Le langage cru utilisé dans une promotion de t-shirt n’enfreint pas les normes de la radiotélévision

Ottawa, le 24 juin 1998 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd’hui sa décision concernant une promotion de CIRK-FM (Edmonton), appelée populairement K-97, pour la vente de ses T-Shirts. L’annonce qui a été diffusée le 12 mai 1997, utilisait des expressions comme « Kick Ass » et « Life’s is a Bitch » (l’équivalent en français de « On va les avoir! » et « Chienne de vie »). Un auditeur s’est plaint de l’utilisation d’un « langage inapproprié » dans l’annonce.

Le Conseil régional des Prairies du CCNR a examiné la plainte en vertu de la disposition du Code de déontologie concernant les annonces qui exige qu’une publicité ou une réclame « ne choque pas ce qu’il est généralement convenu d’appeler les convenances ». Tout en reconnaissant que l’expression « bon goût » est en réalité utilisée dans la disposition du code de déontologie, le Conseil a réitéré sa position selon laquelle « les questions de mauvais goût à elles seules ne seront pas suffisantes pour entraîner une infraction à une disposition de l’un des codes ». Le Conseil a affirmé que l’expression « bon goût », telle qu’utilisée dans le code, doit être interprétée en fonction des derniers mots de ce paragraphe : « ne choque pas ce qu’il est généralement convenu d’appeler les convenances ». Selon le Conseil, cela crée un critère supérieur à ce qu’on pourrait simplement qualifié de bon goût. Il a déclaré que « le libellé laisse entendre que la promotion en cause ne doit pas être le contraire du bon goût pour enfreindre le code; elle doit en réalité offenser les normes prévalentes pour qu’on puisse la sanctionner ».

Selon le Conseil régional des Prairies, les expressions « Life’s a Bitch » et « Kick Ass » ne contreviennent pas au critère des « convenances ». En expliquant comment les « convenances » doivent être évaluées, le Conseil a déclaré :

Le CCNR ou les divers conseils régionaux ne peuvent avoir comme fonction d’entreprendre des sondages afin de déterminer quelles sont les normes prévalentes; les conseils ont plutôt comme fonction d’appliquer à la programmation examinée le raisonnement et le bon sens d’un groupe équilibré de représentants du public et de l’industrie. C’est en fait un reflet de cet « équilibre » qui a permis aux divers conseils régionaux d’aboutir régulièrement à des conclusions sur ces questions sans dissension, que les conclusions soient en faveur ou contre les radiodiffuseurs.

Le CCNR est l’organisme d’auto-réglementation établi par les radiodiffuseurs privés pour répondre aux plaintes et administrer les normes de l’industrie sur l’éthique, les pratiques journalistiques, les stéréotypes sexuels et la violence à la télévision. Plus de 430 stations de radio et de télévision de l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens avec les sites Web des membres et d’autres sites ainsi que l’information connexe sont accessibles sur le World Wide Web à www.cbsc.ca Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.