Le message d’intérêt public contre la violence n’est pas injuste envers les hommes, d’après le conseil

Ottawa, le 15 mai 1997 - Le Conseil régional de l’Ontario du Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a émis sa décision concernant un message d’intérêt public (MIP) s’inscrivant dans le cadre de la campagne de lutte contre la violence menée par les propriétaires de stations privées et diffusé par CFRA (Ottawa).

Au nom des propriétaires de stations privées, l’Association canadienne des radiodiffuseurs avait lancé une campagne de lutte contre la violence consistant à diffuser des MIP à la radio et à la télévision sous le thème «La violence fait des victimes de nous tous». L’un des MIP mettait en vedette plusieurs femmes de différents âges et aux origines variées. Le scénario renfermait l’affirmation suivante : «Elles ont toutes souffert aux mains de quelqu’un proche d’elles. Ce qui commence par de la domination, de la cruauté émotive et des paroles injurieuses se transforme souvent en violence physique». Un auditeur de CFRA a entendu ce MIP et s’est plaint en mars 1996 qu’on y donnait l’impression que seules les femmes sont victimes de violence et qu’on laissait sous-entendre que les hommes étaient la cause de la violence familiale. Il a soutenu que ce MIP était contraire à la politique de l’industrie sur la représentation des deux sexes et a ajouté que le communiqué passait sous silence la violence perpétrée par certaines femmes contre des enfants et des hommes. Dans sa réponse à l’auditeur, CFRA a souligné qu’il diffusait le MIP depuis quelques mois et qu’il avait été diffusé régulièrement depuis pour aider à sensibiliser le public au problème de la violence familiale. CFRA a ajouté que ce problème était bien documenté partout au Canada et au sein des collectivités et que le communiqué n’enfreignait aucunement le Code concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision. L’auditeur, insatisfait de cette réponse, a demandé au CCNR de soumettre sa plainte à l’étude du Conseil régional de l’Ontario.

Dans sa décision, le Conseil régional de l’Ontario a reconnu que le MIP faisait partie de la campagne lancée par l’industrie visant à sensibiliser le public aux effets de la violence sur la société. Alors que ce MIP portait sur la violence commise contre des femmes par des hommes, d’autres MIP portaient sur d’autres aspects de la violence. Même si ce MIP faisait allusion au rôle joué par les hommes, pour le Conseil, la question était de savoir si cette représentation des hommes était indûment négative ou injuste. Il a conclu que tel n’était pas le cas, en faisant observer que cette représentation ne donnait pas une fausse impression de la violence familiale. Le Conseil a ajouté que «des femmes et des hommes impartiaux admettraient qu’il est plus fréquent pour des hommes de commettre des actes de violence physique à l’encontre de femmes que l’inverse et que ce MIP ne décrit pas le comportement de tous les hommes ou même de la plupart des hommes.... cette représentation juste, réaliste et justifiable ne contrevient pas au Code».

En plus du Code concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision, le CCNR applique des codes de l’industrie de la radiodiffusion en matière de déontologie, de déontologie journalistique et de violence à la télévision.

– 30 –

La présente décision et les autres décisions du CCNR sont publiées sur Internet à . Pour obtenir de plus amples renseignements, prière de communiquer avec Ronald I. Cohen, Président national du CCNR, au (###) ###-####.