Dans le traitement d’un dossier controversé, l’objectivité et l’équilibre ne doivent pas nécessairement être atteints au cours d’une seule émission, selon le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 3 février 1999 — Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd’hui sa décision concernant Provincewide, une émission d’affaires publiques diffusée par CKCO-TV (Kitchener), qui traitait du dossier controversé de la réforme proposée du système d’éducation de l’Ontario, et de la grève anticipée des enseignants et enseignantes ontariens. Un téléspectateur s’est plaint que la discussion présentée dans l’émission était partiale et biaisée, à tel point qu’à son avis, cela [traduction] « équivalait à rien de moins que de la propagande ». Dans sa réponse au plaignant, le télédiffuseur a concédé que l’émission en question a pu être quelque peu problématique, mais a rappelé que l’émission subséquente de Provincewide, qui traitait de nouveau de la question de la réforme du système d’éducation en Ontario, présentait des positions opposées.

Le Conseil régional de l’Ontario a examiné la plainte à la lumière des dispositions du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR). Il n’a trouvé aucune violation des dispositions du Code. Rappelant une décision antérieure du CCNR, le Conseil a réitéré que :

Le CCNR a par le passé été d’avis qu’une émission qui traite de dossiers controversés ne doit pas nécessairement être inhéremment équilibrée. Les radiotélédiffuseurs ont le droit d’équilibrer un reportage biaisé en présentant l’envers de la médaille dans d’autres émissions qui traitent de la même question.

Le Conseil a trouvé « qu’étant donné la qualité de l’émission [subséquente] de Provincewide, [...] CKCO-TV a rempli son obligation, sous l’article 7 du Code de déontologie de l’ACR, « de traiter avec impartialité tous les sujets de nature à susciter la controverse ».

Le plaignant a également remis en question la participation d’un des invités à l’émission. Sur ce point, le Conseil a soutenu « que le choix des invités, comme d’autres décisions portant sur le choix des dossiers à présenter, relève carrément des compétences du radiotélédiffuseur à la condition que, dans le cas d’un sujet controversé, l’équilibre soit atteint en bout de piste ».

Les radiodiffuseurs privés du Canada ont établi des normes pour l’industrie de radiodiffusion sous forme d’un code de déontologie, un code portant sur les stéréotypes sexuels et un code portant sur la violence à la télévision. Ils ont aussi créé le CCNR, qui est l’organisme d’auto réglementation ayant la responsabilité d’administrer ces codes, ainsi que le code des pratiques journalistiques de l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 430 stations de radio et de télévision de l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens avec les sites Web des membres et d’autres sites ainsi que l’information connexe sont accessibles sur le Web au www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.