Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision déclare qu’il faut éviter le mot fuck en anglais dans la transmission en direct d’un événement sportif

Ottawa, 16 mai 2017 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) publie aujourd’hui sa décision concernant le langage grossier diffusé sur TSN 4 au cours d’un match de football transmis à 19 h, heure de l’Est. Le CCNR a conclu que le mot fuck n’était pas tolérable en anglais avant 21 h et que l’émission aurait dû comporter des mises en garde à l’auditoire.

L’émission présentée le 7 juillet 2016 transmettait en direct un match de la Ligue canadienne de football (LCF) mettant aux prises les Blue Bombers de Winnipeg et les Tiger-Cats de Hamilton. Les microphones sur le terrain et autour ont capté au vol des jurons proférés par les joueurs, dont trois fois le mot fuck. En une de ces occasions, le commentateur s’est excusé pour l’écart de langage, en rappelant qu’il s’agissait d’une transmission en direct.

Un téléspectateur s’est plaint que ces jurons n’aient pas été censurés. Il a suggéré que le télédiffuseur aurait dû prévoir de telles éventualités et prendre des mesures pour les contrer. TSN a répondu que, tout en ne cautionnant pas le recours à un tel langage, il n’était pas en mesure de censurer une transmission en direct.

Le comité décideur anglophone du CCNR a étudié la plainte à la lumière des dispositions du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs selon lesquelles le langage grossier est réservé à la plage des heures tardives après 21 h et impose la présentation de mises en garde à l’auditoire.

Le comité a noté que les microphones sur le terrain ont l’avantage de rapprocher les téléspectateurs du feu de l’action, mais les exposent à entendre du langage grossier. Le CCNR a exhorté les télédiffuseurs à trouver moyen d’éviter les écarts de langage en ondes lors de la transmission en direct d’événements sportifs. Conformément aux règles actuelles, le CCNR a conclu à une infraction aux dispositions des articles 10a) et 11 du code pour avoir diffusé le mot fuck et omis de présenter des mises en garde à l’auditoire.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller au respect des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge d’administrer sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Quelque 800 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante dans l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens vers les sites web des membres et d’autres sites web, ainsi que des renseignements pertinents sont affichés sur son site web à www.ccnr.ca.