Le Conseil des normes de la radiotélévision déclare que la décision d’un radiodiffuseur de Toronto au sujet de sa programmation n’enfreint pas les codes

Ottawa, le 11 avril 2001 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié sa décision aujourd’hui concernant la décision de CFYI-AM de North York d’annuler l’émission radiophonique, The Touch of Health.

Dans le cadre de cette émissioncauserie, l’animatrice répondait à des questions sur la médecine parallèle et donnait des conseils à ce sujet. Elle s’est plainte au CCNR que « les gestes posés à l’endroit de l’émission et l’annulation de cette dernière constituent une attaque politique et sociale directe contre la médecine naturelle ou parallèle. » De son avis, « l’absence inévitable de l’émission radiophonique, The Touch of Health, entraînera un manque “d’équilibre” de la programmation dans ce secteur. » Le radiodiffuseur a défendu sa décision en mettant de l’avant l’argument suivant :

[...] deux raisons soustendent cette décision. Il y a d’abord une préoccupation quant à la responsabilité juridique découlant du fait de donner des conseils médicaux. Deuxièmement, nous souhaitons améliorer la qualité de notre programmation de fin de semaine afin d’augmenter notre cote d’écoute et notre revenu.

En ce qui concerne la programmation équilibrée, le Comité régional de l’Ontario a statué que la décision de la station était judicieuse.

Pendant la période que CFYI diffusait The Touch of Health, elle maintenait un équilibre en diffusant également des émissions qui fournissaient des renseignements sur la médecine traditionnelle et la médecine parallèle. Depuis la décision de CFYI d’annuler l’émission dont il est question, le Comité se fie à la déclaration du radiodiffuseur voulant qu’il « a éliminé toutes les émissions à caractère médical (médecine traditionnelle et non traditionnelle) de sa programmation de fin de semaine. »

En ce qui concerne le choix de programmation, le Comité a déclaré en termes non équivoques que « les décisions du genre sont avant tout du ressort du radiodiffuseur. »

Ces décisions reflètent un mélange de valeurs et de préoccupations à caractère commercial, créatif et social auquel vient s’ajouter un certain instinct de la programmation. Elles font partie de la formule d’appui sur laquelle se fie chaque radiodiffuseur pour établir son créneau au sein du marché. Elles servent à aider chaque radiodiffuseur à déterminer les facteurs qui pourront distinguer sa programmation de celle des autres services autorisés pour qu’elle puisse attirer son propre public. Il va sans dire que les radiodiffuseurs ont également le droit d’évaluer la qualité de leur programmation, sans que leur jugement ne soit mis en question sauf, dans un certain sens, par la réaction du marché au choix de programmation. Le CCNR se verrait mal supplanter ce droit substantiel de jugement qui revient aux radiodiffuseurs, à moins que les circonstances entourant la décision et les raisons apparentes soient manifestement si graves et hors de doute qu’il soit tout à fait raisonnable de faire intervenir le CCNR.

Le Comité n’a trouvé aucune raison de mettre la décision du radiodiffuseur en question dans ce cas-ci.

Les radiotélédiffuseurs privés canadiens ont arrêté eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant l’emploi de stéréotypes sexuels, la présentation de violence et le traitement de questions à valeur morale, tels les droits de l’homme, à la télévision et ils s’attendent que leurs collègues les respectent. Ils se sont aussi dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle. Le Conseil a par la suite été chargé de veiller également au respect du code de déontologie journalistique adopté par l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 460 stations de radio et de télévision et services spécialisés, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR et tous les codes qu’il administre sont affichés sur son site Web, à www.ccnr.ca, où l’on a aussi accès à ses rapports annuels et à d’autres documents et renseignements pertinents, ainsi qu’aux sites de ses membres et à d’autres sites d’intérêt. Pour plus de renseignements, communiquer avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.