Le commentaire politique d’un groupe religieux n’est pas à l’abri de critique selon le Conseil des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 28 juillet 1998 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd’hui sa décision concernant les commentaires formulés par les animateurs de l’émission d’après-midi « Scott and Lori » sur CJXY-FM (Hamilton). Le 17 juin 1997, la coanimatrice Lori a commenté la décision d’un congrès baptiste du Sud de boycotter le studio Disney pour sa relation avec la série télévisée Ellen pour le motif que la vedette de l’émission est homosexuelle. Son commentaire se terminait par une caractérisation en un mot de la conclusion du congrès : « Désaxés » (« Wackos » en anglais).

Un auditeur s’est plaint que l’animatrice avait « exprimé sa haine évidente envers un groupe religieux définissable ainsi qu’une nationalité ».

Le Conseil régional de l’Ontario du CCNR a examiné la plainte en vertu de la disposition sur les droits de la personnes du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR). Selon le Conseil, le commentaire était d’ordre politique, et non religieux, et n’enfreignait pas le Code. Le Conseil a conclu comme suit :

La décision dans cette affaire repose en fin de compte sur la compréhension du Conseil de l’utilisation par la coanimatrice Lori du mot « désaxés ». Ce n’est que si le qualificatif était adressé aux baptistes du Sud en raison de leur religion que le Conseil pourrait conclure que le radiodiffuseur a contrevenu au Code. Si par contre le qualificatif était adressé au groupe religieux ouvertement en raison de quelque chose d’autre que sa religion (la race, l’origine nationale ou ethnique, la couleur, l’âge, le sexe, l’orientation sexuelle, le statut matrimonial ou un handicap physique ou mental ne s’appliquant pas en l’occurrence), la conclusion aurait alors été probablement différente. Selon le Conseil, le qualificatif ne s’adressait au groupe religieux pour aucune autre raison que le fait que le groupe boycotte ouvertement Disney à cause de son association à la série télévisée Ellen. Cette position des baptistes est selon le Conseil régional une action économique concernant une question politique. Il n’y a naturellement aucun doute en ce qui concerne le droit des baptistes du Sud de soutenir et d’exprimer ses points de vue sur des questions controversées de nature politique ou d’intérêt public. Le fait est que s’ils choisissent de le faire, ils se placent eux-mêmes publiquement sur un pied d’égalité dans la controverse politique. Ils ne peuvent pas s’attendre à avoir le droit d’exprimer publiquement leurs opinions politiques controversées et à être à l’abri des retombées des germes idéologiques qu’ils ont semés en raison du fait qu’ils sont un groupe religieux.

Les radiodiffuseurs privés du Canada ont établi des normes pour l’industrie de radiodiffusion sous forme d’un code de déontologie, un code concernant les stéréotypes sexuels et un code concernant la violence à la télévision. Ils ont aussi créé le CCNR, qui est l’organisme d’auto-réglementation ayant la responsabilité d’administrer ces codes, ainsi que le code concernant les pratiques journalistiques de l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 430 stations de radio et de télévision de l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens avec les sites Web des membres et d’autres sites ainsi que l’information connexe sont accessibles sur le World Wide Web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.