Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision déclare que les effets spéciaux n’ont pas leur place dans les bulletins de nouvelles

Ottawa, 11 janvier 2017 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) publie aujourd’hui sa décision concernant un reportage diffusé par Global Calgary et Global Edmonton en avril 2016. Le CCNR a conclu que les effets visuels et sonores ajoutés au reportage avaient rendu celui-ci injuste et partial, en contravention avec le Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) et le Code de déontologie de l’Association des services de nouvelles numériques et radiotélévisées (ASNNR).

Le reportage concernait un résident de Red Deer inculpé à la suite d’une plainte déposée par ses voisins en vertu d’un règlement municipal inusité qui interdit le harcèlement. Le reportage le décrivait comme « Bitter Bob » [Bob l’aigri], le « voisin infernal ». Il y a eu des entrevues avec les voisins de Bob qui décrivaient sa façon de les harceler, et un échange avec Bob lui-même qui accusait ses voisins de se liguer contre lui. Le reportage comportait des effets visuels et sonores qu’on avait ajoutés au montage, notamment une musique joyeuse et un éclairage vibrant pour filmer la rue et ses maisons, puis le passage au noir et blanc et le croassement d’un corbeau lorsque la caméra s’arrêtait sur celle de Bob.

Une téléspectatrice s’est plainte du fait que le reportage était injuste envers cet homme, en plus de renfermer des inexactitudes et d’empiéter sur sa vie privée. Global a convenu que le recours aux effets spéciaux avait été inappropié, mais il estimait pour le reste que le reportage respectait les codes.

Le comité décideur anglophone du CCNR s’est déclaré d’accord. Il a conclu que « la musique et les effets spéciaux […] n’avaient pas leur place dans un bulletin de nouvelles » et qu’en conséquence le reportage avait enfreint les articles 5 et 6 du Code de déontologie de l’ACR et l’article 1 du Code de déontologie de l’ASNNR. Les inexactitudes alléguées par la plaignante ont été ou bien impossibles à confirmer ou bien jugées sans portée réelle. Le comité a conclu que le reportage n’avait pas empiété sur la vie privée de l’homme puisqu’il avait lui-même consenti à s’entretenir avec le journaliste.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller au respect des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge d’administrer sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Quelque 800 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante dans l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites web des membres et d’autres sites web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site web à . Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, anoel@ccnr.ca, ou avec le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab, jmacnab@ccnr.ca ou par téléphone au 613-233-4607.