Une émission de comédie risquée est acceptable dans la case-horaire de 21h30, selon le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 19 février 1999 — Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a publié aujourd'hui sa décision concernant un épisode de Dream On, une comédie de situation d'une demie-heure diffusée par The Comedy Network. Une téléspectatrice a affirmé avoir été choquée par certaines des scènes érotiques explicites, le contenu et le langage de l'épisode, lequel était diffusé à 21h30, alors que des enfants pouvaient encore être à l'écoute.

Le Conseil régional de l'Ontario a examiné la plainte à la lumière des Codes d'application de l'Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) concernant la violence à la télévision et concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision. Il n'a pas trouvé de violation au Code. En vertu de la Loi sur la radiodiffusion qui « exige » que les radiotélédiffuseurs offrent une programmation diversifiée afin de répondre aux besoins et aux désirs des hommes, des femmes et des enfants Canadiens, le Conseil a affirmé « qu'il n'hésitait nullement à conclure que des émissions telles que Dream On ont leur place à la télévision canadienne ». Quant à la place de l'émission dans la grille-horaire du télédiffuseur, le Conseil a affirmé :

Le Conseil régional de l'Ontario reconnaît que Dream On est une émission humoristique pour adultes. En diffusant l'émission dans sa case-horaire de 21h30, il est évident que l'émission n'est pas promue auprès de enfants. Il s'agit là d'une des raisons d'être de l'heure de partage : la différenciation de la programmation qui précède l'heure de partage fixée à 21h, et celle qui la suit. Au Canada, quatre ans après l'entrée en vigueur de l'heure de partage (qui est devenue, pour les radiotélédiffuseurs, la frontière entre la programmation destinée aux familles et celle qui est destinée aux adultes, et qui déborde ainsi de son mandat original de gérer la présentation de la violence qui n'est convenable que pour un auditoire adulte), le public a eu amplement l'occasion de se familiariser avec l'avis implicite qu'est l'arrivée de 21h. Cela dit, le Conseil comprend que certains enfants, malgré les efforts raisonnables de parents responsables, peuvent regarder l'émission, que ce soit par inadvertance ou intentionnellement. Cela ne signifie pas pour autant qu'aucune émission jugée inappropriée pour les enfants ne puisse être diffusée en raison de ce risque. Ce danger s'avère être un des coûts associés au développement rapide des communications, que ce soit la télévision, Internet ou d'autres voies. Des démarches majeures ont été entreprises par les radiotélédiffuseurs pour mettre en place des systèmes permettant de seconder la vigilance parentale, tels que les codes de radiotélédiffusion, l'heure de partage, le système de classification, les icônes, les avertissements aux téléspectateurs et la puce antiviolence: autant d'efforts qui font du Canada un chef de file dans ce domaine.

Le Conseil a trouvé que The Comedy Network avait attribué à l'émission une cote appropriée et avait judicieusement inclus un avis aux téléspectateurs du contenu potentiellement offensant de l'émission.

Les radiodiffuseurs privés du Canada ont établi des normes pour l'industrie de radiodiffusion sous forme d'un code de déontologie, un code portant sur les stéréotypes sexuels et un code portant sur la violence à la télévision. Ils ont aussi créé le CCNR, qui est l'organisme d'auto réglementation ayant la responsabilité d'administrer ces codes, ainsi que le code des pratiques journalistiques de l'Association canadienne des directeurs de l'information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 430 stations de radio et de télévision de l'ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, les liens avec les sites Web des membres et d'autres sites ainsi que l'information connexe sont accessibles sur le Web au www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (###) ###-####.