Le point de vue d’un plaignant selon lequel un épisode de Seinfeld est sexiste n’est pas soutenu par le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 25 juin 1998 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd’hui sa décision concernant un épisode de Seinfeld diffusé sur CIII-TV (Global Television Network) le 19 décembre 1996. L’épisode en question contenait un passage dans lequel Elaine, un des personnages réguliers de Seinfeld, rencontre un homme qui a été poignardé par une ex-amie. Elle décide de continuer de rencontrer cet homme malgré les conseils amicaux lui suggérant de ne pas le faire, trouvant excitant de rencontrer un homme qui « mérite de se faire poignarder » (« stabworthy » en anglais). Le passage se termine par une allusion à Elaine agressant cet homme dans un restaurant. Un téléspectateur s’est plaint que cette violence faite aux hommes était « prise à la légère » et que, si les sexes étaient inversés, la réaction publique à l’épisode aurait été différente. Le plaignant ajoute : « Global a présenté des annonces sur la violence familiale, présentant les victimes comme étant toujours des femmes et les auteurs de la violence toujours des hommes. Je m’oppose à la double norme sexiste pour la violence dans les relations. » Le Conseil régional de l’Ontario s’est dit en désaccord :

Cet épisode particulier de Seinfeld devrait être considéré par le plaignant comme aidant à redresser le déséquilibre allégué découlant des messages d’intérêt public de Global dépeignant les hommes comme les principaux auteurs de la violence dans les relations. À toute éventualité, on pourrait même soutenir que l’épisode présentait son propre « équilibre » interne dans le traitement des hommes et des femmes, puisque aussi bien les hommes que les femmes ont été exposés au ridicule au cours de l’épisode.

Le Conseil régional de l’Ontario n’a pas conclu que l’épisode enfreignait le Code de déontologie ou le Code concernant la violence à la télévision des radiodiffuseurs. Selon le Conseil, le scénario était basé sur un « événement presque ridicule » qui traite la situation comme une affaire dont on peut rire, et non sur la violence réelle alléguée. Le Conseil note également « qu’en abordant les attaques au poignard comme des événements passés que l’épisode ne montre pas et ne présentant pas un danger de mort, les auteurs ont évité clairement d’idéaliser de telles actions ».

Dans sa décision, le Conseil note également que la réponse du radiodiffuseur au plaignant a été « à la limite de ne pas respecter l’obligation de fournir une réponse complète et juste aux questions soulevées par le plaignant ». Le Conseil ajoute que :

La réponse de la station devrait refléter son propre examen de l’émission contestée à la lumière des préoccupations du plaignant et expliquer d’une manière claire et directe pourquoi l’émission n’enfreint aucun des codes et aucune des normes de l’industrie que la station a accepté de respecter. À tout le moins, elle doit être sensible aux préoccupations du plaignant.

Le CCNR es l’organisme d’auto-réglementation établi par les radiodiffuseurs privés pour répondre aux plaintes et administrer les normes de l’industrie sur l’éthique, les pratiques journalisitiques, les stéréotypes sexuels et la violence à la télévision. Plus de 430 stations de radio et de télévision de l’ensemble du Canada sontmembres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens avec les sites Web des membres et d’autres sites ainsi que l’information connexe sont accessibles sur le World Wide Web à www.cbsc.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.