Selon le Conseil canadien des normes de la radiotélévision, seuls les faits ont leur place dans les bulletins de nouvelles, mais…

Ottawa, le 10 février 1999 — Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd’hui sa décision concernant le bulletin de nouvelles de midi de CKRU-AM (Peterborough, Ontario). Un auditeur s'est plaint du fait que l'annonceur avait inclus son opinion personnelle alors qu'il lisait les nouvelles et que, par conséquent, il n'avait pas présenté les nouvelles [traduction] « de manière factuelle et impartiale ».

Le Conseil régional de l’Ontario a examiné la plainte à la lumière de l'article du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) qui traite des nouvelles. Il n’a trouvé aucune violation de cette disposition du Code. Bien que le Conseil ait indiqué que : « Il n'existe aucun doute quant à la validité générale du point soulevé par le plaignant », il n'a pas trouvé que la plainte était fondée dans le cas en question.

En ce qui a trait à ce bulletin de nouvelles, le seul commentaire potentiellement problématique est celui qu'a énoncé John Badham à la fin du bulletin : [traduction] « Voilà qui est bien dit, Dr John Beamish ». Le Conseil régional est d'avis que le sujet du commentaire pouvait être soit le Centre de santé St-Joseph, le Centre familial de soins palliatifs, la contribution de la communauté de Peterborough, le rôle du Festival des arbres, la conclusion du Dr Beamish que « cet unité constitue véritablement l'expression du désir de la communauté de s'occuper de ceux qui sont en train d'y mourir », soit, finalement, la façon dont le médecin a présenté le dossier. Si l'énoncé « Voilà qui est bien dit » peut, techniquement, constituer une violation du Code de déontologie de l'ACR, l'objet du commentaire est suffisamment incertain et la nouvelle tellement peu controversée et tellement inoffensive que le Conseil régional conclut sans hésitation qu'aucune violation de l'article 6 du Code n'est survenue.

Les radiodiffuseurs privés du Canada ont établi des normes pour l’industrie de radiodiffusion sous forme d’un code de déontologie, un code portant sur les stéréotypes sexuels et un code portant sur la violence à la télévision. Ils ont aussi créé le CCNR, qui est l’organisme d’auto réglementation ayant la responsabilité d’administrer ces codes, ainsi que le code des pratiques journalistiques de l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 430 stations de radio et de télévision de l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens avec les sites Web des membres et d’autres sites ainsi que l’information connexe sont accessibles sur le Web au www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.