Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision déclare que les généralisations négatives visant l’ensemble d’un groupe sont inacceptables

Ottawa, 31 juillet 2019 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) publie aujourd’hui sa décision concernant un épisode du Zelda Young Show diffusé à l’antenne de CHIN AM 1540 Toronto le 24 mars 2019. Le CCNR a conclu, à la majorité, que la station avait enfreint le Code de déontologie et le Code sur la représentation équitable de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) en diffusant des commentaires abusifs et indûment discriminatoires ainsi que des généralisations indûment négatives à l’égard des musulmans.

Le Zelda Young Show est une émission-débat qui traite de questions intéressant la communauté juive. Dans l’épisode contesté, Mme Young recevait l’auteure et commentatrice politique américaine Diana West. Les deux femmes ont discuté de politique américaine dans le contexte d’un ouvrage de Mme West intitulé The Red Thread (le fil rouge). Elles ont exprimé leur appui aux actions et politiques du président Donald Trump et leurs inquiétudes concernant les idées socialistes et mondialistes qui étendent leur emprise aux États-Unis depuis quelques décennies. En cours de discussion, elles ont abordé la question de l’immigration islamique aux États-Unis. Mme West a dit : [traduction] « …quand vous avez une population islamique. On assiste alors à une résurgence de l’antisémitisme et […] c’est quelque chose qui est inculqué dans la religion islamique, tout comme elle est antichrétienne. Alors, ce que vous voyez est le résultat de l’immigration islamique » et « c’est ce qui arrive quand l’immigration n’est pas calibrée de manière à inclure des gens qui sont de votre bord avant d’arriver et ne cherchent pas à vous transformer en quelque chose que vous n’êtes pas ».

Le CCNR a reçu une plainte d’un auditeur qui qualifiait leurs commentaires d’« anti-immigrants » et d’« inappropriés ». CHIN a affirmé que Zelda Young avait reçu une variété d’invités qui avaient exprimé des points de vue différents.

Le CCNR a étudié la plainte à la lumière des articles concernant les droits de la personne du Code de déontologie de l’ACR, ainsi que l’article concernant les stéréotypes du Code de l’ACR sur la représentation équitable. Le comité a reconnu que les codes « permettent sans contredit l’expression d’opinions politiques sur tous les sujets y compris l’immigration, la socialisation, l’assimilation et la mondialisation. La majorité du comité estime néanmoins qu’une accusation dirigée vers tout un groupe de personnes sans exception, comme c’est le cas ici, s’avère inacceptable. » Le comité a aussi noté que l’animatrice n’avait rien fait pour nuancer le propos. Il y a donc eu violation des codes.

L’auditeur était aussi préoccupé par les commentaires négatifs proférés à l’endroit du politicien américain Joe Biden, mais le comité a conclu à l’unanimité qu’il n’y avait pas eu d’infraction aux codes parce que les radiodiffuseurs sont autorisés à diffuser les critiques impliquant des personnalités publiques.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller au respect des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge d’administrer cinq codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Quelque 800 stations de radio, services de radio par satellite, services de télévision traditionnels et facultatifs dans l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, et d’autres renseignements pertinents sont affichés sur son site web à www.ccnr.ca.