CHXX-FM concernant Les hitssur demande et La Vibe du matin

comité décideur francophone
Décision CCNR 20.2122-0463
2022 CCNR 4
8 juin 2022
S. Courtemanche (Présidente), J. Dumoulin, J.-C. Gagnon, L. Poirier, D. Rhéaume, S. Simard, A. Strati

LES FAITS

CHXX-FM (Vibe 100.9, Québec) est une station de radio francophone qui diffuse les grands succès de la musique pop. Elle vise principalement un auditoire francophone, mais diffuse des chansons de langues anglaise et française.

Le 7 décembre 2021, une auditrice anglophone a envoyé au CCNR une lettre lui posant des questions sur la diffusion de mots grossiers dans les chansons anglophones au Québec et lui expliquant que ses jeunes enfants entendaient un langage violent, vulgaire et à caractère sexuel lorsqu’ils écoutaient la radio en voiture. Le CCNR a demandé à la plaignante des exemples précis pour pouvoir donner suite à sa plainte, et celle-ci a fourni des détails les 7 et 17 janvier 2022.

Le 6 janvier 2022 entre 16 h et 17 h, la station a diffusé pendant l’émission Les hits sur demande les versions non modifiées des chansons anglophones That’s What I Want de Lil Nas X, Just Look Up d’Ariana Grande et Kid Cudi, et abcdefu de Gayle. La chanson That’s What I Want reprend deux fois le refrain That’s what I fucking want, la chanson Just Look Up contient les paroles Get your head out of your ass/Listen to the goddamn qualified scientists/We really fucked it up, fucked it up this time, et la chanson abcdefu comprend plusieurs mots grossiers :

Fuck you and your mom and your sister and your job

And your broke-ass car and that shit you call art

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

I swear I meant to mean the best when it ended

Even tried to bite my tongue when you start shit

Now you're textin' all my friends asking questions

They never even liked you in the first place

Dated a girl that I hate for the attention

She only made it two days, what a connection

It's like you'd do anything for my affection

You're goin' all about it in the worst ways

 

I was into you, but I'm over it now

And I was tryin' to be nice

But nothing's getting through, so let me spell it out

 

A-B-C-D-E, F-U

And your mom and your sister and your job

And your broke-ass car and that shit you call art

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

Nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah

A-B-C-D-E, F-U

 

You said you just needed space and so I gave it

When I had nothin' to say you couldn't take it

Told everyone I'm a bitch, so I became it

Always had to put yourself above me

 

I was into you, but I'm over it now

And I was tryin' to be nice

But nothing's getting through, so let me spell it out

 

A-B-C-D-E, F-U

And your mom and your sister and your job

And your craigslist couch and the way your voice sounds

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

Nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah

A-B-C-D-E, F-U

Nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah

A-B-C-D-E, F-U

 

And your mom and your sister and your job

And your broke-ass car and that shit you call art

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

Le 17 janvier, CHXX-FM a rediffusé pendant l’émission La Vibe du matin, à 8 h, la chanson abcdefu de Gayle. Elle a aussi diffusé la chanson francophone de FouKi, Gayé, qui compte cinq fuck et un « ʼostie ».

Les animateurs ont aussi diffusé un extrait d’une nouvelle chanson d’Alicia Moffet comprenant le mot fuck et discuté de cette chanson en répétant ce mot. (La transcription complète de toutes les chansons et du dialogue pertinent se trouve à l’annexe A.)

Le radiodiffuseur a répondu à la plaignante le 10 février. Il a souligné que la station « est une station francophone visant principalement un auditoire francophone et que l’utilisation du mot "fuck" n’a pas la même connotation en français et en anglais. » La station a cité l’encyclopédie en ligne Wikipédia et une ancienne décision du CCNR pour soutenir son argument. Par ailleurs, le radiodiffuseur a maintenu que l’utilisation du mot fuck était occasionnelle dans That’s What I Want et qu’elle ne visait pas à insulter une personne donnée. Quant à la chanson abcdefu, la station a aussi fait valoir qu’elle reflétait les émotions de la chanteuse et qu’elle souhaitait « préserver l’intégrité de l’œuvre ». La station note aussi que la chanson figure à plusieurs palmarès.

La plaignante a déposé sa demande de décision le 22 février. Elle n’est pas d’accord avec la station. Elle reconnaît que le mot fuck n’a pas la même connotation en français, mais estime que le contenu dans le présent contexte est de langue anglaise. Elle suggère que le radiodiffuseur diffuse les versions créées pour la radio, c’est-à-dire celles qui excluent les mots grossiers. (Le texte de toute la correspondance se trouve à l’annexe B.)

LA DÉCISION

Le comité décideur francophone a étudié la plainte à la lumière de l’article 9 (Radiodiffusion) du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) :

Reconnaissant que la radio est un média local et qu’il reflète par conséquent les normes de la collectivité desservie, les émissions diffusées aux ondes d’une station de radio locale doivent tenir compte de l’accès généralement reconnu à la programmation qui est disponible sur le marché, de la répartition démographique de l’auditoire de la station et de la formule empruntée par la station. Dans ce contexte, les radiodiffuseurs prendront un soin particulier de veiller à ce que les émissions diffusées à l’antenne de leurs stations ne comprennent pas :

[...]

c) du langage qui est indûment grossier et injurieux.

Les membres du comité décideur ont lu toute la correspondance afférente et écouté les émissions en question. Le comité conclut que la diffusion en matinée et en après-midi de la chanson non expurgée abcdefu de Gayle a enfreint l’article 9(c) du Code de déontologie, mais la diffusion des autres chansons et que la courte discussion entre les animateurs n’ont pas enfreint le code.

Les questions soumises au comité sont les suivantes.

1) Le CCNR doit-il traiter des chansons anglophones diffusées à l’antenne des stations francophones comme des émissions anglophones? Si oui, faut-il considérer que la diffusion du mot fuck et de ses variantes constitue une violation de l’article 9 du Code de déontologie de l’ACR? Si non, après évaluation de chaque chanson et de chaque segment à la lumière des critères énoncés précédemment par le CCNR, la diffusion dans le cas présent du mot fuck et de ses variantes constitue-t-elle une violation de l’article 9 du Code de déontologie de l’ACR?

Il importe à priori de préciser le sens que le CCNR a toujours donné à l’adverbe « indûment » utilisé dans l’article 9 (Radiodiffusion) du Code de déontologie de l’ACR. En effet, le CCNR a précisé par le passé que le langage grossier ne devait pas être diffusé à la radio au cours de la journée ou tôt en soirée, même si l’article du code concernant la radio ne précise pas d’heure exacte comme le fait l’article concernant la télévision qui fixe la plage des heures critiques de 21 h à 6 h.

De plus, le CCNR a établi que ni la popularité, ni la réception critique d’une chanson ou d’un artiste n’influençait ses décisions relatives à la mise à l’horaire d’un langage inapproprié1. Qui plus est, le CCNR a expliqué que « l’âge de la chanson "n’épargnera" pas, à lui seul, une chanson mise en cause, mais il reconnaît que c’est un des facteurs dont il faut tenir compte » et que les prix accordés à une chanson n’étaient pas un motif suffisant pour rendre une chanson acceptable.

En outre, le Comité est d’avis que même si un mot offensant ait pu être acceptable en 1985 ou en 1995, cela ne veut pas dire qu’il le sera toujours en 2010, 2025 ou en 2050. Et, le Comité tient à ajouter que les prix remportés par une chanson ne déterminent pas non plus si elle est apte à passer sur les ondes2.

Par ailleurs, la diffusion du mot fuck dans des émissions de langue française diffusées au cours de la journée ou tôt en soirée a été considérée pendant des années comme une violation du code3.

En 2016, dans MusiquePlus concernant CTRL (Décision CCNR 15/16-0367, 19 octobre 2016), le CCNR s’est prononcé sur l’utilisation du mot fuck dans le contexte d’une émission télévisuelle francophone. Dans cette décision, le comité décideur a étudié une émission diffusée à midi au cours de laquelle trois jeunes animateurs adultes avaient présenté des vidéos provenant de YouTube ou d’autres sites de partage multimédia et en avaient fait une critique humoristique. L’épisode en question contenait deux fois le mot fuck ainsi que des images et des commentaires de nature sexuelle. La plaignante a soutenu que le contenu de cet épisode était inapproprié à cette heure de la journée. Le CCNR a modifié ses déclarations précédentes concernant l’emploi du mot fuck dans une émission de langue française et conclu qu’il n’y avait pas de contenu réservé à un auditoire adulte exigeant une diffusion après 21 h :

Bien que le CCNR ait déterminé dans des décisions antérieures que le mot fuck constituait du langage « pour adultes », même dans une émission francophone, les membres du comité décideur notent que, tout d’abord en français le mot « fuck » n’a pas la même connotation vulgaire qu’en anglais et ensuite, que le langage évolue et qu’il faut y voir le reflet de la société actuelle. Le comité décideur est donc d’avis qu’il vaudrait mieux désormais insister auprès des télédiffuseurs pour qu’ils fournissent les mises en garde appropriées à l’auditoire et la classification correcte des émissions plutôt que cibler l’utilisation occasionnelle de langage vernaculaire.

Les membres du comité décideur en sont donc arrivés à la conclusion que l’utilisation du mot anglais fuck, à certaines conditions, n’enfreindra plus l’article 10 du Code de déontologie de l’ACR. Premièrement, la langue principale de l’émission doit être le français, car, en français, le mot « fuck » n’a pas la connotation vulgaire qu’il peut avoir en anglais ; deuxièmement, il faut que l’utilisation du mot soit occasionnelle; et, troisièmement, le mot ne doit pas être utilisé pour insulter ou attaquer un individu ou groupe. Si une émission répond à ces trois critères, il est probable que le CCNR ne conclura pas à une violation de l’article 10.

Le CCNR a appliqué les principes énoncés dans MusiquePlus (2016) à la décision CJMF-FM et CKOB-FM concernant Doc Mailloux et Josey (Décision CCNR 16/17-0491 et -1305, 30 janvier 2018). Dans cette décision, le comité décideur a étudié trois épisodes d’une tribune téléphonique animée par le psychiatre « Doc » Mailloux et diffusée de 9 h 30 à 11 h, du lundi au vendredi. Pour la première diffusion, le comité décideur a conclu que l’utilisation répétée du mot fuck (23 fois pendant une émission du matin d’une durée d’une heure trente) avait enfreint l’article 9 (Radiodiffusion) du Code de déontologie de l’ACR. En effet, les animateurs avaient fait entendre à répétition l’extrait du discours de remerciement d’une chanteuse à un gala de l’ADISQ dans lequel celle-ci utilisait le mot fuck. Dans un autre épisode, la phrase « Je suis fucké » a été a diffusée à deux reprises. Dans ce contexte, le comité décideur a conclu que cette utilisation occasionnelle satisfaisait aux critères établis dans la décision MusiquePlus (2016) concernant le mot fuck dans le cadre d’une émission francophone et qu’il n’y avait pas de violation du code.

Le CCNR a fourni de plus amples explications sur la décision MusiquePlus (2016) dans CKOI-FM concernant des commentaires diffusés dans Les poids lourds du retour et Radio P-Y (Décision CCNR 16/17-1283, 7 novembre 2017). Dans cette décision, le comité décideur a étudié deux émissions radiophoniques francophones dans lesquelles les animateurs avaient diffusé des propos d’artistes anglophones comprenant le mot fuck. La première avait fait entendre le discours de Madonna lors de la Marche des femmes de Washington, au lendemain de l’assermentation du président des États-Unis Donald Trump, dans lequel la chanteuse disait : « And to our detractors that insist that this march will never add up to anything … fuck you. » Les animateurs avaient alors commenté la signification politique de ce discours. Dans la seconde, une auditrice avait demandé à l’animateur de diffuser une chanson de Green Day et ce dernier avait diffusé l’extrait d’un concert dans lequel le chanteur de Green Day, Bille Joe Armstrong, disait : « What the fuck? I’m not fucking Justin Bieber, you motherfuckers! » Le comité décideur a alors appliqué les principes de la décision MusiquePlus (2016) et n’a constaté aucune violation.

Les membres du comité décideur relèvent tout d’abord le fait que dans les deux cas, le mot fuck était utilisé sous forme de citations alors que les animateurs discutaient des propos tenus par des tiers.

Dans le cas de Madonna, il s’agissait d’un discours politique prononcé dans le cadre de la marche des femmes sur Washington dans les jours qui ont suivi l’assermentation de Donald Trump comme président des États-Unis. Cette marche des femmes s’est reproduite le même jour dans plus de 600 manifestations semblables à travers le monde et les membres du comité conviennent qu’il s’agit là d’un évènement d’un intérêt public évident. Faire entendre des extraits du discours de Madonna était aussi d’intérêt public.

[...]

Les membres du comité décideur rappellent qu’en français l’utilisation du mot fuck n’a pas la même connotation vulgaire qu’en anglais et concluent que la diffusion d’un extrait du discours de Madonna est conforme aux critères énumérés ci-dessus, à savoir : la langue principale de l’émission est le français; l’utilisation de mot fuck est occasionnelle et le mot n’a pas été utilisé pour insulter un individu en particulier. Il n’y a donc pas de violation de l’article 9(c) du Code de déontologie de l’ACR.

Dans le deuxième cas, soit l’émission du 25 mars 2017 animée par Pierre-Yves Lord, avant de faire jouer la chanson « Holiday » pour répondre à la demande spéciale d’une auditrice, l’animateur a inséré un court extrait du spectacle du groupe Green Day et de son chanteur vedette Billie Joe Armstrong dans lequel on peut entendre le mot fuck.

Encore une fois les membres du comité décideur rappellent les critères élaborés dans la décision MusiquePlus citée ci-dessus et concluent que le diffuseur n’a pas violé les dispositions de l’article 9(c) du Code de déontologie de l’ACR.

Dans le cas présent, le comité décideur estime que les radiodiffuseurs doivent prôner l’utilisation d’un bon parler, que celui-ci soit francophone ou anglophone, aux heures de grande écoute, ce qui est certainement l’objectif de l’article du code en question. Toutefois, le CCNR a clairement reconnu dans sa décision MusiquePlus (2016) « que, tout d’abord en français le mot "fuck" n’a pas la même connotation vulgaire qu’en anglais et ensuite, que le langage évolue et qu’il faut y voir le reflet de la société actuelle. »

La première question soumise au comité décideur consistait à savoir si la diffusion d’une chanson anglophone par une station radiophonique francophone devait être considérée comme une émission anglophone intégrée à la programmation de la station francophone. Le comité décideur est d’avis que la langue principale de la station est le français puisque CHXX-FM a été autorisée par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) comme une station de radio commerciale de langue française. Le fait que la station diffuse bon nombre de chansons en anglais ne change rien au fait que sa langue principale est le français. Il serait très difficile de gérer la politique du CCNR sur le langage grossier ou injurieux entendu sur les ondes des stations radiophoniques francophones si chaque chanson anglophone diffusée devait être traitée comme une émission individuelle. Le CRTC permet aux stations radiophoniques francophones de diffuser des chansons anglophones sans que cela ne change la nature de leur entreprise. Le comité décideur est d’avis qu’il devrait traiter la station de la même façon.

Le comité décideur a conclu que les chansons anglophones diffusées par les stations francophones ne constituaient pas des émissions anglophones, il s’est alors penché sur la question de la conformité aux critères établis dans la décision MusiquePlus de l’utilisation du mot fuck dans les diverses chansons examinées, à savoir :

À la lumière des critères ci-dessus, le comité décideur conclut que la diffusion des chansons anglophones contenant le mot fuck, soit That’s What I Want de Lil Nas X et Just Look Up d’Ariana Grande et Kid Cudi, n’a pas enfreint pas l’article 9 (Radiodiffusion) du Code de déontologie de l’ACR, car ces chansons respectent les trois critères établis dans la décision MusiquePlus. Par ailleurs, le comité note que la station a diffusé la version expurgée de plusieurs mots grossiers, y compris fuck, de la chanson Edamame du rappeur canadien bbno$ le 6 janvier, ainsi que la version de la chanson Savage Love de Jawsh 685 dans laquelle le mot fuck a été supprimé trois fois le 17 janvier 2022. Autrement dit, la station ne choisit pas systématiquement de diffuser des chansons anglophones contenant du langage grossier ou injurieux.

Nonobstant le fait que le comité décideur approuve la prémisse voulant que la société évolue et que les décisions du CCNR doivent respecter cette évolution, tel qu’indiqué précédemment, le comité estime important de prôner l’utilisation d’un bon parler à la radio. Lorsque l’utilisation de certains mots grossiers ou injurieux anglophones ou francophones est inévitable, il faudrait le reconnaître en ondes et soit s’excuser, soit au moins prévenir l’auditoire afin de lui permettre de choisir d’écouter ou non ce contenu.

En l’occurrence, le comité a du mal à discerner les motifs pour lesquels la station a choisi dans certains cas de diffuser des chansons anglophones avec ou sans le mot fuck. Il semble avoir une certaine incohérence à cet égard ou qu’il existe au minimum un certain flou artistique. Néanmoins, le comité décideur croit que la décision MusiquePlus a établi des barèmes utiles pour guider les radiodiffuseurs francophones lorsque le mot fuck est en jeu. Même si la musique d’une station radiophonique vise un auditoire plus jeune, il y a toujours un choix à exercer et le comité est d’avis que ce choix devrait toujours être de prôner l’utilisation d’un bon parler et d’être sensible aux attentes de l’auditoire, surtout aux heures de grande écoute, ce qui est certainement l’objectif du code en question.

Pour ce qui est de la chanson de Gayle, abcdefu, les membres du comité décideur concluent que sa diffusion les 6 et 17 janvier 2022 aux heures de grande écoute a enfreint l’article 9 du Code de déontologie de l’ACR. Le comité décideur est d’avis que cette chanson ne respecte pas deux des critères établis dans la décision MusiquePlus, à savoir que l’utilisation du mot ne doit pas être fréquente et que le mot ne doit pas servir à insulter ou à attaquer une personne ou un groupe, même si la personne ou le groupe est hypothétique ou indéterminé. Le mot fuck revient neuf fois dans abcdefu et il vise de façon très agressive une série de personnes non identifiées. D’autres mots grossiers ou injurieux sont aussi utilisés :

Fuck you and your mom and your sister and your job

And your broke-ass car and that shit you call art

Fuck you and your friends that I’ll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off.

Enfin, le comité décideur note qu’il existe une version expurgée du mot fuck de la chanson abcdefu et que celle-ci pourrait être diffusée aux heures de grande écoute.

2) La chanson francophone Gayé de FouKi, qui comprend cinq fois le mot fuck et une fois le mot « ’ostie », enfreint-elle à ce titre l’article 9 (Radiodiffusion) du Code de déontologie de l’ACR?

Le CCNR a conclu pendant des années que la diffusion à la radio de mots grossiers français tels que « ʼostie », « tabarnac’ » et d’autres lors d’émissions durant la journée ou tôt en soirée constituait une violation du code. En 2018, il a modifié son interprétation du code pour ce type de contenu dans CHIK-FM concernant Dupont le matin (Décision CCNR 16/17-1898, 28 mars 2018). Dans ce cas précis, il n’a pas conclu que la diffusion de la phrase « on s’en calisse » constituait une violation, car celle-ci n’avait été employée qu’une fois et que le contexte permettait de conclure que cela n’avait pas excédé le niveau de tolérance acceptable de langage grossier ou injurieux.

[…] l’utilisation du juron n’avait pas une dimension religieuse et que l’expression « on s’en calice » ne constituait pas un enchaînement de sacres. Le comité croit plutôt que cette expression s’est intégrée au langage populaire et a même pris la forme d’un verbe communément utilisé pour remplacer l’expression « on s’en fout ». Dans ce contexte, on estime que l’utilisation de cette expression pour décrire l’insouciance des autorités à l’égard des dommages causés aux maisons par la décision de couper l’électricité, si on lui applique le critère des « normes collectives larges », n’a pas excédé le niveau de tolérance acceptable pour le langage injurieux.

Le comité décideur est sensible au fait que l’utilisation de certains jurons ne doit pas être faite à outrance. Et certes, cette décision n’encourage aucunement l’utilisation de langage grossier ou injurieux surtout aux heures où les enfants peuvent être à l’écoute. Toutefois, on estime que l’évolution du langage courant peut influencer l’interprétation du code et que, dans ce contexte en particulier, l’animateur n’a pas excédé le niveau de tolérance acceptable pour le langage injurieux. En l’instance, plusieurs facteurs ont été pris en compte, y compris : la fréquence de l’utilisation du juron; s’il y a eu utilisation gratuite du juron; l’utilisation du juron ou l’expression dans le langage populaire surtout lorsqu’on applique le critère des « normes collectives larges »; à savoir si un groupe ou individu est ciblé. […] Il estime qu’en général les animateurs devraient éviter l’utilisation de jurons et qu’il serait souhaitable, lorsqu’un animateur utilise du langage grossier, qu’il le reconnaisse immédiatement ou peu après et s’excuse en ondes auprès de son auditoire.

Le comité décideur conclut que la diffusion de la chanson francophone Gayé de FouKi respecte les critères établis dans les décisions MusiquePlus et CHIK-FM citées ci-dessus et qu’elle n’enfreint donc pas l’article 9 (Radiodiffusion) du Code de déontologie de l’ACR.

Réceptivité du radiodiffuseur

Dans toutes les décisions rendues par le CCNR, ses comités évaluent dans quelle mesure le radiodiffuseur s’est montré réceptif envers le plaignant. Bien que le radiodiffuseur ne soit certes pas obligé de partager l’opinion du plaignant, sa réponse doit être courtoise, réfléchie et complète. Dans la présente affaire, CHXX-FM a répondu aux préoccupations de la plaignante et offert son point de vue quant au choix des chansons diffusées par la station. Ce radiodiffuseur ayant rempli son obligation de se montrer réceptif, il n’y a pas lieu d’en exiger davantage de sa part, sauf pour l’annonce de cette décision.

ANNONCE DE LA DÉCISION

CHXX-FM est tenu : 1) de faire connaître la présente décision selon les conditions suivantes : une fois pendant les heures de grande écoute, dans un délai de trois jours suivant sa publication, et une autre fois dans un délai de sept jours suivant sa publication, dans le même créneau horaire que Les hits sur demande, et une autre fois pendant La Vibe du matin, mais pas le même jour que la première annonce, 2) de faire parvenir à la plaignante qui a présenté la demande de décision, dans les quatorze jours suivant la diffusion des deux annonces, une confirmation écrite de son exécution et 3) au même moment, de faire parvenir au CCNR copie de cette confirmation accompagnée du fichier-témoin attestant la diffusion des deux annonces, qui seront formulées comme suit :

Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision a jugé que CHXX-FM avait enfreint le Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs pour avoir diffusé pendant la journée une chanson comprenant plusieurs exemples d’un mot grossier. La Vibe avait diffusé cette chanson les 6 et 17 janvier 2022.

La présente décision devient un document public dès sa publication par le Conseil canadien des normes de la radiotélévision.

1 CJKR-FM concernant la chanson « Highway Girl (Live) » de The Tragically Hip (Décision CCNR 00/01-0832, 14 janvier 2002)

2 Réexamen de la décision rendue par le Comité régional de l’Atlantique dans CHOZ-FM concernant la chanson « Money for Nothing » de Dire Straits (Réexamen de la décision 09/10-0818, 17 mai 2011)

3 CJMF-FM concernant des commentaires faits dans le cadre d’un épisode de Le trio de l’enfer (Décision CCNR 04/05-0761, 24 octobre 2005); CKAC-AM concernant un épisode de Doc Mailloux (Décision CCNR 05/06-0642, 3 février 2006); CKAC-AM concernant un épisode de Doc Mailloux (Sexualité adolescente) (Décision CCNR 05/06-1104, 30 juin 2006); CKAC-AM concernant un épisode du Doc Mailloux (Difficultés financières) (Décision CCNR 05/06-1405, 11 décembre 2006); CKAC-AM concernant un épisode du Doc Mailloux (Sans enfants) (Décision CCNR 05/06-1671, 11 décembre 2006); CKAC-AM concernant Doc Mailloux (six épisodes) (Décision CCNR 06/07-0168 et -0266, 23 août 2007); CHMP-FM concernant une séquence dans le cadre de Le journal du midi (Décision CCNR 07/08-0553, 7 avril 2008); TQS concernant un épisode de Scrap Metal (Décision CCNR 08/09-1711, 11 août 2009); CHOI-FM concernant Dupont le midi (suicide) (Décision CCNR 08/09-2041 et 09/10-1462, 23 septembre 2010); CHOI-FM concernant Dupont le midi (organismes communautaires) (Décision CCNR 08/09-1506, 23 septembre 2010); CHOI-FM concernant Dupont le midi (Haïti) (Décision CCNR 09/10-0854, 23 septembre 2010) ; CHOI-FM concernant Dupont le midi (patinage artistique) (Décision CCNR 09/10-1257 et -1260, 23 septembre 2010); TVA concernant La série Montréal-Québec (Décision CCNR 10/11-0781, 14 juillet 2011); MusiquePlus concernant Cliptoman (Décision CCNR 12/13-0387, 3 juin 2013); CHOI-FM concernant Dupont le midi (policiers) (Décision CCNR 13/14-1582, 14 mai 2014); et CHOI-FM concernant Le show du matin (cyclistes) (Décision CCNR 14/15-0563+, 15 juillet 2015)

ANNEXE A

Les hits sur demande

6 janvier 2022 à 16 h

L’animatrice invite les auditeurs à faire des demandes de chansons. Entre 16 h et 17 h, Vibe diffuse 16 chansons, dont 13 en anglais et 3 en français. Trois des chansons anglaises contiennent les mots grossiers.

« That’s What I Want » par Lil Nas X

One, two, three, four

Need a boy who can cuddle with me all night

Keep me warm, love me long, be my sunlight

Tell me lies, we can argue, we can fight

Yeah, we did it before, but we'll do it tonight

An afro, Black boy with the gold teeth

With dark skin, looking at me like he know me

I wonder if he got the G or the B

Let me find out and see, he coming over to me, yeah

 

These days, I'm way too lonely

I'm missing out, I know

These days, I'm way too alone

And I'm known for giving love away, but

I want

Someone to love me

I need

Someone who needs me

'Cause it don't feel right when it's late at night

And it's just me in my dreams

So I want

Someone to love, that's what I fucking want

 

Look, you know it's harder to find in these times

But I got nothing but love on my mind

I need a baby while I’m in my prime

Need an adversary to my down and weary

Like, tell me, "That's life" when I'm stressing at night

Be like, "You'll be okay" and, "Everything's all right," uh

Love me or nothing, 'cause I'm not wanting anything

But your loving, your body, and a little bit of your brain

 

These days, I'm way too lonely

I'm missing out, I know

These days, I'm way too alone

And I'm known for giving love away, but

I want

Someone to love me

I need

Someone who needs me

'Cause it don't feel right when it's late at night

And it's just me in my dreams

So I want

Someone to love, that's what I fucking want

Cette chanson est immédiatement suivie par « Edamame » par le rappeur canadien bbno$, mais dans ce casci, Vibe diffuse la version modifiée où les mots grossiers ont été supprimés.

 

« abcdefu » par Gayle

Fuck you and your mom and your sister and your job

And your broke-ass car and that shit you call art

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

I swear I meant to mean the best when it ended

Even tried to bite my tongue when you start shit

Now you're textin' all my friends asking questions

They never even liked you in the first place

Dated a girl that I hate for the attention

She only made it two days, what a connection

It's like you'd do anything for my affection

You're goin' all about it in the worst ways

 

I was into you, but I'm over it now

And I was tryin' to be nice

But nothing's getting through, so let me spell it out

 

A-B-C-D-E, F-U

And your mom and your sister and your job

And your broke-ass car and that shit you call art

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

Nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah

A-B-C-D-E, F-U

 

You said you just needed space and so I gave it

When I had nothin' to say you couldn't take it

Told everyone I'm a bitch, so I became it

Always had to put yourself above me

 

I was into you, but I'm over it now

And I was tryin' to be nice

But nothing's getting through, so let me spell it out

 

A-B-C-D-E, F-U

And your mom and your sister and your job

And your craigslist couch and the way your voice sounds

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

Nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah

A-B-C-D-E, F-U

Nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah

A-B-C-D-E, F-U

 

And your mom and your sister and your job

And your broke-ass car and that shit you call art

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

« Just Look Up » par Ariana Grande et Kid Cudi

We knew no bounds

Fell at the speed of sound

Ridin' against all odds, but soon against ourselves

You haunted every memory

With no goodbyes, all bad for me

Your pride put out the fire in our flames

 

Then just one look is all it takes

I feel your eyes, they're locked on every part of me

And then my dumb heart says

 

Just look up

There is no place to hide

True love doesn't die

It holds on tight and never lets you go

Just look up

You cannot deny the signs

What you've waited for

Don't wait no more

It's right up above you

Just look up

 

Know I let you down, a ni’ can't deny it (uh-huh)

And there's so much I could lose it and, yes, that matters (yeah)

I've been dealin' with madness (yo)

Wasn't the man you needed (hmm)

You dealin' with sadness, truthfully, it's all on me (hmm)

And I'm sorry, my love (uh, uh)

I'ma heal your heart, I'll hold it in my hand (ooh, yeah)

Time is oh so precious, we don't really have much left now (ooh)

Take my hand, baby (yeah), never leave you, Riley

 

Look up, what he's really trying to say

Is get your head out of your ass

Listen to the goddamn qualified scientists

We really fucked it up, fucked it up this time

It's so close, I can feel the heat big time

And you can act like everything is alright

But this is probably happening in real time

Celebrate or cry or pray, whatever it takes

To get you through the mess we made

'Cause tomorrow may never come

 

Just look up

Turn off that shit-box News

'Cause you're about to die soon everybody

Ooh, I, oh, I

Look up

Here it comes

I'm so glad I'm here with you forever

In your arms

La Vibe du matin

17 janvier 2022 à 8 h

L’émission du matin est animée par Camille Felton et Patrice Nadeau. Entre 8 h et 9 h, on diffuse une chanson anglaise qui contient le mot « fuck » et une chanson française qui contient les mots « fuck » et « ʼostie ». Il y a aussi un segment pendant lequel les animateurs discutent d’une chanson anglaise qui contient le mot « fuck »; on en joue un extrait où le mot est répété.

« abcdefu » par Gayle

Fuck you and your mom and your sister and your job

And your broke-ass car and that shit you call art

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

I swear I meant to mean the best when it ended

Even tried to bite my tongue when you start shit

Now you're textin' all my friends asking questions

They never even liked you in the first place

Dated a girl that I hate for the attention

She only made it two days, what a connection

It's like you'd do anything for my affection

You're goin' all about it in the worst ways

 

I was into you, but I'm over it now

And I was tryin' to be nice

But nothing's getting through, so let me spell it out

 

A-B-C-D-E, F-U

And your mom and your sister and your job

And your broke-ass car and that shit you call art

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

Nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah

A-B-C-D-E, F-U

 

You said you just needed space and so I gave it

When I had nothin' to say you couldn't take it

Told everyone I'm a bitch, so I became it

Always had to put yourself above me

 

I was into you, but I'm over it now

And I was tryin' to be nice

But nothing's getting through, so let me spell it out

 

A-B-C-D-E, F-U

And your mom and your sister and your job

And your craigslist couch and the way your voice sounds

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

Nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah

A-B-C-D-E, F-U

Nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah, nah

A-B-C-D-E, F-U

 

And your mom and your sister and your job

And your broke-ass car and that shit you call art

Fuck you and your friends that I'll never see again

Everybody but your dog, you can all fuck off

 

0:10:38 même version de « Edamame » par bbno$ notée ci-dessus

« Gayé » par FouKi

On est gayés

On est prayés

On est batés

On a fumé toute la journée

On est buzzés

On est poqués

On est gayés gayés, gayés gayés

On est gayayayayés

On est gayayayayés

On est gayayayayés

On est gayayayayés

Yeah

On l'a fait à jeun, mais aussi ben trop high

On l'a fait dans chambre, dans l'fond, dans toute la caille

Ca-café clope, splif matinal

Bla-bla a lot qu'on en perd le time

Une p'tite chandelle à l'odeur d'abricot

Un bon massage avec d'la crème Aveeno

Cinq minutes plus tard pis j'insère l'coquelicot

Même si ça finit, moi, j'veux qu'on reste amigo

On a buy un sept, j'en ai puffé cinq

On a parlé sexe, j'lui ai pris les deux seins

Des fois, j't'un timbré, yeah

J'te send des becs, fuck t'envoyer des timbres, nah

Fais pas la baboune (ah)

Deux, trois pis tu r'prends la forme

Taffer d'vant la fenêtre, ti bedo

Konyin d'vant l'Seigneur des anneaux, mais

Oh, mama mia

Pourquoi j'ai pas les cojones pour te dire "te quiero"

Te quiero, te quiero

Te quiero, te quiero

Mamacita

S'te plaît, girl, enlève ton chandail

Aweille, hop dans robe de chambre

Même si c'pas ta teille, on pop le champagne

Même si c'est pas ton dank, on puffe le chanvre

Yeah

Always on my mind quand j'perds le boute

Always on my mind même si j'perds des boutes

Always on my mind quand j'me vide les couilles

Chacun sur son grind, mais on s'serre les coudes

Tant qu'la vie est belle

Même sans billets verts

J'ai pas l'goût d'me plaindre, mais

J'ai pas l'goût d'me taire

On est gayés

On est prayés

On est batés

On a fumé toute la journée

On est buzzés

On est poqués

On est gayés gayés (yeah), gayés gayés (yeah)

On est gayayayayés

On est gayayayayés

On est gayayayayés

On est gayayayayés

Yeah

J'pourrais rester sobre, mais vag, faut qu'j'consomme

On n'est pas pressés, mais on cale en mongole

On sait bien s'tenir, on s'fout de comment on s'comporte

On est tous wild, on est des "vagabongars"

Chug tout' en deux s'condes, yeah

Puff tout' en un cône

On n'a pas b'soin d'décompte, non

Il n'a zéro stress quand qu'on fait les cons

Bin trop high su'l bord d'la plage

Checke mes shorts, y ont des motifs de vaches, I mean

Trop soin, man, beaucoup trop swag

Ostie qu'on est bin quand on baigne dans l'lac

Pop une molly pendant qu'j'pop le champagne

Fuck les gougounes, chu nu-pieds quand j'me gambade

Fuck la bebine, moi, j'veux qu'on boive du bon vin

Si j'prends une photo, j'veux être avec un dauphin

Soleil, soleil, j'veux du soleil

Fuck le sommeil, j'veux griller en bedaine

Fuck le pollen

J'prends des p'tites pilules pour les allergies, fait qu'y n'a pas d'problème

Tant qu'la vie est belle

Même sans billets verts

J'ai pas l'goût d'me plaindre, mais

J'ai pas l'goût d'me taire

On est gayés

On est prayés

On est batés

On a fumé toute la journée

On est buzzés

On est poqués

On est gayés gayés, gayés gayés

On est gayayayayés (oh gayé-és)

On est gayayayayés (oh gayé-és)

On est gayayayayés (oh gayé-és)

On est gayayayayés

Yeah

Felton : Maintenant, côté, euh, actualité culturelle. On parle d’Alicia Moffet –

Nadeau : Oui!

Felton : – qui vient de sortir un tout nouvel, euh, tout nouvel extrait d’une nouvelle chanson, même « Lullaby ».

Nadeau : Eille, ça marche pas à part de ça là.

Felton : Eille, my god. Chanson qui envoie promener ses détracteurs. Euh, d’ailleurs je vous invite d’aller l’écouter surtout la demander ici même à Vibe au 418-670-1009.

Nadeau : Elle veut jouer, sortir le, le, voyons –

Felton : La bon extrait [sic].

Nadeau : Maudit ordi à matin! [Felton rit]

extrait de la chanson :

Fuck you and you and you

You think you’re so cool

Like you’ve done something new

You spend your whole ....

Nadeau: Ça, ça va être un hit ailleurs qu’au Québec, hein?

Felton : Oh c’est clair. Mais on sait pas c’est qui qu’elle envoie promener, hein, quand elle dit « fuck you and you and you ». Mais en même temps, on puisse en douter avec la saga qu’elle a eue avec les influenceurs au cours des dernières semaines. D’après moi, c’est concentré sur l’écriture de cette chanson-là. Qui va assurément devenir un hit.

On diffuse la chanson « Savage Love » par Jawsh 685 où trois occurrences du mot « fuck » sont supprimées.

ANNEXE B

La plainte

Le CCNR a reçu la plainte suivante par l’entremise de son formulaire web le 7 décembre 2021 :

Hello, I have a question regarding the censuring [sic] of vulgar English lyrics in Québec. Are there any laws or codes that govern this in Quebec? It seems radio stations have no obligation to censor violent, sexual, or vulgar language (example, fuck, pussy, ...) and so my 4 year and 2 year old get to hear this stuff on the way to daycare. Any information would be greatly appreciated.

[traduction

Bonjour, j’ai une question concernant la censure des textes vulgaires de chansons anglophones diffusées au Québec. N’y a-t-il pas de lois ou de codes à ce sujet au Québec? Il semble que les stations de radio n’aient aucune obligation de censurer le langage violent, vulgaire ou à caractère sexuel (par exemple fuck, pussy) auquel mes enfants de 4 et 2 ans sont exposés pendant le trajet vers la garderie. J’apprécierais beaucoup avoir des informations à ce sujet.]

La plaignante a déposé une plainte au CRTC le même jour :

Hello,

I am an anglophone living in Lévis, Québec. I have two children, a 4 year old and a 2 year old. In the morning I often turn on the radio (for example 100.9) and I've noticed that obscene language is not censored in English. It is extremely upsetting with children in the car in the morning to hear lyrics like "pussy clean delicious" - The Business by Tiesto or "I’m gonna fuck it up" - Stay, Justin Bieber ... isn't it against the law to broadcast vulgar language like this? Is it not a law in Québec? Thank you, you can call or email, whatever is easiest.

[traduction

Bonjour,

Je suis une anglophone de Lévis, Québec. J’ai deux enfants âgés respectivement de 4 et 2 ans. J’écoute souvent la radio le matin (par exemple 100.9) et je remarque que le langage obscène ne fait pas l’objet d’une censure en anglais. En présence d’enfants dans la voiture le matin, c’est très perturbant d’entendre des textes comme « pussy clean delicious » - The Business de Tiesto ou « I’m gonna fuck it up » - Stay de Justin Bieber. N’est-il pas illégal de diffuser ce type de langage vulgaire? N’y atil pas une loi au Québec à ce sujet? Merci. Vous pouvez communiquer avec moi par poste ou par courriel.]

Le CCNR a répondu le 21 décembre :

The Canadian Broadcast Standards Council (CBSC) has received your message about songs with coarse language. One was submitted via the CBSC contact form and the other was forwarded to us from the CRTC.

In answer to your question, the Canadian Association of Broadcasters' (CAB) Code of Ethics contains a provision that states that radio broadcasters shall ensure that their programming does not contain "unduly coarse and offensive language". In interpreting this code, the CBSC has established that the English f-word shall not be broadcast in English-language programming during times of the day when children could be listening (the precise hours have never been defined for radio as they have for television). Other swear words have been deemed acceptable at any time of day, though it does depend on frequency and context.

For French-language programming, there is more latitude in the use of English swear words, since they do not have the same connotation when used by Francophones when speaking French.

If you have heard content that concerns you, please submit a complaint using the complaint form on the CBSC website.

Note that broadcasters are only required to keep copies of their programming for 28 days after the broadcast, so please submit the required additional details within that timeframe.

I have put your complaint on hold while we wait for further information from you.

[traduction

Le Conseil canadien des normes de radiotélévision (CCNR) a reçu vos messages au sujet de chansons comportant un langage grossier. L’un a été transmis au moyen du formulaire de contact du CCNR et l’autre nous a été envoyé par le CRTC.

En réponse à votre question, le Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) prévoit que les radiodiffuseurs doivent veiller à ce que leur programmation ne contienne pas de langage « indûment grossier et injurieux ». Dans son interprétation de ce code, le CCNR a décidé que le mot anglais F ne devait pas être diffusé lors d’émissions de langue anglaise pendant la journée lorsque des enfants pourraient être à l’écoute (les heures précises n’ont jamais été fixées pour la radio, alors qu’elles l’ont été pour la télévision). D’autres gros mots ont été jugés acceptables sans de telles restrictions, bien que cela dépende de la fréquence et du conteste de leur utilisation.

Pour ce qui est de la programmation de langue française, il existe une certaine latitude relative à l’utilisation de gros mots de langue anglaise, parce que ceux-ci n’ont pas la même connotation lorsqu’ils sont prononcés par les francophones qui parlent français.

Si vous avez entendu un contenu qui vous préoccupe, veuillez déposer une plainte au moyen du formulaire prévu à cet effet sur le site web du CCNR.

Veuillez noter que les radiodiffuseurs doivent conserver une copie de leurs émissions pour une période de 28 jours à compter de leur diffusion; vous devrez donc fournir les détails demandés dans ce délai.

Je suspends pour l’instant votre plainte en attendant de recevoir d’autres informations de votre part.]

La plaignante a réécrit le 21 décembre :

Hello and thank you for the information. I very much appreciate your explanations. The issue I have is that so many songs heard on the radio, example 100.9 in Quebec City, contain the F word and other such terms. I tried a different station, 98.9 I believe it is, and right away I heard the word “osti” which is a French swear word. I’m 34. I’m really a very liberal parent, I rarely complain about anything, but I have to admit I feel a terrible culture shock listening to the profanity in the pop songs on the radio here. I have small children and it is so bizarre that I can’t even turn on the radio. I can guarantee that listening to 15 mins of music being played on 100.9, which is like a pop radio station, you will hear multiple f-words.

I just want to be certain I understand correctly. In Quebec, this is allowed?

Thank you and happy holidays!

[traduction

Bonjour. Merci des informations. J’apprécie beaucoup vos explications. Ma préoccupation est d’entendre à la radio, par exemple sur 100.9 à Québec, un si grand nombre de chansons qui comportent le mot F et d’autres gros mots. J’ai essayé une autre station, 98,9 je crois, et j’ai tout de suite entendu le mot « osti », qui est un juron en français. Je suis âgée de 34 ans, je suis une mère très tolérante et je me plains rarement, mais je dois admettre subir un véritable choc culturel en entendant les grossièretés que contiennent les chansons pop diffusées à la radio. J’ai de jeunes enfants et c’est très bizarre que je ne puisse même pas allumer la radio. Je vous assure que si vous écoutez ne serait-ce que 15 minutes la musique diffusée sur 100.9, une station de radio pop, vous entendrez le mot F plusieurs fois.

Tout ce que je demande est de bien comprendre. Cela est-il permis au Québec?

Merci et joyeuses Fêtes !]

Le CCNR a répondu le 29 décembre :

The Canadian Broadcast Standards Council has received your message.

French Broadcasters in Quebec are to adhere to the same codes as English Broadcasters across Canada therefore the same rules will apply.

An official complaint must provide the date, the time and the station that broadcast the program or segment a viewer found offensive.

Please submit a complaint through the complaint form on our website once you have found a segment containing the offensive language: https://www.cbsc.ca/make-a-complaint/ and we will process your complaint right away.

Note that broadcasters are only required to keep copies of their programming for 28 days after the broadcast, so please submit the required additional details within that timeframe.

[traduction

Le Conseil canadien des normes de radiotélévision a reçu votre message.

Les radiodiffuseurs de langue française du Québec doivent respecter les mêmes codes que les radiodiffuseurs de langue anglaise, les règles étant les mêmes dans l’ensemble du Canada.

Une plainte officielle doit indiquer la date et l’heure de l’émission ou des éléments de l’émission jugée offensante ainsi que le nom de la station qui l’a diffusée.

Veuillez déposer une plainte au moyen du formulaire à cet effet sur notre site web dès que vous pourrez préciser un élément de l’émission comportant un langage grossier : https://www.cbsc.ca/fr/déposer-une-plainte/ et nous traiterons votre demande sans délai.

Veuillez noter que les radiodiffuseurs doivent conserver une copie de leurs émissions pour une période de 28 jours à compter de leur diffusion; vous devrez donc fournir les détails demandés dans ce délai.]

La plaignante a réécrit le 7 janvier 2022 avec une plainte spécifique :

Station de télévision ou de radio : Vibe 100.9

Titre de l’émission : Song requests

Date de la diffusion de l’émission : 06/01/2022

Heure de l’émission : 4:00PM

Préoccupation précise :

Hello, coming home [from] daycare with my English speaking 2 year old and 4 year olds the songs we hear on the radio always contain profanity. I need to stop hearing the F word on the radio. At about 4:02 the song yells “that’s what I fucking want”. Is there any way to ban this word from the songs on the station? I wish it were just this station, it’s not. But this was what we were listening to today. Thanks for your help.

[traduction

Station de télévision ou de radio : Vibe 100.9

Titre de l’émission : Les chansons sur demande

Date de la diffusion de l’émission : 06/01/2022

Heure de l’émission : 16 h

Préoccupation précise :

Bonjour. En revenant de la garderie en compagnie de mes deux enfants de langue anglaise, âgés respectivement de 2 et 4 ans, les chansons que nous entendons à la radio contiennent toujours des grossièretés. Il faudrait qu’on cesse d’entendre le mot F à la radio. À environ 16 h 02, on a entendu chanter à tue-tête « that’s what I fucking want ». Existe-t-il un moyen de supprimer ce mot des chansons diffusées sur la station? Et encore, si la station était un cas isolé, mais non. Dans tous les cas, c’est ce que nous avons entendu aujourd’hui. Merci de votre aide.]

Elle a déposé une autre plainte spécifique le 17 janvier :

Station de télévision ou de radio : Vibe 100.9

Titre de l’émission : 8am music

Date de la diffusion de l’émission : 17/01/2022

Heure de l’émission : 8:00AM

Préoccupation précise :

Loading my kids into the running car and the radio was on. The words “fuck you” can be heard multiple times in a matter of minutes. I had to turn it off. This is not what Canadian airwaves should be. Thank you.

[traduction

Station de télévision ou de radio : Vibe 100.9

Titre de l’émission : musique à 8 h

Date de la diffusion de l’émission : 17/01/2022

Heure de l’émission : 8 h

Préoccupation précise :

J’installais mes enfants dans la voiture en marche et la radio fonctionnait. On a alors entendu les mots « fuck you » à plusieurs reprises en quelques minutes seulement. J’ai dû éteindre la radio. Les ondes canadiennes ne devraient pas être ainsi. Merci.]

La réponse du radiodiffuseur

CHXX-FM a répondu à la plaignante le 10 février :

Nous avons pris connaissance de vos plaintes visant la diffusion de chansons diffusées sur les ondes de CHXX-FM (100.9 La Vibe, Québec) dans lesquelles l’artiste utilise le mot « fuck ». Les chansons en question sont « That’s what I want » de l’artiste Lil Nas X (diffusion du 6 janvier) et « abcdfu » de l’artiste Gayle.

Pour commencer, il est important de préciser que la station 100.9 La Vibe est une radio francophone visant principalement un auditoire francophone et que l’utilisation du mot « fuck » n’a pas la même connotation en français qu’en anglais. Le mot a une connotation beaucoup plus neutre dans un contexte francophone alors qu’il apparaît plus vulgaire dans un contexte anglophone.

Cette distinction importante entre l’interprétation francophone et anglophone apparait d’ailleurs sur la page dédiée au mot « fuck » dans l’encyclopédie libre en ligne, Wikipédia :

Le terme « fuck » est utilisé de façon anecdotique mais néanmoins croissante dans la langue française contemporaine pratiquée en France. Au Québec, son utilisation est particulièrement répandue, le terme étant même déformé et francisé (« fucké » par exemple, traduction approximative de « fucked up », signifiant « foiré », « foutu en l'air »). Il est à noter que toute la portée blasphématoire et offensante du terme est évacuée dans son usage au Québec, source notable de malentendus avec certains anglophones choqués par l'usage répété de termes considérés comme très grossiers en anglais. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Fuck)

D’ailleurs, cette question a souvent été soulevée devant le CCNR qui a émis une décision importante en 2017 à cet effet :

Le comité décideur francophone a étudié les plaintes à la lumière de l’article 9(c) du Code de déontologie de l’ACR qui interdit l’emploi « du langage qui est indûment grossier et injurieux ». Bien qu’antérieurement, le CCNR se soit opposé à la diffusion du mot fuck à la radio aux heures d’écoute de la journée ou du début de soirée, il a établi dans une décision subséquente portant sur l’emploi de ce mot dans une émission de télévision francophone que le mot fuck en français n’avait pas une connotation aussi vulgaire qu’en anglais. Pourvu que le mot soit utilisé avec parcimonie et ne serve pas à insulter une personne en particulier, il a été déterminé qu’il serait considéré comme acceptable dans les émissions de langue française. (extrait du communiqué de presse du CCNR résumant la décision CCNR 16171283, 7 novembre 2017).

L’utilisation du mot « fuck » dans le cadre de la chanson « That’s what I want » diffusée sur les ondes d’une station francophone est le résultat d’une utilisation occasionnelle qui ne vise clairement pas à insulter un individu en particulier. Par conséquent, nous ne pouvons pas conclure que la diffusion de cette chanson dans sa version originale a enfreint nos obligations en tant que radiodiffuseur.

La chanson « abcdfu » a un contexte quelque peu différent, mais nous croyons que l’utilisation de l’expression « fuck you » dans la version originale de la chanson, particulièrement dans le contexte d’une radio francophone, ne constitue tout de même pas du « langage indûment grossier ou injurieux ». Selon l’artiste, la chanson lui a permis d’exprimer ses émotions de peine, de colère et de frustration envers tout ce qui concerne son ex-conjoint, soit une façon d’exprimer ce qu’elle n’a pas su exprimer autrement lors de sa rupture. Dans une entrevue du 6 janvier 2022 avec la publication Billboard, le journaliste Gil Kaufman cite la jeune artiste à propos de « abcdfu » : « [I’m] trying to give people a safe space to be angry and process their own emotions – I want to create a more accepting culture and more allowance for your feelings ». Malgré que ce type de langage ne plaise pas à tout le monde, l’expression fait aujourd’hui partie du jargon populaire de la génération Z dont Gayle fait partie et son utilisation dans « abcdfu » vise à mettre de l’emphase sur le trop plein d’émotions de l’artiste plutôt que d’insulter qui que ce soit. Il est donc difficile de conclure à un langage « indûment grossier ou injurieux » dans ce contexte. La montée fulgurante de la chanson sur le palmarès Billboard dès son lancement et le fait qu’elle soit aujourd’hui la deuxième chanson du Top 200 de la plateforme Spotify qui la diffuse dans sa version originale, démontrent aussi à quel point la chanson résonne auprès des auditeurs. Considérant la connotation plus neutre de l’expression « fuck you » auprès d’un auditoire francophone et vu le contexte particulier de « abcdfu », nous croyons que la diffusion de la version originale de la chanson sur nos ondes permet de préserver l’intégrité de l’oeuvre et de son artiste sans toutefois enfreindre nos obligations en tant que radiodiffuseur.

Ceci dit, nous regrettons que vous ayez été offensé par des éléments de notre programmation, car ce n'était pas notre intention et tenons à vous assurer que nous prenons sérieusement nos responsabilités comme radiodiffuseur. À CHXXFM, 100.9 La Vibe, Québec, nous travaillons continuellement à assurer que l’ensemble de notre programmation respecte la législation, la règlementation et les codes auxquels nous avons souscrit.

Nous vous remercions d’avoir pris le temps de partager vos préoccupations avec nous.

Espérant le tout à votre satisfaction, veuillez agréer l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Correspondance afférente

La plaignante a écrit au CCNR le 13 février :

Thanks for all your help with this. I haven’t heard a word from them. Their airwaves are still filled with songs from Eminem, the song F** you, no sensory [sic, censoring] at all. This is during the weekend, mornings and after school.

[traduction

Je vous remercie de l’aide que vous m’apportez. Je n’ai reçu aucune réponse d’eux. Les ondes sont toujours envahies de chansons d’Eminem, la chanson F** you, sans aucune censure, et ce, au cours de la fin de semaine, les matins et après l’école.]

Le CCNR a informé la plaignante que la station a envoyé sa réponse par la poste et qu’elle devrait la recevoir bientôt. Le 16 février, la plaignante a réécrit après la réception de la réponse :

I received their letter today. Their response was that the song “abcdfu” by Gayle is an expression of emotion and is number 2 in the top 200 billboard. They argue that since they consider their public to be francophone, they don’t have to factor in the English connotation.

I agree that in a French radio presentation, if the F word is used in a sentence it is not the same thing as when an anglophone uses it. I feel, however, that when the content is in English, like the song “abcdefu” for example, the vulgar content is unreasonable when there are children in the car.

What are your thoughts on this?

[traduction

J’ai reçu leur lettre aujourd’hui. Selon eux, la chanson « abcdfu » de Gayle est l’expression de ses émotions et occupe la deuxième position des Top 200 du palmarès. Ils allèguent que leur auditoire étant francophone, ils n’ont pas à tenir compte de la connotation des mots en anglais.

J’admets qu’à la radio de langue française, l’utilisation du mot F n’ait pas la même connotation qu’en langue anglaise. J’estime cependant que lorsque le contenu est de langue anglaise, par exemple la chanson « abcdefu », le degré de vulgarité demeure déraisonnable en présence d’enfants dans la voiture.

Qu’en pensezvous?]

Le CCNR lui a expliqué qu’il faut soumettre une demande de décision par l’entremise du formulaire web, ce qu’elle a fait le 22 février :

Hello, the broadcaster argues that since they consider their audience to be francophone the English F Word in English content is acceptable. I disagree. The broadcaster argues that cens[o]ring the F word in songs such as Gayle’s “abcdefu” ruins the artistic integrity of the song. My request is that the radio plays the versions of songs that are made for radio, and not the versions containing the f-word. Thanks so much for your help with this. I find it so bizarre to not be able to listen to the radio with my children without being offended by the vulgar content. Thank you!

[traduction

Bonjour. Le radiodiffuseur estime que son auditoire étant francophone, l’emploi du mot F dans un contenu anglophone est acceptable. Je suis en désaccord. Il fait valoir que censurer le mot F dans des chansons comme « abcdefu » de Gayle porterait atteinte à l’intégrité artistique de l’oeuvre. Je demande que la station diffuse les versions des chansons faites pour la radio et non les versions contenant le mot F. Je vous remercie beaucoup de votre aide dans cette affaire. Je trouve très bizarre d’être incapable d’écouter la radio en présence de mes enfants sans être offensée par la vulgarité du contenu. Merci.]