L’utilisation d’images d’individus non-identifiés pour illustrer des émissions d’information ne contrevient pas à la disposition sur la vie privée du Code d’éthique de l’ACDIRT

Ottawa, le 22 août 1998 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd’hui sa décision concernant un topo portant sur une enquête de meurtre diffusé par CKCO-TV (Kitchener). Un téléspectateur s’est plaint que le reportage avait à tort identifié une jeune fille qui n’était pas du tout liée à l’histoire en question en diffusant, dans le cadre de ce reportage, un segment vidéo contenant son image.

Le Conseil régional de l’Ontario du CCNR a examiné la plainte à la lumière du Code d’éthique de l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT), qui prévoit que :

Les journalistes de la radio et de la télévision démontreront un respect constant pour la dignité, la vie privée et le bien-être de tous ceux et celles avec qui ils traitent, et ils feront tout en leur possible pour que les atteintes à la vie privée d’une personne en cours de reportage ne se produisent qu’au nom de l’intérêt public et du reportage exact des nouvelles.

Le Conseil s’est fondé sur les décisions antérieures dans lesquelles il avait eu à adresser le conflit survenant, de temps à autre, entre le droit de l’individu à la vie privée et le droit du public de savoir. Le Conseil a donné raison, dans ce cas-ci, à CKCO-TV pour ce qui est de l’utilisation du segment vidéo, en concluant que le reportage ne contrevenait pas à la disposition sur la vie privée du Code d’éthique :

le reportage en question ne mentionne ni le nom de l’accusé ni celui de la victime du meurtre, et aucun autre indice n’a été divulgué qui permettrait à quiconque d’identifier les deux individus en question, à l’exception des personnes qui les connaissaient déjà. Le Conseil régional de l’Ontario a également conclu... qu’il était justifié d’utiliser des images non-identifiées mais pertinentes pour illustrer un fait divers que le public avait intérêt à connaître. Ce principe ne prend pas en considération l’âge de l’individu dans l’extrait du segment vidéo qui a été utilisé dans le reportage. Ces mêmes principes de droit à la vie privée priment, que l’image soit celle d’un enfant ou celle d’un adulte. =

Les radiodiffuseurs privés du Canada ont établi des normes pour l’industrie de radiodiffusion sous forme d’un code de déontologie, un code portant sur les stéréotypes sexuels et un code portant sur la violence à la télévision. Ils ont aussi créé le CCNR, qui est l’organisme d’auto-réglementation ayant la responsabilité d’administrer ces codes, ainsi que le code des pratiques journalistiques de l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 430 stations de radio et de télévision de l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens avec les sites Web des membres et d’autres sites ainsi que l’information connexe sont accessibles sur le Web au www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.