LCN re coverage of an alleged hostage taking

French-Language Panel
CBSC Decision 20.2021-0488+
2021 CBSC 3
May 19, 2021
S. Courtemanche (Chair), C. Crépin, É. Latour, M. Lorrain,P. Martineau, L. Poirier, C. Scott

THE FACTS

On November 13, 2020, an incident occurred at the offices of the company Ubisoft in Montreal, Quebec. According to reports, a threatening telephone call had been made between 1:30 and 1:45 pm, suggesting the possibility of a hostage taking. The call initiated a major police operation. LCN (Le canal nouvelles) covered the incident live throughout the afternoon. LCN is a discretionary all-news service.

The LCN news anchors explained the situation and interviewed experts, such as former police officers. In addition, a team of journalists was on the scene and attempted to gather information from bystanders. Images of the police deployment outside the building, including of the tactical intervention unit, were broadcast. At the beginning of the coverage, LCN gave Ubisoft’s precise address and named the streets surrounding the police perimeter. The journalists announced that there was very little information available and that [translation] “it’s important that everything remains speculation”, but that it seemed that a group of suspects were holding dozens of people hostage and that the kidnappers were demanding a ransom. During the coverage of the situation, the reporters explained that the police had to react as if it were not a hoax.

At one point, scenes of the rooftops taken from the helicopter belonging to Groupe TVA, to which LCN belongs, were broadcast. The helicopter circled over a rooftop where approximately 50 people were located. The news anchor, Julie Marcoux, noted that these people appeared calm, but that they had barricaded the terrace’s doors with tables and other large objects. The scenes of the roof taken from the helicopter stayed on screen throughout the reporting, either in split screen or full screen. The anchors frequently commented on the aerial images during the broadcast, describing the state of the people and the barricaded doors on the roof of the Ubisoft building.

At one point, journalist Yves Poirier described the arrival of ambulances, noting that the paramedics were wearing bullet-proof vests. He approached an ambulance and opened its door. Speaking to an unseen person, he said [translation] “Sorry to bother you? It’s Yves Poirier from TVA.” A male voice inside responded [translation], “No! No, thank you.” He then closed the door and approached bystanders who were observing the scene. Some of them refused to speak with him; others described what they had seen when the police arrived. A young man told him that he had just heard that people on the fifth floor had been sent to the roof and that other employees were barricaded inside. Another person, who was a Ubisoft employee, confirmed that there had been no threats or any suspicious activity in the preceding hours.

The text at the bottom of the screen changed often during the broadcast: [translations] “Possible hostage taking?”, “Ransom allegedly demanded”, “Numerous employees sheltering on roof”, “Employees confined inside office building”, “Ubisoft daycare barricaded”, “No injuries at present”, etc.

The reporter Andy St-André spoke to another employee on the street who explained that members of his team were in a meeting room on their floor and that police officers were stationed in front of the room’s door to ensure everyone’s safety and security. A few minutes later, the anchor asked a different journalist, Félix Séguin, if he had also heard that people were locked in a meeting room on the fifth floor. Félix Séguin replied that he was receiving contradictory information. Then Séguin announced that the Ubisoft daycare was inside the security perimeter and that parents were being advised not to come to the centre.

At 2:42 pm, a spokesperson from the City of Montreal Police Service (Service de police de la Ville de Montréal – SPVM) gave her first statement. She explained that the operation was in progress, at the verification stage, and that nothing had been confirmed. People were advised to avoid the area. Andy St-André questioned her about the group of people on the roof, acknowledging that she had to be circumspect in her comments. She did not comment, but confirmed that there appeared to be no injuries at that time.

After this interview with the SPVM spokesperson, the anchor Julie Marcoux spoke again with the retired police officer who explained that it was entirely normal that the police spokesperson could not confirm anything [translation] “because we’re being heard, maybe by the perpetrators. [...] And the images that we’re seeing are also being seen by the people inside. TV is accessible everywhere. Even on phones now.” He also specified that [translation] “we can give information, but not necessarily intelligence. Intelligence are things that are validated, confirmed and can help our progress. But information, saying there are perimeters, not to come to the area, be careful, and, et cetera for reasons of security, protection, perimeter, we understand.”

At 2:52 pm, Félix Séguin stated that the call had been made from inside the building. The anchor Paul Larocque then explained that no one knew the cause of the situation. Another journalist, Denis Thériault, spoke to a woman who was trying to contact her husband inside. According to information she had received from family who was watching LCN, the woman thought her husband was on the roof. The LCN reporters repeated that all the people on the roof appeared to be safe.

At 3:14 pm, Félix Séguin reported that the police were doing a 360-degree surveillance and that there did not appear to be any threat and that the call was unfounded. Denis Thériault spoke again with the SPVM spokesperson who said she could not confirm the report about the call being unfounded because the operation was still in progress. Yves Poirier spoke to a woman who said she had heard that there were employees barricaded in a room. At 3:22 pm, Félix Séguin confirmed that the incident seemed to be a hoax and he gave the definition of “swatting”, which is an act that involves calling the police to report a serious crime with the goal of deploying a tactical intervention unit. The reporters then talked about the next steps that the police would take to evacuate everyone and investigate the person responsible for the hoax. The live coverage ended at 4:00 pm. (A more detailed description and transcription can be found in Appendix A, in French only.)

The CBSC received 62 complaints about the coverage of this incident. Some complainants mentioned LCN, some TVA and some both channels. LCN and TVA belong to the same parent company and share branding and news programming. Although TVA did not broadcast any live coverage during the afternoon, the CBSC nevertheless accepted all complaints that identified TVA. The complainants suggested that the broadcaster put people’s lives in danger by showing the roof and giving other details about the locations where people were barricaded inside the building. Some also complained about the journalists’ aggressive behaviour in trying to gather information, especially the fact that one of them opened the door of an ambulance.

LCN responded to all complainants on January 18, 2021. LCN explained that it covered the incident because it had been a long time since this type of police deployment had been seen in Montreal. LCN argued that it did not broadcast [translation] “information or images that could have endangered the life or security of anyone on the building’s roof or anywhere in the area surrounding the police perimeter” because “legitimate public information required that we broadcast these images. We filmed this report in a professional manner, as North American television networks do. We broadcast information and images in order to inform the population who need to be informed in a free and democratic society.” LCN concluded by stating, [translation] “We are of the opinion that the TVA/LCN journalists covered the facts well throughout the afternoon. The TVA/LCN journalists’ demeanour on air was calm and professional.” LCN added that these journalists did not contravene the codes administered by the CBSC.

Three complainants submitted a Ruling Request. (All of the correspondence for those three files can be found in Appendix B.)

THE DECISION

The French-Language Panel examined the complaint under Article 5 (Respect) of the Radio Television Digital News Association of Canada’s (RTDNA) Code of Journalistic Ethics:

Our conduct will be respectful, always taking into account editorial relevance and the public interest.

[...]

5.2 We will act with sensitivity and restraint when reporting on potentially dangerous situations and when using violent or graphic images and descriptions.

The Panel Adjudicators read all of the correspondence and viewed the broadcast in question. The Panel concludes that LCN breached Article 5.2 of the RTDNA Code of Journalistic Ethics by divulging critical information about the Ubisoft employees and by failing to act with sensitivity and restraint when questioning on-site witnesses.

The question posed to the Panel was as follows:

Did LCN act with sensitivity and restraint when reporting on a potentially dangerous situation, namely a possible hostage taking at the Ubisoft offices in Montreal, under Article 5.2 of the RTDNA Code of Journalistic Ethics?

In its decision, CKNW-AM re Dawson College Shooting Coverage (CBSC Decision 06/07-0061, March 26, 2007), the CBSC dealt with the coverage of violent situations. At the time, the version of the relevant article read as follows:

Article 10 (Covering Violent Activities)

Reporting on criminal activities such as hostage-takings, prison uprisings or terrorist acts will be done in a fashion that does not knowingly endanger lives, offer comfort and support or provide vital information to the perpetrator(s). RTDNA members will contact neither victims nor perpetrators of a criminal activity during the course of the event for the purpose of conducting an interview that would interfere with a peaceful resolution.

On the day of the shooting at Dawson College in Montreal, the Vancouver radio station CKNW broadcast live coverage from its sister station in Montreal, CINW. It was still unclear how many perpetrators there were, what their location was within the college, what their motivation might have been and how the attack had been organized. The coverage included interviews with students and their family members. The broadcast revealed the precise location of, and other details relating to, the students still barricaded in the school. The CBSC concluded that:

[…] the broadcaster not only aired live telephone calls with trapped students but that it also repeated, no less than four times, the locations of those students in the building. The Panel is not suggesting that the station ought not to have either taken or broadcast those cell phone calls from the frightened trapped students. [...] The broadcaster ought never, however, to have permitted that part of those calls (the students’ locations) to go to air. [...] They should have funnelled such information to the police but they ought never to have revealed to the world at large the third and seventh floor locations, the number of students there, and their method of barricading or protecting themselves. Nor should they have revealed those details on air in summaries by the anchor or the reporters thereafter. The consequences might, as the complainant validly assumed, have been lethal. Broadcasters must always assume that the perpetrators have access to the information they report.

In addition, the CBSC examined a report about a kidnapping in its decision Global Television re Global National (Kidnapping Report) (CBSC Decision 03/04-0324, December 15, 2004). In his report, the journalist indicated that a woman had allegedly been kidnapped by her estranged boyfriend, who had abducted their child a few months before. After a brief interview with Ontario’s Corrections Services Minister, the reporter presented a new twist on the story, which was the sighting of the woman at a convenience store. Accompanying that part of the report was a video clip showing police officers at the convenience store in question which was described as being in Brampton, Ontario. The journalist informed viewers that “a woman walked into this convenience store, bought hygiene products, and on her way out tells the cashier that she should call 911.” Shots of the store’s interior and exterior were broadcast while the reporter commented that a surveillance video had captured pictures of the vehicle. The Panel concluded that

[…] any broadcast in such circumstances ought not to endanger lives, provide vital information to the perpetrator(s) or potentially interfere with the successful resolution of the matter being reported.

In the matter at hand, the report that Amanda Stamp had been in a quite specific location and had advised a cashier at a store who she was and that the cashier should call 911 was, it seems clear to the Panel, an endangering bit of news.

The Panel considers that, notwithstanding the fact that Article 5.2 of the RTDNA Code of Journalistic Ethics differs in wording from the article applicable in the Dawson College decision, the same elements must be examined to determine if a broadcaster has acted with sensitivity and restraint in reporting a potentially dangerous situation such as the live coverage of a hostage taking. Coverage of such an incident must be achieved in a manner so as not to knowingly endanger lives or provide critical information.

The Panel identified four elements of LCN’s live coverage that raised issues under Article 5.2 of the RTDNA Code of Journalistic Ethics. The first was whether the images of the Ubisoft rooftop where employees were barricaded exhibited the sensitivity and restraint required by the code. The second was the floor number where Ubisoft employees were allegedly barricaded in a room. The third, raised by some complainants, was the aggressive behaviour of journalists eager to obtain information, notably the fact that one reporter opened the door of an ambulance to ask questions of the paramedics about the operation in progress. Finally, the Panel considered the fact that the Ubisoft daycare’s exact location within the police perimeter was given.

The Adjudicating Panel has no doubt that the live coverage of the incident was in the public interest. The question hinges on the level of sensitivity and restraint that must be demonstrated by the broadcaster in order to ensure that lives are not knowingly endangered or that critical information is not revealed. Moreover, the fact that the incident turned out to be a hoax has no bearing on the examination of the complaint because the police reacted as if it were real and it required a significant deployment of safety and security personnel for much of the live coverage, especially during the first hour.

The Images of the Ubisoft Employees on the Roof of the Building

The Panel questioned the relevance of the images of employees assembled on the roof of the Ubisoft building, the multiple descriptions of the people and the barricades, and whether the broadcast of these images could have endangered the lives of the people assembled on the roof. It is evidently more difficult to demonstrate sensitivity and restraint in the course of filming images of a live event in the sense that such a situation requires on-the-spot decisions and spontaneous judgments. Moreover, anyone who was able to see the roof from above, be it from a helicopter or a nearby roof, would have been able to see these employees.

In the view of the Panel, these images of the people and the barricades on the roof were relevant, as they informed the public that these people were safe and sound at that time. At the same time, this information could have allowed the alleged perpetrators to target these people in the hostage taking.

The majority of the Panel is of the view that the images of the people and the barricades on the roof did not breach Article 5.2 of the RTDNA Code of Journalistic Ethics. The reasons for this conclusion are that the images allowed the audience to better understand the situation, that they were taken from the exterior of the building and that they were, in principle, accessible to whomever had a view of the roof. They also informed the public that these people were calm, safe and sound and that they had made the wise decision to gather in a more secure location, especially given the barricades. Furthermore, it is impossible to conclude beyond a reasonable doubt that these images could have endangered lives. Indeed, there was nothing to suggest that the broadcast of these images were contrary to any directives issued by the SPVM. LCN had a competitive advantage in broadcasting these images live and ultimately used this advantage. LCN, therefore, acted with sensitivity and restraint even if the anchors’ comments were repetitive and, perhaps, unfortunate.

Dissent of M. Lorrain and L. Poirier

In our opinion, the broadcast of these images could have endangered these people’s lives if the incident had been real, if the kidnappers had been watching LCN, with access to the images of the Ubisoft building’s rooftop (which was highly likely given the omnipresence of media coverage) and if the perpetrators realized that there were hostages in a precise location.

This is all a matter of restraint. We understand all the randomness of live broadcasting. It would have been possible to broadcast the images of the roof once, but it stands that the standard of restraint prescribed by the code demands a minimum of responsibility, such that LCN should have stopped broadcasting these images and the numerous comments about the Ubisoft employees on the roof, in order to ensure these people’s safety. The continued mention and broadcast of the rooftop images constituted details that could have allowed the hostage-takers to find these people and to hold them prisoners. This risk was obvious since the people had barricaded access to the roof.

In the circumstances, the key CBSC decision, namely that involving Dawson College, applies in the present case and requires broadcasters to withhold all information that risks endangering lives. Consequently, we consider that the ongoing coverage and mention of the people gathered on the Ubisoft roof breached Article 5.2 of the RTDNA Code of Journalistic Ethics.

Finally, we believe that these images could have been used later in a newscast or, at the very least, once it was clear that the incident was a hoax and that the broadcast of this critical information could no longer endanger the lives of the employees on the roof.

The Floor Number Where Ubisoft Employees Were Hiding

The Adjudicating Panel unanimously concludes that the reports of the employees that might have been barricaded in a room on the fifth floor of the Ubisoft building constitutes an infraction of Article 5.2 of the RTDNA Code of Journalistic Ethics. The CBSC’s Dawson College decision requires broadcasters to show restraint when critical information could endanger lives. This piece of information, even though it was unconfirmed, could have allowed the kidnappers to escalate the situation and to make their way to this room to take those employees hostage. The Panel is of the view that this type of detail should be given to the police and not divulged in a live report.

Questions Posed by the Journalists to Bystanders

Some complainants complained about the aggressive behaviour of the journalists in their information-gathering, especially the fact that one of them opened the door of an ambulance to question the paramedics during an operation in progress.

The majority of the Adjudicating Panel is of the view that the LCN journalist who approached the ambulance and opened the door to question the paramedics and to show the audience that the paramedics were wearing bullet-proof vests did not demonstrate the sensitivity and restraint required by the code and that his behaviour therefore contravened Article 5.2 of the RTDNA Code of Journalistic Ethics.

Indeed, it was not necessary to knock on and immediately open the ambulance door in order to enhance the understanding of the incident in progress. The journalist could have simply notified the audience that the paramedics were wearing bullet-proof vests without directly intruding into the activities of the on-site paramedics. Obviously there may be instances when journalists must use more aggressive means, such as hidden cameras, to obtain information which is impossible to obtain otherwise. In the circumstances here, the operation was in its early stages and no one yet knew that it was a hoax. The intervention was underway and the code requires demonstration of sensitivity and restraint in order to avoid interfering with emergency services’ operations. Not knowing what he might find behind the door, the reporter should have exercised the necessary sensitivity and restraint in the circumstances, which he manifestly did not do. There could have been an injured person in the ambulance. In acting in this manner, he crossed the line established in the code. He could have knocked on the ambulance door but, when he received no response, the sensitivity and restraint required by the code demanded that he not open the door and that he attempt to find supplementary information through other means.

The majority of the Adjudicating Panel acknowledges that there is competition among journalists on the scene and a desire to distinguish oneself in the coverage of such an incident. This competition, however, must respect the standards set out in the code.

Dissent of M. Lorrain and C. Scott

We consider that it was unfortunate that Poirier knocked on the ambulance door and then immediately opened it. Such acts, however, are part and parcel of live coverage of these type of incidents and, more generally, of LCN’s information-gathering. It was certainly not tactful or even necessary, but we do not believe that it crossed the line set out in the applicable code provision.

In terms of the journalists’ aggressive behaviour when they were trying to obtain information through, among other things, repetitive questioning of witnesses, the Adjudicating Panel is of the view that, with the exception of opening the ambulance door, journalists questioning on scene can be insistent, and even repetitive, especially when it comes to live coverage. Live coverage cannot be expected to be the same as prepared reports which are only seen once during a newscast.

Identification of Ubisoft Daycare’s Location

The majority of the Panel concludes that the information about the location of the Ubisoft daycare was intended to inform the audience about several key elements, such as the fact that it was not located inside the building that was possibly in danger. In addition, parents were notified that their children were not in danger. Moreover, since the daycare was located within the police perimeter, parents were advised not to come to the daycare at that time. All of this information was in the public interest and we consider that the journalists acted with the necessary sensitivity and restraint under the applicable code.

Dissent of C. Scott

In my opinion, the reporters who named the street corners where the daycare was situated provided too much information susceptible of allowing the perpetrators to expand the targeted area of the hostage taking. This can be considered a breach since they did not demonstrate the required sensitivity under the code.

Broadcaster Responsiveness

In all CBSC decisions, the Panels assess the broadcaster’s response to the complainant. The broadcaster need not agree with the complainant’s position, but it must respond in a courteous, thoughtful and thorough manner. In this case, LCN provided an acceptable reply explaining its viewpoint to the complainants. The broadcaster fulfilled its obligations of responsiveness and, subject to the announcement of this decision, nothing further is required on this occasion.

DECISION ANNOUNCEMENT

LCN is required to: 1) announce the decision, in the following terms in audio and video format, once during prime time within three days following the release of this decision and once more within seven days following the release of this decision during the time period in which the coverage of this incident was broadcast, but not on the same day as the first mandated announcement; 2) within the fourteen days following the broadcasts of the announcements, to provide written confirmation of the airing of the statement to the complainants who filed the Ruling Requests; and 3) at that time, to provide the CBSC with a copy of that written confirmation and with air check copies of the broadcasts of the two announcements which must be made by LCN.

The Canadian Broadcast Standards Council has found that LCN breached Article 5 of the Radio Television Digital News Association of Canada’s Code of Journalistic Ethics. In its coverage of an alleged hostage taking on November 13, 2020, LCN revealed critical information about employees barricaded in their employer’s building and failed to act with sensitivity and restraint when questioning on-scene witnesses.

This decision is a public document upon its release by the Canadian Broadcast Standards Council.

ANNEXE A

Selon le reportage, l’appel téléphonique menaçant qui a déclenché l’opération policière a été reçu entre 13 h 30 et 13 h 45. Une description et une transcription des moments les plus pertinents suivent.

13 h 57

La chef d’antenne est Julie Marcoux. Le texte au bas de l’écran change de temps en temps : « Possible prise d’otages ? », « Le groupe tactique d’intervention déployé », « Opération policière à Montréal »

Julie Marcoux s’entretient avec Michel Wilson, ex-commandant du Groupe tactique d’intervention (GTI) du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). M. Wilson explique ce que doivent faire les policiers en cas d’évacuation, de négociation et d’enquête. Images de policiers à l’extérieur d’un bâtiment, de membres du GTI qui courent, vue panoramique d’une rue. On annonce qu’il y aurait eu une demande de rançon.

Julie Marcoux interroge ensuite un témoin dans la rue qui décrit ce qu’il voit et précise les périmètres de la barricade policière.

Julie Marcoux : Il est 14 h 02. Je vous rappelle si vous venez de vous joindre à nous, on vous rappelle ça se passe en plein cœur du quartier Mile-End à Montréal au coin des rues, du boulevard Saint-Laurent, rue Saint-Viateur également. Ce serait une prise d’otages où plusieurs dizaines de personnes seraient actuellement coincées ou en tout cas confinées. Hem, dizaine de voitures de police, même une quinzaine de voitures de police qui ont été déployées un peu plus tôt. Le groupe d’intervention est sur place. Le groupe tactique d’intervention également. On aurait demandé également une rançon. Heu, donc, ce sont les dernières informations que nous possédons. On comprendrait que ça fait trente minutes que tout ça a débuté.

Selon les explications, la prise d’otages se déroule dans l’immeuble d’Ubisoft. Un témoin décrit l’arrivée de la police. Images de policiers et de voitures de police.

Le journaliste Andy St-André est sur place, à l’angle des rues Saint-Dominique et Saint-Viateur. Il décrit ce qu’il voit et note qu’il y a très peu d’informations pour l’instant.

Andy St-André : Je pense que c’est important de rester au conditionnel là. Ce serait un groupe de suspects qui tiendraient des dizaines de personnes en otage. Donc ce serait débuté d’une bonne trentaine de minutes.

Il ajoute que le périmètre est très imposant et qu’il tente de rejoindre quelqu’un au SPVM.

Après quoi le journaliste Félix Séguin livre de nouvelles informations. Il explique que l’immeuble qui abrite Ubisoft abrite aussi d’autres sociétés et qu’il est possible que l’incident concerne l’une de ces autres sociétés. La police prend la situation très au sérieux et agit comme si ce n’est pas un canular.

14 h 09

Suivent des vues de toits et du périmètre de la barricade policière prises depuis un hélicoptère, ainsi qu’un panoramique d’un toit où sont rassemblées un groupe de personnes. L’hélicoptère encercle le toit et le présente sous différents angles et depuis différentes distances. Julie Marcoux décrit le calme de ces personnes qui marchent ou restent debout.

Julie Marcoux : Mais justement on voit, parce que l’hélicoptère a été déployé, Félix, là. On voit bien du haut des airs cet immense périmètre de sécurité qui s’échelonnerait du côté est de la rue Gaspé même rue Saint-Viateur en passant par le boulevard Saint-Laurent jusqu’au moins à la rue Clark. Ça se passe dans le quartier Mile-End à Montréal. Bon, on voit des gens qui sont sur le toit. Euh, est-ce que ce sont, évidemment là, je prends connaissance en même temps que vous là. Est-ce que c’est l’édifice qui abrite les bureaux d’Ubisoft et d’autres entreprises? Il semble pas y avoir de panique du moins sur le toit. Félix, dites-nous est-ce qu’il y a négociation en ce moment, savez-vous, entre les policiers et le groupe de suspects?

Félix Seguin : Aucune idée. Aucune idée. Aucune indication qui va dans ce sens là, Julie. Non. Euh, vraiment aucune indication qui va dans ce sens là. Il faut, il y a une question aussi, une certaine question présentement, c’est-à-dire que on fait volontairement présentement avec vous Julie cet après-midi d’autocensure parce qu’il y a certaines informations qu’on possède ici, euh, qui ne serait tout vérifiée ni toujours pas bonnes à dire, euh, surtout en attendant quasiment que ce soit confirmée.

JM : Ouais.

FS : Mais parce qu’ici, il faut comprendre aussi que les policiers du service de l’intervention de Montréal, s’il y a effectivement une demande de rançon puis un dialogue, ils ont un travail à faire, puis il y certaines informations aussi qu’il ne faudrait pas peut-être divulguer pour ne pas faire paniquer outre mesure des gens qui ont l’air comme vous dites déjà très calmes. Ce que vous voyez, sur le coin qu’on décrivait là avec l’hélicoptère TVA –

JM : Oui, sur le toit là, on voit, Félix, là, je vous dirais une bonne cinquantaine de personnes sur le toit. Semble pas y avoir de panique. Les gens marchent, ont leurs téléphones en main, euh, discutent entre eux. Alors, euh, ça semble être des gens qui ont été peut-être évacués là ou à qui on a demandé de, de sortir à l’extérieur le temps qu’on puisse reprendre le contrôle de la situation là tout simplement.

14 h 10 Texte au bas de l’écran : « Une rançon aurait été exigée »

FS : Ouais. Alors, résumons, on est toujours devant le même événement : demande de rançon et prise d’otages sauf que si ce sont les, si ce que vous voyez sont les otages, de ce que vous me décrivez, ils semblent être entre, entre, semblent ne pas être en train d’une forme de panique quoi ce soit, alors –

JM : Non, pas du tout. Alors, évidemment on prend connaissance autant des images en même temps que vous là à la maison. Euh, que des informations qui rentrent actuellement au compte-gouttes. Euh, ça se passe, on rappelle, dans, à l’intérieur de l’édifice qui abrite non seulement Ubisoft, mais également d’autres entreprises au coin des rues Saint-Laurent et Saint-Viateur en plein cœur du quartier Mile-End à Montréal. Alors, Félix, dès que vous avez d’autres informations pour nous, revenez-nous.

FS : Bien sûr.

JM : Alors, retrouvez mon collègue Yves Poirier qui est sur le terrain. Yves, où êtes-vous exactement?

Yves Poirier : Nous on est à l’angle Maguire et boulevard Saint-Laurent. Et là les ambulanciers, paramédiques d’Urgence Santé viennent juste d’arriver sur les lieux [La séquence cesse de montrer le toit et présente Yves Poirier en train de marcher dans la rue, à côté d’une ambulance jaune.] C’est pas banal là, Julie. Ils sont munis de vestes pare-balles. Juste essaye de m’adresser justement de l’un d’entre eux qui viennent d’entrer [Yves Poirier approche le côté de l’ambulance et ouvre la porte. Il s’adresse à quelqu’un à l’intérieur qu’on ne peut pas voir] Excusez-moi de vous déranger? C’est Yves Poirier de TVA.

Voix masculine de l’intérieur : Non! Non, merci.

YP : [referme la porte de l’ambulance et s’éloigne du véhicule] OK, parfait. Ils sont en plain d’opération ici là. [Il continue de marcher et on voit une autre ambulance.]

JM : Ouais.

YP : On va les laisser tranquilles. Alors deux ambulances qui viennent juste d’arriver. On se prépare là justement l’intérieur.

Nouvelle image. L’écran se divise en deux : à gauche, Yves Poirier; à droite, images du toit. Les vues du toit prises depuis l’hélicoptère resteront tout le long du reportage soit en écran partagé, soit en plein écran.

YP : Ici, il y a deux, euh, vous les voyez là? [Il pointe du doigt à l’intérieur de la cabine de la deuxième ambulance.] Ils sont munis de vestes pare-balles. Ça c’est très rare qu’on voit ça, mais étant donné les circonstances, possible prise d’otages, on prend aucun risque. Alors sont en train évidemment de prendre connaissance là de la stratégie employée.

Yves Poirier s’approche des passants qui observent la scène. Ces derniers décrivent ce qu’ils ont vu. Images d‘ambulances.

14 h 12

Julie Marcoux : Yves, je, je prends un instant là pour vous interrompre. On voit des images aériennes sur le toit où on voit qu’une ploque [sic], une porte en fait qui mène sur la terrasse extérieure qui a été bloquée avec, euh, plusieurs objets là importants pour empêcher, euh, qu’on puisse ouvrir la porte. C’est l’image qu’on voit actuellement en direct. Suivez Yves.

La partie droite de l’écran montre des tables et des grands pots de fleurs empilés devant la porte qui mène de l’intérieur à la terrasse du toit. Yves Poirier s’approche des gens et leur demande s’ils travaillent chez Ubisoft. Certains disent non, d’autres refusent de répondre aux questions.

14 h 13

JM : Bon, Yves, j’en profite là pendant qu’on voit de, de nouvelles images aériennes grâce à l’hélicoptère TVA Nouvelles là, il y a une autre porte qui a été port-, qui a été bloquée en fait avec des objets assez importants là pour empêcher qu’on puisse donner accès à la terrasse sur le toit. [Image aérienne d’une autre porte sur la terrasse bloquée avec des tables; une personne portant une chemise blanche se tient debout près de cette porte; l’hélicoptère vole plus haut pour capter un panoramique plus large du toit.] Alors, c’est signe peut-être qu’il y a quelque chose d’important d’envergure qui se passe à l’intérieur du bâtiment qui abrite, oui, les bureaux d’Ubisoft, mais d’autres entreprises également à l’intérieur de ce même bâtiment. Poursuivez, Yves.

Yves Poirier interroge des personnes dans la rue.

YP : Il y a des gens sur le toit là de l’immeuble.

Monsieur no 1 : Oui, c’est une terrasse. C’est une terrasse de l’immeuble.

YP : C’est une terrasse, oui. Mais c’est normal à ce temps-ci de l’année?

Monsieur no 1 : Non, mais parlez avec la police.

YP : [à un autre monsieur] Qu’est-ce qui se passe? Qu’est-ce que vous avez vu?

Monsieur no 2 : Vous pouvez parler avec les policiers.

YP : OK, parfait. Les employés d’Ubisoft de toute évidence ne veulent pas commenter. Je vais voir un autre jeune homme. Qu’est-ce qui se passe? Qu’est-ce que vous savez?

Jeune homme : Moi j’ai juste entendu, mais dire qu’il y a des gens au cinquième étage ont été envoyés sur le toit. Et, euh, que tous les autres employés sont barricadés. Moi j’en ai vu sortir tantôt sur St-Dominique. Il y a policiers avec des fusils sortis.

YP : En quel état ils étaient les employés lorsqu’ils sont sortis?

Jeune homme : Euh, relaxe, euh, je sais pas là. Ils écoutaient les policiers. Mais, euh, --

Le jeune homme dit qu’il a vu des photos sur les médias sociaux, mais que les policiers ne disent rien pour le moment. Il ajoute qu’il ne travaille pas dans l’immeuble, qu’il ne fait que se promener.

Julie Marcoux : Donc, Yves, on comprend, ce serait peut-être à la demande des policiers que les gens se seraient retrouvés sur le toit?

YP : Euh, ben écoute. Attends. On essaie de l’établir effectivement. Il y a deux employés ici qui me disaient qu’il y a une terrasse sur le toit, mais dans les circonstances, Julie, se retrouver à ce temps-ci de l’année sur une terrasse probablement certaines personnes ont réussi à se rendre sur le toit. Je l’ignore pour l’instant, mais on vient d’avoir comme information que des gens ont été libérés de l’immeuble et qui ont été accompagnés par des policiers tantôt. Service de police de la ville de Montréal. Alors j’essaie d’obtenir d’autres réactions dans le secteur.

14 h 16

Julie Marcoux revient à Andy St-André qui décrit la scène, Il s’entretient avec une passante qui raconte ce qu’elle a vu. Un de ses amis se trouve dans un immeuble voisin où les employés sont barricadés à l’intérieur mais, selon elle et d’après les textos qu’elle a reçus, tout est normal où il travaille.

14 h 18

JM : Alors je rappelle, Andy. Andy, vous êtes toujours sur le, sur le terrain là. J’en profite pour commenter les images qu’on voit, euh, aériennes. Une cinquantaine de personnes qui se retrouvent sur le toit de cet immeuble où, euh, on retrouve bien sûr les bureaux d’Ubisoft, mais d’autres entreprises également. Et voyez, on a bloqué l’accès à au moins deux portes qui mènent à cette terrasse sur le toit avec des objets assez importants pour empêcher d’accéder sur le toit [sic]. Alors, trouvons Yves Poirier. Yves, qu’est-ce que vous avez pour nous?

Yves Poirier interroge un employé nommé Dave qui admet être un peu nerveux pour ses collègues, mais ne pas en savoir plus qu’Yves Poirier sur ce qui se passe. Selon lui, 100 ou 200 employés seraient peut-être dans l’immeuble en ce moment, soit moins que d’habitude à cause de la COVID. Il ajoute qu’il n’y a eu aucune menace ou quoi que soit dans les heures précédentes.

14 h 19

Texte au bas de l’écran : « Plusieurs employés réfugiés sur le toit »

Yves Poirier répète les informations déjà connues et décrit la scène, les ambulanciers, etc.

14 h 21

JM : Alors on résume : Ça s’est passé au départ, je vous dirai, il était aux alentours de 13 h 45. On parle d’une possible prise d’otages par plusieurs groupes de suspects dans cet édifice coin Saint-Laurent et Saint-Viateur. Le 5505 Saint-Laurent. Là on retrouve, on parle beaucoup des bureaux d’Ubisoft parce que c’est écrit en gros, mais il y a également d’autres entreprises qui ont leurs bureaux à cet endroit. Moins d’employés que d’habitude évidemment en raison de cette pandémie. Là voyez des images aériennes. Donc une bonne cinquantaine de personnes qui se retrouvent sur le toit de cet édifice dont on a bloqué l’accès là d’au moins deux portes. Voyez cette table blanche en haut de l’écran. Alors une première porte qui a été bloquée pour empêcher l’accès à cette terrasse sur le toit. Il y en a également une autre porte qu’on a voulue, euh, sur laquelle on a voulu mettre des objets assez importants, assez lourds pour empêcher de donner l’accès à cette terrasse sur le toit. Maintenant, qui a donné l’ordre à ces gens de sortir à cet endroit-là? Est-ce que ce sont les suspects? Est-ce que ce sont les policiers qui leur ont demandé de sortir sur le toit? On ne le sait pas. Est-ce qu’il y a une demande de rançon qui aurait été demandée? C’est une information que possède notre collègue Félix Séguin, mais tout ça reste embryonnaire.

En studio, Sylvain Rancourt indique le lieu de l’incident sur une carte et donne quelques faits concernant Ubisoft. Il montre des photos provenant probablement du site Web d’Ubisoft, y compris de la terrasse.

14 h 24

Retour sur le terrain. Andy St-André interroge un employé de l’immeuble, dans la rue.

ASA : Êtes-vous en contact avec des gens qui sont confinés à l’intérieur? Qui sont comme en otage si on peut dire ça? Êtes-vous en mesure d’avoir de l’information si ces gens-là sont en sécurité?

L’employé : Ben pour l’instant là moi chus en contact un peu avec les gens de mon équipe qui se sont mis dans une salle de réunion sur leur étage. Ils sont avec les policiers en ce moment.

ASA : Les portes sont sécurisées?

L’employé : Mais je pense qu’il y a des policiers devant la porte de la salle de réunion là, juste s’assurer que tout le monde est sain et sauf.

14 h 25 Vue du toit en plein écran

Andy St-André demande à l’employé comment il a appris la nouvelle et s’il sait ce qui se passe.

14 h 26 Écran partagé : à droite, images du toit

Yves Poirier interroge la conjointe d’un employé confiné à l’intérieur qui lui dit comment elle a appris la nouvelle. Elle n’a pas eu de message de son conjoint et elle est inquiète. Elle n’a pas entendu parler de menaces contre la société.

Texte au bas de l’écran : « Des employés confinés dans des locaux à l’intérieur »

Julie Marcoux répète qu’une cinquantaine de personnes sont sur le toit, portes bloquées. D’autres sont dans une salle de réunion, d’autres encore sont sorties. Elle redonne l’adresse.

Julie Marcoux interroge ensuite un ancien policier, Mario Berniquez, qui lui fait part de ses réflexions : selon lui, la situation sur le toit semble calme et le verrouillage des portes se fait par précaution. Personne ne sait exactement pourquoi ces personnes sont sur le toit. Image d’un camion du GTI qui arrive sur place. Commentaires de Mario Berniquez.

14 h 34

Félix Séguin résume la situation. On ne sait ni si la demande de rançon est vraie, ni si la menace est jugée crédible.

14 h 36

FS : J’entendais mon collègue Andy St-André tantôt. Il était en train de faire une entrevue avec une personne qui semble avoir été témoin de cette scène-là, qui semblait vouloir nous dire, euh, il y avait un certain calme là qui régnait dans toute cette affaire-là. Alors, comment expliquer ce calme-là en faisant le lien, si vous voulez, avec ce qui se passe au sol. C’est loin, c’est loin d’être calme, c’est loin d’être calme ici là.

JM : Oui. Parce que c’est vrai ce que vous dites, Félix. Si on regarde les images en direct de ces employés, une bonne cinquantaine qui se retrouve sur le toit, il y a pas de panique. Ils sont calmes. Outre le fait qu’ils ont bloqué deux portes, je pense sur trois avec des objets assez importants pour empêcher, euh, l’arrivée ou en tout cas l’entrée à cette terrasse sur le toit. Entre ce qu’on voit sur le toit et ce qu’on voit au sol, ces dizaines de policiers qui sont déployés, le groupe tactique, euh, les ambulanciers. C’est assez paradoxal là.

Félix Séguin approuve et indique l’arrivée de renforts policiers. Il précise que les leçons du passé ont porté fruit (Polytechnique, Concordia, Dawson) et que les effectifs policiers se déploient rapidement.

14 h 38

JM : Félix, je vous soumets une information là qui nous est venue d’un témoin qui connaissait une personne à l’intérieur. Il y aurait des personnes qui se retrouveraient en ce moment au cinquième étage, euh, à l’intérieur d’une salle de réunion. Est-ce que vous avez cette information-là aussi? Félix Séguin répond que les informations sont contradictoires. Certains pensent que ce sont peut-être les locaux à côté d’Ubisoft qui sont visés.

14 h 39

FS : Des informations qui viennent d’entrer également. Euh, on a une de nos collègues qui m’informe que sa fille va à la garderie d’Ubisoft. C’est à un coin de rue des rues Saint-Viateur et Casgrain. Ils ont barré les portes de la garderie, demandent aux parents de ne pas se, se présenter. Alors on vous relaie cette information là en après-midi ci. Si vos enfants fréquentent la garderie d’Ubisoft, il semble que c’est une demande de la garderie de ne pas se présenter pour aller chercher les enfants encore là. Ce sont des mesures de précaution.

JM : Absolument. Oui, ça ne sa passe pas à l’intérieur de la garderie là, mais bien à l’intérieur, ça se passe à l’intérieur de 5505 boulevard Saint-Laurent, l’édifice qui abrite notamment les bureaux d’Ubisoft.

14 h 40

Julie Marcoux revient à Yves Poirier qui décrit la scène. Des informations plus concrètes sont attendues. Images de la rue, avec ambulanciers et camion du GTI. Entrevue avec un habitant du quartier qui affirme que la situation l’inquiète et le surprend.

14 :42

Nouveau texte au bas de l’écran : « La garderie d’Ubisoft barricadée »

Yves Poirier dit que les personnes dehors tentent sans succès de communiquer avec les gens à l’intérieur.

JM : Toujours très préoccupant pour les proches. Bon, la garderie là, elle est dans le périmètre de sécurité. Je veux juste être, euh, pouvoir assurer certains parents là. Elle est dans le périmètre de sécurité. C’est la raison pour laquelle a été barricadée.

Andy St-André parle à la porte-parole du SPVM, Mme Comtois, qui explique qu’il y a une opération en cours. Rien n’est confirmé. On en est à l’étape des vérifications et des validations. Les gens sont priés d’éviter le secteur. Andy St-André lui pose une question sur les personnes sur le toit, mais elle répond qu’elle n’est pas en mesure de confirmer quoi ce soit avant la fin de l’étape des vérifications. Aucun détail ne peut être donné afin d’éviter de perturber le déroulement de l’opération. Elle demande d’éviter le boulevard Saint-Laurent, la rue Saint-Viateur et toutes les rues autour.

14 h 44

ASA : Les informations entrent au compte-gouttes. Est-ce qu’il y a des gens qui sont en danger au moment où on se parle? Dans les locaux, euh, d’une entreprise, locaux [?], entreprise Ubisoft. Je sais que vous êtes très prudente dans vos commentaires. C’est correct parce que le travail de terrain vient de commencer là. Mais est-ce qu’il y a des gens qui sont en danger au moment où on se parle?

Mme Comtois : Actuellement, comme je vous ai expliqué, on est encore à l’étape des vérifications. Pour le moment, il semblerait pas y avoir personne de blessé jusqu’à maintenant, mais comme je vous explique, on est à l’étape des vérifications. On n’a aucune confirmation de quoi ce soit pour l’instant.

JM : Andy, pouvez-vous lui poser la question là, qui a demandé aux employés de sortir sur la terrasse? ASA : Oui, Julie?

JM : Est-ce que ce sont les policiers qui ont demandé aux employés de sortir sur la terrasse et pourquoi on a bloqué l’accès à la terrasse, euh, via deux portes?

ASA : Oui, bonne question, Julie, parce que moi chus pas en mesure de voir des images comment l’hélicoptère TVA Nouvelles quelque je vois physiquement, mais je vois pas les images de l’hélicoptère. On me dit, Madame Comtois, c’est Julie qui me le, qui me signifie, euh, et à juste titre, il y a des gens qui sont sur le toit d’un immeuble présentement. Est-ce que ce sont les policiers qui ont demandé aux gens de sortir sur le toit? Question qu’ils ont un repère visuel, savoir si ces gens-là sont en sécurité ou ce sont les personnes qui ont pris cette décision-là de monter sur le toit où ils se sentent eux plus en sécurité?

Mme Comtois : Comme je vous expliquais, tout ce qui touche à l’opération, je dévoilerai pas d’information pour l’instant pour permettre à l’opération de bien se dérouler, de se dérouler de façon sécuritaire. Donc, tout ce qui touche à l’opération, je dévoilerai aucune information. Maintenant, est-ce qu’il y a des gens qui ont décidé de regarder ce qui se passe? Bien entendu, on leur demande d’éviter le secteur et de s’éloigner de l’opération.

Andy St-André ajoute qu’il attend un représentant d’Ubisoft. Yves Poirier s’entretient avec la tante d’une femme qui travaille dans l’immeuble.

14 h 48

Julie Marcoux revient au policier à la retraite Mario Berniquez. Elle lui demande ce que le porte-parole lui a dit.

JM : Mais pourquoi elle n’était pas en mesure de nous le confirmer? Est-ce que c’est vraiment parce qu’on n’a aucune idée, même si on voit encore les policiers du, du groupe d’intervention qui est sur place? Euh, les véhicules également du GTI. Les ambulanciers sont sur place. Bref, est-ce que c’est normal qu’on ne soit pas encore en mesure de confirmer si on a bel et bien affaire à une prise d’otage?

Mario Berniquez : Définitivement. Parce qu’on est quand même écoutés peut-être même par les malfaiteurs là. À ce moment-là il y a quelqu’un qui écoute puis il y a des données qui soient pas, il faut pas les donner à tout le monde.

JM : Mm hm.

MB : Et les images qui sont vues par nous sont vues aussi par les gens à l’intérieur. La télé est accessible partout. Même au téléphone maintenant. On est au courant de ça là.

JM : Donc, il y a un petit gêne là dans la mesure de, dans la quantité d’informations qu’on peut ou non diffuser?

MB : C’est exactement qu’est-ce que j’allais dire. On peut quand même donner de l’information, mais donner des renseignements. Des renseignements c’est des choses validées, confirmées, puis nous aident à progresser. Mais des informations, disant qu’il y a des périmètres, de ne pas se présenter, d’être prudents, puis, et cetera pour des mesures de sécurité, de protection, de périmètre, on comprend. Mais concernant l’événement de même où ça peut nuire, mais je pense que ce serait pas une bonne idée de, de mettre sur la piste des malfaiteurs.

Julie Marcoux demande à Mario Berniquez pourquoi les portes de la terrasse sont barricadées et qui a pu demander de les bloquer. Mario Berniquez répond que si elles sont bloquées de l’intérieur, c’est soit le fait de personnes qui ne veulent pas être impliquées, soit le fait des malfaiteurs. En revanche, si elles ont été bloquées de l’extérieur par quelqu’un sur le toit qui veut isoler les gens et les garder en sécurité, c’est aussi bien. Les gens ne bougent pas beaucoup – est-ce que quelqu’un leur a dit de rester tranquilles? Julie Marcoux demande à Mario Berniquez de lui dire ce que les policiers sont probablement en train de faire à l’intérieur.

14 h 52

Félix Séguin annonce que l’appel a été logé à l’intérieur de l’immeuble. On ne sait pas encore s’il s’agit d’un canular, mais les policiers agissent comme si ce n’en était pas un. Félix Séguin explique que les policiers sont autorisés pendant toute la durée de la pandémie à ignorer les règlements de distanciation et le port du masque, si nécessaire, pour contrôler une situation.

Yves Poirier interroge encore des personnes du quartier dans la rue. Il décrit à nouveau la scène avec les ambulanciers, les gens sur le qui-vive et le renforcement du périmètre de sécurité.

Arrive un cortège de quatre voitures de police. Yves Poirier essaie de trouver un groupe d’employés. Julie Marcoux répète qu’une cinquantaine de personnes sont rassemblées sur la terrasse du toit.

Texte au bas de l’écran : « L’appel logé à partir de l’immeuble d’Ubisoft »

Julie Marcoux résume la situation, puis passe à un autre chef d’antenne, Paul Larocque. Celui-ci remarque qu’il s’agit d’une opération policière comme Montréal n’en a pas connue depuis longtemps.

Paul Laroque : Vous voyez ces images à droit de l’hélicoptère. On est en mesure de vous faire voir en temps réel ce qui se passe. Une cinquantaine d’employés d’Ubisoft qui sont réfugiés sur le toit. Ce sont des faits et sans doute un peu après 13 heures.

Paul Larocque explique que personne ne connaît encore la cause de l’événement. Les vérifications se suivent dans toutes les pièces, l’une après l’autre.

PL : À la lumière de ce qui se passe sur le toit en ce moment, ça semble pas une situation active comme on dit en langage policier. C’est, c’est la bonne nouvelle. Ces employés d’Ubisoft sont sur place depuis déjà un bon moment attendant l’appel ou la permission éventuellement de, de quitter le toit de l’édifice.

15 h 01

Retour à Andy St-André qui lit un tweet de Valérie Plante demandant aux résidents d’éviter le secteur. Andy St-André décrit la scène.

On passe à un autre journaliste, Denis Thériault. Celui-ci est posté à un autre coin de rue et interroge la femme déjà vue qui tente toujours de communiquer avec son conjoint. D’après les informations que lui ont transmises sa famille qui regarde LCN, elle pense qu’il est sur le toit. Elle n’a pas entendu parler de situation problématique chez Ubisoft aujourd’hui.

Denis Thériault : Je vous souhaite bonne chance. Tout au moins des gens ont probablement vu là, percevoir à partir des images de l’hélicoptère TVA là. Si c’est le cas, tant mieux.

La femme : Merci beaucoup.

Paul Larocque : Et Denis, euh, dites, dites à cette jeune femme-là que la situation est, est très calme. Les images toujours en direct de l’hélicoptère de TVA Nouvelles là nous révèlent que la situation pour l’instant n’indique rien de sérieux. Il y a rien de grave qui se passe. Tout le monde semble en sécurité là. Vous pouvez transmettre cette nouvelle à cette dame. Merci.

DT : Absolument.

15 h 04

Félix Séguin rapporte les dernières nouvelles : les policiers ont reçu un appel de l’intérieur de l’édifice signalant une prise d’otages. On ne sait pas si l’intention était un canular. Les policiers se sont rapidement déployés.

Nouveau texte en bas de l’écran : « Plusieurs commerces avoisinants évacués »

Félix Séguin constate un mouvement. Quatre policiers du GTI courent vers la porte. La caméra montre les images. Les policiers ne se sont pas en position, ils n’ont pas d’armes à la main. Un autre groupe de policiers arrive sans que leur démarche ne trahisse d’urgence. Sait-on quelque chose de neuf?

Paul Larocque constate que la situation semble tranquille, plutôt stable. Félix Séguin rappelle que les déploiements policiers ont évolué par rapport au passé (Polytechnique, Dawson, etc.). Aucune information sur un éventuel contact avec les ravisseurs ne filtre.

15 h 08

Retour à Yves Poirier qui note la présence de plusieurs curieux et indique que les employés ne veulent pas trop parler.

Textes au bas de l’écran : « Des employés confinés dans des locaux à l’intérieur » et « Aucun blessé signalé pour le moment »

Yves Poirier s’entretient avec une habitante du quartier attirée par l’hélicoptère. Il décrit le périmètre et ajoute que les commerçants du quartier lui ont affirmé que les policiers leur avaient demandé de quitter les lieux.

YP : Et tantôt je pense que c’est Andy ou Félix ou Julie qui le mentionnait. Il y a [?] une garderie, Paul, qui se trouve dans le secteur. Et là il est 15 h 10. Alors j’ignore si dans les prochaines minutes les parents vont venir justement récupérer leurs enfants. J’ignore pour le moment cette garderie ou ce CPE a déjà été évacué.

Yves Poirier indique où sont garées les voitures de police.

15 h 11

PL : Merci, Yves. À droite de l’écran, vous voyez les images en direct toujours de l’hélicoptère de TVA Nouvelles. Ça fait à près de deux heures maintenant que ces employés-là sont réfugiés sur le toit où la situation est en apparence très stable jusqu’à maintenant. Et notez les personnes portent toutes leurs manteaux ou à peu près toutes leurs manteaux d’hiver. C’est donc dire qu’elles ont pu quitter sans que ça soit fait de manière très, très précipitée. Ayant temps en tout cas d’enfiler leurs manteaux.

15 h 12

En studio, Sylvain Rancourt lit un tweet du SPVM qui ne rapporte aucun blessé. Il montre le quartier sur une carte, ainsi que le périmètre de sécurité. Il répète certains faits sur Ubisoft et montre des photos du site Web de l’entreprise, y compris de la terrasse.

15 h 14

Félix Séguin rapporte que les policiers font un survol de 360 degrés et qu’il ne semble pas y avoir de menace, que l’appel est non fondé. Maintenant, la question est pourquoi? Est-ce un simple canular? Les policiers n’ont pas d’autre choix que d’agir comme s’il était vrai.

Denis Thériault parle avec Mme Comtois qui dit ne pas pouvoir confirmer la nouvelle d’un appel non fondé. L’opération est toujours en cours, mais rien ne se confirme. Denis Thériault lui demande ce qui est arrivé aux employés déjà sortis, mais elle répond qu’elle ne peut pas donner de détails. Elle annonce cependant qu’il n’y a aucun blessé.

Denis Thériault dit qu’une vérification sera faite étape par étape, étage par étage.

15 h 19

Retour à Yves Poirier. Celui-ci s’entretient avec une femme qui a eu des informations de la part d’une connaissance à l’intérieur de l’immeuble. Certains employés se sont barricadés dans une pièce.

15 h 21

Félix Séguin dit que plus l’après-midi avance, plus il semble que la menace ne soit pas fondée. Il donne une définition du « swatting », une pratique qui consiste à appeler la police pour rapporter un crime sérieux dans le but de faire déplacer un groupe d’intervention tactique.

Félix Séguin : Il y a beaucoup d’informations qui depuis le début de l’après-midi sont extrêmement contradictoires. Qui est, d’abord, qui met de l’avant des théories qui, qui sont beaucoup plus graves que celle devant laquelle nous sommes. Bien que c’est très traumatisant pour les gens qui sont sur le toit présentement et qui ont peut-être eu peur même s’ils semblent calmes. Ce qu’on apprend là, c’est que probablement que d’ici les prochaines heures les policiers auront, auront fini leur tour d’horizon pièce par pièce de cet édifice-là, auront établi que la menace est nulle et qu’on s’apprêtera bientôt à faire descendre les gens du toit pour voir s’ils sont en bonne santé puis les mettre à l’abri, au chaud également. Alors, je le répète, Paul, à 15 h 22 cet après-midi on peut vous confirmer LCN que selon toute ressemblance les policiers croient avoir affaire à un canular. Et évidemment si ce canular, si on trouve l’auteur de ce canular, ça ne veut pas dire parce que c’est un gang qu’il n’y aurait pas de conséquences judiciaires, évidemment, une situation comme celle-là dans une métropole, on ne la voit pas souvent et elle est sanctionnable par la justice si on trouve qui en est coupable.

Texte au bas de l’écran : « Pourrait-il s’agir d’un canular? »

15 h 23

Paul Larocque constate que la situation sur le toit est toujours calme et demande à Mario Berniquez ce qu’il pense de cette affaire compte tenu de son expérience. Celui-ci analyse les circonstances et note que la situation sur le toit est calme, tranquille. Puis il décrit les mesures que devront prendre les policiers concernant la nature de l’appel et son auteur. Paul Larocque note que des employés sont toujours sur le toit.

15 h 28

Yves Thériault rapporte que des autobus sont arrivés pour emmener les personnes évacuées. Les policiers maintiennent le périmètre. La présence policière est toujours intense, mais c’est tranquille.

Yves Séguin rapporte que, selon les premières informations, un appel provenant de l’intérieur de l’édifice a fait état d’une prise d’otage d’une cinquantaine de personnes et de cinq suspects. On s’interroge sur la présence d’armes. Les menaces ne se sont pas matérialisées. Ce serait sans doute un swatting. Il lit la définition de swatting de Wikipedia.

Félix Séguin : Paul, en direct à LCN, les gens qui étaient pris sur le toit de l’immeuble – je sais pas si on peut confirmer avec les images de l’hélicoptère?

Paul Larocque : Non.

FS : Ils semblent être évacués de l’édifice.

PL : Félix, je peux vous confirmer là parce qu’on va, euh, euh, [??] ben voilà. Les gens sur le toit là semblent y être encore. Ce sont des gens davantage, Félix, qui étaient à l’intérieur là, aux étages de l’édifice.

Félix Séguin confirme que le groupe d’employés qui sort de l’immeuble n’est pas celui qui se trouvait sur le toit.

15 h 33

Denis Thériault annonce qu’un groupe accompagné par des policiers se dirige vers les autobus. Les policiers prendront les dépositions de tout le monde.

Texte au bas de l’écran : « Des employés évacués de l’édifice »

15 h 35

Paul Larocque : On voyait un peu de mouvement sur le toit là. Et je rappelle c’est resté calme depuis qu’on était en mesure d’observer grâce aux images fantastiques de l’hélicoptère de TVA Nouvelles. Donc ce qui se passe sur le toit, ça, ce sont toujours été calme. On, on a utilisé toutes sortes d’objets de fortune, Mario Berniquez, qui est à la retraite discute avec nous.

Paul Larocque parle avec Mario Berniquez de ce qui se passe sur le toit et des mesures de suivi que prendront les policiers.

15 h 39

Yves Poirier dit que c’est un dénouement heureux, mais que personne ne trouve la farce amusante. Il demande à un homme du quartier de décrire sa réaction au canular, décrit la scène (quatre ambulances, pompiers, etc.) et ajoute qu’il reste à voir les résultats de l’enquête.

Selon les images, il y a toujours du monde sur le toit.

15 h 42

Félix Séguin dit que leurs sources concluent à un canular. Tout le monde semble calme, mais l’événement a peut-être été traumatisant pour eux.

Texte au bas de l’écran : « Il s’agit bel et bien d’un canular »

Denis Thériault décrit l’évacuation.

15 h 48

Paul Larocque confirme à nouveau qu’il s’agit bel et bien d’un canular. L’appel n’avait aucun fondement.

Andy St-André décrit la scène qui l’entoure et parle avec un jeune homme qui connaît une personne restée enfermée à l’intérieur.

Images des personnes toujours sur le toit.

Denis Thériault décrit l’évacuation vers les autobus.

Yves Poirier recueille les réactions des gens dans la rue. Paul Larocque résume la situation.

ANNEXE B

Les plaintes

Le CCNR a reçu 62 plaintes concernant un incident aux bureaux d’Ubisoft. De ces 62 plaintes, trois plaignants ont déposé une demande de décision. Ces trois dossiers sont reproduits ci-dessous.

Plainte 20.2021-0488

La plainte suivante a été déposée le 13 novembre 2020, en anglais.

Date Received: 13/11/2020

Time Received: 18:13:00

Name of Television or Radio Station: TVA

Program Name: Nouvelles

Date de la diffusion de l’émission: 13/11/2020

Time of Program: 3:00PM

Specific Concern:

TVA Nouvelles has covered live an hostage situation filming employees of Ubisoft being barricated on their building rooftop for several hours.

While the event appeared to be a swating/hoax by the time I am writing, this live coverage was clearly putting people lifes in danger in case an armed individual would have entered the building with the intention to hurt people.

[Traduction]

Station de télévision ou de radio : TVA

Titre de l’émission : Nouvelles

Date de la diffusion de l’émission : 13/11/2020

Heure de l’émission : 15 h

Motif :

TVA Nouvelles a couvert une prise d’otages en direct et filmé des employés d’Ubisoft barricadés pendant des heures sur le toit de l’immeuble où ils travaillaient.

Bien que cet incident se soit révélé être un canular visant à faire déplacer un groupe d’intervention tactique sans raison, ou swatting, il reste qu’il est évident, à l’heure où j’écris ces lignes, que ce reportage en direct aurait mis la vie des personnes en péril si un individu armé avait voulu entrer dans le bâtiment dans l’intention de blesser des gens.

Plainte 20.2021-0501

La plainte suivante a été déposée le 13 novembre 2020.

Station de télévision ou de radio : TVA Nouvelles / LCN

Titre de l’émission : Live prise d'otage à Ubisoft

Date de la diffusion de l’émission : 13/11/2020

Heure de l’émission : 13 h

Motif :

Comportement des journalistes qui couvraient la potentielle prise d'otage à Ubisoft à Montréal ce jour.

Alors qu'une prise d'otage potentielle était en cours dans les bureaux d'Ubisoft, les journalistes n'ont cessé de montrer des images des employés qui se barricadaient sur le toit de l'entreprise. Ils ont mis en danger la vie des gens en donnant des informations qui auraient pu conduire les preneurs d'otages à agir contre ces employés. Agir de la sorte est une mise en danger de la vie d'autrui.

Il faut faire la part des choses entre le besoin d'information et la mise en danger de la vie des victimes.

Plainte 20.2021-0547

La plainte suivante a été déposée le 17 novembre 2020, en anglais.

Name of Television or Radio Station: LCN

Program Name: Ubisoft Events Coverage

Date of Program: 13/11/2020

Time of Program: 3:00PM

Specific Concern:

Channel and journalists had only one mission: to pry information whether true or false and disseminate it regardless of the endangerment it could have caused to people's lives.

The channel publicly announced where people might have been barricaded inside the building (floor number, number of people and nature of the room they were barricaded in). Had there been a real threat in the building, people's lives would have been in danger because of this!

They tried to disseminate miss-information about the situation, or at least over-exaggerate it to be news worthy... they tried to pry information from Ubisoft workers that were outside the building. The whole coverage did not seem ethical to say the least.

[Traduction]

Station de télévision ou de radio : LCN

Titre de l’émission : Ubisoft Events Coverage

Date de la diffusion de l’émission : 13/11/2020

Heure de l’émission : 15 h

Motif :

La chaîne et les journalistes n’ont eu qu’un seul but : soutirer des renseignements, vrais ou faux, et les diffuser sans se soucier du danger auquel ils exposaient les gens.

La chaîne a publiquement révélé les lieux où les employés avaient pu s’être barricadés à l’intérieur du bâtiment (précisant l’étage, le nombre de personnes et le genre d’endroit où ils s’étaient barricadés). Si la menace avait été réelle, ces renseignements auraient mis leur vie en danger!

Ils ont voulu diffuser de fausses informations, ou du moins exagérer la nouvelle pour qu’elle en vaille la peine... ils ont essayé de soutirer des renseignements à des employés d’Ubisoft qui n’étaient pas présents dans l’immeuble. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le reportage ne semblait pas respecter les règes déontologiques.

La réponse du télédiffuseur

LCN a répondu à tous les plaignants le 18 janvier 2021.

Monsieur/Madame,

Le Conseil Canadien des Normes de la Radiotélévision (CCNR) nous a transmis pour analyse et réponse votre plainte portant sur la diffusion d’un reportage le 13 novembre à TVA Nouvelles/LCN. Nous sommes désolés du retard à vous répondre.

Vous vous plaignez que TVA/LCN a diffusé la couverture en direct à partir des airs et du sol d’une potentielle prise d’otages en développement à Ubisoft Montréal. Vous indiquez que la couverture a mis en danger les gens impliqués. Vous affirmez que TVA/LCN devrait être sanctionnée et que des exigences devraient être mises en place pour le futur pour de tels cas.

Nous prenons bonne note de vos commentaires et du fait que ce reportage a pu vous faire réagir. Soyez assuré que nous traitons avec beaucoup de sérieux toutes les plaintes de nos téléspectateurs. Un reportage en direct a été diffusé le 13 novembre en après-midi à LCN à partir du début de l’après-midi jusqu’à 16 heures.

Après avoir révisé le reportage, nous considérons cependant que, dans les circonstances présentes, aucune contravention aux codes supervisés par le CCNR n’est survenue et ce, pour les raisons ci-après explicitées.

Le vendredi 13 novembre 2020, nos journalistes ont été informés que le Groupe tactique d’intervention (GTI) du SPVM s’est déployé autour des bureaux montréalais d’Ubisoft près des rues St-Viateur et St-Laurent dans le quartier Mile-End. Ce déploiement faisait suite à un appel téléphonique provenant de l’intérieur de l’immeuble aux environs de 13 h.

Nos journalistes ont observé un immense déploiement policier. Les policiers ont pris d’assaut le Boulevard St-Laurent à l’angle de la rue St-Viateur. Le périmètre fermé par les policiers était d’une dimension majeure et la présence du GTI montrait l’importance de l’opération.

Un ancien policier interviewé par TVA, Mario Berniquez, était d’avis qu’un tel déploiement policier n’avait été vu depuis longtemps à Montréal et il disait ne pas en comprendre la raison.

Les informations en notre possession étaient à l’effet qu’il y avait une prise d’otages et qu’une rançon était demandée par les ravisseurs.

Nous avons diffusé les propos d’un policier sur le terrain indiquant que le tout faisait suite à un appel 911 et que les policiers étaient à vérifier les faits.

Les représentants de TVA/LCN ont noté la présence sur les lieux de nombreuses voitures de police, un blindé, un camion de pompier et quatre ambulances.

L’Hélicoptère de TVA/LCN a pu survoler le quartier et capter des prises de vue du toit de l’immeuble d’Ubisoft où étaient présents une cinquantaine de personnes. Les informations disponibles étaient à l’effet qu’il s’agissait d’employés d’Ubisoft assemblés sur le toit.

Vers 15 h 30, nous avons diffusé l’information que l’hypothèse d’un canular alors évoquée se confirmait et qu’il s’agissait bel et bien d’un canular.

Nous avons par la suite rapporté que les gens sur le toit de l’immeuble retournaient à l’intérieur avec images à l’appui.

En aucun temps, nous n’avons diffusé des informations ou images pouvant mettre en danger la vie ou la sécurité de qui que ce soit sur le toit de l’immeuble ou ailleurs dans les environs du périmètre policier.

Nous sommes d’avis que l’information légitime du public requérait que nous diffusions ces images. Nous avons réalisé ce reportage de façon professionnelle, tel que les réseaux de télévision nord-américains le font. Nous avons diffusé des informations et des images en vue d’informer la population qui se devait d’être informée dans une société libre et démocratique.

Cette gigantesque opération policière a paralysé le quartier et perturbé plusieurs [de] ses résidents et commerçants sans qu’elle ne soit expliquée par les autorités.

Nous sommes d’opinion que les journalistes de TVA/LCN ont bien fait leur travail de couverture des faits tout l’après-midi. Le ton des journalistes de TVA/LCN intervenants sur les ondes était calme et professionnel. Ils ont interviewé les résidents du quartier et ont obtenu la réaction de ceux-ci face à cette opération policière majeure.

Pour toutes ces raisons, nous sommes d’avis que TVA n’a contrevenu à aucun des codes supervisés par le CCNR.

Nous vous remercions d’avoir pris le temps de nous écrire et vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments distingués.

Correspondance afférente

Plainte 20.2021-0488

Le 8 février, le plaignant a déposé sa demande de décision avec ce commentaire, en anglais.

Hi,

The response de TVA/LCN following my claim CBSC ref. 20.2021-0488.1 does not satisfy me, I disagree with their explanations and want to keep my complaint active.

[Traduction]

Bonjour,

La réponse que j’ai reçue de TVA/LCN à la suite de ma plainte au CCNR, réf. 20.2021-0488.1, ne me satisfait pas. Je ne suis pas d’accord avec ces explications et je maintiens ma plainte.

Plainte 20.2021-0501

Le 11 janvier, le plaignant a envoyé le message suivant :

Le diffuseur n'a pas pris le temps de répondre à la demande faite par [le Gestionnaire, Opérations du CCNR] il y a de cela maintenant plus de 40 jours (45 pour être précis) suite à mon dépôt de plainte.

Je souhaite donc que le CCNR étudie ladite plainte.

Le CCNR a alors expliqué au plaignant qu’il avait accordé à LCN une prolongation de temps pour lui répondre. Le 18 janvier, ce dernier a donc envoyé sa demande de décision après avoir reçu une réponse.

La réponse du diffuseur ne fait que décrire la diffusion et leur couverture des évènements pour conclure de façon unilatérale qu'ils ont correctement fait leur travail. Je maintiens que non.

Je maintiens que leurs journalistes se sont comportés de façon à mettre la vie et la sécurité des victimes d'une potentielle prise d'otage en danger.

Je défends à 100 % le droit à l'information et les journalistes de TVA Nouvelles auraient tout à fait pu faire leur travail sans mettre la vie des employés d'Ubisoft en danger, sans filmer des potentielles victimes de prise d'otage sur un toit et d'en diffuser les images en direct, sans indiqué [sic] à plusieurs reprises sur [sic] l'antenne que la garderie des enfants Ubisoft se trouvait de l'autre côté de la rue.

Bref les journalistes de TVA Nouvelles aurait tout à fait pu faire un travail d'information nécessaire sans mettre la vie de qui que ce soit en danger, la meilleure preuve en est que les autres diffuseurs en ont été capables eux.

Plainte 20.2021-0547

Le 5 février, le plaignant a écrit au télédiffuseur avec copie conforme au CCNR.

Bonjour

Cette réponse est insatisfaisante vu qu'elle n'adresse aucunement l'essence de la plainte :

L'information divulguée publiquement qui aurait pu mettre en danger nos collègues (tel que l'emplacement et l'étage sur lequel ils étaient barricadés), ainsi que les journalistes qui essayaient d'extraire l'information des collègues en détresse dans la rue au lieu de passer par les représentants officiels de Ubisoft.

Quelles seront les prochaines étapes pour contester cette réponse?

Merci

Le CCNR a répondu au plaignant qu’il devait déposer une demande de décision, ce qu’il a fait le 12 février avec la même note ci-dessus.