Sun News Network concernant The Source (Chiquita Banana)

COMITÉ NATIONAL DES SERVICES SPÉCIALISÉS
Décision du CCNR 11/12-0847+
13 juin 2012
A. Noël (présidente), T. Reeb (ad hoc), L. Todd, P. Wedge (ad hoc)

LES FAITS

Animée par Ezra Levant et diffusée par le service de télévision spécialisée Sun News Network de 17 h à 18 h heure de l’Est, The Source est une émission consacrée à la discussion politique. Son animateur y présente ses opinions sur des nouvelles, des événements politiques et des aspects de l’actualité, et reçoit souvent des invités pour en discuter avec lui.

Le 15 décembre 2011, l’entreprise alimentaire Chiquita Brands International annonçait qu’en vue de réduire son empreinte carbone, elle avait l’intention de ne plus utiliser de carburant provenant des sables bitumineux de l’Alberta. Cette décision a suscité une réaction de la part de certains qui ont appelé au boycottage des produits Chiquita au Canada en appui aux sociétés pétrolières canadiennes. M. Levant a discuté de cet incident lors de son émission du 22 décembre 2011.

M. Levant a accusé la société Chiquita d’être des [traduction] « bigots anti-canadiens » parce qu’elle refusait non seulement d’utiliser le pétrole extrait des dépôts de bitume canadiens, mais se disait prête à acheter le pétrole d’autres pays dont le bilan écologique et humanitaire laisse beaucoup à désirer. Ezra Levant a axé la plus grande part de sa critique sur la société Chiquita, en citant des exemples de conduite contraire à l’éthique commis dans le passé par cette entreprise. Cependant, il a aussi nommé le signataire d’une lettre, en l’occurrence un dirigeant de la société dont le nom est à consonance espagnole, que Chiquita avait envoyée à un représentant des sociétés pétrolières albertaines. La société Chiquita tentait vraisemblablement dans sa lettre d’élucider sa position face à la situation, or M. Levant a insisté pour affirmer que le contenu de cette lettre ne servait qu’à opacifier les faits. Il a traité son auteur de [traduction] « menteur » et a terminé son éditorial en lançant [traduction] : « Hé toi. Oui toi, [nom du dirigeant de Chiquita]. Chinga tu madre. » (La transcription intégrale de l’éditorial se trouve à l’Annexe A, en anglais seulement.)

Le CCNR a reçu vingt-deux plaintes à la suite de cette émission. De ce nombre, six plaignants ont demandé au Conseil de faire enquête. Tous les plaignants ont souligné que « chinga tu madre » est une locution espagnole signifiant « fuck your mother » en anglais (et « Va baiser ta mère » en français). Les plaignants ont noté que cette locution constitue une des insultes les plus graves qui soient en la langue espagnole et qu’il était tout à fait inapproprié que M. Levant insulte directement une personne identifiée de cette manière.

Sun News Network a répondu à tous les plaignants. Dans sa lettre, la station a avancé que le mot « chingar » a plusieurs significations selon son utilisation et son contexte et que la locution spécifique dont il est question [traductions] « a plusieurs significations possibles », dont « fiche le camp » et « arrête de m’achaler ». La réponse en question cite également un exposé sur la signification du mot « chingar » fait par un hispanophone qui a par la suite été invité à l’émission The Source pour discuter de ce mot avec l’animateur Levant (on trouvera également la transcription de cette séquence à l’Annexe A, en anglais seulement). Sun News a admis que M. Levant [traduction] « avait l’intention tant de blasphémer que d’offenser [… en] identifiant la cible de son attaque », mais a ajouté que les règles en matière de radiodiffusion permettent d’exprimer [traduction] « de fermes opinions sur tous les sujets. »

Tel que mentionné plus haut, six plaignants se sont déclarés insatisfaits de la réponse du réseau Sun News ont chacun soumis une requête pour décision. Ils ont tous signalé que même si l’on peut utiliser « chingar » de diverses manières, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit toujours d’un mot grossier. Ils ont de plus souligné que la locution « chinga tu madre » n’a qu’un seul équivalent anglais, soit « fuck your mother » (« va baiser ta mère ») et que tous les hispanophones la considèrent une des pires insultes. (Le texte intégral de toute la correspondance se rapportant à ces six dossiers se trouve à l’Annexe B, en anglais seulement.)

LA DÉCISION

Le Comité national des services spécialisés du CCNR a étudié les plaintes à la lumière de l’article 6 du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) qui se lit comme suit :

Article 6 – Présentation complète, juste et appropriée

C’est un fait reconnu que la tâche première et fondamentale de chaque radiotélédiffuseur est de présenter des nouvelles, des points de vue, des commentaires ou des textes éditoriaux d’une manière complète, juste et appropriée. Ce principe s’applique à toute la programmation de la radio et de la télévision, qu’il s’agisse des nouvelles, des affaires publiques, d’un magazine, d’une émission-débat, d’une émission téléphonique, d’entrevues ou d’autres formules de radiotélévision dans lesquelles des nouvelles, des points de vue, des commentaires ou des éditoriaux peuvent être exprimés par les employés du radiotélédiffuseur, leurs invités ou leurs interlocuteurs.

Les membres du Comité décideur ont lu toute la correspondance afférente et ont visionné l’émission en cause et aussi la séquence dans laquelle M. Levant a discuté du sens du mot « chingar » en espagnol, avec un hispanophone. Le Comité conclut que Sun News Network a violé l’article 6 du Code de déontologie de l’ACR.

Les membres du Comité rappellent qu’il ne faut pas confondre le fait de défendre ses opinions avec force, et même une certaine agressivité,[1] avec les insultes personnelles et la grossièreté. Ezra Levant avait tout à fait le droit de mettre en doute la sincérité de la société Chiquita et d’appeler au boycott de ses produits parce que cette dernière ne partage pas ses vues sur le caractère plus ou moins écologique des sables bitumineux de l’Alberta. Mais M. Levant ne s’est pas arrêté là. Il a d’abord traité la société Chiquita de bigots anti-canadiens ce qui est, somme toute, acceptable dans le traitement d’un sujet controversé.

Cependant, bien qu’il soit apparu évident au visionnement de la séquence que M. Levant lisait un texte préparé à l’avance, il s’est laissé aller à des excès de langage qui débordent largement les limites de ce qui est acceptable dans le traitement d’un sujet controversé, même d’un point de vue biaisé. Il a nommé le dirigeant de la société Chiquita, un homme dont le nom est d’origine espagnole, et l’a traité de menteur à plusieurs reprises sur un ton d’une rare agressivité, puis il a conclu sa tirade en interpellant ainsi le dirigeant de la société Chiquita : [traduction] « Hé toi. Oui toi, [nom du dirigeant de Chiquita]. Chinga tu madre. » Ceci est une insulte particulièrement offensante, surtout pour les gens d’origine hispanique.

Le 17 janvier 2012, près d’un mois après l’émission ayant fait l’objet des plaintes du public, Ezra Levant a tenté de se disculper en invitant à son émission un certain Mario Canseco, d’origine mexicaine, dont la langue maternelle est l’espagnol. Ce dernier devait apporter son opinion sur le sens à donner à la locution « Chinga tu madre ». Pour faire bonne mesure, M. Levant a décidé à cette occasion de repasser la dernière partie de la séquence du 22 décembre faisant l’objet des plaintes avant de présenter son invité. Il a mentionné qu’il aimait cette locution et qu’il pratiquait assidûment à la répéter, ce qu’il avait dû faire au moins deux mille fois depuis le 22 décembre.

Après les explications de M. Canseco sur le sens à donner à plusieurs mots ayant la même origine que « chingar », M. Levant a conclu, impénitent, [traduction] « Wow, comme ça ce n’est peut-être pas un mot aussi mauvais que je, que j’espérais qu’il soit. »

Les membres du Comité ont conclu que l’animateur Ezra Levant a utilisé des insultes personnelles et particulièrement grossières à l’endroit d’un dirigeant de la société Chiquita qu’il a nommé plusieurs fois en ondes, violant ainsi les dispositions de l’article 6 du Code de déontologie de l’ACR sur la présentation complète, juste et appropriée.[2] Ils sont également d’avis que la tentative de s’expliquer faite par l’animateur le 17 janvier 2012 n’a servi qu’à amplifier l’insulte, surtout qu’il a avoué avoir utilisé ce terme dans une tentative flagrante d’attaquer le dirigeant de Chiquita.

Réceptivité du télédiffuseur

Dans toutes les décisions rendues par le CCNR, ses comités évaluent la mesure dans laquelle le radiodiffuseur s’est montré réceptif envers les plaignants. Bien que le radiodiffuseur ne soit certes pas obligé de partager l’opinion des plaignants, sa réponse doit être courtoise, bien réfléchie et complète. Dans la présente affaire, Sun News Network a répondu à tous les plaignants. Cependant, dans sa réponse aux plaignants, le conseiller juridique de Sun News Network a plutôt tenté de justifier les propos de l’animateur en soulevant d’autres utilisations du mot utilisé par M. Levant. Il a en suggéré plusieurs, dont le mot « chingar » utilisé seul, la locution « en chinga » ou le mot « chingadera ». Il a fait un savant exposé étymologique sur les origines du mot « chingar » en se gardant toutefois de l’utiliser avec les mots « tu madre ». Le Comité estime qu’il s’agit, apparemment, d’une tentative d’opacifier les faits et d’éviter de répondre aux préoccupations des plaignants quant à l’utilisation de cette locution en particulier dans le contexte de l’émission du 22 décembre. Cette réponse, conjuguée à la tentative de minimiser l’incident le 17 janvier, n’a pas permis un dialogue productif entre le télédiffuseur et les plaignants. Le CCNR s’attend à ce que ses membres participent, comme ils le font d’ailleurs très souvent, à cet échange fort utile.

Annonce de la Décision

Sun News Network est tenu 1) de faire connaître la présente décision selon les conditions suivantes : une fois pendant les heures de grande écoute dans un délai de trois jours suivant sa publication et une autre fois dans les sept jours suivant sa publication dans le créneau dans lequel il a diffusé The Source, mais pas le même jour que la première annonce obligatoire; 2) de fournir, dans les quatorze jours suivant les diffusions des deux annonces, une confirmation écrite de cette diffusion aux plaignants qui ont présenté les Demandes de décision; et 3) d’envoyer au même moment au CCNR copie de cette confirmation accompagnée du fichier-témoin attestant les diffusions des deux annonces.

Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision a jugé que Sun News Network a violé le Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs lorsqu’il a diffusé The Source le 22 décembre 2011. Cette émission contenait une insulte grossière à l’endroit d’une personne qui fut nommée spécifiquement, enfreignant ainsi l’article 6 du Code.

La présente décision devient un document public dès sa publication par le Conseil canadien des normes de la radiotélévision.

[1] Consulter, par exemple, Sun News Network concernant Canada Live (entrevue avec Margie Gillis) (Décision du CCNR 10/11-1803+, rendue le 15 décembre 2011).

[2] Consulter les décisions antérieures suivantes dans lesquelles le CCNR a conclu à des violations des codes en raison de la diffusion de langage grossier utilisé dans le but d’insulter des particuliers : CHOI-FM concernant Le monde parallèle de Jeff Fillion (Décision du CCNR 02/03-0115, rendue le 17 juillet 2003); CJRC-AM concernant une entrevue par Daniel Séguin dans le cadre de L’Outaouais ce matin (Décision du CCNR 03/04-2082 et 04/05-0023, rendue le 4 avril 2005); CJMF-FM concernant des commentaires faits dans le cadre d’un épisode de Le trio de l’enfer (Décision du CCNR 04/05-0761, rendue le 24 octobre 2005); CJMF-FM concernant une entrevue dans le cadre de Bouchard en parle (Décision du CCNR 04/05-1852, rendue le 3 février 2006); CKAC-AM concernant un épisode de Doc Mailloux (Sexualité adolescente) (Décision du CCNR 05/06-1104, rendue le 30 juin 2006); et CHRB-AM (AM 1140) concernant un épisode de Freedom Radio Network (Décision du CCNR 05/06-1959, rendue le 9 janvier 2007).