en comprennent l’ironie?

Le CCNR a aussi étudié la disposition du Code de l’ACR concernant la violence sur l’horaire par rapport à des émissions de genres variés, notamment des films d’action. Un film intitulé The Mechanic présentait de nombreuses scènes de violence extrême, par exemple le personnage principal abattant son mentor à bout portant, puis étranglant un homme à l’aide d’une courroie avec laquelle il pendait le cadavre à une porte et mettait en marche une vidéo porno pour faire croire à une asphyxie autoérotique. Étant donné que la plupart des scènes du film allaient dans le même sens et que ce film était diffusé à 15 h, le CCNR a déterminé qu’il y avait eu violation de la disposition du Code de l’ACR concernant la violence sur l’horaire des émissions[7].

Comme mentionné plus haut, l’évaluation est faite cas par cas. Même une émission qui renferme un contenu violent et risque de choquer les plus jeunes n’est pas forcément réservée à la plage des heures tardives[8].

Dans le cas qui nous occupe, il y a eu plusieurs scènes de violence tout au long de l’épisode qui étaient de nature explicite, comme les nombreuses bagarres avec beaucoup de coups de poing et d’étouffements; des personnages dont la face ensanglantée témoigne d’actes de violence; des scènes de torture; la mort infligée en tordant le cou; et la scène où l’on arrache le cœur d’un des personnages.

Même si la violence était pertinente au déroulement de l’intrigue, il y avait, sur l’ensemble de l’épisode, de nombreuses scènes comportant de la violence explicite, lesquelles, dans l’esprit du comité, étaient « réservées exclusivement à un auditoire adulte ». Par conséquent, la diffusion de cet épisode de Star Trek : Discovery à 20 h est allée à l’encontre de la disposition du Code de l’ACR concernant la violence qui traite de l’horaire des émissions.

La nécessité d’inclure une icône de classification

La série Star Trek: Discovery est considérée comme une dramatique et, comme telle, tenue d’afficher une icône de classification. Bien que Space prétende avoir affiché une classification de 14+, il n’y a pas d’icône de classification sur le fichier-témoin fourni par le télédiffuseur. Le CCNR a toujours déterminé que l’absence d’une icône de classification constituait une infraction à l’article 4.0 du Code de l’ACR concernant la violence[9].

Le code exige que l’icône de classification reste affichée à l’écran pendant les 15-16 premières secondes de l’émission. L’icône de classification est un outil indispensable pour permettre aux téléspectateurs de juger si le contenu de l’émission convient à tous les membres de leur foyer et c’est pourquoi il est requis dans le contexte du Code de l’ACR concernant la violence.

Le comité a conclu que l’absence d’une icône de classification dans les circonstances présentes constituait une infraction à l’article 4.0 du Code de l’ACR concernant la violence.

Réceptivité du télédiffuseur

Dans toutes les décisions rendues par le CCNR, ses comités évaluent dans quelle mesure le radiodiffuseur s’est montré réceptif envers le plaignant. Bien que le radiodiffuseur ne soit certes pas obligé de partager l’opinion du plaignant, sa réponse doit être courtoise, réfléchie et complète. Dans la présente affaire, Space dans sa réponse a satisfait à son obligation de répondre adéquatement à la plainte. Ce télédiffuseur ayant rempli son obligation de se montrer réceptif, il n’y a pas lieu d’en exiger davantage de sa part, sauf pour l’annonce de cette décision.

ANNONCE DE LA DÉCISION

Space est tenu : 1) de faire connaître la présente décision selon les conditions suivantes : une fois pendant les heures de grande écoute, dans un délai de trois jours suivant sa publication, et une autre fois dans un délai de sept jours suivant sa publication, dans le même créneau horaire que Star Trek : Discovery, mais pas le même jour que la première annonce; 2) de faire parvenir au plaignant qui a présenté la demande de décision, dans les quatorze jours suivant la diffusion des deux annonces, une confirmation écrite de son exécution; et 3) au même moment, de faire parvenir au CCNR copie de cette confirmation accompagnée du fichier-témoin attestant la diffusion des deux annonces, qui seront formulées comme suit :

Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision a jugé que Space avait enfreint le Code de déontologie et le Code concernant la violence de l’Association canadienne des radiodiffuseurs en diffusant Star Trek: Discovery le 15 octobre 2017 à 20 h. L’émission, parce qu’elle comportait du langage grossier et de la violence destinés à un auditoire adulte, aurait dû être diffusée après 21 h comme l’exigent l’article 10 du Code de déontologie et l’article 3 du Code concernant la violence. Une icône de classification aurait dû être affichée à l’écran au début de l’émission comme le requiert l’article 4 du Code concernant la violence.

La présente décision devient un document public dès sa publication par le Conseil canadien des normes de la radiotélévision.

[1] Showcase Television concernant Destiny to Order (Décision CCNR 00/01-0715, 16 janvier 2002); WTN concernant Wildcats (Décision CCNR 00/01-0964, 16 janvier 2002); Showcase Television concernant The Cops (Décision CCNR 01/02-0682, 30 janvier 2004); Showcase Television concernant Muriel’s Wedding (Décision CCNR 02/03-0882, 30 janvier, 2004); Bravo! concernant Perfect Timing (Décision CCNR 03/04-0928, 15 décembre 2004); Bravo! concernant Ordinary People (Décision CCNR 03/04-1187, 15 décembre 2004); Bravo! concernant RKO 281 (Décision CCNR 04/05-0584, 20 juillet 2005); Global concernant un épisode de fatbluesky (Décision CCNR 05/06-1611, 8 janvier 2007); BBC Canada concernant The F-Word (Décision CCNR 08/09-1516, 1er avril 2010); BITE TV concernant The Conventioneers (Décision CCNR 10/11-0627, 12 juillet 2011); Sportsnet Ontario concernant Party Poker Premier League Poker (Décision CCNR 14/15-0908, 21 octobre 2015); GameTV concernant Eastern Promises (Décision CCNR 15/16-1652, 21 décembre 2016).

[2] CKMM-FM concernant une chanson intitulée « The Bad Touch » (Décision CCNR 99/00-0521, 21 février 2001); CJKR-FM concernant la chanson « Highway Girl (Live) » par The Tragically Hip (Décision CCNR 00/01-0832, 14 janvier 2002); Réexamen de la décision rendue par le Comité régional de l’Atlantique dans CHOZ-FM concernant la chanson « Money for Nothing » de Dire Straits (Réexamen de la décision 09/10-0818, 17 mai 2011)

[3] TVA concernant Le dôme (« Le Crépuscule du dôme ») (Décision CCNR 15/16-1277, 31 janvier 2017).

[4] CIHF-TV (MITV) concernant un épisode de The X-Files (Décision CCNR 96/97-0043, 14 février 1997).

[5] CTV concernant Poltergeist – The Legacy (Décision CCNR 96/97-0017 et 96/97-0030, 8 mai 1997).

[6] Showcase Television concernant Destiny to Order (Décision CCNR 00/01-0715, 16 janvier 2002)

[7] HIFI concernant 10 000 BC, The Mechanic et Trailer Park Boys (Décision CCNR 16/17-0474, 9 août 2017).

[8] VRAK.TV concernant Charmed (« Histoire de fantôme chinois ») (Décision CCNR 02/03-0365, 17 juillet 2003).

[9] TQS concernant un épisode de Coroner (Décision CCNR 98/99-0162, 23 juin 1999); TSN concernant un épisode de WWE (Décision CCNR 02/03-1656, 11 mai 2004); Family Channel concernant deux épisodes du Amanda Show (Décision CCNR 03/04-0486 et -0792, 11 mai 2004); Comedy Network concernant Puppets Who Kill (“The Island of Skip-Along Pete”) (Décision CCNR 05/06-0383, 30 mars 2006); GameTV concernant Eastern Promises (Décision CCNR 15/16-1652, 21 décembre 2016).


Annexe A

Star Trek: Discovery is a science fiction series, set approximately a decade before the original Star Trek television series.  It follows the crew of the USS Discovery spaceship during a war between the Federation and the Klingons.

Space aired the episode entitled “Choose Your Pain” on October 15 at 8:00 pm.  It contained the following advisory in audio and video formats at the beginning and coming out of all commercial breaks:

This program contains scenes of violence, coarse language and mature subject matter.  Viewer discretion is advised.

There was no classification icon.

The captain of the ship is Gabriel Lorca, who suffers from an eye condition causing acute sensitivity to light.  He conscripted First Officer Michael Burnham (a female, despite the name) to help him even though she was found guilty of mutiny while on another ship.  Not everyone is pleased with her presence.  Cadet Sylvia Tilly has a bubbly personality and tries to be friendly with Burnham.  There is also Lieutenant Paul Stamets who is one of the main scientists, as well as other characters who are not significant in the scenes at issue here.

The ship has a “displacement activated spore hub drive” which allows it to teletransport itself anywhere in the universe.  Previously, the crew was unable to control where the ship would materialize with the drive.  In a prior episode, they captured a large creature called a Tardigrade and discovered that something in the Tardigrade’s DNA interacted with the spore drive, so that they could now control where the ship would go and could teletransport farther and faster than before.  Burnham, however, believes that with every “jump” the ship makes, the health of the Tardigrade (which she named Ripper) deteriorates.

The episode contains coarse language and multiple scenes of violence:

20:02:42-20:03:12

Burnham is at a console.  A double of herself is in a chamber across from the console.  There are probes poking into the double’s sides and a blue glow fills the chamber.  Burnham pushes a button at the console.  Her double in the chamber screams as the probes push further into her sides.  Burnham at the console is also screaming.  Burnham is then seen waking up in bed suddenly, indicating that it was a dream.

20:08:20-20:08:41

Lorca is in a small spaceship on his way back to Discovery after a meeting with Admiral Katrina Cornwell who had ordered him to limit the use of the spore drive during battles.  There is only Lorca and a pilot on the small ship.  Klingons attack the ship.  A group of Klingons barge in through the door carrying large ray guns.  Lorca and the pilot engage in a fight with them, with much punching and choking.  One Klingon rips the pilot’s heart out of his chest and he dies.  The Klingons march Lorca away.

20:15:09-20:15:40

Lorca is in a Klingon prison vessel.  There are two fellow inmates.  One is Harcourt “Harry” Mudd who is flippant and annoying.  The other is a nameless man who is huddled in a corner in the fetal position.  Harry tells Lorca that the man is crazy.  A group of Klingons walks in and one says “Choose your pain”.  Harry points at the man in the corner, so one Klingon grabs the man by the hair and pulls him into the centre of the room.  As Lorca goes to take a step to help the man, a Klingon points a gun at him and he stops.  Another Klingon slaps the man’s face, throws him against the wall, then drags him by the hair on the ground.  The man is lying on the ground seemingly unconscious and the Klingon kicks him in the face, causing his face to bleed.  The Klingons drag him out of the room and shut the cell door.

Afterwards, Harry explains to Lorca that the Klingons do this “Choose your pain” exercise frequently.  The chosen prisoner can either accept a beating himself or choose one of his fellow inmates to receive it.  According to Harry, the purpose is to prevent the prisoners from bonding.

20:21:19

Lorca has noticed that there is another prisoner in the cell.  He says his name is Lieutenant Ash Tyler.  Tyler says to Lorca:  “Shit, you’re a captain?”

20:26:07-20:26:21

Tilly, Stamets & Burnham are looking at a holograph screen trying to understand how the Tardigrade and spore drive interact to allow the ship to jump such distances.  When the scientific relationship occurs to them, Tilly gets excited and says “You guys, this is so fucking cool!”  Stamets looks at her with a blank expression.  Tilly gets serious and says, “I’m so sorry”.  Stamets replies, with a slight smile, “No Cadet, it is fucking cool.”  They all smile about their discovery and plan.

20:26:26-20:28:15

Lorca has been taken to meet with the Klingon leader.  He is strapped to a chair and has a metal torture device around his face.  The female Klingon’s name is L’Rell.  She says “Have you ever been tortured, Captain?”  L’Rell speaks to him in a threatening manner and strokes his face.  They exchange barbs and L’Rell slaps him across the mouth causing it to bleed.

She reveals that she is aware that Lorca has problems with his eyes, causing him to have extreme sensitivity to light.  She puts a metal device on him that holds his eyelids open.  She says “Glory must be earned through sacrifice and pain.”  She then flicks a switch to shine a bright light in Lorca’s eyes and he screams in pain.

20:39:09-20:42:36

Two Klingons come into the prison cell and invite Lorca to “Choose your pain”.  Tyler tells Lorca to choose him, so Lorca reluctantly points at Tyler.  One Klingon grabs Tyler and punches him in the face repeatedly.  The Klingon then throws Tyler against some metal bars.  The Klingon drags Tyler across the floor, who appears to be unconscious.  Both Klingons look at Lorca.  As one Klingon turns back around to kick Tyler, Tyler jumps up, surprising him.  Lorca strikes the other Klingon while Tyler fights the first.  Lorca manages to get the one Klingon’s gun and strangles him with it.  Tyler has the other Klingon in a choke hold and snaps his neck.  Both Klingons are on the floor, dead.  Lorca grabs another gun off of one and throws it to Tyler.

Lorca & Tyler move to leave the holding cell.  Harry assumes he is going with them, but Lorca is angry that Harry was feeding information about them to the Klingons, so Lorca tells Harry they are not letting him escape with them.  Lorca hits Harry in the face with his weapon.  Harry’s lip is bleeding and he begs Lorca to let him come with them.  Tyler and Lorca exit the cell and push the button to close the door on Harry.

Tyler and Lorca make their way down the hallway of the Klingon prison ship.  The first Klingons who jump out to stop them are vaporized by the ray guns Tyler & Lorca took from the other Klingons.  Other Klingons jump out at them, but they manage to fend them off.  A Klingon manages to injure Tyler, so Lorca half carries Tyler further down the hallway.

Tyler can go no further, so Lorca leaves him in an alcove along the side of the hallway.  When Lorca turns the corner, L’Rell comes out of a door and says to Tyler “Did you really think you could leave me?  After all we’ve been through.”  Tyler stands up as she approaches him then hurdles towards her, screaming & throwing punches.  The two fight and Tyler manages to throw L’Rell to the ground.  He punches her repeatedly in the face.  Another Klingon comes out of the door, but Lorca has returned and vaporizes that Klingon with his ray gun.  L’Rell head-buts Tyler and throws him off of her.  She jumps up to face Lorca who shoots her in the side of the face with the ray gun.  She screams and falls down as part of her face is sizzling and smoking.  Lorca & Tyler run for the docking bay to escape.

Annexe B

The Complaint

The CBSC received the following complaint via email on October 29, 2017:

Subject:                Prime time profanity

I’ve been a Star Trek fan for years; most of all due to integrity for cleanliness of story-line and language as good sci-fi entertainment for the family.

With that in mind, I looked forward to the new Star Trek: Discovery series.  That was until the airing of October 15th, an episode called “Choose Your Pain”.  Twenty-five minutes in (+ about 37 seconds ) they used the expression “that’s so fucking cool”.  She, after saying aforementioned statement, took a few seconds to realize what she said, then said “so sorry” to which the reply was “no cadet, it is fucking cool”.

I do believe that Gene Roddenberry turned over in his grave at this point!

I know the word has become more commonplace in our deterring-lack-of-morality society and even at times have said the word when extremely angered or in times of great physical pain.  But, to use it in such circumstances as where they did here should NOT be allowed on Sunday night prime time without some better warning than the normal generic pre-start of each segment after commercial break.

When did these rules change??

Please respond,

Thank you for your immediate attention and response.

The CBSC informed the complainant that it needed the broadcaster name and time of the episode in order to pursue his complaint.  He provided that information on November 5:

The channel was Space and if memory serves me correctly it was 20:00hrs (8pm).  Rest of information requested by you was included in first email.

Broadcaster Response

The broadcaster responded to the complainant on November 17:

The Canadian Broadcast Standards Council (CBSC) has forwarded to us a copy of your correspondence dated October 29th, 2017, regarding the series Star Trek: Discovery which aired on Space on October 15th, 2017, at 8:00pm EST, for our attention and response.

Before we address your specific concern, it should be noted that Space follows the Canadian Association of Broadcasters’ (CAB) Code of Ethics (herein referred to as The Code), Equitable Portrayal Code, Voluntary Code Regarding Violence in Television Programming and the AGVOT (Action Group on Violence On Television) rating classification system approved by the CRTC and used by Canadian broadcasters.  (If you would like to view the CAB codes, you may do so at www.cbsc.ca).

Star Trek: Discovery is an American television series created for CBS: All Access, an online subscription streaming service which offers original content, of which Star Trek: Discovery is one of their newest properties.  The series is a branch of the Star Trek franchise, revolving around the Federation – Klingon war while following the crew of the USS Discovery.

Space endeavours to provide our viewers with exclusive and unique programming.  It is not Space’s intention to offend any of our viewers so Space has a strict process in place whereby all programs with any content concerns are viewed prior to airing.  Following the evaluation of the content, viewer advisories, program ratings (AGVOT) and time period are all considered to ensure viewers can make an informed decision as to the appropriateness of the program for their families and themselves.

After viewing the episode in question entitled “Choose Your Pain” it included 2 instances of the word “fuck” which was surprising given the series and franchises previous 51 year track record of being fairly clean with regards to its content.  The Star Trek franchise has an extremely loyal and engaged fan base so we took into consideration how the coarse language was used and we decided to air the episode uncut and uncensored in order to deliver the content our Space viewers expect.

The scene in which the coarse language appears involves two characters who make a scientific breakthrough and punctuate their excitement with the use of the “f word” in an enthusiastic exclamation regarding their discovery.  It should be noted that while spoken, the term was not used in a derogatory way against another character or in an otherwise graphic manner.  Although agreeably inappropriate, the scene involves two characters caught up in the exhilaration over a scientific discovery and it was not used in an offensive or insulting way.

As per The Code and understanding that the program contained coarse language and may not be appropriate to all viewers, Space aired this program with the following viewer advisory which appeared at the start of the program and during every commercial break:

“This program contains scenes of violence, coarse language and mature subject matter.  Viewer discretion is advised.”

The program was rated with an AGVOT (Action Group on Violence On Television) classification code of 14+ which warns viewers there may be, “mature themes” and “strong or frequent use of profanity”.

As broadcasters, we have found both the AGVOT rating system and viewer advisories to be very effective tools for concerned viewers such as yourself to provide guidance in your programming decisions. (For more information about the AGVOT classification system, please visit www.cbsc.ca/english/agvot/index.php.)

We realize that coarse language should not air before 9 p.m. but felt challenged with the idea of editing such an iconic show with a cult following especially in light of how the coarse language was used.  We would like to emphasize that your comments are taken seriously and we hope that our explanation on how our decision was made has been helpful.  It is never Space’s intention to offend any of our viewers so we apologize to you in that regard.

Thank you again for taking the time to contact us and I hope this response has been helpful.

Additional Correspondence

The complainant filed his Ruling Request on November 17 with the following comments:

Their response was unacceptable.  Their knowledge of profanity was acknowledged before airing yet made no attempt to change advisory to inform viewers this extreme language (in my opinion and others I’ve spoken with) than that of other programs that never use the “f-bomb” on a family-watched program that has NEVER used the word in ANY of the other series or even the many movies produced under the Star Trek label. [sic]