Destiné aux adultes, un message promotionnel pour le « combat ultime » ne devait pas paraître avant 21 h, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 19 août 2008 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant un message promotionnel pour la programmation de la  International Fight League (IFL) qui fut diffusé par Fox Sports World Canada vers 19 h.  Ce message présentait, à maintes reprises, des images de visages ensanglantés et des voix hors champ mettant les combats en lumière sur un ton provocateur. Le CCNR a conclu que la diffusion de ce message tôt dans la soirée a enfreint le Code concernant la violence de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

Le message promotionnel faisait la publicité de la programmation de l’IFL, connue sous le nom de « combat ultime » ou « arts martiaux mixtes ». Il s’agit d’un sport qui combine les coups de poings, les coups de pieds et des techniques d’immobilisation et de renversement. Les combattants portent très peu de matériel de protection ou même aucun. Dans ce message, on montrait des scènes tirées de divers matchs mettant en vedette les participants ensanglantés et communiquant, par voix hors champ, des commentaires comme « Je suis venu faire mal à quelqu’un, faire mal à quelqu’un » et « Rien de mieux comme sensation que de craquer le gars dans le menton, voir sa carcasse démolie tomber à plein visage sur le tapis, le réveiller et lui montrer [qu’il] vient de se faire mettre hors du combat.»

Le message promotionnel a été diffusé pendant une émission de nouvelles sur les sports qui se centrait sur les sports du Royaume-Uni, comme le football européen et le cricket. Le CCNR a été saisi d’une plainte d’un téléspectateur qui ne s’inquiétait pas de la diffusion des émissions de l’IFL, mais qui se préoccupait des messages promotionnels qui s’y rapportent et qui sont diffusés pendant d’autres émissions que regardent les jeunes.

Le Comité national des services spécialisés a étudié la plainte à la lumière du paragraphe 3.2 du Code concernant la violence de l’ACR, lequel stipule que « [l]e matériel promotionnel de nature violente à l’intention des adultes ne doit pas être diffusé avant 21 h. » Le Comité a conclu que même s’il se peut qu’on puisse diffuser certains épisodes de l’IFL avant 21 h, ce message promotionnel renfermait une concentration de contenu destiné aux adultes exigeant qu’il soit relégué au créneau horaire après 21 h. Le Comité a ajouté qu’il

 

considère qu’il est possible de monter un message promotionnel de sorte que le message qui en résulte constitue du contenu pour les adultes même si l’émission pour laquelle il fait de la publicité n’a pas ce genre de contenu. […] Dans la présente affaire, les mots préliminaires ont établi le ton des images visuelles correspondantes montrant des visages ensanglantés. Le Comité ne peut pas savoir si l’une quelconque des images était un exemple isolé des épisodes précédents. Elles ont été combinées dans le message de 30 secondes dans le but de créer un effet physique cru et sanglant, lequel s’adresse, de l’avis du Comité, exclusivement aux auditoires adultes.  Par conséquent, le Comité en vient à la conclusion que la diffusion du message promotionnel mis en cause a enfreint le paragraphe 3.2 du Code concernant la violence de l’ACR.

Les radiodiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, la représentation équitable, la présentation de violence à la télévision et l’indépendance journalistique, et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle, ainsi que du code concernant la déontologie journalistique qui fut élaboré par l’ACDIRT – Association des journalistes électroniques. Plus de 685 stations de radio, de services de radio par satellite, de stations de télévision et de services de télévision spécialisée, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites Web des membres et d'autres sites Web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente nationale du CCNR, Mme Andrée Noël, ou le directeur exécutif du CCNR, M. John MacNab.