Un long-métrage s’avère trop violent et trop érotique pour être diffusé en début de soirée, selon le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 30 septembre 1999 — Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd’hui une décision concernant la diffusion à 19 h 30 du long-métrage L’Inconnu [Never Talk to Strangers] par Télévision Quatre Saisons (TQS). Ce long-métrage est un thriller psychologique au sujet d’une femme psychiatre qui développe une relation intime avec un mystérieux étranger. Deux téléspectatrices se sont plaintes qu’elles avaient été « surprises et étonnées que l’on présente à la télévision...des scènes extrêmement érrotiques qui s’adressent à des adultes. » Elles ont par ailleurs soutenues que suivant la diffusion « il ne faut pas se surprendre d’assister de plus en plus à la violence faite aux femmes. »

Le Conseil régional du Québec a examiné la plainte à la lumière du Code d’application volontaire concernant la violence à la télévision de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR). Bien que le Conseil n’a pas trouvé que ce long-métrage comportait de violence gratuite ou de violence faite aux femmes, il a jugé que certaines des scènes comprises dans le film représentaient la violence et la sexualité de façon telle qu’il fallait les considérer comme étant « destinées à des auditoires adultes ». Le Conseil a affirmé :

[L]e Conseil n'hésite pas à conclure que la combinaison des éléments explicites que sont la peur, le suspense, le sang et l’aspect explicite dont il est question dans la décision Kazan sont présents dans le long-métrage L’Inconnu, à tout le moins dans les scènes montrant le chat mutilé, l'écriture sur le mur avec du sang et la confrontation finale où la psychiatre tue son père et son amant. Le Conseil estime que la présence de ces éléments, associée à la nature de suspense et de frayeur du film, font que les scènes susmentionnées sont « destinées à des auditoires adultes ».

Le Conseil croit également que certaines scènes érotiques, en particulier la toute première scène sexuelle qui présente une relation sexuelle « brutale », s’inscrivent dans la catégorie de matériel considéré comme étant « destiné à des auditoires adultes ».

Le Conseil n’aurait vu aucun inconvénient à ce que le long-métrage soit diffusé après 21 h; or, la présentation de ce film en début de soirée a fait que le Conseil a trouvé que TQS « a enfreint l'Article 3.1 du Code concernant la violence à la télévision qui précise que “les émissions comportant des scènes violentes et destinées à un auditoire adulte ne doivent pas être diffusées avant le début de la plage des heures tardives de la soirée, plage comprise entre 21 h et 6 h” ».

En outre, le Conseil a trouvé que TQS a violé le Code concernant la violence à la télévision relativement à la disposition sur les mises en garde à l’auditoire. Une mise en garde en format audio et en format visuel avait précédé le long-métrage mais celle-ci avait défilé au bas de l’écran une fois seulement, soit peu après la troisième pause publicitaire. Ces mises en garde ne répondent pas aux exigences du paragraphe 5.2 du Code concernant la violence à la télévision qui stipule que « les télédiffuseurs doivent diffuser des mises en garde au début et pendant la présentation d'émissions diffusées hors de la plage des heures tardives et qui contiennent des scènes de violence qui ne conviennent pas aux jeunes enfants [les italiques sont de nous] ».

Les radiodiffuseurs privés du Canada ont établi des normes pour l’industrie de la radiodiffusion sous forme d’un code de déontologie, d’un code portant sur les stéréotypes sexuels et d’un code portant sur la violence à la télévision et auxquels les membres doivent souscrire. Ils ont aussi créé le CCNR, qui est l’organisme d’autoréglementation ayant la responsabilité d’administrer ces codes, ainsi que le code des pratiques journalistiques de l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT), créé en 1970. Plus de 430 stations de radio et de télévision à travers le Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les hyperliens avec les sites Web des membres et d’autres sites ainsi que l’information connexe sont accessibles dans le Web au www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.