Selon le Conseil canadien des normes de la radiotélévision, la nudité après 23h est acceptable lorsque accompagnée d’un avis

Ottawa, 14 août 1998 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd'hui sa décision concernant la diffusion par CKX-TV (Brandon) du long-métrage National Lampoon's Animal House. Un téléspectateur s'est plaint de la nudité qui s'y retrouve et a affirmé que la mise en garde à l’auditoire qu'avait présenté le télédiffuseur était trop vague et trop rare.

Le Conseil régional des Prairies a examiné la plainte à la lumière du Code d'application concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision et du Code d'application volontaire concernant la violence à la télévision de l'Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR). Le Conseil n'a pas trouvé fautive la décision du télédiffuseur d'insérer à sa grille-horaire le film Animal House à 23h, heure qui se situe bien au-delà de de la plage des heures tardives de la soirée (« watershed hour »), ajoutant que la diffusion était accompagnée de mises en garde. Au sujet des avis, le Conseil a noté que ceux-ci auraient pu être diffusés plus fréquemment et qu'ils auraient pu être plus explicites. Le Conseil a conclu, cependant, qu'étant donnée l'absence, dans le Code concernant la violence à la télévision, d'une obligation explicite de faire accompagner de mises en garde les films au contenu adulte autre que violent, il n'y avait eu dans ce cas aucune violation du Code.

Par ailleurs, le Conseil n'a trouvé aucune violation au Code en ce qui a trait à la question des stéréotypes sexuels. Le genre cinématographique privilégié, que l'on peut qualifier de farce, met l'accent sur la nature frivole, narcissique, souvent vulgaire et parfois dégoûtante des fraternités universitaires. Aussi a-t-il eu comme résultat de représenter presque chaque membre du groupe de jeunes étudiants de façon peu flatteuse.

Le Conseil a affirmé :

Il est essentiel de se souvenir que l'objectif premier du Code d'application concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision porte sur l'égalité des sexes et non sur des questions de comportement d'ordre sexuel à l'extérieur des sphères d'égalité ou d'exploitation – cette dernière étant une forme d'inégalité.

Alors que la représentation des femmes dans ce film n'est pas particulièrement flatteuse, on ne peut dire pour autant que celle des hommes y est meilleure ou qu'elle leur bénéficie d'une façon quelconque.

Les radiodiffuseurs privés du Canada ont établi des normes pour l'industrie de radiodiffusion sous forme d'un code de déontologie, un code portant sur les stéréotypes sexuels et un code portant sur la violence à la télévision. Ils ont aussi créé le CCNR, qui est l'organisme d'auto réglementation ayant la responsabilité d'administrer ces codes, ainsi que le code des pratiques journalistiques de l'Association canadienne des directeurs de l'information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 430 stations de radio et de télévision de l'ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens avec les sites Web des membres et d'autres sites ainsi que l'information connexe sont accessibles sur le Web au www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.