VRAK re Code F

FRENCH-LANGUAGE PANEL
CBSC Decision 16/17-2253
2018 CBSC 11
April 25, 2018
S. Courtemanche (Chair), C. Crépin, V. Dubois, M. Lorrain, C. Scott, C. Simard

THE FACTS

Code F is a program in which young women give their opinions on a variety of subjects.  VRAK broadcast an episode of the program on May 26, 2017 at 6:00 pm during which one of the subjects discussed was sex shops.  There were images of the interior of a sex shop where one could see whips, lubricants, dildos and other similar products.  The women made comments about their experiences at sex shops, such as:

[translation]

Mariana Mazza:                For me, the first time was with my friend.  We went in there saying, “oh, we’ll just have a laugh here for fun”.  But the second time, on the other hand.  Two thousand bucks in the hole.

Virginie Fortin:  Which hole? [Mazza raises her hands in gesture that suggests, “I’m not telling you anything”]

[…]

Marie-Lyne Joncas:          Contrary to what you might think, in a sex shop it’s not just men in their mid-fifties with their hands down their pants in front of the salesgirl.  No.

[…]

Gabrielle Caron:               You’ve got gentlemen who don’t have the internet who still buy T and A movies!

[…]

Mazza:  You can find lots of stuff to make you happy.  Uh, massage oils, negligées, little whips.

Joncas:  No love, obviously.  That’s for sure.

Mazza:  Vibrators.  And things that can scare you.

Mariepier Morin:              When I went in there, it was like I was discovering a whole new world.

Fortin:   Dildos, edible panties, handcuffs.  But also kinky board games.

Joncas:  There are lots and lots of DVDs with bizarre names like, uh, The 11 Thousand Virgins or Take Everyone’s [beep].

Catherine Ethier:              You also have all sorts of feathered things, pasties for your tips, you have toy handcuffs.

Marina Bastarache:         There are big, plastic penises.

Ethier:   You have very big penises or very small penises.

Bastarache:         There are objects where you say, “What is that?”  At the same time, I’m not sure I want to know.

Ethier:   An orange cone which you sit on to make it disappear.

Caron:   The weirdest thing I’ve ever seen in a sex shop is a silicone forearm!

Fortin:   That I don’t understand. [showing her forearm]

Morin:   [showing her forearm] I don’t know what you do with that.

Fortin:   It’s like a big arm, semi-soft, semi-hard.

Ethier:   I’ve never bought one.

Morin:   I don’t know if it’s for giving high-fives, you know?

[…]

Caron:   I like to think it’s, like, to give yourself a high-five when you’ve done something nice.  But I know that that silicone forearm, it goes up your ass.

(A more complete transcription is in Appendix A, in French only.)

Instead of the logger file (that is, the official recording that contains everything that was broadcast), VRAK provided a screener copy that did not contain classification icons, viewer advisories or commercial breaks.  The broadcaster did, however, provide a logger file of another episode to give an example of the viewer advisory and 13+ classification icon that it usually puts on this program.

On May 29, the CBSC received a complaint about the episode.  The complainant characterized the episode as [translation] “inappropriate, vulgar with a sexual connotation (rating 13 years and older) on a station for young people at a time when children are watching television.”  He suggested that this content should not have been broadcast before 9:00 pm.  VRAK responded to the complainant on June 16 with the following explanation:

[translation]

However, please note that since autumn 2016, VRAK has decided to undergo a makeover and change its target audience.  We now target informed female adolescents and young adults.  Furthermore, a 13+ icon appeared at the beginning of the program and coming out of every commercial break, in addition to a warning that read:  “This program is intended for audiences 13 years and older and this program contains language that might offend some viewers.”  In order to appeal to this older audience, in addition to offering series for younger people, VRAK provides a diversity of programming that can include more mature subject matter.  The series Code F fits perfectly into our schedule as content tailored to the older end of our target audience.

In addition, we note that the episode in question mentioned in your complaint does not contain any unduly sexually explicit content or unduly coarse and offensive language that would necessitate airing it after 9:00 pm under the CBSC codes.  […]  The Code F episode in question does not show any sexual activity and, although it deals with the subject of sex shops, the conversations never describe in detail any sexual activity.  With respect to the language, one word considered vulgar was censored; other than that, there was no coarse language used.

The complainant filed his Ruling Request on June 26. (The full correspondence is in Appendix B, in French only.)

THE DECISION

The French-Language Panel examined the complaint under the following provisions of the Canadian Association of Broadcasters’ (CAB) Code of Ethics and Violence Code:

CAB Code of Ethics, Clause 10 – Television Broadcasting (Scheduling)

a) Programming which contains sexually explicit material or coarse or offensive language intended for adult audiences shall not be telecast before the late viewing period, defined as 9 pm to 6 am. […]

CAB Code of Ethics, Clause 11 – Viewer Advisories

To assist consumers in making their viewing choices, when programming includes mature subject matter or scenes with nudity, sexually explicit material, coarse or offensive language, or other material susceptible of offending viewers, broadcasters shall provide a viewer advisory

a) at the beginning of, and after every commercial break during the first hour of programming telecast in late viewing hours which contains such material which is intended for adult audiences, or

b) at the beginning of, and after every commercial break during programming telecast outside of late viewing hours which contains such material which is not suitable for children.

Suggested language for suitable viewer advisories is outlined in Appendix A [of the Code].  The suggestions are meant as possible illustrations; broadcasters are encouraged to adopt wording which is likeliest to provide viewers with the most relevant and useful information regarding the programming to which it applies.

CAB Violence Code, Article 4.0 – Classification

Classifications for French-Language Broadcasters

13+

The program may be viewed, purchased or rented only by persons 13 years of age or older.  Children under 13 may be admitted only if accompanied by an adult.

The Régie classifies in this category programs that require a certain level of judgement.  These programs contain passages or sequences that may offend the sensibilities of younger viewers.

Teenage viewers are more aware of the fact that a program is not reality and are therefore better psychologically prepared to follow more complex or dramatic programs.  Violence, eroticism, coarse language or horror may be more developed and may constitute a dominant characteristic of the program.  However, it is important that the program allow viewers to discern the meaning that should be attributed to the various characters and their actions, because teenagers are not necessarily prepared to face everything.  This is why certain themes (drugs, suicide, troubling situations, etc.) and their treatment are carefully examined.

The Panel also examined the file under the Responsibilities set out in the CBSC Broadcaster Associates Manual.

CBSC Broadcaster Associates Manual – Responsibilities of Participation in CBSC

i) keep official logger files/recordings of challenged broadcasts and provide those recordings to the CBSC when requested.

The Panel Adjudicators read all of the correspondence and viewed the program in question.  The Panel concludes that VRAK did not violate Articles 10(a) or 11 of the CAB Code of Ethics regarding the program’s scheduling or viewer advisory, nor did it violate Article 4 of the CAB Violence Code regarding classification.  It did, however, breach its responsibility as a CBSC Broadcaster Associate by not providing a logger file of the broadcast.

The Panel finds that the advisory normally used for this series could offer more detail, especially concerning the content of the episode in question.  It considers that it would be advisable, especially given the fact that this channel has decided to undergo a makeover and change its target audience, for the broadcaster to pay particular attention to the content of the advisories and ratings of its programs since the channel’s brand has not changed and viewers might still believe that children are its target audience.

The questions put to the Panel were:

Did this episode of Code F contain sexually explicit content intended for adult audiences that would prohibit it from being aired before 9:00 pm?

Did the viewer advisory provide enough detail?

Was 13+ the appropriate classification for this episode?

Did VRAK breach its responsibility with respect to logger files?

Scheduling of Sexual Content

The complainant’s primary concern was the fact that this broadcast contained sexual content, which, according to him, should not have been broadcast before 9:00 pm.

In the past, the CBSC has concluded that explicit descriptions or images should not be broadcast before 9:00 pm.[1]  Milder content, however, such as double entendres or mere allusions to sex are acceptable at any time of day (but usually with appropriate advisories and classification).[2]

The complainant claims that VRAK is a children’s channel and that the content about sex shops was not acceptable for the target audience.  In its response, the broadcaster explained that the channel had decided to undergo a makeover and to change its target audience in order to target informed adolescents and young adults.  VRAK now provides [translation] “a diversity of programming that can include more mature subject matter.  The series Code F fits perfectly into our schedule as content tailored to the older end of our target audience.”

VRAK also explained in its response that the episode mentioned in the complaint [translation] “does not contain any unduly sexually explicit content or unduly coarse and offensive language that would necessitate airing it after 9:00 pm under the CBSC codes.”  Furthermore, it emphasized that the content did not show “any actual sexual activity”, any nudity and did not describe in detail any sexual activity.  The broadcaster censored one word considered vulgar and the episode did not contain any other coarse terms.

The Panel agrees that the comments about sex shops certainly had a sexual connotation.  But, after a thorough analysis of these comments, the Panel could not find any unduly sexually explicit content that would require the episode to be shown only after 9:00 pm.  The content was milder, comprising double entendres and mere allusions to sex which are acceptable at any time of day.  The Panel also agrees that the episode did not contain any coarse language.

Viewer Advisories

In its response letter, VRAK cited the advisory that it said it had broadcast during the episode in question.  The Panel thus examined a similar advisory that, according to the broadcaster, had been broadcast on October 11.

On the subject of viewer advisories, the CBSC has always asserted that they must mention the nature of the potentially offensive content.  The mere mention of “mature themes” or “viewer discretion advised” is not sufficient.[3]

Notwithstanding the fact that the Panel is of the view that the advisory provided as an example does not breach the obligation to provide a sufficiently detailed advisory, the Panel considers that the advisory normally used for this series could offer more details, as in the case of the episode in question.  It seems to the Panel that it would be advisable, especially given the fact that this channel has decided to undergo a makeover and change its target audience, for the broadcaster to pay particular attention to the content of its advisories since the channel’s brand has not changed and viewers might still believe that children are its target audience.

Classification

Regarding the classification of the episode in question, VRAK said it displayed at 13+ icon during the May 26 broadcast.  The Panel accepts the broadcaster’s affirmation.  As to whether this 13+ classification is acceptable, it is important to note that there is no direct link between a program’s classification under Article 4.0 of the CAB Violence Code and its scheduling under Clause 10 of the CAB Code of Ethics.  As the descriptors suggest, the type of content that falls into each different category depends on the nature and quantity of violence, nudity, sexuality, coarse language and mature themes.  Broadcasters sometimes put a word or letter descriptor beside the icon to indicate the type of content, such as “violence” or “coarse language”, but this additional information is not required by the code.

In the past, the CBSC has had to determine if the classification assigned to a program was acceptable.[4]  After an analysis of the episode, the Panel finds that the content was not sufficiently explicit as to require a 16+ classification and it certainly did not reach the level of an 18+ classification.  The Panel considers, however, that it would be advisable, as it explained regarding advisories, for the broadcaster to pay particular attention to the rating it assigned to this program since the channel’s brand has not changed and viewers might still believe that children are its target audience.

Logger Files

The Adjudicating Panel is of the view that the broadcaster has, on this occasion, breached its responsibility to keep logger files of its programming and to provide them to the CBSC for the purposes of examining complaints.[5]  This requirement specifies that it must be a logger file because that file constitutes an exact copy of what was broadcast on air, including commercials, interstitial material, promotional spots, viewer advisories and classification icons.  Screener copies, raw footage, edit packs and other incomplete copies of the broadcast are not the equivalent of a logger file because they do not reflect exactly what went to air.

The CBSC can accept other versions of the content if need be, but nevertheless it may still conclude, in such circumstances, that there is a breach for failing to conserve and preserve the official logger file.[6]  In the past, the CBSC has allowed some exceptions to this requirement when a broadcaster was a new CBSC Associate and was not yet entirely familiar with its processes.[7]  VRAK itself benefited from this exception in 2003.[8]

In this case, however, when the CBSC realized that the recording provided by the broadcaster was a screener copy rather than a logger file, the broadcaster did not provide any explanation and, moreover, did not understand why the logger file had not been provided at the outset.  In view of the size and expertise of the broadcaster in question, the Panel finds that an exception to the requirement to provide a logger file is not justified in this instance.

Broadcaster Responsiveness

In all CBSC decisions, the Panels assess the broadcaster’s response to the complainant.  The broadcaster need not agree with the complainant’s position, but it must respond in a courteous, thoughtful and thorough manner.  In this case, VRAK’s response adequately satisfied its obligation to respond to the complaint. The broadcaster fulfilled its obligations of responsiveness and, subject to the announcement of this decision, nothing further is required in this regard in this instance.

DECISION ANNOUNCEMENT

VRAK is required to:  1) announce the decision, in the following terms, once during prime time within three days following the release of this decision and once more within seven days following the release of this decision during the time period in which Code F was broadcast, but not on the same day as the first mandated announcement; 2) within the fourteen days following the broadcasts of the announcements, to provide written confirmation of the airing of the statement to the complainant who filed the Ruling Request; and 3) at that time, to provide the CBSC with a copy of that written confirmation and with air check copies of the broadcasts of the two announcements which must be made by VRAK.

The Canadian Broadcast Standards Council has found that VRAK breached its responsibility as a CBSC Broadcaster Associate to provide an official recording of a program when asked to do so by the CBSC.  VRAK was unable to provide the official recording pursuant to a complaint made to the CBSC about Code F broadcast on May 26, 2017.

This decision is a public document upon its release by the Canadian Broadcast Standards Council.

[1] TQS re an episode of the program Faut le voir pour le croire (CBSC Decision 99/00-0460 & 00/01-0123, August 29, 2000); TQS re the program 2000 ans de bogues (CBSC Decision 99/00-0116 & -0345, August 29, 2000); Bravo! re Love on the Line (CBSC Decision 00/01-1050, May 3, 2002); TQS re two episodes of Sexe et confidences (CBSC Decision 01/02-0329, April 5, 2002); Canal D re Festival Juste pour Rire and Comicographies Juste pour Rire: François Morency (CBSC Decision 02/03-0142 & -0143, July 17, 2003); MTV Canada re an episode of MTV Live (“Virtual Sex”) (CBSC Decision 05/06-1459, January 8, 2007); MTV Canada re an episode of MTV Live (“Self Love”) (CBSC Decision 06/07-0763, May 1, 2007); CHCH-TV (E!) re E!’s Wildest Spring Break Moments (CBSC Decision 08/09-1097 & -1743, April 1, 2010).

[2] TQS re two episodes of Sexe et confidences (CBSC Decision 01/02-0329, April 5, 2002); Canal D re Festival Juste pour Rire and Comicographies Juste pour Rire: François Morency (CBSC Decision 02/03-0142 & -0143, July 17, 2003); TQS re an episode of Loft Story (CBSC Decision 03/04-0200 & -0242, April 22, 2004); MusiquePlus re Cliptoman (CBSC Decision 12/13-0387, June 3, 2013); E! re Keeping Up with the Kardashians (“We’re Having a Baby”) (CBSC Decision 13/14-0242, February 20, 2014); MusiquePlus re CTRL (CBSC Decision 15/16-0367, October 19, 2016).

[3] Teletoon re Team America: World Police (CBSC Decision 07/08-1011, August 7, 2008); The Comedy Network re South Park (CBSC Decision 09/10-1432 & -1562, October 5, 2010); TV5 re Le sexe autour du monde (“Japan”) (CBSC Decision 11/12-1648, October 24, 2012) (CBSC Decision 11/12-1648, October 24, 2012); CITY-DT re The Long Weekend (CBSC Decision 13/14-0046, February 5, 2014).

[4] TQS re an episode of Loft Story (CBSC Decision 03/04-0200 & -0242, April 22, 2004); MusiquePlus re CTRL (CBSC Decision 15/16-0367, October 19, 2016); TQS re an episode of the program Faut le voir pour le croire (CBSC Decision 99/00-0460 & 00/01-0123, August 29, 2000); TQS re the program 2000 ans de bogues (CBSC Decision 99/00-0116 & -0345, August 29, 2000); TQS re two episodes of Sexe et confidences (CBSC Decision 01/02-0329, April 5, 2002).

[5] Associate responsibilities set out in the CBSC Manual.

 

[6] Bravo! re the movie Beneath the Valley of the Ultra-Vixens (CBSC Decision 03/04-0817, December 15, 2004).

[7] Bravo! re the documentary film Give Me Your Soul (CBSC Decision 00/01-1021, January 16, 2002); Canal D re Festival Juste pour Rire and Comicographies Juste pour Rire: François Morency (CBSC Decision 02/03-0142 & -0143, July 17, 2003); TLN en Español re El cartel de los sapos (CBSC Decision 11/12-1780, December 13, 2012).

[8] VRAK.TV re Charmed (“Dead Man Dating”) (CBSC Decision 02/03-0365, July 17, 2003).


Appendix A

Code F est une émission dans laquelle de jeunes femmes donnent leurs opinions sur une variété de sujets. VRAK a diffusé un épisode de l’émission le 26 mai 2017 à 18 h. Les femmes qui figurent dans cet épisode sont Mariepier Morin, Mariana Mazza, Marina Bastarache, Catherine Ethier, Virginie Fortin, Gabrielle Caron, Marie-Lyne Joncas et Vanessa Pilon.

L’émission commence avec un montage de ce qui va suivre dans l’épisode. Il y a un couple dans un sex shop. La femme soulève un fouet; en arrière plan, on voit d’autres produits comme des boîtes de lubrifiants et un emballage indiquant « Japanese silk rope » avec le mot « Fetish » sur le dessus.

Caron : L’affaire la plus weird que j’ai vue dans un sex shop c’est un avant-bras en silicone.

Ethier :  J’en ai jamais acheté.

Morin : [montre son avant-bras] J’sais pas qu’est-ce que tu fais avec ça.

Un couple s’embrasse dans un restaurant.

narratrice :         Quand on dit de tourner ta langue sept fois avant de parler, c’est dans ta bouche, pas dans celle de ton chum. L’étiquette selon Code F, frencher en public.

Mazza :Rentre ta langue, puis donne un petit bisou sec.

Fortin :  Bisou, bisou. Petit bisou.

Caron:   Si tu sais pas francher, French pas en public.

Après une séquence concernant les marathons de séries télé, on a traité le sujet des « sex shops ».

Il y a deux jeunes femmes dans un sex shop. On voit plusieurs dildos en arrière-plan.

Ethier :  Un sex shop c’est un lieu à l’éclairage sexy où t’as l’impression qu’il y a 57 personnes sont passés avant toi pour toucher tous les objets que tu convoites avec leurs petites mains pleines de glaire.

Fortin :  Moi je suis curieuse de connaître ta première expérience de sex shop, Mariana.

Mazza : Moi la première fois était avec mon ami. On est entré là en disant « ah, on va juste rire avec le fun ». Mais la deuxième fois, par contre. Deux mille piasses dans le trou.

Fortin :  Dans quel trou?

Mazza lève les mains d’une geste qui dit « je ne vous révèle rien »

Bastarache :       Les sex shops, c’est comme frette.

Morin : Je pense que le problème avec les sex shops, c’est que c’est trop aseptisé, c’est pas assez invitant.

Bastarache :       T’as envie d’être là, mais en même temps tu te dis « qu’est-ce que je fait icitte là? T’sais ».

Joncas : Tu regardes rien pis toute en même temps. Pis là tu es comme super mal, pis tu sais pas trop où te mettre le regard.

Ethier :  Aller à un sex shop c’est un peu comme s’asseoir sur un banc tiède. Il y a un certain inconfort, mais on s’habitue.

Caron : Moi chus zéro gêné d’aller dans un sex shop.

Fortin :  Je serais gênée d’y aller tous les jours par exemple.

Bastarache :       Tu veux surtout pas qu’on te reconnaisse.

Mazza : Moi quand je vais dans un sex shop, chus pas vraiment gênée, mais je prends pas de chance. Je mets des lunettes de soleil avec une perruque pis, euh, je change de voix.

Bastarache :       J’ai pas envie que quelqu’un fasse « Heille, c’est toi Marina?! ʼGarde, on s’achète de la même dildo! » Non.

Fortin :  C’est sûr que si je croise quelqu’un que je connais je vais faire semblant que je me suis trompée de magasin.

Mazza : [avec lunette solaire et perruque et voix altérée] Je m’appelle Julien. Je viens de Laval. Et je suis venu acheter un cadeau pour mon amie Julie.

Ethier :  Plus jeune, j’aurais trouvé n’importe quelle excuse si j’avais croisé quelqu’un pour expliquer ma présence en ces lieux. Fallait que j’aille faire un tas d’urgence dans la toilette au fond.

Fortin :  Excusez-moi, l’allée des tournevis ça c’est où? Ô, on n’est pas à quincaillerie? Mon dieu. Quelle erreur. J’étais sûre que c’était un tournevis. Excusez.

Ethier :  Si je rencontre quelqu’un que je connais dans un sex shop, soit tous les deux on a le va-vite en même temps qui est assez étrange, ou soit bon fait juste admets qu’on aime les petits plaisirs de la vie, les accessoires et se mettre une boule rouge dans la bouche.

Caron : Les clients, sex shop. Moi j’adore ça. Comment ça qu’il y a jamais eu une caméra café dans un sex shop?

Joncas : Contrairement à ce qu’on peut penser, dans un sex shop il y a pas juste des hommes mi-cinquantaine avec la main dans les culottes devant la vendeuse. Non.

Mazza : T’as les gens qui passaient par là, hein? Comme Virginie pis moi. On passe tout le temps par là et on va y aller. T’as la gang de filles beaucoup trop intense et beaucoup trop contente d’acheter un vibrateur à leur amie qui se marie. [bande dessinée d’une femme en robe de mariage avec trois demoiselles d’honneur qui tiennent des dildos]

Bastarache :       [imite les rires d’un groupe de femmes]

Caron : T’as les messieurs qui ont pas internet pis qui achètent encore des films de fesses!

Bastarache :      T’as tout le temps un gars creepy qu’on dirait que lui, il va pas pour acheter sa patente. Il va là pour voir qu’est-ce que les autres achètent.

Fortin :  Des couples qui sont là « OK, quel objet va sauver notre vie sexuelle? »

[clip d’un couple qui rigole en regardant un lubrifiant dans le shop]

Ethier :  Ah, les petits couples. Ça j’aime eux autres. Ils ont, comme, franchis un pas avant de se laisser.

Morin : La croyance populaire dit que il y a beaucoup de personnes âgées.

[bande dessinée avec deux hommes et une femme âgés devant des dildos]

Caron : Ça, ça va être un drôle de cadeau de retraite pour Gisèle.

Bastarache :       Quand tu vois un couple de l’âge d’or, t’aime pas trop ça. T’sais, on dirait que tu deviens croyante tout d’un coup, pis tu fais comme « Ça marche pas! Ça marche pas! » Il y a quelqu’un qui va être fâché en haut.

Fortin :  T’sais, les personnes âgées là, t’sais, qui sont veufs pis sont veuves là, pis pendant plein d’années qui ont pas le goût de se recaser, mais qui ont des besoins et des désirs, ben, c’est une bonne option.

[caméra donne une vue panoramique sur l’intérieur d’un sex shop]

Mazza : On retrouve plein de trucs qui nous rendent heureuses. Euh, des huiles à massage, des déshabillés, des petits fouets.

Joncas : Pas l’amour visiblement. C’est sûr que non.

Mazza : Des vibrateurs. Et des choses qui nous font peur.

Morin : Quand je suis rentré là-dedans, c’est comme si je découvrais un nouveau monde.

Fortin :  Dildos, bobettes mangeables, menottes. Mais aussi jeux de société coquins.

Joncas :Il y a plein, plein DVDs avec des noms bizarres comme, euh, Les onze mille verges ou Prenez la [bip] de tout le monde.

Ethier :  T’as aussi toutes les affaires à plume, les marguerites pour les bouttes, t’as des menottes à gosse.

Bastarache :       Il y a des gros pénis en plastique.

Ethier :  T’as de très grands pénis ou très petits pénis.

Bastarache :       Il y a des objets où tu dis qu’est-ce que c’est ça? En même temps, chus pas sûre je veux le savoir.

Ethier :  Un cône orange sur lequel tu t’assois pour le faire disparaître.

Caron : L’affaire la plus weird que j’ai vu dans un sex shop, c’est un avant-bras en silicone!

Fortin :  Ça je comprends pas. [montre son avant-bras]

Morin : [montre son avant-bras] J’sais pas qu’est-ce que tu fais avec ça.

Fortin :  C’est comme un gros bras, semi-mou, semi-dur.

Ethier :  J’en ai jamais acheté.

Morin : J’sais pas si c’est pour faire des high-fives, t’sais?

[Mazza et Fortin font un high-five.]

Fortin :  Peut-être que c’est les personnes âgées qui achètent cette main là. Juste pour tenir la main de quelqu’un pis sentir moins seul.

[bande dessinée d’une femme âgée assise dans une chaise roulante qui tient une main d’un appareil avant-bras]

Caron : Moi j’aime penser que c’est comme pour te donner un high-five quand t’as fait quelque chose de nice. Mais je sais très bien que cet avant-bras en silicone, il va dans tes foufounes.

Bastarache :       La première fois que je suis allée dans un sex shop, t’sais c’est tout nouveau. Tu sais pas trop. Je comprenais pas que ce soit aussi cher que ça.

Mazza : C’est une question de plaisir, le budget. Si tu veux avoir beaucoup de plaisir, t’en mets beaucoup d’argent, genre 200 piasses. Si tu veux pas avoir beaucoup de plaisir, appelle ton chum.

Bastarache :       T’sais, pour les gens qui savent pas là, un bon vibrateur, c’est une centaine de piasses là.

Ethier :J’ai jamais été confrontée à ça. Moi j’investis vraiment tout dans mes chaussures.

Morin : Mais moi chus pas fermée à l’idée là, du jouet pis tout. C’est juste qu’en ce moment le jouet que j’ai, je l’aime. Fait que j’ai pas besoin d’autres.

Fortin :  T’sais, la première fois que tu vas au sex shop, tu regardes tout, tu fais « weird », pis tu t’achètes une huile à massage.

Joncas :Arrive pas là pour la première fois aller t’acheter un costume en vrai cuir de Cat Woman à deux mille piasses. Avec des menottes pis toute. ʼGarde, si tu veux des menottes, écris-moi. Je peux t’en passer. [elle murmure] Je l’ai.

séquence « Après la pause »

narratrice :         C’est cool que vous soyez en amour, mais ça rend tout le monde mal à l’aise. L’étiquette selon Code F, frencher en public.

Bastarache remue sa langue en faisant semblant de frencher.

narratrice :         Si vos baisers donnent l’impression d’assister à une transfusion de salive, c’est le moment de vous calmer. L’étiquette selon Code F : Frencher en public.

Bastarache :       L’étiquette selon Code F : frencher en public. [se lèche les lèvres d’une manière exagérée]

Fortin :  On peut, mais pas n’importe comment.

Caron : Contrôle ta langue! Chus pas supposée la voir.

Ethier :  Oublie pas de lever la petite patte en arrière de même. Toujours plus beau.

Caron : S’il te plaît, pas de bruit!

Fortin :  [imite les sons pendant qu’on french] Ouach.

Bastarache :       Si t’es rendu avec de la bave autour de la bouche, c’est le temps d’arrêter.

Caron : Ahck. [fait son de dégoût]

Bastarache :       Dis-toi qu’il y a sûrement un jeune prépubère qui découvre sa sexualité grâce à toi.

Ethier :  La règle du bon goût quand on french en public est d’au moins attendre que les lumières soient tamisées avant de mettre ta main dans ses culottes.

Mazza : French pas en public. Rentre ta langue, pis donne un petit bisou sec.

Fortin :  Bisou, bisou. Petit bisou.

Caron : Si tu sais pas frencher, french pas en public.

Mazza : La règle du bon goût pour être en train de frencher en public, c’est de s’assurer de ne pas avoir de copain. Parce que si t’es en public pis quelqu’un te voit pis il le dit à ton copain ben t’auras plus de copain. Faque tu voudras plus frencher. Là tu vas être triste. Tu vas pleurer, tu vas m’appeler, pis là je vais être pognée avec toi qui a frenché quelqu’un d’autre, pis là ton copain qui t’aime plus. Pis là t’es en dépression pis je vais être pognée pour t’acheter de la crème glacée pis ça va me coûter cher. Fait que fais-le pas.

Pilon :   Bien sûr il y a des moments complètement inopportuns pour frencher en public. Par exemple, dans le transport en commun où les gens ont pas le choix de rester là et de te voir.

Fortin :  Assure-toi que tu n’es pas en train de frencher dans la boulle de personne. Ça c’est une situation qui arrive dans le métro souvent.

Caron : Encore conclusion, la règle du bon goût quand tu french en public c’est de faire attention aux autres autour. T’sais, la madame qui est assise entre vous deux, peut-être qu’elle trippe pas tant que ça. Peut-être aussi qu’elle trippe un peu trop.

Mazza : Faut que t’arrêtes de frencher en public! C’est le fun de voir que t’es en amour, ma fille, mais fais-le chez vous! T’as une maison. T’as payé ton apparte à tous les mois pour pouvoir faire ce que tu veux dedans. French!

Joncas : Quand on voit des gens frencher en public, on peut penser que ils sont heureux. Mais c’est pas tout le monde qui est heureux parce que il y a toujours une rupture qui te guette, OK?

Mazza : Ça me dérange de te voir en amour! Fait que, arrête.

Joncas : Allez frencher ailleurs. C’est parce qu’il y a des gens qui souffrent. J’en fais parti.

Pilon :   Bien sûr quand on voit les gens frencher en public on peut penser qu’il font cela seulement pour faire titiller les célibataires. Je mange-tu un tartare devant un itinérant, moi? Non.

Ethier :  Quand on voit des gens frencher en public, il peut nous arriver de penser à rouler un journal en forme de cône pour leur hurler de nous sacrer la paix avec leur amour, de se sacrer en bas d’un pont. Eux, leur bonheur et les petits oiseaux qui piaillent et qui m’empêchent à penser à ma brassée de blanc.

Fortin : Lorsque vous êtes au restaurant et que vous êtes pris d’une soudaine envie de vous frencher, frenchez-vous. Mais quand le serveur arrive pour vous prendre les commandes, stop! Pas « Ô, encore un petit peu, encore un petit peu. Excusez. » Non! On arrête.

Mazza : Moi ça me gosse. Ah, non.

Joncas : Il y a bien sûr des moments très inopportuns pour frencher en public. Par exemple, dans une salle d’attente à l’urgence. Hein? En pleine saison de la grippe. Avec quelqu’un qui me dit « Je viens consulter pour des verrues dans la gorge ».

Bastarache :       Si tu es un moniteur de camp de jour c’est peut-être pas une bonne idée de frencher Raton souriant, l’autre moniteur, devant les jeunes de quatre ans.

Fortin :  Don’t do that!

Pilon :   Et lorsque vous êtes complètement dégoûté par ce geste, vous mouillez votre doigt, vous allez le rentrer dans l’oreille. Il aime ça la salive, il va en avoir.

Ethier :  Quand je suis complètement dégoûtée par ce geste, ben je prends sur moi, je regarde ailleurs, pis je réalise que je fais juste la projection parce que c’est beau l’amour. Continue de frencher. Pour le temps que ça va durer.

Caron : Tu peux rien faire. T’es pas la police du french.

Fortin :  Juste vas t’en.

Joncas : Tu fais comme tout le monde. T’appelles la police. Ben, voyons donc, c’est une blague. Tu descends le regard pis tu pleures pour le restant de la journée.

En réponse à la demande du CCNR, VRAK a produit un fichier-témoin de l’épisode du 11 octobre sur lequel on peut voir l’icône et la mise en garde dont VRAK affirme qu’elles ont été diffusées également pendant l’épisode du 26 mai.

La mise en garde est en format audio et vidéo :

Le langage contenu dans cette émission pourrait offenser certains téléspectateurs.

La mise en garde est rediffusée à la fin de chaque pause publicitaire.

Une icône 13+  est affichée au début de l’émission pendant 16 secondes.

Appendix B

La plainte

Le 29 mai 2017, le CCNR a reçu la plainte suivante :

Nom de la station :         Vrak

Nom de l’émission :       Code F

Date :                                    2017/05/26

Heure :                                 18 h

Préoccupation :                contenu inapproprié, vulgaire à connotation sexuelle (cote 13 ans et plus) sur une station destinée aux jeunes à une heure ou les enfants écoutent la télévision. Une station avec public cible les jeunes ne devraient pas diffuser une série à connotation sexuelle et vulgaire au heure de grande écoute, avant 21 h c’est inacceptable. J’ai déjà signalé le problème à VRAK mais sans réponse. Cette station est indigne de la licence que vous lui avez accordée. S’ils veulent présenter du contenu pour adulte qu’ils obtiennent une licence pour contenu destiné aux adultes, comme Canal D ou Séries plus.

La réponse du télédiffuseur

VRAK a répondu au plaignant par une lettre en date du 15 juin, envoyée le 16 :

Nous avons pris connaissance du courriel du 29 mai 2017 que vous avez adressé au Conseil canadien des normes de radiotélévision (« CCNR ») concernant la diffusion par le service de télévision spécialisé VRAK d’un épisode de l’émission Code F le 26 mai 2017 à 18 h. Votre lettre fait état de votre inquiétude face à la diffusion de cet épisode qui est, selon vous, inapproprié pour une chaîne jeunesse puisqu’il traite de sujet vulgaire et sexuel.

Nous tenons tout d’abord à vous remercier de l’attention que vous portez à notre chaîne. Les commentaires qui nous parviennent de nos téléspectateurs sont importants et nous permettent d’améliorer notre programmation et de mieux comprendre comment nos services sont reçus par le public.

Cependant, veuillez noter que depuis l’automne 2016, VRAK a décidé de faire peau neuve et de changer de cible. On s’adresse maintenant aux adolescentes averties et aux jeunes adultes. Il y avait d’ailleurs un icone 13 ans et plus apparaissant au début de l’émission et au retour de chaque pause, en plus d’un avertissement qui pouvait se lire comme suit : « l’émission s’adresse à un public de 13 ans et plus et le langage contenu dans cette émission pourrait offenser certains téléspectateurs ». Afin de rejoindre cet auditoire plus âgé, en plus d’offrir des séries pour les plus jeunes, VRAK propose une programmation diversifiée qui peut comprendre des sujets plus matures. La série Code F s’inscrit parfaitement dans notre grille horaire à titre de contenu s’adressant à la cible plus âgée de notre auditoire.

De plus, nous notons que l’épisode en question relevé dans votre plainte ne contient aucun contenu indûment sexuellement explicite ou du langage indûment grossier et injurieux qui nécessiterait de le diffuser après 21 heures selon les codes du CCNR. En effet, le CCNR s’est prononcé à maintes reprises sur ce que constituait du contenu indûment sexuellement explicite, soit des scènes de véritable activité sexuelle, surtout lorsque celle-ci comporte de la nudité et des discussions détaillées au sujet de l’activité sexuelle. L’épisode de Code F en question ne montre aucune activité sexuelle et bien que le sujet des « sex shop » soit abordé, jamais les conversations n’expliquent en détail une activité sexuelle. Quant au langage, un mot jugé vulgaire a été masqué, pour le reste, aucun langage grossier n’est mentionné.

Nous sommes désolés que cet épisode ait pu vous déplaire.

Veuillez agréer, Monsieur [le plaignant], l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Correspondance afférente

Le plaignant a déposé sa demande de décision le 26 juin :

J’ai signalé qu’une émission comme Code F qui comporte des propos vulgaires et souvent à connotation sexuel ne devrait pas être diffusée sur une chaîne s’adressant aux jeunes et encore moins avant 21h.

Merci.