Le long-métrage controversé intitulé Kids a été présenté de façon responsable selon le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 23 août 1999 — Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd’hui sa décision concernant la présentation, par Showcase Television, du long-métrage Kids qui a fait tout un tabac au moment de sa sortie. Le film « documente » la vie d’adolescents vivant dans un milieu urbain, consommant des quantités importantes de drogues et ayant des rapports sexuels fréquents. Un plaignant soutenait que le film n’était autre chose que de la [traduction] « pornographie juvénile ».

Le Conseil régional de l’Ontario a examiné la plainte à la lumière du Code concernant la violence à la télévision et du Code d’application concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR). Il n’a trouvé de manquement à ni l’un ni l’autre des codes. Dans sa décision, le Conseil a réitéré sa position que « le principe qui sous-tend la liberté de parole défendra une diffusion, qu’elle soit controversée ou autre, sauf lorsque ce principe est supplanté par une norme générale imposée par les radiotélédiffuseurs privés et énoncée dans leurs codes ». Le Conseil a par ailleurs noté que :

on accorde aux radiotélédiffuseurs une liberté décisionnelle relativement grande en matière de choix des émissions, en partie parce que l’exercice de ce pouvoir est contrebalancé dans les codes par des dispositions régissant l’horaire de présentation des émissions, la classification et les mises en garde à l’auditoire. Ces balises permettent aux téléspectateurs de choisir intelligemment ce qui leur convient et ce qui convient à leur famille.

Le Conseil n’a identifié aucun critère général qui ait pu être enfreint par la présentation de ce long-métrage. Autrement dit, il n’a pas trouvé que le long-métrage exploitait sexuellement les enfants, ce qui aurait enfreint au Code d’application concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision. De même, il n’a pas trouvé que Kids glorifiait la violence ni que la présentation de celle-ci était gratuite et que, conséquemment, le long-métrage respectait le Code d’application volontaire concernant la violence à la télévision. Qui plus est, le Conseil est d’avis que « Showcase a tout fait en son pouvoir, en ce qui a trait à l’heure de diffusion et des mises en garde aux auditeurs, pour s’assurer que le film ne serait visionné que par l’auditoire auquel il était destiné ». En particulier, le Conseil a noté que :

[L]e télédiffuseur a présenté le long-métrage à une heure extrêmement discrète [23 h à Winnipeg], soit bien après le début de la plage des heures tardives dans le fuseau horaire d’où il était diffusé, afin d’éviter la possibilité que des enfants visionnent ce film sans surveillance. De même, le télédiffuseur a fait preuve d’un grand sens de responsabilité en présentant une table-ronde avant et après la présentation du film, afin de placer le film dans son contexte. Showcase a donc fait montre d’un sens de responsabilité et de bienveillance à l’endroit de ses téléspectateurs, et non de lascivité ou d’une intention d’exploiter l’attrait sexuel potentiel de ce film. Bien que le Conseil n’exprime aucune opinion sur le droit du télédiffuseur de présenter le long-métrage à 21 h, soit au début de la plage des heures tardives et à un moment qui aurait été davantage accessible et séduisant pour des jeunes dont le plaignant a raison d’être préoccupé, il ne peut faire autrement que de rappeler le fait que Showcase a choisi de ne pas privilégier cette option.

Les radiodiffuseurs privés du Canada ont établi des normes pour l’industrie de radiodiffusion sous forme d’un code de déontologie, un code portant sur les stéréotypes sexuels et un code portant sur la violence à la télévision. Ils ont aussi créé le CCNR, qui est l’organisme d’autoréglementation ayant la responsabilité d’administrer ces codes, ainsi que le code des pratiques journalistiques de l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 430 stations de radio et de télévision de l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens avec les sites Web des membres et d’autres sites ainsi que l’information connexe sont accessibles sur le Web au www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.