La rapide rectification d’un détail inexact dans un reportage fait conclure au Conseil canadien des normes de la radiotélévision qu’il n’y a pas eu d’infraction

Ottawa, le 31 août 1998 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd’hui sa décision concernant un reportage diffusé par CITY-TV dans le cadre du téléjournal CityPulse. Le reportage portait sur une saisie de drogues dans le West End de Toronto; or, CITY-TV avait initialement rapporté que l’arrestation avait eu lieu dans le quartier Parkdale. Une téléspectatrice s’est plainte de cette inexactitude sous prétexte que son quartier était injustement ciblé par CITY-TV.

Le Conseil régional de l’Ontario a examiné la plainte à la lumière des codes de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) et de l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Le Conseil a trouvé que l’affirmation à l’effet que la saisie de drogues avait eu lieu dans le quartier Parkdale, plutôt que dans le West End de Toronto, avait été faite par inadvertance et que cette imprécision n’était pas suffisamment significative pour constituer une violation des codes.

Selon le Conseil, la perfection absolue est un objectif qu’il faut tenter de réaliser sans pour autant devoir imposer à tout moment. Tout comme la loi ne s’attarde pas, règle générale, à des vétilles, d’honnêtes erreurs de radiodiffusion et, en particulier, celles qui sont rapidement corrigées, ne peuvent faire l’objet de sanctions du CCNR. Après tout, le rythme qu’exige la radiodiffusion et, en particulier, le journalisme télévisuel en cette ère électronique est tel qu’on peut s’attendre à ce que, par inadvertance, des erreurs soient de temps à autres commises. Ce qui doit importer, autant pour le public que pour le CCNR, c’est ce que fait le radiodiffuseur d’une telle erreur lorsqu’on la lui indique.

Le Conseil a noté que le télédiffuseur en question a modifié son reportage en éliminant toute référence au quartier Parkdale et ce, dès la diffusion suivante. Aussi est-il d’avis que cette modification était suffisante pour répondre au critère énoncé par l’ACDIRT dans son Code d’éthique (journalistique) que toute erreur doit être « publiquement corrigée ».

Les radiodiffuseurs privés du Canada ont établi des normes pour l’industrie de radiodiffusion sous forme d’un code de déontologie, un code portant sur les stéréotypes sexuels et un code portant sur la violence à la télévision. Ils ont aussi créé le CCNR, qui est l’organisme d’auto-réglementation ayant la responsabilité d’administrer ces codes, ainsi que le code des pratiques journalistiques de l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 430 stations de radio et de télévision de l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens avec les sites Web des membres et d’autres sites ainsi que l’information connexe sont accessibles sur le Web au www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.